Comment traiter la question des effets

Quand les étudiants doivent trouver des problématiques pour travailler sur des sujets divers, la question des effets revient souvent comme un fantôme qui hante la pensée, un peu comme si les étudiants étaient seulement intéressés par ces institutions qui sont en mesure d’influencer leur quotidien. Alors l’enseignant a, comme un réflexe gravé au fer rouge, l’habitude de refuser la problématique des effets, sachant bien – à raison – que les étudiants sont à bord d’un véhicule lancé à pleine vitesse avec une seule destination ; le mur. Pourtant, nous aimerions dans ce billet présenter une manière de traiter les effets tout en prenant des gants et en évitant la surface en béton dressée face à ceux qui ne ralentissent pas.

L’épouvantail des « effets » : une veille question qui ne cesse de revenir

En sciences de l’information et de la communication (SIC), la question des effets est un revenant, les bras tendus et la faim du cerveau, qui a pour fonction de sucer la matière grise. Alors qu’il existe tant de questions intéressantes à poser, les étudiants continuent à foncer dans le tas, quitte à se faire manger tout cru. Si l’influence a mauvaise réputation c’est, selon nous, parce que les chercheurs en SIC ont cru, à tort, avoir définitivement éloigné le zombi. Il est vrai que le travail de critique a été fait par rapport aux théories de l’étude des médias de masse, où les consommateurs étaient vus comme de simples aspirateurs, avalant tout ce qui se présente face à eux, sans jamais réfléchir. En SIC, l’influence des médias est vraiment une question qui agace, parce que depuis près de 90 ans, elle revient alors même que les chercheurs ont prouvé que « c’était plus compliqué que ça ».

Et comment ne pas leur donner raison ? Qui peut prétendre, avec un minimum de recul, que les médias, seuls, sont en mesure de dicter à toute une population ce qu’elle doit penser ? Il faut jouer avec le phantasme d’un peuple moutonnier et canidé, ou pratiquer la critique radicale de bistrot des médias, pour soutenir une telle théorie. À l’inverse, les médias ne sont pas non plus de simple « média », c’est-à-dire des moyens de transmission neutre et sans impact. Leur rôle même de moyen de transmission en fait un acteur à part entière qui agit sur les représentations du monde – en sélectionnant, en critiquant, en commentant, en mettant en scène, etc., toutes les informations qu’ils construisent.

Les médias ne sont pas le seul objet de problématique qui flirtent avec l’effet ; les réseaux sociaux numériques, les technologiques d’information et de communication en général, la communication politique, le marketing… Tous ces éléments sont fortement susceptibles de se voir rapprochés du « zombie effet ». Le réflexe professoral consiste à conseiller d’éviter cette question des effets car elle est si facilement critiquable ; on est destiné à oublier ou ne pas pouvoir traiter des éléments qui ont justement un effet. Pour rester sur notre exemple, réduire la question des effets des médias aux seuls médias est preuve d’aveuglement ou plutôt d’un manque de finesse psycho-sociologique. Les médias, c’est-à-dire tous les acteurs faisant partie de cette institution ou qui contribuent à faire fonctionner cette institution, participent, de manière consciente ou pas, de manière volontaire ou pas, à l’influence de leurs consommateurs, mais ils sont loin d’être les seuls acteurs de cette influence. Listons ; les connaissances, la confiance, la notoriété, le partage de point de vue, l’expérience, l’envie d’y croire, etc. Tant d’éléments parmi d’autres qui contribuent à façonner la représentation du monde d’un consommateur des médias.

En conséquence, il est préférable pour les étudiants de ne pas mettre le pied sur l’accélérateur quand ils entrent sur l’autoroute de la « question des effets ». À moins qu’ils ne soient capables d’emprunter une route plus sûre et moins dangereuse, c’est ce que nous allons voir ci-dessous.

La question des effets presque sans les effets mais avec les effets quand même

Poser brutalement la question des effets est hors de question, mais il ne faut pas pour autant l’enfermer dans une cave comme le tabou d’une civilisation. Au lieu de la poser directement, il faut plutôt se demander ce qui expliquerait qu’il y a une influence. Autrement dit, avant de dire « comment », déjà se demander « pourquoi ». Avant de postuler qu’il existe des effets, se demander s’il existe un élément qui justifierait qu’il existe un effet. Voici un exemple :

Questionnement général sur l’influence :

  • Les médias influencent-il les consommateurs de médias ?

Ou :

  • Comment est-ce que les médias ont des effets sur leurs consommateurs ?

Ce sont deux question qui présupposent l’existence d’effets et se donnent comme objectif principal de confirmer et d’expliquer ces effets. La démarche que nous proposons est de réfléchir à un élément qui serait éventuellement à l’origine d’un effet et de le mettre en question.

Pour ce faire, il faut formuler une problématique précise, traitant toujours en partie des effets, mais sur un point précis et sans postuler que l’effet est forcément avéré ; l’existence de cet effet est critiqué, c’est-à-dire que sont interrogés à la fois ses conditions d’existence, son fonctionnement et ses implications dans la société – c’est la base du travail scientifique. Reprenons notre exemple :

  • En quoi la confiance que les consommateurs de médias ressentent envers les journalistes joue un rôle dans la manière dont ils pensent les sujets d’actualité ?

  • Et si la proximité d’opinion (l’accord au préalable) renforçait le rôle que jouent les médias dans la représentation d’un événement ?

  • Dans quelles mesures l’appel aux « experts » renforce la crédibilité d’un média sur le traitement de l’actualité ?

Dans ces trois problématiques, la « question de l’effet » n’est pas balayée au fond du couloir, elle n’occupe pas non plus tout le devant de la scène ; elle partage l’espace avec d’autres questions (la confiance, l’opinion, l’expertise) pour former une réflexion plus « fine ». Sans doute, l’effet que les médias causent trouve ses sources dans autre chose que simplement le fait que les médias diffusent de l’information. Ces trois problématiques mettent en interrogation une des sources potentielles de l’influence des médias.

À destination des étudiants : petites ficelles supplémentaires histoire d’éviter de vous faire tailler un costume. 1° Au lieu de parler d’influence ou d’effet, parler de « jouer un rôle ». Cette expression, même si elle signifie qu’une des questions que vous posez est celle de l’effet, vous évite de prononcer les mots interdits. 2° Ajouter « le cas de » dans vos titres de sujet et, dans la formulation de vos problématiques, faites mention assez rapidement que vous allez interroger, concrètement, un cas précis. Ainsi, vous signifiez une volonté de ne pas faire de généralité et d’effectuer la démarche scientifique de vérification.

Petite image pour les amoureux des schémas


5 réflexions sur « Comment traiter la question des effets »

  1. Cher Mathieu Fusi,

    Cet article est intéressant et potentiellement exploitable pour former les étudiants à la formulation de la problématique.

    Par contre, il y a des fautes.

    Cordialement,
    SW

      1. Vous pouvez supprimer mon commentaire, faute avouée 😉 à moitié pardonnée.

        Ceci dit, je réfléchis à comment construire ma séance autour de la problématique, séance à destination d’élèves de lycée et pour leurs TPE en 1ère.
        Je suis issue des sciences humaines et ai certaines habitudes de travail, de construction de la pensée.
        Comment former tous les élèves (séries S, ES et L) à formuler une problématique en évacuant la question des effets ?

        1. Honnêtement je n’ai aucune expérience d’enseignement à ce niveau-là donc je ne peux pas vraiment vous aider.
          Il me semble toutefois qu’à cette période on apprend déjà à faire des « problématiques » dans le cadre de la rédaction de dissertation – qui sont en fait plus des questions que des problématiques. La tâche s’annonce donc complexe ; un petit nettoyage pour expliquer ce qu’est vraiment une problématique, un recentrement sur les capacités d’analyse et de réflexion qui sont les leurs, des exercices de formulation.
          Je ne sais pas en fait s’il est possible d’évacuer la question des effets. Je serais assez intéressé par un retour d’expérience une fois que vous aurez fini votre cours.

  2. Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses (sur fr.hypotheses.org et hypotheses.org).
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypotheses.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *