Faire comprendre le travail scientifique : quelques suggestions

Ayant assisté à un certain nombre de conférences scientifiques, où parfois des publics non-spécialisés étaient présents, j’en suis venu à m’interroger sur la capacité des chercheurs à expliquer le travail scientifique. Force est de constater que des blocages dans la compréhension de ce travail par ces publics interviennent assez souvent. L’objectif de ce billet n’est pas de pointer du doigt en nommant les erreurs des chercheurs ou celles des publics – j’en serais bien incapable –, mais plutôt de suggérer quelques façons d’aborder la communication du travail scientifique, pour potentiellement mieux se faire comprendre quand on est chercheur en sciences sociales.

1° Les procès d’intention

Lors d’une conférence donnée par un sociologue des médias et des journalistes, un professionnel de ce milieu s’est (légèrement) offusqué de la lecture de la carrière d’une de ses collègues. Le propos du sociologue était le suivant : après un événement traumatisant subi par un journaliste (enlèvement, blessure, etc.) ayant fait l’objet d’une couverture médiatique conséquente, le journaliste publie un ouvrage pour (se) raconter son « histoire ». La publication de cet ouvrage sert la carrière du journaliste qui bénéficie, à nouveau, d’une attention de la part de ses confrères. Ainsi, le journaliste, un peu vexé par le cynisme du sociologue, fait remarquer que les ouvrages ne sont pas écrits forcément dans cet objectif, mais surtout parce que la victime en a besoin (pour « tirer un trait » par exemple).

Nous touchons là précisément une difficulté ; dans sa description des pratiques et des comportements des acteurs sociaux, le chercheur en sciences sociales ne veut pas à tout prix déterminer les intentions de ceux-ci, mais plutôt analyser, dans la mesure du possible, les chances d’obtenir tel ou tel résultat. Dans notre exemple, il aurait fallu préciser d’emblée que la publication d’un ouvrage n’est pas nécessairement l’oeuvre d’un calculateur qui désire profiter de ses blessures pour améliorer son salaire, mais que, bien indépendamment de la volonté du journaliste qui écrit sur ses misères, cette publication lui bénéficie pour des raisons structurelles et relationnelles. C’est ainsi le fonctionnement et l’organisation d’un espace social qui cause des effets et non la manipulation d’un acteur pour obtenir tel effet, même si, bien entendu, il peut en jouer.

En conséquence, afin de s’éviter les accusations d’accuser, il est prudent de préciser que ce n’est pas l’objectif de la recherche en question. Nous ne voulons pas savoir si oui ou non l’acteur est un sale profiteur. Nous analysons, entre autres, les configurations de relations qui donnent des chances de profiter, que l’acteur le veuille ou non.

2° Les jugements généraux : les limites du travail scientifique

C’est un réflexe qu’il est bon de toujours avoir, c’est-à-dire l’explication des limites de son travail quand on est chercheur. J’ai rarement assisté à des conférences où le point des limites méthodologiques n’était pas soulevé. Et celui-là est encore plus susceptible d’être le centre de l’attention dans un échange avec des publics non-spécialisés. Pourquoi ? Parce que ces derniers pensent souvent que les chercheurs en sciences sociales généralisent à outrance. Il est encore moins rare de voir des personnes s’insurger en entendant le chercheur exposer ses résultats : « ah mais non quoi… c’est vraiment pas ça pour moi ». Comme un bouclier – mais face à quoi ? La réflexivité ? –, le rapport à soi et à son quotidien est courant pour un individu dans son positionnement face aux travaux des chercheurs. Il importe dès lors d’indiquer le plus tôt possible les limites de son travail.

3° L’écart de culture : jet de connaissances à la figure

Si l’échange est un exercice de vulgarisation, je crois fermement que le chercheur doit faire des efforts pour ne pas saisir l’occasion pour montrer qu’il sait « mieux ». Ce peut être un petit plaisir mesquin et égotique de citer quatre auteurs par phrases et d’utiliser avec ostentation des mots complexes, mais il faut l’éviter. Rien n’est plus simple pour semer un public que de lui lancer de la culture scientifique et de signaler, par là, l’écart qui se situe entre l’auditoire et celui qui est devant lui.

C’est sans doute pour ça que l’exercice de vulgarisation est compliqué. Le travail scientifique implique la manipulation des théories, de concepts précis qui s’accompagnent d’un vocabulaire tout aussi précis. Vulgariser tous ces éléments peut parfois s’apparenter à les « trahir » ou au moins diminuer leur force explicative. Il y a donc un équilibre à trouver entre le « jet de connaissances à la figure » et la transmission d’« un savoir spécialisé et complexe ». Pour le coup, je me sens bien impuissant pour conseiller les équilibristes, par manque d’expérience et de connaissances. Toutefois, je reste convaincu que jouer à celui qui sait est mal perçu par les publics non-spécialisés et n’apporte rien – si ce n’est de la satisfaction au spécialiste qui s’est laissé aller dans la caresse intime de ses neurones.

4° L’humilité et la recherche de la critique, de la discussion

Les rencontres entre un chercheur et des publics non-spécialisés constituent des moments d’apprentissage dans les deux sens. Autant ces publics que le chercheur retirent des connaissances de leurs échanges et je pense qu’il est important de le souligner explicitement. Il faut se mettre dans une posture d’apprentissage et reconnaître la possibilité d’apprendre quelque chose de l’échange avec un public (de toute manière, un effort de vulgarisation est intéressant ne serait-ce parce qu’il pousse à questionner ce sur quoi on travaille sans le langage normé de la recherche). L’exposition de sa réflexion à un public composé de personnes qui ne sont pas issues du monde universitaire est au final l’exposition de la vacuité de certaines formules et certains modes de pensée en dehors des cercles universitaires. Cette vacuité correspond, selon moi, majoritairement à l’inutilité d’une recherche face à des objectifs progressifs. Le mot est peut-être un peu fort et tire vers le négatif le constat dressé, car il faut reconnaître que la recherche pour la recherche peut avoir du bon. Elle aiguise les concepts et fondamentaux épistémologiques d’une discipline. Toutefois, il ne faut pas en rester là, recroquevillé sur un objet de recherche et spéculer sur une construction principalement intellectuelle. La pensée scientifique est enracinée dans une histoire et une société. C’est un peu triste de prendre connaissance de ce fait uniquement pour éviter l’essentialisme d’une pensée universelle et atemporelle, alors même qu’il invite, quand on est chercheur, à se penser membre d’une société pour essayer de l’améliorer. Autrement dit, être un chercheur critique c’est aussi rechercher la critique auprès des publics non-spécialisés dans le but de mener, collectivement, une réflexion sur la société.

L’humilité se manifeste également dans l’exposition de la situation du chercheur. Celle-ci est privilégiée dans un monde où la réflexion du « pourquoi » passe après la réflexion du « comment ». Avoir le temps de s’interroger sur la société et tout ce qui la forme, et être payé pour, est une réelle chance quand au royaume de l’expertise, on n’interroge pas, on juge sans sommation. Le travail scientifique est un réel travail, il est complexe et demande de nombreuses heures, etc. et etc. En bref, il faut reconnaître cette chance et la présenter comme telle afin d’éviter au moins de donner l’impression d’être un « génie » qui joue avec une boule de cristal.

5° L’existence de solutions

Le travail scientifique est parfois qualifié de cynisme, d’aspirateur à petites bêtes, parce qu’il ne propose pas de solution. Autrement dit, c’est le reproche du « bah t’as qu’à faire mieux ! ». Alors que la critique scientifique consiste toujours à déconstruire et montrer ce qui, le plus souvent, ne souhaite pas être dévoilé, elle s’arrête parfois à ce dévoilement. La raison en est que ce n’est pas à la science de dire ce qui est bien ou pas bien, ce qu’il faut faire ou ne pas faire, ce qu’il faut dire ou ne pas dire. Pourtant dans une discussion entre citoyens, spécialisés ou pas sur le plan scientifique, cette prise de distance face à la formulation de solution agace. Elle rend le chercheur inutile et, pire, fait de lui un grand juge sans verdict ; « il critique, il critique, mais ne propose rien d’autre ! ».

Attention toutefois à ne pas présenter les propositions de solution comme des dogmes. Un échange avec des publics non-spécialisés est bien l’occasion de tester ses solutions, d’échanger dessus, de recueillir des avis de personnes concernées directement et d’avoir des avis « frais » – c’est-à-dire qui possède une certaine innocence et ignorance sur un sujet et permettant alors de repenser les bases d’une réflexion. La proposition des solutions me semble être le bon moment pour afficher une humilité quant au travail scientifique critique mais aussi pour le faire bien comprendre ; la critique scientifique donne la possibilité de discuter ce qui se veut naturel et atemporel, de mettre au grand jour les configurations qui entretiennent des inégalités, mais aussi, plus généralement, de déconstruire l’organisation et le fonctionnement d’un espace social. À cette occasion, le chercheur propose à la discussion des solutions pour améliorer la situation.

Voici donc les cinq propositions pour tenter d’améliorer la communication du travail scientifique : expliquer que le travail scientifique n’est pas là pour formuler des procès d’intention (1) et des généralités universelles (2), limiter les écarts de culture entre chercheur et auditoire (3), se montrer humble (4) et chercher la discussion dans la proposition de solutions (5).

crédit photo


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.