C’est pas que d’la com – d’autres types de communication

Si l’on postule qu’il existe en France une critique de la communication politique, qu’elle soit d’État ou pas, nous pouvons proposer d’autres types de communication susceptibles de répondre à cette critique. Avant de les évoquer, nous détaillerons brièvement la communication politique jugée mauvaise.

La communication politique : séduction et inaction

Rappelons que les différents types de communication évoqués tout au long de ce billet correspondent à des types à la Weber, soit des types qui n’existent pas tels quels dans le monde, dans la « réalité », mais qui permettent de mieux penser cette réalité. C’est une aide pour poser une réflexion sur la communication, tout en reconnaissant les opérations – tout à fait scientifiques – de découpage, de grossissement, de séparation mises en œuvre pour justement comprendre la communication politique.

Revenons donc au mouton élu ou voulant l’être ; l’homme politique s’adresse aux électeurs et, plus généralement, aux citoyens avec un type de communication qui est critiquée et critiquable. La communication politique actuelle est attaquée parce qu’elle est séduction. Enfant du sophisme, elle vise avant tout à gagner l’adhésion ou empêcher la critique de la part de ceux qui écoutent ou lisent. Les cibles regrettent alors d’être pris pour des idiots à qui les hommes politiques proposent des tentatives de manipulation alors même qu’elles sont évidentes Bien entendu il faut nuancer le propos ici, certains apprécient ces manipulations quand elles vont dans leur sens ou quand, tout simplement, ils y croient. Le rapport à la séduction est ambiguë, parfois on aime se faire séduire ; malgré tout il demeure cette dimension manipulatrice de la communication, ces promesses et ces mots lancés pour faire plaisir et détourner l’attention des intentions réelles.

C’est ce ras-le-bol de la séduction qui est dévoilé par la critique sociale du « c’est que d’la com », ras-le-bol qui semble d’autant plus légitime qu’il accompagne une fatigue citoyenne due à l’inaction. On en a marre qu’on nous prenne pour des benêts alors que l’on sait très bien que ce ne sont que des mots, du vent en gros. Les hommes politiques soufflent le chaud et le froid selon les circonstances avec deux constantes ; d’une part, ils se soucient de leur crédit auprès des électeurs et, d’autre part, ils parlent pour parler et, au pire, ce qu’ils annoncent contredit leurs actions, au mieux, ce qu’ils annoncent n’aboutira sur rien. C’est la critique de la communication-inaction, l’immobilité des actes concrets et le vide de la parole au service du surplace.

Nous allons par la suite évoquer quelques types de communication qui pourraient répondre à la critique de la communication-séduction-inaction.

La communication d’accompagnement : annonce de l’action

Cette communication a une mission simple ; est communiqué seulement ce qui a été fait ou est en train de se faire. Les activités de communication des hommes politiques élus sont dans une dynamique différente de celle de la communication-inaction. Il s’agit seulement d’annoncer les actions, reléguant totalement en arrière-plan les ventes d’utopie et de promesses.

Quid des hommes politiques voulant devenir élus et qui ne peuvent pas faire grand-chose ? Je serais tenté de répondre un régime de silence, mais, de façon plus réaliste, il ne prendrait plus la parole que pour annoncer leurs actions « coups de com », ce qui les réduirait à de simples opportunistes – autrement dit, un sacré coup pour leurs crédits auprès des électeurs.

Problème : Ne serait-on pas ici dans la dictature de l’action ? Cette dernière désigne, pour la critique de l’inaction, tout ce que l’homme politique entreprend pour régler un problème ou améliorer une situation. Dans cette définition, la communication sert à rien si ce n’est annoncer l’action. La communication d’accompagnement répond alors à l’impératif de faire correspondre la parole à l’action et à la réduction de la dimension séductrice de cette parole.

La communication d’information : neutralité

La séduction prend part à une stratégie de défense d’intérêts personnels. Au contraire, la communication d’information s’inscrit dans une démarche proche de l’idéal journalistique de neutralité. En d’autres termes, la communication correspond à une description la plus objective possible, sans tentative de manipulation ou de déguisement des faits. La communication en serait rendue en revanche plus complexe car il ne serait plus question de prendre des libertés avec la « réalité ». Il faudrait plutôt mener des études approfondies pour communiquer des faits vérifiés.

Problème : ce type de communication questionne l’intérêt et l’existence de l’utopie dans le discours politique ; est-ce que l’utopie est nuisible ? Est-ce que la proposition d’un monde à venir meilleur, basé sur des solutions à des problèmes qui parcourent l’actuel, est forcément négative et correspond à une tentative de manipulation ? Pas nécessairement, mais il semble que, aujourd’hui, l’utopie est mise au service d’un maintien du monde. Par exemple, on ne peut que s’étonner de la lenteur avec laquelle l’État français s’engage dans le développement durable alors que l’ancien président François Hollande, avec la COP 21, nous promettait une entrée dans l’ère du bas carbone1. L’État ne s’est pourtant pas désengagé du nucléaire. En somme, la communication d’information confine la parole de l’homme politique à une neutralité, où il décrit et explique que ce qui existe.

La communication nommée : annonce de la séduction et de l’inaction

Si jamais les dimensions de séduction et d’inaction doivent se maintenir dans la communication des hommes politiques, la communication nommée permettrait aux hommes politiques de faire preuve d’honnêteté. En bref, ils pourraient préciser quand ils essayent de « vendre du rêve » ou quand ils promettent sans être sûrs de pouvoir agir derrière.

Problème : le problème de la communication nommée touche aux croyances et tabous attachés au métier d’homme politique. En nommant ce qu’il fait, en l’occurrence la séduction et la fausse promesse, il met le doigt, dans son propre discours, sur la manipulation et l’impuissance, chose que l’on dénonce normalement chez l’adversaire ; en bref il se tire une balle dans le pied.

La communication contraignante : engagement

La communication contraignante dirige l’homme politique vers une prise de conscience de l’importance de sa parole. Cette dernière devient le moyen par lequel il s’engage et annonce ce qu’il compte faire. Les déclarations que l’on nomme « les annonces » s’inscrivent dans ce type de communication, à cela près qu’elles ne contraignent pas. Ici, l’homme politique qui annonce doit faire, et s’il ne fait pas il doit justifier pourquoi. L’engagement est le point important dans la communication contraignante dans la mesure où elle limite totalement la communication-inaction. Elle évite en effet les fausses annonces et les fausses promesses ; elle engage l’homme politique qui communique et il y aurait fort à parier que le nombre de communications diminuerait en conséquence (la fin des petites phrases ?).

Problème : peut-être court-on vers un bouleversement trop grand envers l’organisation politique car comment ne pas envisager une sanction si l’engagement n’a pas été respecté avec des raisons valables ? On se trouverait presque là dans le mandat impératif, où l’élu doit effectuer une tâche précise sinon il perd sa fonction.

Ce petit tas de réflexion montre que s’interroger sur la communication c’est en fait s’interroger sur l’organisation politique. La critique de la communication-inaction-séduction est une critique de la démocratie représentative ; c’est notre hypothèse. Ce qui se distingue, et qui donne des billes à cette hypothèse, c’est que la mise en question de la communication amène logiquement et structurellement à critiquer la représentativité (1°) et les rapports de domination dans la vie politique (2°). Par exemple, 1° la communication nommée identifie les démarches de séduction et d’inaction présentes dans la communication politique. Elle souligne le souci constant des élus de leurs crédits auprès des électeurs. Il existe un rapport qui se tisse entre l’électeur et l’élu au travers de la communication. 2° La communication contraignante équilibre les rapports de domination en rendant obligatoire le respect des engagements et en mettant en œuvre une surveillance des actions des élus pouvant amener à un renvoi. En somme : quels sont les objectifs des activités de communication des individus qui nous gouvernent ? Pourquoi ont-ils le droit de représenter l’État en communiquant ? Pourquoi leur parole ont tant d’importance en comparaison d’un individu hors de la vie politique ? Comment se fait-il que nous, citoyens, acceptons cette communication jugée mauvaise alors même que c’est par elle qu’une partie du gouvernement de la société se passe ? Une série de question qui rattache la critique de la communication à la critique de l’organisation politique.

1https://blogs.mediapart.fr/freddy-mulongo/blog/141215/cop-21-le-bourget-discours-de-francois-hollande-sur-le-changement-climatique-la-ceremonie-de-c-1

Crédit photo : je ne trouve plus l’image source, veuillez m’excuser. N’hésitez pas à me signaler la source originale si vous la connaissez.


Une réflexion sur « C’est pas que d’la com – d’autres types de communication »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.