Qui sont les cassos ? Pour une redéfinition d’une insulte de classe

Traiter quelqu’un de cassos n’est pas anodin. J’aimerais revenir brièvement sur les caractéristiques de cette insulte, avant d’en proposer une redéfinition pour viser les vrais profiteurs et profiteuses de notre société. Selon moi, il ne fait aucun doute qu’une personne qui bénéficie du RSA n’a rien d’une cassos, tandis que, par exemple, un haut fonctionnaire ou une secrétaire d’État qui fait sa carrière dans les services de l’État avant d’aller pantoufler rassemble tous les critères pour être traitée de cassos.

1° Qu’est-ce qu’une personne cassos ? La définition courante d’une insulte

Un cas social est une personne qui est dépendante de la société pour vivre : financement, aides, subventions, conseils, etc. Telle que j’ai pu l’utiliser et vu utilisée, cette insulte désigne aussi une personne qui ne sait pas se tenir en société : irrespect, impolitesse, agressivité, égocentricité, et plus généralement un mépris des normes communes admises. Ainsi dans l’imaginaire, la personne cassos est une profiteuse au RSA, qui fume du shit, qui crache par terre, qui écoute de la musique jusqu’à 2h du mat, qui ne travaille pas voire n’a jamais travaillé.

Voici donc les quatre grandes caractéristiques d’un-e cassos :

  • profiteur ou profiteuse = la personne cassos « profite du système »
  • dépendance vis-à-vis de la société = découlant de la première caractéristique, la personne cassos est dans l’incapacité de subvenir seule à ses besoins
  • mépris des normes communes admises = la personne cassos s’exclut elle-même de la société car elle se comporte mal
  • ne respecte pas l’ordre = il serait difficile ici de dire précisément de quel ordre il s’agit, mais quand on traite quelqu’un de cassos, on lui signifie aussi qu’il ou elle ne se range pas dans un ordre général

2° Qu’est-ce qu’un-e cassos institutionnel-le ? Une proposition de redéfinition

À partir des quatre caractéristiques données plus haut, je vais proposer une redéfinition des cassos, en intégrant ma réflexion dans une perspective anarchiste. Dit autrement, je rejoins les constructions du monde qui rejettent tout forme de domination et, en particulier, la forme historique de domination la plus prégnante à l’heure actuelle, l’État. En somme, je propose une relecture de notre quotidien, à travers une lorgnette qui a mauvaise presse et mauvaise image alors même qu’elle permet en réalité de prendre un recul important et indispensable.

A° Le ou la cassos institutionnelle comme profiteuse

Le ou la cassos institutionnelle profite principalement de l’organisation politique. Sa dépendance envers l’État est si forte qu’il est possible d’affirmer que sans ce dernier, ils et elles ne sont rien. A la différence d’une personne cassos au sens traditionnel – vous comprendrez que je ne souscris pas à cette insulte qui fleure bon le mépris de classe, mais la comparaison aidera à mieux comprendre la redéfinition que je propose –, le ou la cassos institutionnelle n’existe que grâce à l’État et la bureaucratie. (Je ne pense pas avoir spécialement besoin de justifier le lien entre État et bureaucratie, mais si vous souhaitez au moins une référence, sachez que je me range derrière la description historique de l’État de Bourdieu (1997) : la bureaucratie a contribué à faire émerger l’État dans le sens où elle lui a donné une légitimité et un champ d’activités spécifiques définissant à la fois son contrôle et son mode d’action.) Le maintien et la reproduction de la domination de l’État est une question de survie pour elles et eux. Ainsi, on comprend mieux pourquoi l’étatisme constitue une religion discrète et inévitable pour nos cher-es énarques, député-es, haut-es fonctionnaires en tous genre, secrétaires d’État, ministres, préfet-es, etc. La dépendance est totale vis-à-vis de l’État, donc vis-à-vis de cette sangsue qui aspire les forces vives de la société. Formulé de façon moins anarchiste, les cassos institutionnel-les entretiennent des relations de subsistance avec l’institution dont ils et elles dépendent entièrement. Supprimez le RSA d’une personne dans le besoin, elle trouvera le moyen de s’en sortir ; supprimez l’État, et tous et toutes les cassos institutionnelles se retrouvent sans soutien, sans revenu, et leur principal monnaie d’échange pour aller dans le privé, c’est-à-dire leur carnet d’adresse, n’aura plus aucune valeur. Dit autrement, défendre la position dominante d’une institution ne donne pas le même degré de dépendance que recevoir une aide financière de sa part.

Le pantouflage saute au visage comme une pratique de profit pour les cassos institutionnel-les. Il existe certes depuis toujours mais s’est accéléré depuis les années 1970 (Gervais, Lemercier, Pelletier, 2021). Il faut dire que ces années signalent la diffusion en France, en particulier dans les cercles de pouvoir de l’État, de l’idéologie néo-libérale. En effet, même si l’expression « tournant de la rigueur » ou « tournant néo-libérale » dans les années 1980, a situé dans cette décennie le retour de cette idéologie (Jobert, Thébert, 1994), celle-ci est réellement arrivée dès les années 1960 (Lemoine, 2016 ; Gaïtti, 2014). Bref, depuis 60 ans donc, les cassos institutionnel-les effectuent des opérations de pantouflage de plus en plus fréquemment. Comme le soulignent Gervais, Lemercier et Pelletier (op. cit.), en recrutant un-e ancien-ne haut-e fonctionnaire, les entreprises s’offrent une meilleure connaissance du fonctionnement de l’État mais aussi de ses faiblesses, comme une faille dans la réglementation. Le pantouflage se traduit alors par un affaiblissement de « l’intérêt général », mais également par une augmentation significative de salaire pour les cassos institutionnel-les (plus de détails ici).

B° Le ou la cassos institutionnelle comme dépendante de la société et de l’État

La dépendance totale des cassos institutionnel-les envers l’État justifie l’emploi de l’adjectif institutionnel. D’autant plus que s’ajoute la question de la légitimité institutionnelle. La légitimité peut se comprendre simplement comme la capacité justifiée et acceptée d’un groupe ou d’une institution à faire ou dire quelque chose. Quand on a vraiment lu Weber (2002), contrairement à la pléthore d’idiots qui le citent sur les plateaux télés pour justifier les violences policières, on comprend que pour l’État, la légitimité est intimement liée à son autorité ; c’est parce que l’État est autorisé à collecter des impôts ou décider de la politique éducative, qu’il possède une autorité sur nous – et sans doute vice versa. Les cassos institutionnel-les peuvent alors se réclamer d’une autorité supérieure qui fixe les règles, sachant qu’ils et elles sont les représentant-es les plus haut-es de cette institution et qu’ils et elles contribuent elles-mêmes à fixer ces règles. C’est une autre différence de taille avec les cassos traditionnel-les dans la mesure où ces dernier-es sont dépendant-es, malgré elles et eux. Les cassos institutionnel-les entretiennent leur dépendance en participant, entre autres, à des champs compétitifs, en premier lieu le champ politique (pour plus de détails, Bourdieu, 2000), duquel ils et elles tirent des capitaux financiers et symboliques. Personne ne s’enrichit avec quelques centaines d’euros par mois, ce qui n’est pas le cas pour ces haut-es fonctionnaires qui vendent leurs connaissances (dans tous les sens du terme) de l’État contre des augmentations significatives de salaire, comme indiqué plus haut. En outre comme on le verra, le salaire d’un-e cassos institutionnel-le a rien à avoir avec le montant d’une aide.

Je pense avoir donné assez de raisons pour comprendre le degré de dépendance extrême des cassos institutionnel-les à la société. Toutefois, pour être plus précis, il s’agit d’une dépendance à l’État. Confondre État et société constitue une erreur conceptuelle que je ne me permettrais pas – erreur si courante chez les fascistes pour des raisons évidentes (la société étant totalement sous le contrôle de l’autorité de l’État, elle n’existe plus) mais aussi, dans une dimension moindre, chez les sociaux-démocrates (qui pensent que les instances représentatives suffisent pour représenter dignement la société dans son entièreté). L’État vu par les anars est une sangsue, une surcouche qui étouffe et enserre la société. Entre autres, Malatesta a insisté sur la nécessité de ne pas parler de l’État comme un « pouvoir social abstrait » (2018 : 16). Il faut souligner là qu’il formule, sans le vouloir peut-être, une précaution épistémologique que les analystes et théoricien-nes de l’État désigneront bien plus tard sous l’appellation d’« anthropomorphisme de l’État » (par exemple, Lascoumes, 2004). Dit plus simplement, quand on parle de l’État, il ne faut pas le faire à l’aide d’une catégorie générale abstraite, vidée de sa substance humaine, mais au contraire en pointant du doigt les personnes qui le représentent, l’incarnent, le défendent. Les cassos institutionnel-les sont donc en quelque sorte l’État, parce que l’État n’est pas par lui-même. Dans sa critique de l’État, Malatesta relève que ce sont les gouvernant-es qui posent problème, et non pas tant un État abstrait. Ces gouvernant-es sont inutiles car ils ne servent qu’à produire une organisation politique qui les sert ; toutes les compétences et les connaissances sont dans le peuple qui pourrait donc se gouverner seul. Dans une perspective anarchiste alors, il n’est pas dingue de considérer que les cassos institutionnel-les dépendent de nous tous et toutes, de nos impôts, de notre soumission commune au « monopole de la violence légitime », mais aussi de nos nombreuses connaissances et compétences dans tous les domaines imaginables. Si les cassos institutionnel-les dépendent de la société, c’est parce que l’État qu’ils et elles représentent dépend lui-même de la société, sans laquelle il ne pourrait effectuer la moindre action ; sans la société et son peuple, les représentant-es de l’État seraient des généraux sans armée, des chef-fes d’orchestre sans musicien-nes, des pilotes sans véhicules. Selon moi, il importe d’insister sur la dépendance vis-à-vis de la société des dominant-es politiques, dont les cassos institutionnel-les font partie.

C° Le ou la cassos institutionnelle et son mépris des normes communes admises

Le mépris des normes se trouve évidemment dans les activités de communication, au travers desquelles le mensonge, la tricherie, les cadrages abusifs, l’égo et les insultes éclatent de façon courante. Le président Macron est lui-même assez célèbre pour ses nombreuses insultes à propos du peuple « réfractaire » ou « qui n’est rien », dont il a envie « d’emmerder » certains membres. Je vais développer un point en particulier car il apparaît fréquemment dans la bouche des opposant-es à la réforme de la retraite, celui de la réalité. Il se dit que les membres de la majorité sont « déconnecté-es de la réalité ». Encore une fois, le peuple, pas si con que ça, a mis le doigt sur quelque chose que j’ai nommé un « rapport pathologique à la réalité » – j’ai déjà écrit deux billets à ce sujet, ici et -. Celui-ci désigne une incapacité à se comporter de manière que l’on qualifierait de normale par rapport à la réalité. En effet, n’importe qui se conduirait de la même manière verrait sa sanité mentale remise en question. Imaginons qu’un de vos collègues se fâche et que sa colère était visible aux yeux de toutes et tous : volume sonore élevé, rougeur de peau, ton sec, gestes saccadés et vocabulaire brut. Quelques jours plus tard, vous échangez avec lui et il soutient qu’il n’a pas été en colère, qu’au contraire même, il était parfaitement calme et en maîtrise de ses paroles et gestes. Hé bien avec les grand-es cassos institutionnel-les que sont les membres de l’exécutif, la similarité avec les événement actuels doit vous frapper : un gouvernement qui prétend être dans le débat et l’échange en ayant tout fait pour limiter les débats et qui passe sa loi en force, qui dément la présence de violences policières contre des ONG et des organisations internationales (l’ONU, l’Union européenne, Human Rights Watch, etc.) et contre ce que vivent les manifestant-es, se trouve effectivement dans un rapport pathologique avec la réalité. Quand les cassos institutionnel-les se démènent (mensonge, incohérence, contradiction, différence entre actes et discours) dans leurs activités de communication, ils et elles affichent leur mépris de certaines normes admises par rapport à la communication : honnêteté, rationalité et partage d’un socle commun (partager certaines « réalités » ou connaissances sans lesquelles l’échange n’est pas ou peu permis, partager une définition commune et répandue pour des mots (débat par ex)).

Les infractions ou délits constituent indéniablement un autre mépris des normes. Certain-es d’entre vous m’opposeront le fait que les infractions et les délits sont aussi commis dans d’autres secteurs de la société, mais c’est oublier que dans aucun autre, le devoir d’exemplarité n’est autant mis en scène et utilisé pour asseoir une supériorité. Si on suit Bourdieu (1989, 1993), le désintéressement – Bourdieu ne parle pas d’exemplarité mais le désintéressement en est assurément une de ses composantes – se situe au cœur de la justification de la domination des représentant-es de l’État. En effet, si on accepte que ces représentant-es soient nos supérieur-es dans l’organisation politique, ils et elles ne le sont qu’à la raison qu’ils et elles se soumettent elles-mêmes à l’intérêt général. Ainsi, quand des individus agissent au nom de l’intérêt général, ne cessant de s’en réclamer, tout ça pour en profiter et parfois de manière illégale, le mépris frappe fort. Il faut enfin souligner que cette capacité à se réclamer de l’intérêt général se trouve directement lié au monopole étatique de l’universel (Bourdieu, 1993). En d’autres termes, l’État et ses représentant-es décident de ce qui touche et concerne tout le monde dans le pays. C’est pour cette raison qu’ils et elles doivent agir au nom de l’intérêt général, afin de justifier notre acceptation de leur domination.

D° Le ou la cassos institutionnelle comme défenseuse de l’ordre

En revanche, les cassos institutionnel-les entretiennent des rapports si fort avec l’État, qu’ils sont également inextricablement lié-es à l’ordre. Ils et elles en sont même les garants. Il est donc impossible de dire qu’ils et elles ne le respectent pas tellement ils et elles en bénéficient. On pourrait noter que leurs infractions et délits, et leurs mépris en général des normes, dressent un obstacle face à « l’unité nationale », car ils et elles sapent la confiance populaire dans les institutions. En conséquence, l’ordre en pâtirait. Dans un certain sens oui, mais encore faudrait-il que l’ordre en question ne serve pas principalement le maintien de la domination étatique. En l’état alors, et comme le prouve la situation actuelle, une crise multiforme face à laquelle les représentant-es de l’État et les participant-es directes à l’organisation politique ne font rien ou presque, même les plus à gauche (car les discours seuls ne suffisent pas), peu importe le degré de légitimité sociale ou d’acceptation, peu importe le manque d’exemplarité et le désintéressement, c’est l’État et ses représentant-es qui possèdent le dernier mot. Au final, l’ordre défendu pour Darmanin et consort n’est pas une force supérieure qui s’impose à tout le monde, mais un processus continu d’obtention de notre soumission par la violence, ou la menace de son recours – qui reste une forme de violence comme le souligne justement Graeber (2012). C’est donc bien une dépendance totale ici comme je l’expliquais plus haut ; Darmanin ne doit son poste et sa fonction qu’à l’ordre que l’État lui permet de maintenir. Pour le formuler de façon pompeuse, se trouve là un rapport dialectique entre représentant-es et l’institution représentée, l’un-e et l’autre s’autorisant une domination qui découle de ce rapport consubstantiel : les premier-es ont besoin d’être autorisé-es (être élu-es, occuper une fonction, avoir réussi un concours) pour utiliser les outils de l’État (des lois, des règles, des rituels, des réseaux de relation, des capitaux de tous genre, etc.) ET l’État, pour exister, a besoin d’être représenté voir incarné – sans ça il n’est rien d’autre qu’une idée abstraite.

E° Des cas typiques de cassos institutionnel-les

Pour finir, j’aimerais donner en exemple des « cas », présenter des individus démonstratifs de ce que j’ai décrit plus haut. Sans doute pourrait-on dresser une typologie des cassos institutionnel-les ; à la volée j’en propose deux : le ou la cassos institutionnelle qui pantoufle et le ou la cassos institutionnelle casanière, qui n’a jamais quitté la haute fonction publique.

Le premier type est bien représenté par Julien Denormandie, haut fonctionnaire, formé en tant qu’ingénieur des ponts, des eaux et des forêts. Son père est chirurgien orthopédique ; son oncle et sa femme sont également des ingénieur-es, forêt pour le premier, agronomie pour la seconde. Julien devient ingénieur en 2004 et suit ensuite un MBA au collège des ingénieurs. Dès la même année, il travaille pour la direction des relations économiques extérieures. Il est le conseiller économique de l’ambassadeur de France au Caire de 2008 à 2010 ; en 2011 chef du bureau de la Turquie, des Balkans, de la CEI et du Moyen-Orient ; en 2012 il côtoie Emmanuel Macron en tant que conseiller de Pierre Moscovici, ministre de l’économie et des finances. En 2014, il crée une start-up très originale qui s’intéresse à l’application du numérique dans l’éducation des enfants, avant d’être appelé par Manu pour devenir son directeur adjoint. Il suit le futur président dans sa campagne et est récompensé par le poste de secrétaire d’État auprès du ministre de la Cohésion des territoires en 2017 ; en 2018 il devient ministre délégué dans le même ministère. Le Graal est atteint en 2020 quand il obtient le poste de ministre de l’agriculture et de l’alimentation. L’année de réélection de Macron, il quitte la politique et est recruté par la start-up Sweep, conseil en réduction des émissions de carbone pour les entreprises. La même année il est aussi embauché par un fond d’investissement, Raise. Julien est donc un parfait produit du pantouflage ; tenté d’ailler mettre à profit son réseau étatique par la création d’une start-up, il prolonge l’aventure afin d’augmenter ses capitaux politiques et symboliques au sein de l’État, pour enfin rejoindre le privé afin d’empocher un plus gros bénéfice.

Le second type trouve son champion en la personne de Bruno Le Maire, actuel ministre de l’économie et des finances. Il est le fils d’une directrice d’écoles privées pour riches et d’un cadre du groupe total. Agrégé de lettre moderne et énarque, Bruno a la biographie et les diplômes d’un bon bourgeois. Il s’est d’ailleurs marié à Pauline Doussau de Bazignan, issue d’une famille de la bourgeoisie landaise. Depuis sa sortie de l’ENA en 1998, Bruno n’a jamais quitté l’État : il travaille à la direction des affaires stratégiques, de sécurité et du désarmement la même année ; puis en 2002 il devient conseiller pour les affaires étrangères au sein du cabinet de de Villepin ; pareil en 2004 ; en 2005 il devient conseiller politique du premier ministre ; en 2006 il est directeur du cabinet du premier ministre ; il devient député de la première circonscription de l’Eure en 2007 ; secrétaire d’État aux affaires européennes en 2008 ; ministre de l’agriculture en 2009 jusqu’en 2012 ; conseiller régional en 2010 jusqu’en 2015 ; rempile pour une députation en 2012 et en 2017 ; cette année 2017 il devient ministre de l’économie et des finances. En bref, Bruno le Maire n’a cessé de dépendre de l’État toute sa vie. Fait amusant – merci Wikipédia pour le rappel de cette pépite –, en 2012, Bruno dénonce une « logique de caste » et l’hypocrisie de « demander aux plus fragiles de prendre des risques » tout en maintenant « une sécurité totale pour ceux qui sont les mieux placés dans la société » (c’est moi qui souligne) ; dommage que Bruno n’est pas appliqué sa leçon.

3° Pourquoi redéfinir ?

Toute cette réflexion comporte des raisons et n’est pas qu’un exercice de pensée. Il existe au moins trois raisons de redéfinir l’insulte cassos et l’utiliser pour désigner ces personnes qui profitent de l’État et de sa main-mise sur la société.

A° Ne pas reprendre une insulte de mépris de classe

Traiter quelqu’un de cassos dans le sens traditionnel marque un mépris de classe, quand bien même nous appartenons à la même classe sociale que la victime de l’insulte. Pourtant comme je l’ai prouvé, les vrai-es cassos ne sont pas celles-ceux que le destin a placé sur le chemin de la dépendance par rapport à la solidarité, mais celles et ceux qui profitent de l’organisation politique pour s’enrichir en maintenant la domination d’une supra-institution qui écrase toute la société. Quelques irréductibles légitimistes me diront que, malgré tout, les cassos institutionnel-les travaillent, alors que les cassos traditionnel-les ne font rien. Avec la perspective anarchiste que je propose, il n’est pas soutenable que des individus puissent travailler au maintien de la domination étatique tout en en profitant ; ce n’est pas un travail, c’est une exploitation. C’est donc là qu’on opposera un-e simple fonctionnaire qui croit vraiment en ce qu’il ou elle fait, d’un-e cassos institutionnel-les qui cherche des augmentations de salaire dans le privé ou qui promeut des politiques d’austérité dangereuses car dégradant la qualité des services publics. Par ailleurs, sans forcément adopter cette perspective anar, force est de reconnaître qu’il est particulièrement énervant et dérangeant de voir des personnes donner des leçons, avec des salaires deux à trois fois plus élevés que le salaire médian en France, tout en ayant une sécurité vis-à-vis de leur emploi. A cela s’ajoute leur volonté d’aller vendre (pantouflage) aux entreprises la possibilité de s’extraire de la solidarité ou de l’égalité (niches fiscales, bonnes personnes à rencontrer, bénéficier de plus d’aides, etc.). Nous, et là je m’adresse aux membres du peuple qui ne se sentent pas appartenir à la bourgeoisie, n’avons aucun intérêt à reprendre cette insulte de mépris de classe si ce n’est pour la flanquer aux visages des authentiques cassos institutionnel-les.

B° Désigner les vrai-es profiteurs et profiteuses

Commençons par une petite mise au point à propos de certains chiffres. Les cassos traditionnel-les sont vilipendés pour la potentielle « fraude sociale » à laquelle ils et elles sont toutes et tous soupçonné-es de participer. Prenons un titre de presse de droite, que je ne sois pas accusé de tricher : entre 80 et 100 milliards de fraude fiscale et entre 14 et 40 milliards de fraude sociale. Ces chiffres pourraient être discutés mais prenons-les pour vrais et prenons les chiffres qui arrangent la droite : dans ce cas, la fraude fiscale est deux fois plus élevée. Puis, comme Bruno Le Maire, grand cassos lui-même à n’en pas douter, nous y invite, tournons le regard vers les immigré-es, le ou la cassos traditionnelle étant également une personne étrangère, de préférence avec la peau noire ou mate. Pour le gouvernement et l’extrême droite, les immigré-es sont toujours d’affreux profiteurs et profiteuses potentielles. Cependant, ce que Bruno Le Maire, la droite en général et l’extrême droite oublient, c’est que nous sommes toutes et tous des profiteurs de l’exploitation des ouvriers africains qui, par exemple, travaillent dans des mines de coltan au Congo et, plus généralement, des ressources naturelles dont les populations locales ne bénéficient même pas, voire sont mises en danger par cette exploitation. Enfin, en France, d’après le ministre de la solidarité, le non-recours (ne pas demander à bénéficier d’une aide sociale) s’élève à 1 milliard pour le minimum vieillesse et 3 milliards pour le RSA.

Ces chiffres et réflexions forment un socle important pour poursuivre l’idée plus haut, cassos est une insulte de mépris de classe qui s’en prend à des personnes en situation de faiblesse. Pourtant, cette insulte ne décrit pas la situation concrète. Afin de s’attarder sur cette dernière, les salaires nous rendront service :

  • président = dans les 15000 € brut par mois
  • premier ministre = dans les 15000 € brut par mois
  • ministre = dans les 10000 € brut par mois
  • secrétaire d’État = plus de 9500 € brut par mois
  • député-e = quasi 7500 € brut par mois
  • sénateur, sénatrice = quasi 7500 € brut par mois
  • haut-e fonctionnaire = dans les 6500-7000 € brut par mois
  • membre du conseil constitutionnel = plus de 13500 € brut par mois
  • etc.

Et ça c’est sans les différents avantages qui existent pour les cassos institutionnel-les. Une personne au chômage ou une personne qui touche le RSA n’a pas un chauffeur personnel ou des frais remboursés pour ses déplacements. De l’autre côté, par exemple, les députés bénéficient de 5373 € brut par mois pour leurs frais et les sénateurs et sénatrices 5900 € ; les secrétaires d’État ont droit à un logement de fonction ou pris en charge. N’est-ce pas un avantage surprenant de la part de personnes qui sont dévoués à l’intérêt général ? Ne peut-on pas là voir une raison toute sauf indifférente et altruiste ? Se mettre au service de la société ou, plus précisément, sous les ordres de l’État que, comme je l’ai indiqué plus haut, les cassos institutionnel-les font elles et eux-mêmes agir et parler, possède assurément les traits d’un faux sacrifice.

C° Retourner l’insulte et la moquerie pour lutter

La plus grande différence entre les cassos traditionnel-les et les cassos institutionnel-les concerne la honte ou la culpabilité que les premier-es ressentent vis-à-vis de leur situation. Il suffit de lire quelques témoignages de bénéficiaires d’aides sociales ou de non-recours à celles-ci pour comprendre la force de ces deux sentiments négatifs, certainement renforcés par les opérations de culpabilisation lancées par, entre autres, le gouvernement – le président lui-même s’en est pris aux « personnes qui ne travaillent jamais » dans son interview de mars (2023). Il importe alors de remettre les pendules à l’heure et de ramener les vrai-es cassos dans le camp des dépendant-es et des profiteurs et profiteuses à la place des personnes qui bénéficient, à juste titre, de la solidarité. Dans ce pays où le mot de justice n’a pas encore été vidé de sa signification (contrairement au mot « débat »), les cassos institutionnel-les méritent des signaux clairs, soulignant que nous avons compris leur fonction et leurs missions au sein de l’État, ainsi que leur position au sein de la société. Les casseroles qui sonnent ces derniers temps jouent ce rôle là, signifier une colère qui démontre qu’ils et elles devraient effectivement être soumises à la société ; les traiter de cassos institutionnel-les met en lumière leur dépendance à l’État et à la société, à expliciter qu’ils et elles maintiennent une domination tout en en profitant, à leur rappeler que s’ils et elles étaient des vraies démocrates, ils et elles devraient lutter activement pour mettre fin à l’organisation politique actuelle. L’expression « cassos institutionnel-le » révèle l’existence de cette organisation politique, dont certain-es profitent, tout en prétextant être soumis à l’intérêt général. Graeber (2014, 2022) a insisté sur le fait que dans les sociétés sans État, ou avec une culture reposant sur des fétiches et de la magie – il a surtout donné l’exemple de Madagascar –, les individus sont conscients de la nature humaine de leur mythe, du caractère illusoire de certaines pratiques rituelles et politiques ; il serait temps que nous nous y mettions nous aussi.

L’insulte et la moquerie peuvent nous servir à signaler nos propres positions (j’ai écrit un autre article sur l’utilisation de la moquerie à l’égard des dominant-es). Quand des personnes, critiquant la crise multiforme actuelle, parle d’une déconnexion des « élites » ou des gouvernant-es par rapport à la réalité, de quelle réalité parlent-elles ? Insulter ces gouvernant-es en les traitant de cassos institutionnel-les trace des frontières dans notre réalité ; d’un côté, nous avons les membres du peuple, qui triment et qui sont sous l’égide de représentant-es de l’État de plus en plus autoritaires et, de l’autre côté, des cassos institutionnel-les qui sont faussement au service de l’intérêt général, profitant d’une situation où ils et elles mettent en branle une machine étatique dominant la société de tout son poids. Nous ne gagnons absolument rien à reprendre les discours qui jouent le jeu du diviser pour mieux régner, au contraire ! C’est parce que les gens sont dans la rue, que le gouvernement aux aboies décident de pointer du doigt les immigré-es et les bénéficiaires d’aides sociales. Restons solidaires et retournons l’insulte : les cassos c’est vous !

Bibliographie

BOURDIEU Pierre, La noblesse d’État. Grandes écoles et esprit de corps. Paris : Les Éditions de Minuit, 1989, 569 p. (Le sens commun)

BOURDIEU Pierre, « Esprits d’État. Genèse et structure du champ bureaucratique » [Document en ligne] Actes de la recherche en sciences sociales, 1993, volume 96-97, pp. 49-62. Disponible sur : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/arss_0335-5322_1993_num_96_1_3040 (consulté en mars 2015)

BOURDIEU Pierre, « De la maison du roi à la raison d’État [Un modèle de la genèse du champ bureaucratique] » [Document en ligne] Actes de la recherche en sciences sociales, 1997, volume 118, pp. 55-68. Disponible sur : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/arss_0335-5322_1997_num_118_1_3222 (consulté en mars 2015)

BOURDIEU Pierre, Propos sur le champ politique ; avec une introduction de Philippe Fritsch. Lyon : PUL, 2000, 110 p.

GAÏTI Brigitte, « L’érosion discrète de l’État-providence dans la France des années 1960 : retour sur les temporalités d’un « tournant néo-libéral », Actes de la recherche en sciences sociales », n° 201-202, 2014, pp. 58-70

GERVAIS Julie, LEMERCIER Claire, PELLETIER Willy, La valeur du service public. Paris : La Découverte, 2021, 476 p.

GRAEBER David, Des fins du capitalisme. Possibilités I, hiérarchie, rébellions, désirs. Paris : Payot, 2014, 359 p.

GRAEBER David, Bureaucratie. Paris : Babel Editions, 2015, 296 p.

GRAEBER David, La fausse monnaie de nos rêves. Vers une théorie anthropologique de la valeur. Paris : Les Liens qui Libèrent, 2022, 456 p.

JOBERT Bruno, THÉBERT Bruno « France : la consécration républicaine du néo-libéralisme », In : JOBERT Bruno (dir.), Le tournant néo-libéral en Europe. Paris : L’Harmattan, 1994, pp. 21-86

LASCOUMES Pierre, « La Gouvernementalité : de la critique de l’État aux technologies du pouvoir » [Document en ligne] Le Portique, n°13-14, 2004, 13 p. Disponible sur : http://leportique.revues.org/625 (consulté en juin 2015)

LEMOINE Benjamin, L’ordre de la dette. Enquête sur les infortunes de l’État et la prospérité du marché. Paris : La Découverte, 2016, 326 p.

MALATESTA Errico, L’anarchie. Suivi du programme anarchiste. Québec : Lux éditeurs, 2018, 90 p. (instinct de liberté)

WEBER Max, Le savant et le politique. Paris : 10-18, 2002, 221 p. (Bibliothèque)

crédit photo : photo officielle du gouvernement, 2018, Bertrand Guay pour l’AFP



Citer ce billet
Mathieu Fusi (2023, 1 mai). Qui sont les cassos ? Pour une redéfinition d’une insulte de classe. Point-virgule. Consulté le 22 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/t25h

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.