Macron est-il l’incarnation du mythe de l’entrepreneur politique ?

Cette question vient spontanément à l’esprit quand on observe le président parler et ses soutiens – médias dominants, pros de la politique, leaders d’opinions en tous genre (intellectuel-les, éditorialistes) – parler de lui. Dans un premier temps, je vais essayer de constater si Manu possède bien les caractéristiques de l’entrepreneur, telles que Galluzzo les a définies. Il faudra bien sûr nuancer car un professionnel de la politique n’est pas un agent économique. Dans un second temps, à l’aide d’une pirouette effectuée avec la plus grande agilité, j’aimerais insister sur le fait qu’on s’en fout. Mais, justement, le fait qu’on puisse se poser la question amène d’autres questions, bien plus pertinentes pour l’analyse de l’organisation politique dans une perspective critique.

 

Macron l’entrepreneur

L’entrepreneur caractérisé par Galluzzo est un « individu par excellence » (2023 : 10), défini par sa créativité et ses combats héroïques. Grâce à son génie, l’entrepreneur est parvenu, seul, à créer un produit révolutionnaire. Par son activité, il bouleverse et transforme le monde (la fameuse création destructrice de qui vous savez). Il incarne alors un sauveur qui se sacrifie en donnant son temps, son génie et ses créations. Si l’entrepreneur cause un tel impact sur la société, c’est parce qu’il est un visionnaire, qui sent et comprend ce que les autres ne parviennent pas à sentir et comprendre. Ce pouvoir d’anticipation sur l’avenir lui confie une grande capacité à inspirer ; l’entrepreneur est un leader d’hommes et de femmes. Il est également partie prenante dans une invisibilisation de l’État, qui n’a eu aucun rôle dans son succès.

L’entrepreneur héroïque mène un combat contre le capitalisme ; enfin, le mauvais capitalisme. Il est la figure d’un capitalisme responsable, engagé dans le progrès, luttant contre les corrompu-es et les méchant-es – la bureaucratie, les autres entreprises obsédées par l’argent, les politicien-nes qui veulent réguler, etc. Les activités et le comportement de l’entrepreneur ont fonction de métonymie pour l’économie et le monde de l’entreprise. Il suffit de l’observer pour observer ces deux-ci. Comme évoqué plus haut, l’entrepreneur est un génie, mais c’est un génie qui s’est fait tout seul, contre les autres, contre le destin. Pour finir, l’entrepreneur voit toutes ses qualités célébrées dans les médias, des relations qu’il sait entretenir, en bon client praticien du storytelling. Il est une construction médiatique dans le sens où tous les pouvoirs qu’on lui confie – son génie révolutionnaire en tête – répondent à une narration médiatique et non à la réalité. L’entrepreneur fait également l’objet d’une forte attention, comme s’il était une star.

Ces éléments en tête, Manu est-il un entrepreneur ? Oui et non. Indubitablement, Manu est une création voire une créature médiatique, comme le sont tous les présidents en fait. Toutefois, Manu correspond plus que ses prédécesseurs à la description d’une création/créature médiatique – voir ce montage d’Acrimed des unes de presse sur Macron. Dans les médias dominants, surtout situés à droite ou au centre-droit, sont célébrés sa vision, le « phénomène » Macron, sa capacité à bousculer le paysage politique, son opposition à un système sclérosé (la vieille gauche socialiste). Manu joue la carte de la peopolisation pour s’attirer les sympathies, vendant l’histoire de son couple, pour donner des gages de son anti-conformisme (Mary, 2023). Néanmoins, il ne faut pas voir cette peopolisation comme découlant d’une maîtrise stratégique parfaite de son image, où chaque acte est calculé et réussi à l’aide d’une complicité ou d’une passivité coupable des médias. Ce sont les relations entre les pros de la politique et journalistes, qui sont autant des rapports de force que de coopération, qui accouchent d’informations (politiques) médiatisées. L’exemple de la Une de Paris Match est assez parlant : le 14 avril 2016, le couple Macron finit en couverture bien people, mais Manu n’était pas au courant (Leroux, Riutort, 2021).

Alors qu’il est candidat pour la première fois en 2016, Macron est un entrepreneur, mais un entrepreneur politique. Dit autrement, il ne pourra jamais trop critiquer l’État, et surtout sa position de domination. Au mieux, il pourra toujours nier son importance dans l’innovation et l’économie en générale, mais il ne pourra jamais dire « l’État sert à rien, il faut s’en débarrasser ». C’est un ordo-libéral tout ce qu’il y a de plus classique : autorité de l’État, garantissant le maintien de la domination étatique et des classes qui en profitent + libertés économiques, garantissant un maximum de profits pour les grandes entreprises privées. L’ordo-libéralisme accepte l’intervention de l’État, non pas pour remplacer le marché mais pour assurer son bon fonctionnement (Cayla, 2018). (C’est une compréhension bien plus réaliste de l’économie que la version néo-libérale qui renvoie à l’État au statut de parasite inutile).

Toutefois, peut-on maintenir cette description avec le Manu de 2023, le président en cours de deuxième mandat ? Je pense qu’il a perdu un peu de sa « superbe disruptive » et apparaît aujourd’hui plus comme un conservateur que comme un progressiste. Le bouleversement dans l’organisation politique n’a pas eu lieu. Son premier mandat et le deuxième en cours ne font que poursuivre et accélérer des dynamiques sociales qui ont commencé bien avant lui, comme la critique de l’État-providence et la confiance accordée au marché pour régler des sujets régaliens, ou l’apparition de nouveaux profils politiques hors des circuits traditionnels et venant du « monde professionnel ». La France ne va pas mieux depuis qu’il est au pouvoir et je dirais volontiers que c’est même pire. La caractéristique que Macron partage le plus avec les entrepreneurs est sans aucun doute la vision. Encore aujourd’hui, on ne sait pas trop ce que le président veut faire concrètement, mais il a une vision. Manu est un ophtalmo de comptoir, qui arrose ses interlocuteurs et interlocutrices, principalement médiatiques, de ses grandes idées pour changer le pays. Prenons l’exemple de l’éducation qui fait tant parler ces derniers jours (25 août 2023) : Manu a proposé une refondation de l’école et dans différents articles est détaillée sa vision. Si quelques actions sont présentées (vacances écourtées, enseignants revalorisés, baccalauréat (encore) ajusté), on peine à voir ce qui est précisément et concrètement prévu. Peut-être est-ce là le problème ? Le président de la République est un visionnaire qui ne fait rien de concret tout en possédant un pouvoir immense. En tous cas, Macron n’est certainement pas le seul responsable de cette obsession visionnaire ; les médias ne cessent de parler de ses interventions en utilisant ce terme, même l’opposition politique (au sens large) évoque sa « vision » – par ex les syndicats critiquent la « vision passéiste » du président concernant l’éducation.

D’après Galluzzo, le mythe de l’entrepreneur défend une aristocratie entrepreneuriale et un conservatisme méritocratique. L’entrepreneur gagne, non pas parce qu’il est soutenu par une organisation politique spécifique, qu’il bénéficie de différents capitaux sociaux et symboliques, mais parce qu’il est naturellement le meilleur grâce à son génie. Dans ce monde fictif, les inégalités n’existent pas, tout le monde a le droit à sa chance pour réussir. Aristocratie, méritocratie et conservatisme décrivent si bien Manu que je ne m’étendrai pas sur ce point, si ce n’est pour relever ce qui saute aux yeux, à savoir que l’entrepreneur politique Manu bosse incontestablement pour le maintien de cet ordre social. Vers la fin de son ouvrage, Galluzzo souligne un lien entre le mythe du grand homme et le mythe de l’entrepreneur ; le second serait une réitération du premier, à la différence que le capitalisme est célébré chez l’entrepreneur, alors que c’est la nation chez le grand homme – les célébrations opérant toujours dans le but de maintenir un ordre social. Et si l’entrepreneur politique était le point de jonction entre ces deux mythes, le mythe unificateur du capitalisme d’État ?

En bref, Manu est un entrepreneur politique, qui se sert des outils du marketing politique, en particulier le storytelling. (Je pense qu’il y a un bon article scientifique à rédiger en effectuant une comparaison entre la figure de l’entrepreneur – telle que la définit par Galluzzo – et l’image du candidat Macron de 2017. Dans cette optique, trois points saillants méritent attention : le « caractère génial » du président, sa capacité à « changer » la politique et la « force » de sa vision.)

Macron le démonstrateur

La démonstration et la réflexion précédentes importent assez peu au final par rapport à ce qui suit. Se poser la question du caractère entrepreneur de Manu et pouvoir y réfléchir avec autant d’éléments prouve selon moi que quelque chose ne tourne pas rond dans l’organisation politique. Avant de m’arrêter sur ces différents points, j’aimerais insister sur l’interrogation de départ qui a suscité l’activation de mes neurones : comment se fait-il que le président, censé représenter tous et toutes les citoyennes, censé incarner l’État, non seulement ne parvienne pas à être à la hauteur de cette responsabilité mais, en plus, quand il chercher à exercer cette responsabilité, suscite de la méfiance et de la défiance ? Cette question annule donc en partie l’intérêt de la précédente partie car, quand on commence à considérer la dite question dans son entièreté, on se rend compte que ce n’est pas si important de savoir si oui ou non le président est un entrepreneur, mais, en revanche, qu’il est nécessaire de savoir pourquoi le président peut s’analyser sous cet angle. En d’autres termes, je vais développer en quoi le fait de s’interroger sur la nature entrepreneuriale de Manu renvoie en réalité à des interrogations qui critiquent directement l’organisation politique.

Si le président ressemble autant à un entrepreneur, c’est parce que les électeurs et électrices ressemblent, eux et elles, à des consommateurs et consommatrices. Le choix d’un-e candidat-e à l’élection présidentielle ne relève pas d’un autre mythe, celui de l’électeur et électrice rationnelle, position qui a été défendue par des économistes notamment pour expliquer la participation politique (Mayer, 2010)  – au contraire, pour un examen du rôle des émotions en politique voir Marcus (2008). Mais après tout, est-il si étonnant que le vote soit envisagé, pensé, conçu et poussé comme une consommation quand cette dernière constitue le centre de l’individu moderne, transformé en marchandise (Floris, Ledun, 2013) ? Est-ce si étonnant quand les individus se servent de la communication  pour se réaliser personnellement (Ehrenberg, 2011) ? L’idée est simple : si nous sommes des marchandises, c’est-à-dire des êtres subjectivement (par les émotions, le désir, la définition de soi) et objectivement (par les techniques des institutions (au premier desquelles les entreprises et sa publicité), par les rapports sociaux (se détacher d’une classe sociale par exemple)) définis comme tels, le marketing et son inévitable corollaire, la consommation, sont au centre de nos vies. Un consommateur ou une consommatrice n’a quasiment aucun pouvoir. Ils et elles ne sont pas sans doute pas ces masses informes que l’on imaginait passives et amorphes, à l’heure où l’on parlait des foules, il n’en demeure pas moins que la consommation n’est pas un acte d’émancipation. De Certeau (1990) parle des consommateurs et consommatrices comme des dominé-es. Ils et elles ont bien des marges de manœuvre, mais contraintes, situées ; de Certeau parle de consommateurs « quadrillés » (ibid. : 66). Dès lors, le message politique est clair ; consommez et ne décidez de rien, même le vote est un acte de consommation comme un autre, à moitié vidé de sa substance politique. Cette consommation de la vie politique peut pourtant aussi avoir des effets positifs (Dakhlia, 2010), comme une diversification des canaux et des formats d’information. À titre personnel, je m’interroge cependant sur cette relativisation qui fait l’impasse sur l’essentiel : est-il nécessaire de faire consommer, c’est-à-dire payer sous une forme ou une autre, cet accès à l’information (payer peut s’entendre dans le sens de manger de la pub ou un cadrage particulier (sous l’angle « cool » parce qu’on est jeune par exemple)) ? Ne pourrait-on pas imaginer que l’information politique soit disponible gratuitement, en toute transparence, à toutes et tous ? Ne serait-ce pas la moindre des choses pour une démocratie ? Mais, après tout, la démocratie représentative implique une mise « hors-jeu » des profanes (Gaxie, 2003 : 147), des électeurs et électrices, surtout issu-es des classes défavorisées (Gaxie, 1978).

Ainsi, en se demandant si Macron est un entrepreneur, on remet en cause le statut de l’électorat pour lui opposer celui de consommateur et consommatrice. La politique devient un produit et le politique se déroule non pas dans un espace public (au sens d’Habermas, de la belle discussion démocratique), mais sur un marché, avec tout ce que ça comporte de manipulation, de dissimulation, d’utilitarisme et de fétichisation. Sur ce dernier point, j’aimerais poser la question suivante (que j’ai un peu la flemme de détailler tant elle me paraît amener des ramifications profondes) ; que cache la fétichisation de la marchandise politique ? Si les candidat-es à la présidentielles sont des marchandises, quelles relations et symboles perdons-nous pour une pleine compréhension ?

La vacuité des activités de communication est une caractéristique marquante de la communication politique. En dehors du message politique (consommez et ne décidez de rien) évoqué plus haut et qui donne un poids déterminant à cette vacuité, à travers leurs activités de com les pros de la politique semblent n’avoir rien à dire. Se joue là également la question de la confiance ? Ne sont-ils et elles pas en train de dire ou d’écrire ce que leurs « secteurs » de clientèle ont envie d’entendre ? Ne lâchent-ils et elles pas un mot, une expression pour obtenir un désarmement, une pause ou une diversion ? Qu’est-ce qu’ils et elles ne nous disent pas ? Croit-ils et elles vraiment à ce qui est dit ? Ont-ils et elles conscience de se contredire aussi fréquemment ? Pourquoi condamnent-ils et elles cette action alors qu’ils et elles la tolèrent ailleurs ? Défendent-ils et elles vraiment telles causes alors qu’ils et elles défendent une autre qui est lui complètement opposée ? Comme je l’ai démontré dans une étude indépendante sur la réception de la communication politique, certain-es citoyen-nes considèrent que les activités de communication sont inutiles, qu’elles sont une perte de temps. Les activités de communication perdent leurs intérêts quand elles sont avant tout des exercices de façade, destinés à créer une adhésion ou une soumission sans discussion – l’intérêt ici est à comprendre dans le sens de permettre le déroulement d’un échange démocratique, d’égal à égal. On retrouve le manque de concret, d’un concret ancré, d’où une critique récurrente de déconnexion, que j’ai trouvé chez les citoyen-nes que j’ai interrogé-es, tout comme d’autres (Brechon, 2004 par exemple). Mais c’est bien le propre de la langue de bois, de sonner creux, d’être déconnectée de la réalité (Delporte, 2008).

La déconnexion des activités de communication est, selon moi, accentuée par les pratiques de marketing politique. L’entrepreneur Manu ne réalise pas qu’il est assis sur un trône bancal car sa transparence et son honnêteté ne seront jamais acquises et susciteront toujours des remises en question voire en cause. S’interroger sur l’entreprenariat politique revient à admettre qu’en politique tout est permis ; à commencer par ne pas respecter le soit-disant souverain. La question de la confiance évoquée plus haut devient effectivement centrale. Et comme l’indique Mary (2023), la peopolisation, produit du marketing politique, induit un décalage de confiance. Auparavant les électeurs et électrices votaient pour un parti et s’interrogeaient sur la confiance qu’ils et elles lui accordaient. Désormais cette confiance concerne un individu. L’organisation politique semble donc reposer sur cet individu ; comment imaginer qu’un seul être puisse avoir autant de pouvoirs ?

Les pros de la politique, surtout au plus au niveau, sont empêtré-es dans des paradoxes voire des contradictions gênantes. Comme je l’ai souligné plus haut, l’entrepreneur Manu est un libéral, mais il est aussi autoritaire, autoritariste même comme en témoigne la manière dont il tolère les violences policières et réagit face aux contestations populaires. Le président-entrepreneur est donc un visionnaire, mais il respecte profondément certaines traditions, surtout celle de la domination sans partage de l’État. Et pourtant, il accepte par ailleurs que l’État soit investi, pour ne pas dire gangrené, par le pire de l’entreprise, soit sa voracité pour le profit. Il s’agit d’un double paradoxe terrible ; l’État est privatisé pour le profit d’un groupe (une noblesse managériale publique-privée, favorisant la circulation entre privé et public et dépeçant les services publics pour confier leurs missions aux entreprises (Gervais, Lemercier, Pelletier, 2021)) ET il reste très autoritaire sur sa gestion du public et du peuple. Autrement dit, la main droite se fait de plus en plus ferme, tandis que la main gauche est en train d’être rangée dans la poche, au profit (littéralement) de grandes entreprises.

Comme l’a relevé Galluzzo (op. cit.), le mythe de l’entrepreneur va à l’encontre de la fiction anthropologique qu’est l’homo economicus. En effet, le visionnaire suit son intuition, et non des calculs intéressés. Si l’on suit le récit médiatique participant au mythe, peut-être est-ce le revers de la médaille du génie entrepreneurial ? Le génie agit et nous ne pouvons pas le comprendre, car il fait des choses que le commun des mortels n’est pas en mesure de saisir. Malheureusement, modestie à part, ma grosse intelligence sanctionnée par un doctorat me fait dit que l’entrepreneur Manu, pétri de paradoxes, n’est pas rationnel. Si on peut deviner une raison simple derrière ses agissements, c’est celles de faire comme ses intérêts de classe le lui dictent. Attention, je ne pense pas qu’il s’agisse d’un complot de classe, s’arrangeant en coulisse pour tout maîtriser – ils ne sont pas assez intelligents et personne ne l’est suffisamment pour contrôler un pays entièrement. Je souscris plutôt à l’analyse de Généreux (2021) ; Manu souffre d’une arrogance et d’une allergie à la critique, lui faisant croire qu’il détient la vérité et que sa construction de la réalité, et les solutions qui vont avec, sont nécessairement les bonnes. En conséquence, au lieu d’être un individu porté par son génie, qui lui permettrait de maîtriser parfaitement la situation, Manu souffre de biais cognitifs courants. Ces biais lui confient un air de tout le monde, mais à cause de son accès à des outils et des institutions (médias en tête) qui transmettent constamment ses pensées, l’irrationalité de Macron saute aux yeux. Ces éléments en tête, je repose donc la question plus haut en l’élargissant : comment une personne seule peut avoir autant de pouvoirs et comment, même, un groupe peut avoir autant de pouvoirs ? L’entreprenariat politique illustre un des plus gros défauts de notre organisation politique ; l’illusion que la société puisse justement être représentée par un individu ou un groupe.

Enfin, l’impuissance et la colère deviennent des émotions banales dans la réception des activités de communication. Comment ne pas être envahi-e par la colère en lisant l’interview de Manu dans le point, sa « grande explication », dans laquelle il reprend les thèmes de l’extrême droite (crise de l’autorité, immigration en tant que problème) dont il censé être le barrage ? Comment ne pas se sentir impuissant-e en constatant les manques de moyens pour se débarrasser de cet individu, narcissique et totalement dépassée par la situation qu’est Emmanuel Macron ? Je crois, et je suis certainement pas le seul, qu’il faut supprimer cet embarrassant et dangereux résidu de la royauté qu’est la présidence. Ayant mené mon étude indépendante sur la réception de la communication politique en 2019 et 2020, la colère était effectivement présente, mais elle s’expliquait en partie par la situation exceptionnelle (le covid). Il faudrait rafraîchir ses résultats, mais je ne pense pas me tromper quand j’écris que cette colère, doublée d’une impuissance, sont des émotions répandues, voire les plus répandues.

Manu entrepreneur se prend en pleine face l’envie de réel changement des citoyen-nes et leurs inquiétudes face à l’état de la société et du monde. Beaucoup de citoyen-nes comprennent que nous n’avons pas de temps à perdre avec ses caprices et ses crises d’autorité – on peut ici donner du poids à une analyse qui constate une autonomisation des leaders politiques vis-à-vis des demandes sociales (Mary, op. cit.). Et pourtant, parce que nous sommes des êtres humains, nous cherchons, paradoxalement, un-e autre chef-fe pour les prochaines présidentielles en imaginant qu’il ou elle pourra faire mieux. Mais c’est un autre sujet. Quand j’ai commencé à réfléchir sur la figure d’entrepreneur du président de la république, une interrogation m’a rapidement frappé ; pourquoi alors que notre espèce est menacée par le réchauffement climatique et que notre société est traversée par de multiples crises (sociales, économiques, politiques, écologiques), on nous propose de régler tous ces problèmes en choisissant un chef comme on choisit une paire de chaussures ?



En somme, le mythe de l’entrepreneur dans sa version politique est un enfant du marketing politique, avec sa personnalisation, sa peopolisation et toutes ses absurdités communicationnelles. Celles-ci nous apprennent énormément de choses sur notre organisation politique et relègue, au final, la question de savoir si Manu est l’incarnation du mythe de l’entrepreneur politique au second plan. J’ai souhaité faire deux choses dans ce billet : mener une double réflexion sur l’organisation politique, à la fois sur l’un de ses acteurs centraux et sur sa nature même ET forcer une mise à distance par rapport aux pros de la politique qui prennent (toutes et tous !) beaucoup trop de place face aux enjeux actuels. Il est plus que jamais temps d’envisager les idées, les réflexions, les idéologies avant la personnalité des pros de la politique. Dans la même veine, il importe de saisir ce qui se joue derrière les apparences. C’est pour cette raison que Manu l’entrepreneur, au-delà de son entrepreneuriat politique, nous apprend plein de choses sur l’organisation politique.

 

Bibliographie

BRECHON Pierre, « Crise de confiance dans les élites politiques », IN : CAUTRES Bruno, MAYER Nonna, Le nouveau désordre électoral. Les leçons du 21 avril 2002. Paris : Presses de la fondation national des sciences politiques, 2004, pp. 47-69

CAYLA David, L’économie du réel. Face aux modèles trompeurs. Louvain-la-Neuve : De Boeck supérieur, 2018, 198 p.

DAKHLIA Jamil, Mythologie de la peopolisation. Paris : Le Cavalier Bleu, 2010, 96 p. (Myth’O)

DE CERTEAU Michel, L’invention du quotidien. 1. Arts de faire. Paris : Gallimard, 1990, 349 p. (Folio. Essais)

DELPORTE Christian, Une histoire de la langue de bois. Paris : Flammarion, 2008, 382 p. (Champ. Histoire)

EHRENBERG Alain, Le culte de la performance. Paris : Pluriel, 2011, 323 p. (Pluriel)

FLORIS Bernard, LEDUN Marin, La vie marchandise. Du berceau à la retraite, le marketing veille sur vous. Paris : La Tengo, 2013, 244 p.

GALLUZZO Anthony, Le mythe de l’entrepreneur. Défaire l’imaginaire de la Silicon Valley. Paris : Zones, 2023, 235 p.

GAXIE Daniel, Le cens caché : inégalités culturelles et ségrégation politique. Paris : Éditions du Seuil, 1978, 268 p. (sociologie politique)

GAXIE Daniel, La démocratie représentative. Paris : Editions Montchrestien, 2003, 160 p. (Clefs/Politique)

GÉNÉREUX Jacques, Quand la connerie économique prend le pouvoir. Paris : Seuil, 2021, 294 p.

GERVAIS Julie, LEMERCIER Claire, PELLETIER Willy, La valeur du service public. Paris : La Découverte, 2021, 476 p.

LEROUX Pierre, RIUTORT Philippe, « Accumuler du capital médiatique en temps record : Emmanuel Macron, ministre de l’Économie (août 2014 – août 2016) », IN : DESMURAUX Clément, NOLLET Jérémie, Un capital médiatique ? Usages et légitimation de la médiatisation en politique. Rennes : PUR, 2021, pp. 27-39

MARCUS E. George, Le citoyen sentimental. Émotions et politique en démocratie. Paris : Presse nationale de la fondation nationale des sciences politiques, 2008, 228 p.

MARY Nicolas, Peopolisation et présidentialisation sous la Ve république. Rennes : PUR, 2023, 302 p.

MAYER Nonna, Sociologie des comportements politiques, Paris : Armand Colin, 2010, 316 p.





Citer ce billet
Mathieu Fusi (2023, 7 septembre). Macron est-il l’incarnation du mythe de l’entrepreneur politique ? Point-virgule. Consulté le 22 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/t25l

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.