La thèse est-elle vraiment un marathon ?

La thèse serait un marathon. C’est l’image qu’on utilise souvent pour décrire l’expérience et les efforts associés à la thèse. Il s’agit pourtant, selon moi, d’une fausse bonne idée (je développe ce point d’un précédent billet) et je vais expliquer pourquoi ci-dessous.


1° La thèse-marathon, de quoi parle t-on ?

Quand la thèse est décrite tel un marathon, les caractéristiques suivantes de l’expérience sont invoquées : effort intensif, difficulté, longueur, nécessité de gérer et de préparer l’effort. Ces différentes caractéristiques correspondent bien à la thèse. Oui, il faudra fournir des efforts intensifs et difficiles. Oui, ces efforts dureront. Oui, il ne faudra pas se griller dès les premiers mois pour garder assez d’énergie afin d’aller au bout, de franchir la ligne d’arrivée de la soutenance. Et oui, il faut bien se préparer avant de se lancer. Bien entendu, ces caractéristiques ne sauraient résumer à elles-seules toute l’expérience de la thèse. Elles sont pourtant utilisées pour définir la pratique de la thèse dans son ensemble et l’investissement qu’elle exige. L’image de la thèse comme marathon (la thèse-marathon) fonctionne alors un peu comme un panneau de signalisation qui serait posé devant un parcours sportif d’une très grande difficulté, en guise d’avertissement mais aussi de transparence, afin d’éviter les blessures.

2° Pourquoi cette image n’est pas adaptée ?

Attention ici, je ne jouerai pas la carte de la description précise du sport concerné, le marathon. Déjà parce que j’y connais pas grand-chose en athlétisme, et, surtout, parce qu’on s’en fout un peu de l’adaptation parfaite du sport à la situation décrite. Les imaginaires et l’expérience concrète auxquels ils se rattachent ont bien plus d’intérêt. Et c’est précisément ici que la thèse-marathon véhicule des idées fausses ou approximatives.

Malgré la justesse des caractéristiques, si on prend le temps de s’interroger sur la nature des efforts en thèse, on se rend compte que la thèse-marathon manque de précision. Tout d’abord, il existe différentes intensités dans l’effort : des phases de sprint et des phases d’effort continu. Pendant ma thèse, j’ai pu passer des journées à cravacher comme un animal de trait, sans m’accorder une minute de pause, comme j’ai pu travailler que deux/trois heures par jours, au même rythme, pendant plusieurs semaines.

Ensuite, j’ai toujours su, même difficilement, prendre des pauses, mettre la thèse entre parenthèse (ça y est ! J’ai enfin réalisé ce jeu de mot, après tant d’années à écrire sur ce blog…). Si l’effort de la thèse dure longtemps, il n’implique aucunement de transpirer toute la journée, comme un-e saisonnier-e en train de castrer du maïs.

Enfin, il importe en effet de se préparer. La science est une activité complexe et compliquée et personne, à mon avis, n’y va en touriste. Cependant, en ce qui concerne la thèse en elle-même, il n’existe pas de méthode précise et déterminée pour faire sa thèse. Se préparer oui, mais à quoi ? Par ailleurs, malgré la façade de rationalité et d’objectivité, la science pratiquée est un joyeux bordel, avec du bricolage, des surprises, du hasard, de la triche, etc.

La thèse-marathon décrit donc mal les différences d’intensité de la thèse et passe à côté des indispensables phases de repos. Elle décrit aussi assez mal le travail scientifique concret.

3° Pourquoi elle est dangereuse ?

Il y a comme une ode au productivisme dans la thèse-marathon ; j’imagine les superviseur-es avec un chronomètre en main, les pair-es-supérieur-es en train de commenter le travail comme des journalistes et la famille et les ami-es célébrant l’effort sans comprendre vraiment ce qui se joue. Si la thèse ressemble un effort constant, c’est parce qu’elle doit être accompagnée d’activités permanentes (réflexions, écriture, résultats, lecture, etc.). Je ne manque pas d’exemples de doctorant-es qui suscitent la surprise quand ils ou elles annoncent à leurs collègues ou leurs superviseur-es prendre un temps de repos. Cet accroc au stakhanovisme peut être plus ou moins sévèrement réprimandé et la norme semble bien être la transpiration constante : je me manque malheureusement pas non plus d’exemples de doctorant-es ayant refusé de prendre des vacances ou un jour férié devant le jugement des pairs et des supérieur-es.

Et pour rester (et revenir) sur l’effort constant, la thèse-marathon appelle clairement une motivation et une détermination de tous les instants. Est-ce que j’ai besoin d’expliquer la dangerosité d’une telle description ? Sur-engagement, burn-out, problèmes physiques en tous genre, culpabilité… Exclure le repos est non seulement mauvais pour la santé mais, dans une perspective utilitariste, nuit effectivement à la productivité souhaitée. Personne n’est productif sans repos.

Il est tout à fait envisageable que la thèse-marathon entraîne une naturalisation du productivisme et des efforts constants dans l’imaginaire qui accompagne la thèse comme expérience. Il serait normal de travailler d’arrache-pied, sans week-end, sans vacances. La souffrance qui découle de ce rythme est naturalisée également. Faire une thèse devient souffrir ; prochaine réunion de rentrée, mettez votre plus belle tenue de cuir ! Cette naturalisation se double d’une exclusion ou d’une culpabilisation des personnes qui préfèrent travailler différemment, c’est-à-dire la très grande majorité qui supporte mal de travailler constamment sous pression.

Pour finir, je trouve que la thèse-marathon relève d’une forme de sadomasochisme, où l’initié-e souhaite la souffrance du ou de la candidate à son statut. Je reconnais volontiers le caractère hypothétique et provocateur de cette idée, mais j’ai toujours été frappé par cet égalitarisme du pire, qui pourrait se résumer comme suit : « j’ai souffert pendant ma thèse, alors c’est à leur tour ». C’est évident mais ça va mieux en le disant, ce n’est pas parce que vous avez sué sang et eau pendant votre thèse, fait 2 burn-out, une dépression, développer un stress post-traumatique qui vous fige comme un chien devant un miroir quand vous ouvrez un fichier excel, que les autres doivent passer par le même chemin torturé que vous. Cette attitude est à l’opposé de l’empathie et de l’entraide nécessaire pour faire une thèse dans des bonnes conditions.

 

En bref, la thèse décrite comme marathon correspond à une expérience longue et difficile, imposant des efforts continus et une préparation tout aussi longue. Si ces éléments sont pertinents, ils sont aussi en partie à côté de la plaque : ils décrivent mal les différences d’intensité et ignorent les phases de repos, tout en oubliant l’aspect bordélique de la thèse. Plus dérangeant, la thèse marathon est dangereuse pour plusieurs raisons. Premièrement, elle sonne comme une ode au productivisme et à l’effort constant. Deuxièmement, elle risque de naturaliser cet effort constant et cette course au productivisme, faisant de la souffrance un élément normal de l’expérience de thèse. Dernièrement, je trouve que les personnes se rangeant derrière cette image et l’utilisant pour justifier les difficultés de la thèse et les souffrances liées font preuve d’un certain sadomasochisme.

Et pour le dire autrement, si vous, en gros toutes celles et ceux qui voudraient que toutes les thèses se finissent en trois ans sans que les doctorant-es se plaignent de quoi que ce soit, qu’ils et elles acceptent leur destin en chemin de croix comme des dévot-es, si donc vous voulez que la thèse soit effectivement un marathon, il faudrait songer à donner les moyens adéquats : encadrement de qualité permettant de soutenir en trois ans, financement de thèse pour tout le monde, un avenir pro garanti (et pas des promesses en l’air pour obtenir une soumission), des moyens matériels suffisants, une reconnaissance du travail des doctorant-es (ce qui veut dire à la fois laisser une réelle autonomie ET ne pas les utiliser comme de la main d’œuvre gratuite), un accompagnement à la hauteur (assistance sociale, coaching, psychologues), des moyens financiers et matériels pour mener la recherche, etc.

Crédit image



Citer ce billet
Mathieu Fusi (2023, 3 août). La thèse est-elle vraiment un marathon ? Point-virgule. Consulté le 22 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/t25k

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.