Évidence et effet politique du discours

Un discours qui se donne pour objectif d’avoir des effets politiques – c’est-à-dire d’entraîner des comportements particuliers allant dans le sens de l’organisation politique (notamment le règlement des relations entre individus) – tourne autour d’un rapport entre évidence et prudence ou doute. C’est ce que nous allons détailler ci-dessous en mettant en parallèle le recours de la pensée dominante à l’évidence.

Prudence : un mauvais compagnon des discours politiques ?

La prudence ne donne pas à un discours des effets politiques, l’évidence oui. Comme le souligne Thierry Guilbert, chercheur en psychologie sociale, l’évidence dans un discours se présente comme un allant de soi1. Le discours est alors performatif au sens où il entraîne des actions. Pour cette raison, nous comprenons mieux pourquoi la pensée dominante ne fait pas état de ses doutes ni même ne semble en posséder. Il est beaucoup plus simple d’un point de vue de la réflexion d’évacuer les difficultés, les possibilités d’erreurs que de s’y arrêter et de les développer. De plus, la prudence peut faire rendre un discours moins convaincant.

Voici un exemple tout simple : vous vous promenez avec un ami dans la forêt et vous vous retrouvez nez à truffe avec un ours. Votre ami vous demande comment faire pour survivre à la rencontre. Vous répondez que les ours ne grimpent pas aux arbres. Afin d’être sûr, votre ami vous interroge sur ce fait. Si vous répondez à nouveau qu’il n’y a aucun souci à se faire et que vous êtes dans le juste, votre ami va vous suivre. Si vous faites preuve de doute, que va t-il faire ? Ce que cet exemple montre c’est un lien entre la force de conviction de votre discours et votre niveau de doute. Pour caricaturer – parce que là nous évacuons toutes (ou presque) les dimensions psycho-sociologiques d’un effet de conviction, notamment concernant la confiance – dire « peut-être » ne convainc pas, dire « certainement » oui.

Un professionnel de la politique, assurément manipulateur de la pensée dominante, n’a aucun ou très peu d’intérêt à faire preuve de prudence dans une situation où il cherche à convaincre et s’il sait que ses propos ne connaîtront pas de correction rapide par la suite. Ce peut être le cas d’une situation de crise, où les choses peuvent évoluer subitement. Pourtant même dans ces situations, les politiciens ne manquent pas d’assurance. Par exemple, alors que la crise des subprimes, plus grande crise financière depuis celle de 1929 dit-on, pointe le bout de ses conséquences, Christine Lagarde, ministre de l’Économie et des Finances, annonce que la crise n’aurait pas d’effet sur l’économie française. Selon elle, «  l’économie réelle a ses fondamentaux bien orientés, en particulier une consommation des ménages dynamique et une croissance mondiale vigoureuse »2. Cette déclaration apparaît bien imprudente au regard des effets catastrophiques, encore perceptibles aujourd’hui, de cette crise.

Évidence : un bon compagnon des discours politiques !

Toutefois, et plus largement, la question est la suivante : le doute est-il admis dans la politique, surtout dans des moments où l’adversité se fait le centre d’un échange (débats présidentiels par exemple) ? La pensée dominante est claire dans ces instants clés, où se joue une lutte pour prendre possession de la représentation-incarnation de l’État. Autrement dit, pendant un débat présidentiel, les deux candidats se disputent la possibilité de pouvoir faire agir et parler l’État à travers leurs discours. C’est un des pouvoirs des membres de l’exécutif en France. Dans ce cas, la pensée dominante s’illustre dans ses caractéristiques, et non pas son contenu – parce qu’il n’existe pas une pensée dominante mais bien plusieurs, qui partagent différentes caractéristiques.

Que voit-on dans un débat présidentiel dans la manière dont une pensée dominante s’exprime ? Premièrement, elle ne doute pas. Deuxièmement, elle a raison. Troisièmement, son adversaire a tort. Quatrièmement, les approches divergentes des siennes appartiennent au passé et, en conséquence, elle représente l’avenir et le progrès. Cinquièmement, parfois elle connaît l’essence des choses, ce que les choses sont réellement, et c’est bien là que le doute doit être inexistant. À travers ses caractéristiques que l’on peut généraliser à l’ensemble des pensées dominantes, la pensée dominante s’affiche comme maîtresse de la réalité, mieux ; elle est créatrice de la réalité. Et dans ce sens, la pensée dominante est un constructivisme du pire. Elle construit la réalité tout en prétendant, de manière positiviste, qu’il existe une réalité que, elle seule, est capable de comprendre, d’expérimenter et d’expliquer. Il faut bien comprendre là le paradoxe tout à fait extraordinaire de la pensée dominante. Elle prétend qu’il existe une réalité en dehors elle, une réalité à laquelle elle ne peut que se plier alors qu’elle est en mesure de construire, avec son discours, cette réalité. C’est un peu pour cette raison que l’on a séparé les créateurs de la loi et ceux qui peuvent l’appliquer ; il est trop facile de tricher et il paraît malhonnête de prétendre respecter une justesse extérieure quand on fait partie de ceux qui fixe les règles d’une situation.

C’est là que l’évidence entre clairement en jeu parce qu’une pensée dominante n’est pas un être magique qui flotte dans les airs que chacun peut saisir à l’aide d’un filet. Une pensée dominante correspond à une organisation politique et est rattachée à des institutions. En France, les représentants de l’État participent à l’élaboration de plusieurs pensées dominantes car ils ont les instruments pour. Tout d’abord, ils peuvent imposer par la force physique cette pensée – la contradiction avec l’État peut coûter cher, parlez-en avec les manifestants qui « discutent » avec les CRS. Ensuite, ils ont les moyens de communication, au sens de diffusion massive dans l’objectif de convaincre. Enfin, ils ont la légitimité politique voire sociale. Les ministres sont autorisés à discourir sur ce qui est bon à effectuer pour augmenter la croissance.

Macron, par exemple, explique sans émettre de doute que la concurrence à toutes les sauces est une façon de « relancer la croissance ». L’évidence est pleine quand, dans une interview donnée à BFM-TV le 18 février 2015, Macron ministre répond « Mais bien sûr. »3 à Jean-Jacques Bourdin cherchant à savoir si la loi – Loi pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques – va « créer de la croissance ». Où en sommes-nous trois plus tard ? On ne va pas se lancer dans un débat de macro-économique, pour lequel je n’ai pas les connaissances suffisantes mais on notera, cyniquement, que cette loi a au moins permis de faciliter le travail de nuit et le dimanche ; sans aucun doute une grande avancée…

Une série de questions à se poser

Au total, nous avons souligné dans ce billet la capacité de la pensée dominante à construire la réalité plutôt qu’à la dévoiler. Toutefois, l’évidence n’est pas un outil que tout le monde peut utiliser. L’évidence politique (et symbolique), l’évidence dans la description de la réalité n’est pas un outil que chacun possède dans sa mallette. L’évidence politique correspond à une organisation, à une distribution de l’autorité et de la capacité à rendre son discours performatif. En France, les ministres et le Président comptent parmi les individus qui ont les discours les plus efficaces quand il s’agit de causer des effets. Ils n’échappent pourtant pas à certaines règles de l’expression comme la force persuasive de l’évidence. C’est donc un mélange entre l’institutionnalisation du politique – qui en France peut et doit prendre des décisions qui impacteront la société ? et la rhétorique – le fonctionnement de la persuasion dans un discours , les deux étant bien entendu liés.

Ce constat amène une série de questions :

En premier lieu, en tant que citoyen et électeur, est-il possible de faire confiance aux professionnels de la politique quand la structure du jeu politique (les luttes autour des positions de chacun) et la distribution de l’autorité mobilisable dans les discours favorisent le recours à l’évidence ? Comment faire confiance à des individus qui tiendront des discours dénués de doute par défaut, sans nécessairement chercher un lien avec une réalité ? Le doute est-il indispensable pour l’électeur quand il sait que l’orateur politique baigne quasi-automatiquement dans l’évidence ?

En deuxième lieu, sommes-nous trop bêtes pour ne pas respecter la prudence ou pour ne pas accepter l’indécision des preneurs de décision ? Sommes-nous considérés comme si enfantins pour paniquer dès que le « chef » n’est pas sûr, surtout en cas de crise – Freud dirait que la libido de la masse est totalement investi dans son chef4 ? En sommes-nous encore là en réalité ? Nos élites nous pensent-ils encore comme des masses sans cervelle ? Ou sont-ils complètement soumis à la façon dont l’évidence fonctionne dans un discours en France ? Ne peuvent-ils pas contourner certaines règles du discours ?

En troisième lieu, la pensée dominante est-elle une pensée constructiviste comme une autre ? Lui est-il impossible d’échapper à ses effets de définition de la réalité (et sans doute est-elle là un contre exemple constant face au positivisme, dont elle se réclame) ? Si tel est le cas, pourquoi ne cherche t-elle à maîtriser ses effets ou faire preuve d’honnêteté envers ceux-ci ?

En quatrième lieu, quel est lien entre institution, pensée dominante et évidence ? Plus une institution est dominante dans la société, plus son discours est emprunt d’évidence ? Plus son discours est évident, plus il prend part à et découle d’une pensée dominante ? Par ailleurs, compte tenu de son statut d’institution dominante de la société française, l’État est-il le plus gros producteur d’évidence de la société française ?

Nous pourrions continuer encore bien longtemps tant nous avons exprimé si peu sur ce sujet. Le lien enter évidence et effet politique d’un discours interroge tout à la fois la communication politique (dont la communication de l’État) et la reproduction de la domination politique et symbolique (création de la réalité en particulier).

1GUILBERT Thierry, « Performativité et évidence discursive. « Aujourd’hui » dans les discours politico-médiatiques », IN : AMBROISE Bruno, Geay Bertrand (dir.), Langage et politique : l’efficacité du langage en question. Villeneveuve d’Ascq : Presses universitaires du Septentrion, 2016, p. 120

2http://discours.vie-publique.fr/notices/073002464.html

3http://discours.vie-publique.fr/notices/153000484.html

4FREUD Sigmund, Psychologie de masse et analyse du Moi. Paris : Seuil, 2014, 178 p. (Points. Essais)

Crédit photo


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.