La thèse est un rapport de force ; 2° L’exemple des remerciements

L’exemple choisi pour démontrer que la thèse est un rapport de force est d’apparence relativement anodine. Il s’agit des remerciements présents en tout début de manuscrit. Nous partons de l’idée que remercier montre qu’on se soumet. Ensuite, la nécessaire discrétion pour un doctorant critique dans les remerciements s’inscrit dans le même ordre d’idée.

Les remerciements comme témoin d’un ordre

Évacuons directement la polémique qui pointe le bout de son nez ; non je ne considère pas que les remerciements sont uniquement un geste de soumission. Les remerciements montrent la reconnaissance honnête que l’on possède envers certaines personnes. Toutefois, dans le cadre d’une thèse, notons que l’on est forcé à remercier. Ce constat amène à se demander pourquoi ?

En lisant plusieurs remerciements de thèse, je me suis aperçu qu’il y avait des classiques ; merci la famille, merci la copine ou le copain, merci les amis, merci le directeur de thèse et merci le jury. Ce sont les deux derniers qui nous intéressent. Dans le rite de la thèse, le jury et la directrice jouent un rôle de première importance. Ils correspondent aux gardiens qui accueillent au sein de l’institution un candidat à l’entrée. Leur fonction est d’évaluer si le candidat est digne de les rejoindre. Le candidat se doit de faire montre de déférence envers ces gardiens et envers les institutions ; à la fois simple calcul cynique du « léchage de botte », c’est aussi un rapport presque libidineux. Ici la libido n’est pas, comme dans son sens courant, une affaire de sexualité (on pourrait dire à la limite que c’est une affaire de sexualité désexualisée1) ou une question basique de relation sexuelle. La libido est un lien d’amour contraignant qui lie le groupe ensemble2. En plus de cette libido, dans un groupe doit se manifester « la complémentarité des désirs des individus qui créent des institutions qui leur semblent naturelles, pour parvenir à leurs fins de toute-puissance »3. Les membres d’un groupe sont en conséquence en accord sur le « plan psychologique » et il est tout à fait logique qu’ils cherchent à recueillir avec eux un individu qui montre son désir à faire partie du groupe.

Toutefois en évoquant les théories d’E. Enriquez nous ne pouvons faire l’impasse sur deux dimensions de la composition et de l’organisation d’un groupe. En premier lieu, le groupe se doit d’avoir un chef. L’ordre hiérarchique qui existe dans l’université et les positions symboliques, qui sont explicitement signifiées dans les disciplines, facilitent la tâche pour trouver les chefs. C’est peut-être là la différence avec une lecture freudienne du groupe ; il n’existe pas qu’un chef, comme il existe un père, mais plusieurs chefs qui incarnent à leur tour, à des degrés différents selon leur position institutionnelle mais aussi leur « charisme », ce rôle public du « chef » pendant un rite. Pour le thésard, et si l’on considère que pour lui le plus important est le rite de la soutenance, les chefs de l’institution sont les membres de son jury. En second lieu, la libido du groupe tient parce qu’elle est également dirigée contre les autres groupes, elle se déploie dans la haine des ennemis. Il est plus difficile ici d’entrevoir de la « haine » entre les groupes qui composent les disciplines. Il existe beaucoup de groupes et il faut savoir desquels nous parlons. Si la discipline forme un groupe, les laboratoires aussi. Il y aurait donc deux groupes auxquels le doctorant est susceptible d’adhérer ; le groupe-laboratoire et le groupe-discipline. La « haine » envers l’autre peut donc viser d’autres disciplines ou d’autres laboratoires. Faute d’une identification précise de l’ennemi, et cela dépend sans aucun doute du contexte dans lequel a lieu la soutenance (quelle laboratoire ? Quelle discipline ? La « distribution » des subventions de l’État ? La position du laboratoire au sein du champ scientifique ?), il n’est pas possible, pour nous, d’utiliser cette dimension, bien qu’il est indéniable qu’il existe des luttes au sein du champ scientifique. Le problème étant qu’un adversaire de lutte n’est pas aussi « liant » qu’un ennemi.

Les remerciements dans le manuscrit correspondent à la compréhension et l’acceptation de la part du doctorant vis-à-vis de ces actes qu’il doit accomplir pour respecter l’institution et son ordre. Il est question d’ordre dans le sens d’organisation hiérarchique, où chacun connaît son rôle et la position de celui-ci. Le fait de remercier son jury et son directeur s’inscrit dans cette reconnaissance de ceux qui constituent l’institution. Encore une fois, il est possible, et normal, de ressentir une sincère appréciation envers jury et directeur. Néanmoins, il ne faut pas oublier le caractère contraignant de ces remerciements ; le doctorant est dans la contrainte de remercier. Puisque les remerciements sont une des façons par lesquelles le doctorant signifie explicitement son acceptation de l’ordre institutionnel, cette contrainte se justifie. Et elle se justifie par rapport à la manière dont une institution cherche à se reproduire – c’est-à-dire que les membres d’une institution, en tant que parfois (ou toujours) ils ont des fonctions de gardien, choisiront ceux qui présentent de façon évidente une disposition à maintenir l’institution.

Les contournements dans les remerciements

Nous avons proposé dans le premier billet que si la thèse était un rapport de force, c’était parce que l’Université en tant qu’institution n’avait pas une autorité naturelle, génétique, ni une autorité sociale assez forte (« primaire » dans le sens des institutions qui jouent un rôle primordial dans la vie d’un individu, comme le langage ou la famille). Ainsi, il est logique que des conflits surviennent entre l’institution et l’individu. Cela prouve que l’ordre de l’institution n’est pas intériorisé. La critique de l’Université et des disciples est possible et elle existe de fait.

Toutefois, le doctorant souhaitant faire partie de l’Université n’a pas intérêt à manifester cette critique à voix haute, surtout si les gardiens de l’institution sont présents. Précisons ; cela ne signifie pas que ces gardiens sont des brutes insensibles et insensés, mais que quand ils ont ce rôle, notamment pendant la soutenance, ils sont en droit de faire preuve d’intransigeance envers la critique de l’institution. Leur réaction dépendra de leur ouverture d’esprit mais on peut raisonnablement imaginer que le rite de la soutenance contraint chacun (gardien y compris) à faire preuve de respect envers l’institution. Les remerciements cristallisent ce respect de l’ordre institutionnel en ne comportant aucune critique ouverture et explicite et en comprenant des remerciements envers les gardiens.

Il faut donc faire preuve d’un certain talent dans la manipulation des mots pour exprimer un mécontentement envers les gardiens ou l’institution. L’exemple que j’ai en tête exprime cela de manière très claire – et je resterai le plus flou possible afin d’éviter toute possibilité d’identification. Un doctorant était très déçu de l’encadrement de sa thèse, reprochant tout un tas de choses à son directeur (notamment son absence). Il savait justement qu’il lui était impossible de ne pas le remercier dans les bien nommés remerciements. Malgré tout, il souhaitait signaler un reproche envers ce qu’il considérait comme une faute. Son choix se porta sur l’utilisation d’un adverbe particulier, « indirectement », qu’il opposa à un autre, « directement ». En bref, il écrivit une phrase qui laissait entendre, à qui savait mais aussi à qui se donnait la peine de chercher à comprendre, que la part de travail de son directeur dans sa thèse était « indirecte ». Par ailleurs, dans la même phrase étaient présents d’ordre personne, la critique était donc ambiguë.

Ce qui se dégage de cet exemple est le jeu qui s’opère entre le dicible, et plus précisément le devant-être dit, et l’indicible. Les volontés critiques ne sont pas inexprimables dans les remerciements mais elles nécessitent de jouer avec les ambiguïtés de la langue, de laisser paraître un respect de l’ordre institutionnel et de ses gardiens tout en laissant des indices inverses. Ce jonglage entre vérité déguisée et mensonge forcé illustre les rapports de force qui se jouent entre le doctorant et l’Université, entre le doctorant et ses « supérieurs » hiérarchiques. L’ordre institutionnel fait clairement pencher la balance en la faveur de ses gardiens, qu’ils soient ponctuels et continuels.

Ces deux billets nous ont amenés à jeté un œil sociologique, un peu psychologique, à la thèse. Ils servent avant tout à détruire l’idée que la thèse est uniquement un exercice universitaire – mais qui pense ainsi ? C’est un point qui n’est jamais, ou au moins rarement, abordé quand on présente le travail de thèse à un étudiant, un peu comme si on s’attendait à ce qu’il est une révélation au cours de la première année. Pourtant, l’honnêteté à propos des rapports de force permettrait sûrement au futur doctorant de mieux se préparer et ouvrirait, pourquoi pas, la possibilité d’une remise en question critique de l’Université, de ses gardiens et des doctorants – l’objectif étant toujours de chercher à améliorer, sans craindre de vexer ou, pire, fermer les yeux par facilité et habitude.

1Sur ce point voir BASTIDE Roger, Sociologie et psychanalyse. Paris : Presses universitaires de France, 1972, 317 p. (Bibliothèque de sociologie contemporaine)

2ENRIQUEZ Eugène, De la horde à l’État. Essai de psychanalyse du lien social. Paris : Gallimard, 1983, p 68 (Connaissance de l’inconscient)

3Ibid., p. 83

Crédit photo


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.