Qu’est-ce que la communication du gouvernement et de la majorité concernant la réforme des retraites nous apprend sur l’organisation politique ?

Pendant ma thèse, je suis parti du postulat qu’une situation de crise mettait en avant les éléments fondateurs, structurants d’une société. La réforme des retraites, sans pour autant être une « situation de crise » à proprement parler, révèle, selon moi, les mêmes éléments. Elle fait ressortir des choses si grossières et si caractéristiques qu’elle est un moment privilégié pour analyser ce qui est au fondement de notre organisation politique. Et à nouveau, la communication politique est une porte d’entrée particulièrement intéressante pour analyser cette organisation. Je vais donc m’interroger sur ce que les activités de communication des ministres et des député-es de la majorité à propos de la réforme de la retraite nous apprennent sur notre « démocratie représentative ».

Détermination de la rationalité universelle et de l’intérêt général par un petit groupe (présidence, gouvernement et majorité)

Rien de nouveau sous le soleil, j’ai souvent eu l’occasion de reprendre les analyses de Bourdieu sur l’État et sa capacité à fixer l’universel. C’est toutefois toujours une bonne chose d’exemplifier avec un « fait d’actualité ». Le gouvernement, la présidence et la majorité s’arrogent, de bon droit légitime – au sens de légitimité institutionnelle – la capacité à déterminer l’intérêt de tout le monde. Par exemple, un député Renaissance explique dans une interview que le système des retraites est « notre bien commun » et utilise plusieurs fois le verbe « sauver » pour désigner la réforme. Notre président-roi ne dit pas autre chose, le 30 janvier lors d’une conférence de presse : il faut « sauver notre système ». Cependant, comme nous vivons dans une « démocratie », le petit groupe constitué par le gouvernement, la présidence et la majorité ne peut pas réformer sans s’expliquer. C’est ce que j’ai appelé un impératif de justification dans ma thèse, à propos des activités de communication de l’exécutif pendant les crises financières. En clair, même si ce petit groupe fixe l’intérêt général, cette opération ne peut jamais s’effectuer sans justification.

Un autre élément a du frapper plus d’une personne, c’est l’arrogance du petit groupe, à prétendre parler pour la vérité ou la réalité, d’être dans une sorte d’objectivité inattaquable. L’argument du déni et de l’irresponsabilité revient souvent dans la bouche du petite groupe – juste un exemple parmi tant d’autres : invité sur France 2 le 31/01, le ministre du Travail Dussopt explique tranquillement que tous les opposant-es à la réforme sont dans le « déni ». Plus parlant encore, Mathieu Lefèvre, député Renaissance, se fait même l’incarnation de la « vérité » ; durant une discussion face à un député de la France Insoumise, Aurélien Saintoul, il accuse ce dernier de « nier la vérité ». Quand on en est là, c’est qu’on manque ni de culot, ni d’assurance dans sa capacité à décider du vrai, de l’universel. Ce petit groupe possède donc la capacité à déterminer la rationalité universelle, cette sorte d’entendement global auquel chacun-e devrait se soumettre en toute logique, mais qui, in fine, renvoie plutôt à un état de relations qu’à un état de fait. Autrement dit, la rationalité des arguments découlent non pas tant de leur cohérence interne et de leur congruence avec une certaine réalité, mais de la position de ce petit groupe dans l’organisation politique, une position de domination. On voit là que l’objectivité peut servir d’instrument de domination.

En bref, la communication politique de ce petit groupe, composé de la présidence, du gouvernement et de majorité, nous apprend que l’organisation politique est dominée, dans les faits et dans le droit, par des individus qui ont la capacité de produire un intérêt général et une rationalité universelle.

(Je me sens obligé de poursuivre encore quelques lignes la réflexion car cette question de la rationalité et de l’universel, plus spécifiquement dans ses implications au niveau d’une relation entre constat factuel et application d’un choix ou d’une solution, me semble tout particulièrement révélatrice de la manière dont le pays est gouverné. Ce petit groupe prétend représenter une rationalité universelle et il possède toute une légitimité institutionnelle pour appuyer et prouver, en quelque sorte, sa position. Néanmoins, il n’existe pas nécessairement et obligatoirement de lien logique, automatique et unique, entre un constat factuel portant sur une situation et une solution pour la régler. Dit autrement et en ce qui nous concerne, la réalité de l’évolution démographique ne contient pas, en son sein, l’application de la solution constituée par le recul de l’âge de départ à la retraite. Je trouve dérangeant et même choquant que ce petit groupe puisse prétendre épuiser la réalité et résumer toute réflexion rationnelle par sa propre réflexion. Ce faisant, il flirte à la fois avec la malhonnêteté intellectuelle et la toute-puissance de la pensée. Je le répète : ce n’est pas parce qu’il existe un « fait » ou plus précisément une construction congruente avec des constats factuels permettant de comprendre une dynamique dans l’évolution démographique, que personne ne peut nier, à moins de rentrer dans un débat de calculs, que sa conséquence logique dans la réflexion autour d’une solution amènera forcément à définir la dite solution comme étant uniquement le recul de l’âge de départ à la retraite. Si le gouvernement, la majorité et la présidence ne parvient pas à comprendre cela, je suis au regret d’annoncer que ce sont des dogmatiques avec une quasi-pathologie logique dans leur réflexion.)

Objectivation est une opération violente

La « réalité » décrite par ce petit groupe est faite, ou plutôt assénée, par l’intermédiaire de grandes vérités objectives. La plus grande d’entre elle est l’évolution de la démographie ; Bruno le Maire l’a dit, « compte tenu du vieillissement de la population, l’équilibre de ce régime est menacé ». Il faut donc réformer pour faire des économies, éviter l’endettement de tant de milliards. L’impression laissée est celle d’une sensibilité exprimée par une feuille de calcul excel ; on nage en pleine bureaucratie et ses excès d’objectivation violente qui se traduisent par un rejet du concret et de la subjectivité des individus. Leur vie se voit remplacée par des calculs, des réalités objectives qui semblent ne renvoyer presque à rien en réalité. La démographie évolue, c’est terrible, mais en quoi le lien logique doit automatiquement se traduire par une augmentation de la durée de travail ? Assumer un choix politique est impossible pour un gouvernement qui sait qu’il va faire souffrir des personnes. Et cette souffrance se déroule dans leur subjectivité, qu’il faut toujours prendre en compte. Ainsi, la toute-puissante réalité du petit groupe rencontre une incompréhension de la part du peuple qui ne parvient pas à discerner un tel acharnement à le voir souffrir.

Par ailleurs, cette objectivation paraît fausse, une fois qu’un simple recul permet de constater qu’elle obéit à des subjectivités empreintes d’une idéologie particulière. Évidemment, personne ne pourra reprocher au petit groupe de baigner comme n’importe quel être humain dans la subjectivité de ses différents membres. Pourtant, l’objectivation proposée et imposée via la machine étatique ne peut détruire les alternatives qui sont ignorées : demander aux plus riches retraités de faire des efforts, taxer les plus riches, les transactions financières, les super-profits. Ainsi, ce qui est objectif, cette rationalité universelle, est très loin de respecter le déroulement logique d’une pensée réellement rationnelle et objective.

En bref, l’objectivation est violente car elle nie l’existence des individus, elle feint de ne pas voir la subjectivité en souffrance et transforme tout en objets, grâce à de grandes réalités ou vérités auxquelles personne ne pourrait échapper. Toutefois, cette objectivation demeure le fruit de subjectivités, donc est un choix politique et devrait s’assumer comme tel.

(J’ai pu dans un autre article insister sur la violence impliquée par l’abstraction dans la communication de l’État. Je pense qu’abstraction et objectivation se rejoignent ici car dans un cas comme dans l’autre, la réalité des souffrances est niée, notamment par une montée en généralité, débarrassée des spécificités et des subjectivités.)

Nous ne vivons pas en démocratie

Il s’agit paradoxalement du point de réflexion le plus simple à justifier, mais qui mériterait des pages et des pages de démonstration, ne serait-ce que pour déconstruire une bonne fois pour toute l’idée que notre organisation politique est démocratique. Sans surprise, la réforme des retraites démontre l’inverse. Sinon comment expliquer que l’avis majoritaire du peuple ne soit pas respecté ? Comment expliquer que la première ministre puisse affirmer que le retraite à 64 ans « n’est plus négociable » ? Imaginez une organisation politique dans laquelle le souverain puisse se voir opposer un « non » à sa volonté. Est-il vraiment le souverain ? Ou se moque t-on de lui ? C’est pour cette raison que les activités de communication du gouvernement enfoncent le clou : ce n’est pas le peuple qui décide de quoi que ce soit. Olivier Dussopt et Elisabeth Borne accusent réception de la colère et du refus – le premier explique sur RTL qu’il est normal qu’il y ait des « inquiétudes », la seconde écrit sur tweeter qu’elle entend les « doutes » et les « interrogations » –, mais… il et elle n’en feront rien.

En bref, ce petit groupe expose, sans détour, le caractère non-démocratique de notre organisation politique au travers ses activités de communication.

La communication, pensée comme se suffisant à elle-même, ne peut suffire pour gouverner un pays

Il est tentant de se contenter de communiquer pour appuyer ses décisions. Imaginez un réel dialogue de plusieurs mois, directement avec le peuple, qui prendrait part à la formulation de décisions. Dans notre organisation politique, les décisions sont prises sans le peuple. Pire, même les « partenaires sociaux » se plaignent du comportement du gouvernement. Dès septembre de l’année dernière en effet, les « partenaires sociaux » se déclaraient déçus des négociations et mettaient en garde le gouvernement face à un passage en force. Où en sommes-nous plusieurs mois plus tard ?

Ainsi le gouvernement, la présidence et la majorité, petit groupe d’enseignant-es reconverti-es, rêvent de pédagogie. Mais c’est un échec lamentable. Ce que ce petit groupe a du mal à comprendre, ce n’est pas que les gens ne comprennent pas, c’est qu’ils ont très bien compris et qu’ils n’en veulent pas. Le phantasme libéral d’un individu ultra-rationnel qui pourrait être convaincu par 2 tweets faisant usage de chiffres catastrophés, ou par des courts discours utilisant des mots-clés comme « responsabilité » et « sauver le système » se heurtent à la pragmatique ordo-libérale, déroulée dans des activités de com bordéliques qui ne cessent de se contredire (est-ce qu’on fait ou pas des économies sur les retraites pour financer autre chose ? Est-ce qu’on peut vraiment négocier quoi que ce soit ? Les femmes sont désavantagées ou pas ? C’est une réforme sociale alors qu’on demande plus d’efforts aux plus pauvres ?), l’envoi d’un ministre rageur pour diriger le débat hors des échanges d’arguments mais dans l’invective, la menace d’un recours au 49-3 qui plane sur les discussions, un respect si immense du « débat démocratique » qu’il est accompagné par des manœuvres propagandistes, l’embrigadement secret d’éditorialistes transformés en porte-voix.

La contradiction dans la communication du petit groupe est parfaitement résumée par un extrait de discours, devenu célèbre maintenant, prononcé par notre génie de président. En 2019, lors d’une conférence de presse, Manu expliquait que le report à 64 ans de l’âge de départ à la retraite était « hypocrite », notamment parce qu’« après 55 ans, les gens vous disent « les emplois c’est plus bon pour vous ». ». Dès lors, utiliser la communication pour gouverner, comme si elle se suffisait à elle-même, revient à croire que toutes les contradictions et les incohérences peuvent passer sans souci et qu’il suffirait de trouver le bon mot ou la bonne phrase pour rallier les citoyen-nes à sa cause. Je pense que c’est une croyance dans la force de l’instant : « si je dis la bonne chose au bon moment, ça va passer ». Disons-le franchement, c’est le gouvernement de la flemme et du court terme. Ou du moins dans ce qui est donné à voir, car comme n’importe quel-le citoyen-ne, je ne sais pas absolument pas ce qui se passe en coulisse – ce qui, dans une démocratie, est très gênant, mais là n’est pas tout à fait le sujet.

Sur ce point, la réforme des retraites permet à nouveau de constater que l’exécutif français a un usage de la com qui est chaotique – il est difficile de voir où ils et elles vont – et inquiétant – car il interroge sur la manière même de gouverner le pays. Ce petit groupe de dominant-es politiques rêve de pouvoir convaincre des millions d’opposant-es à la réforme grâce à une interview, un tweet, une réponse à l’Assemblée, etc. Plus exactement, il est question d’un ensemble de réponses, d’interviews, bref d’activités de communication, mais sans réflexion d’ensemble sur leur cohérence, d’où la répétition d’éléments de langage qui tombent comme un cheveux sur la soupe et la présence de contradictions, comme Franck Riester, ministre chargé des relations avec le Parlement, obligé de reconnaître que la réforme nuira aux femmes.

En bref, une bonne communication ne gagnera pas la « bataille de l’opinion », parce que l’opinion majoritaire est opposée à cette réforme. Et ce n’est pas en enchaînant les activités de communication sans discernement que la situation va changer. L’usage de la communication doit s’inscrire dans une réflexion plus large, débordant la simple stratégie de l’instant T. Enfin,  si nous étions dans une réelle démocratie, elle serait au service d’un authentique dialogue.



Citer ce billet
Mathieu Fusi (2023, 6 février). Qu’est-ce que la communication du gouvernement et de la majorité concernant la réforme des retraites nous apprend sur l’organisation politique ? Point-virgule. Consulté le 22 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/t25e

2 réflexions sur « Qu’est-ce que la communication du gouvernement et de la majorité concernant la réforme des retraites nous apprend sur l’organisation politique ? »

  1. Très bon article, comme d’habitude bien que j’ai eu du mal à en saisir toutes les idées dans les premiers paragraphes.

    Une question persiste: Comment ce gouvernement peut-il continuer à régner malgré son incohérence flagrante ?

    Merci pour cet article.

    1. Parce que l’incohérence n’empêche pas de gouverner. Parce qu’on est empêtré dans une routine de gouvernement, qui fait qu’on croit que c’est la seule manière de faire. Certains ont aussi parlé de “servitude volontaire”. Une chose me paraît sure : nous autres citoyen-nes sommes vraiment pas exigeants.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.