Ces fausses bonnes idées sur la thèse

La thèse baigne dans un flou artistique. Un-e doctorant-e ne sait pas toujours ce qu’il ou elle fait, ni ce qu’on attend de lui ou elle. Il existe bien des attentes, mais quand on pousse les énonciateurs et énonciatrices de ces attentes à exprimer clairement ce qu’ils et elles veulent bah… c’est le vide. Je me souviens, désormais avec amusement, de la parade de ma directrice de thèse pour éviter de reconnaître son ignorance : « allez voir la thèse ou la thèse d’un-e tel-le ». En gros, elle me renvoyait à la tambouille interne d’un-e autre doctorant-e pour ne pas avoir à reconnaître l’existence de cette tambouille – qui est présente dans n’importe quelle recherche en fait. Mon expérience de thèse fut aussi entachée par quelques fausses bonnes idées, des odes à peine déguisés au productivisme, à l’hyperspécialisation, à l’abandon du soin de soi, au sur-engagement et au sacrifice de soi pour un avenir incertain… Ces fausses bonnes idées contribuent au flou artistique de la thèse car elles ne sont jamais clairement expliquées et correspondent à des normes implicites, des pressions supplémentaires qui sont cachées dans l’ombre.

1° Il faut être focalisé-e 100 % du temps

Comme l’a formulée si justement un camarade récemment, le repos est une source d’énergie. Être branché-e de manière constante sur une activité ne peut que mener à l’épuisement de l’énergie ; logique ! Et pourtant, à écouter certain-es commentateurs et commentatrices de la thèse, il faudrait faire des semaines de 60 heures au minimum et éteindre ses mails vers 02h du mat’ pour faire une bonne thèse. La qualité d’une thèse se mesurerait alors à la taille des cernes du ou de la candidate en soutenance. Bien entendu c’est complètement faux ! Il est important de se reposer. En outre, parce que le cerveau est taquin, la thèse se pense aussi pendant les temps de repos ; vous avez peut-être expérimenté ces flashs lumineux, ces idées furtives mais brillantes à propos de votre thèse alors que vous faisiez autre chose.

2° Il faut se concentrer uniquement sur son sujet

Sans vouloir faire une apologie de l’éparpillement, c’est bien d’ouvrir ses horizons et ne pas lire que des choses en rapport avec son sujet, afin, entre autres, d’éviter de rester le nez dans le guidon. Les cyclistes le savent, coller son nez en direction du guidon est pratique pour aller plus vite, mais la vitesse ne vaut pas forcément la qualité et, surtout, n’épargnera pas votre santé. Vous pouvez vous méfier du syncrétisme ou des mélanges forcés et bordéliques, mais quand je vois, parfois au sein d’un même labo, une incompréhension des sujets des uns et des autres, je me dis que l’hyperspécialisation ne peut que renforcer l’entre-soi et la fermeture d’esprit. Ainsi, en plus d’aérer son esprit sur un autre chose, se plonger dans une autre discipline ou sujet permet de penser autrement sa thèse.

3° Il faut montrer absolument patte blanche

L’université est une institution hiérarchique et autoritaire. Malgré la volonté et la pratique concrète de relations horizontales, tous les outils sont là, un peu comme la constitution française, pour faire un régime autoritaire. Les doctorant-es peuvent donc rapidement comprendre la nécessaire soumission au laboratoire et à la discipline, surtout si les titulaires et les directeurs ou directrices du labo ne les considèrent pas comme des pairs. Ce choix de comportement rencontre malheureusement un écho positif car les dominant-es préféreront toujours être brossé-es dans le sens du poil. Toutefois, il ne faut absolument pas croire que cela donne un droit à des postes ou même du soutien. J’ai tellement d’exemples de personnes qui se sont pliées à toutes les exigences de leur labo en espérant obtenir un jour quelque chose pour, au final, y laisser leur dignité voire leur santé. Le comportement rebelle peut se payer cher – refus de réinscription ou de bourse, bizutage, humiliation en public pendant une soutenance, abandon par le directeur ou la directrice, etc. – mais rien, selon moi, ne justifie le fait d’obéir totalement à une institution qui ne donne pas assez de moyens ni de sûreté pour le futur.

4° Il faut faire une croix sur sa vie privée

Absolument pas ! Qu’est-ce que je regrette d’avoir fait ça pendant une bonne dizaine de mois ; j’ai perdu des ami-es, arrêté un hobby central dans ma vie et je me suis presque flingué la santé au passage. Plus tard, j’ai pu faire des pauses de plusieurs semaines, sans toucher ma thèse, lisant, pensant, respirant autre chose, ça a été d’une aide inestimable. La thèse doit être pensée ici comme un compagnon, non comme un enfant que vous devez surveiller constamment. Et si jamais votre directeur ou directrice vous fait des reproches sur l’abandon temporaire du marmot, filez-lui la garde.

5° La thèse est un marathon

Cette métaphore part de la bonne attention de prévenir les doctorant-es sur la durée de l’effort. En effet, il vaut mieux se dire qu’on signe pour une aventure de plusieurs années. Cependant, je la trouve dangereuse pour deux raisons : premièrement, elle laisse penser que l’effort sera plus ou moins constant, or c’est faux ! Il faut se reposer et ne pas forcer tout le temps. C’est pas bon pour la santé d’être constamment sur quelque chose ; regardez les gens qui nous gouvernent, ils travaillent tout le temps, et vous trouvez qu’ils prennent des bonnes décisions ? Vous comprenez là, comme évoqué dans le 1° la nécessité de ne pas, comme dans un marathon, faire des efforts continus. Secondement, il laisserait penser que les efforts sont plus ou moins de la même intensité. Or, il y a des périodes d’accélération et de calme aussi. La métaphore du marathon décrit mal la réalité de l’effort en thèse.

crédit photo







Citer ce billet
Mathieu Fusi (2023, 5 juin). Ces fausses bonnes idées sur la thèse. Point-virgule. Consulté le 22 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/t25i

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.