Les limites du monopole de la représentation-incarnation – réflexions sur la communication de l’État

Dans ce billet, je vais expliquer pourquoi l’analyse de la communication politique, qui affiche typiquement le fonctionnement de l’organisation politique, est un bon moyen les mises en cause de cette organisation politique. Les critiques adressées à la communication politique et les difficultés dans lesquelles se trouvent empêtrées les pros de la politique au plus haut niveau trouvent, selon moi, une parfaite démonstration dans les limites de la représentation-incarnation. Autrement dit, la légitimité des pros de la politique du plus haut niveau, à savoir les membres de l’exécutif (président et ministres), à incarner l’État ne rencontre plus du tout la même adhésion et fait l’objet d’une remise en cause que les pros de la politique ne parviennent pas à conjurer. Ce billet sera bâtard par essence, à mi-chemin entre spéculations et données empiriques.

1° Qu’est-ce que le monopole de la représentation-incarnation de l’État ?

Ce monopole décrit la possibilité unique pour les membres de l’exécutif d’incarner l’État et de pouvoir le faire agir et parler. Plus généralement, il importe de garder en tête que l’État en soi n’existe pas ; il faut des individus pour l’incarner – à moins de pratiquer une philosophie désincarnée, faites d’idées pures et abstraites, à laquelle le jeune Marx s’est opposé par exemple (Collin, 2009).  Voici une situation concrète pour comprendre de quoi il en retourne : si je vous dis « l’État va investir 10 millions d’euros pour acquérir tous les NFT de bananes », vous rigolerez avant de me demander d’où je tiens cette information. Si un conseiller du président vous dit la même chose, vous prendrez cette information plus au sérieux mais vous resterez quand même dans le doute. Si c’est Manu lui-même qui le déclare dans un tweet, là vous pourrez vous inquiéter. Cette situation est monopolistique car personne en France ne peut, même légitimement, faire parler et agir l’État à la place des membres de l’exécutif, ou plus précisément, avec autant d’éclat.

Ce monopole découle directement des différents monopoles constitués par l’État, et sur lesquels Elias (2003) et Bourdieu (1993, 2011), entre autres, se sont arrêtés. Autrement dit, c’est bien parce qu’il existe un appareil étatique permettant d’imposer concrètement et symboliquement une réalité, qu’il est possible à des individus spécifiques, les membres de l’exécutif, de fixer par leurs activités de communication cette réalité. La crise sanitaire en a été un exemple assez frappant : il a fallu attendre l’intervention du soldat Manu pour se savoir en guerre contre un virus.

La distinction entre représentation-incarnation et représentation-mandat (Sintomer, 2013) peut nous aider à éclaircir le propos. La représentation-mandat intervient quand une personne est désignée pour représenter un groupe. Ses paroles et ses actes sont plus ou moins déterminés par la liberté qui lui est accordée par les mandant-es. Les députés sont très libres, alors que les syndicalistes, dans les négociations avec les patrons, bien moins. La représentation-incarnation se comprend comme la capacité du ou de la mandataire à agir ou parler comme si elle était ce qu’elle représente. En clair, un-e authentique mandataire se dit toujours lié-e aux engagements qu’il ou elle a pris auprès de ses mandant-es, alors qu’un-e représentant incarnant son groupe peut le faire agir ou parler comme une marionnette. On comprend ici la difficulté et la prudence qu’aura un-e conseiller-e ou un-e député-e pour faire parler ou agir l’État, car dans les faits il ou elle n’a pas la position nécessaire pour incarner l’État. Ce n’est pas le cas d’un-e ministre ou du président, qui peut prendre des libertés bien supérieures et qui bénéficie aussi d’une position symbolique spécifique. Par exemple, si nous entrions en guerre, c’est bien le président qui l’annoncerait, et non la présidente du groupe majoritaire.

Le monopole de la représentation-incarnation de l’État désigne donc cette situation politique dans laquelle seul un groupe professionnel d’individus est en mesure de faire parler et agir l’État, notamment au travers d’activités de communication. Pour être tout à fait précis, il est possible qu’un-e représentant-e de l’État, un-e député-e par exemple, représente l’État et le fasse parler et agir, par exemple lors d’un discours solennel. Toutefois, la différence avec un-e ministre et, mieux encore, le président, c’est qu’ils et elles incarnent l’État ; ils et elles en sont la forme de chair, cette grandeur politique qui domine et écrase et qui prend forme humaine, et non simplement un porte-drapeaux passager. Cela nous renvoie aux deux corps du roi (Kantorowicz, 1989). Cette théorie, basée sur une théorie chrétienne concernant Jésus Christ, décrit le roi comme ayant deux corps : un charnel et un politique, immortel, transmissible (« le roi est mort, vive le roi »). Le président est, en quelque sorte et je ne suis pas le seul à le penser (Mendel, 2003 ; Musso, 2011), l’héritier de cette tradition. J’ajouterais cependant les ministres dans cette « incarnation corporelle ».

2° Quelles sont ses limites ?

Dans cette partie, je vais m’arrêter sur les difficultés de ce monopole de la représentation-incarnation, sur ce qu’il ne permet pas ou plus de faire, sur ce qui lui attire des critiques.

L’État n’est pas seulement cette grande machine au sommet. Les citoyen-nes, les fonctionnaires en tête, font l’opposition entre cette machine étatique violente et dominante, et les services publics indispensables au fonctionnement de la nation. Ainsi, incarner la première n’a rien à voir avec incarner une forme de solidarité mise en exercice et permise, entre autres, par nos impôts. Quand les ministres et le président prétendent parler pour un service public, personne ne les croit.

Ensuite, comme je l’ai montré dans une étude indépendante sur la communication politique, certain-es citoyen-nes parlent d’une désacralisation de la communication politique. Les personnes formulant ce constat sont attachées à une certaine « noblesse » ou bonne tenue dans l’expression des membres de l’exécutif – ils ou elles ne peuvent pas faire n’importe quoi. Cette critique concerne surtout le recours aux réseaux sociaux numériques qui cause un nivellement vers le bas dans les activités de communication. Une partie de la population pensent donc que les pros de la politique ne peuvent pas incarner l’État : ils ou elles n’ont pas le niveau, ne respectent pas la fonction, ne s’expriment pas comme il le faudrait. Sans aucun doute les attentes des publics conditionnent à la fois l’expression des pros de la politique et la pratique de leur métier (Briquet, 1994). On aura compris qu’une ministre ne peut pas s’exprimer comme un député, et vice versa d’ailleurs. (Cette attente est même curieusement formulée par des personnes proches d’une gauche radicale. Pourquoi curieusement ? Pour le dire crûment, cette gauche en a rien à foutre que les pros de la politique soient dignes ou pas de représenter l’État, elle en veut juste plus du tout.)

Plus généralement, il existe une critique populaire qui s’élève contre la technocratie et qui se traduit par l’impression d’une déconnexion (j’en parle aussi dans mon étude citée plus haut). L’incarnation de l’État ne fait que renforcer la distance ; les activités de communication sonnent inabordables et incohérentes avec la vie des citoyen-nes concerné-es. Je dirais même qu’elle peut sonner comme une violence de classe, avec son vocabulaire et ses expressions hautaines, ses petites humiliations langagières que Macron ne se refuse jamais à utiliser. Les citoyen-nes se sentent incompris-es et de cette incompréhension découle une inconciliabilité. Dit autrement : mais qui sont ces bourgeois-es qui me disent quoi dire et quoi penser quand ils et elles ne savent rien de ma vie et ne comprennent rien de celle-ci ? Les membres de l’exécutif ont beau incarner l’État, cette activité ne rencontrent pas d’écho.

Le monopole de la représentation-incarnation ne pourra jamais s’extirper de ses dimensions stratégiques et, en conséquence, de la vacuité des prétentions affichées à représenter de manière désintéressée. Le désintérêt est au fondement de la légitimité des représentant-es de l’État, notamment dans leurs actions de représentation et de communication (Bourdieu, 1993 ; Le Bart, 1998). Les pros de la politique et, a fortiori, les membres de l’exécutif doivent s’exprimer comme si elles et ils ne gagnaient jamais rien et étaient entièrement dévoué-es à l’intérêt général. J’ai pu démontrer dans ma thèse l’existence d’un invariant de désintéressement, mais aussi l’utilisation stratégique du monopole de la représentation-incarnation de l’État (Fusi, 2018). Dans ce cas, l’État est vu comme l’institution au-dessus de la mêlée, l’institution la plus neutre, fixant un universel – Bourdieu parle d’ailleurs d’un monopole étatique de l’universel. Il est très pratique pour un gouvernement, peu importe ses couleurs, de se dire représentant désintéressé, objectif et légitime de l’État dans la mesure où il coupe ainsi court à tous les arguments adverses. Par exemple, pendant la crise des subprimes en octobre 2008, le premier ministre François Fillon tente un ralliement autour du drapeau. Ce dernier essaye de fédérer une adhésion massive derrière la figure de la nation. Alors que le plan de sauvetage des banques françaises est soumis au vote à l’Assemblée nationale, Fillon appelle le parti socialiste à faire preuve d’« un peu de cohérence […] pour soutenir l’économie française, et soutenir la sécurité des déposants français ». Fillon ici c’est l’État, garant du pognon des épargnant-es, l’opposition, ce sont des plaisantins dangereux qui font courir des risques aux Français-es ; cette tentative de muselage de l’opposition et cette opération de disqualification de celle-ci démontre que quand un-e pro de l’exécutif incarne l’État, son intérêt arrive systématiquement en tête.

3° Quelles implications pour la communication politique ?

Qu’est-ce que les limites du monopole de la représentation-incarnation nous apprennent sur la communication politique ? Est-ce un signe de la fin des activités de communication, avec l’avènement de citoyen-nes exigent-es ne supportant plus les montées en émotion et autres manipulations ? Les activités de communication entament-elles une descente dans les abîmes de l’ignorance et de l’inintérêt ? Rien n’est moins sûr. Dans l’étude que j’ai menée sur la réception critique de la communication politique, j’ai pu discerner des contradictions claires dans la manière dont les citoyen-nes évaluaient les activités de communication. Différents biais orientent la sélection d’information comme le fameux biais de confirmation. Plus généralement, ces biais sont responsables d’une forme de bêtise, à laquelle personne n’échappe, pas même notre génie de président (Généreux, 2021). Ainsi, ce qui est toléré chez un-e pro de la politique que l’on apprécie et avec qui on partage des points de vue, n’est pas toléré chez un-e autre pro dont on grimace à l’idée de l’écouter ou de le lire. On trouve Mélenchon vulgaire, agressif, mais on apprécie Macron et ses saillies sur le peuple flemmard et rebelle. On trouve Marine Le Pen dangereuse, autoritaire, mais on apprécie les roulements de mécaniques de Roussel. Bref, l’animal politique qu’est l’être humain ne semble pas pouvoir échapper aux problèmes de dissonance – l’étude de Festinger (Festinger et al., 2022), malgré ses défauts, en a donné un exemple magistral. Enfin, il serait vain de prétendre que seule la rationalité pourrait amener une bonne réception de la communication politique. Tout d’abord, les émotions jouent un rôle dans la rationalité et sont indispensables dans la mobilisation politique des individus (Marcus, 2008). Ensuite, la politique, en tant que pratique éminemment symbolique, entretient forcément un lien avec les émotions (Braud, 1996). Par exemple, comment faire bouger les foules pour lutter contre le réchauffement climatique avec seulement des schémas, des diagrammes et des publications scientifiques ? On peut s’interroger ici sur l’efficacité des stratégies de communication du GIEC, dont, même si le rapport fait la une chaque année, ne parvient pas à susciter une mobilisation à la hauteur des enjeux.

Si la communication politique ne risque pas d’être rejetée, je pense que l’impression d’écart – et sans doute la réalité de cet écart – entre les pros de la politique au plus haut niveau et les citoyen-nes populaires risquent de s’agrandir. La communication de l’État, un type de communication politique spécifique, devrait donc se heurter à de plus en plus d’incompréhension et de rejet plus ou moins affirmé. Cependant, les critiques radicales de la communication politique qui vont jusqu’à dénoncer un problème d’organisation politique sont rares, comme je l’ai montré dans mon étude. Les personnes qui les formulent sont intéressées par la politique et ont typiquement un haut niveau d’études. Elles sont aussi proches d’une gauche radicale, anarchiste par exemple. On comprendra donc que ce rejet radical n’est pas et ne sera pas majoritaire. Toutefois, l’agacement provoqué par les membres de l’exécutif et le renvoi de leurs activités de communication à du blabla, sans pour autant être une remise en cause critique forte (je me répète), risque de se renforcer. Selon moi, les conseiller-es en communication vont devoir se contenter de travailler, encore et toujours, sur la question de la distance entre les électeurs et électrices et les élu-es.

Ce point en amène naturellement un autre à propos de la représentation de l’État ; plus précisément de la représentation du grandiose de l’État. Est-ce si important d’avoir un président en costard parfait magnifié dans de somptueuses cérémonies quand une partie grandissante des citoyen-nes n’arrive plus à boucler les fins de mois ? Les crises en cours et à venir, sur tous les fronts imaginables, rendront la dimension symbolique de la communication de l’État, destinée à démontrer et appuyer sur la magnificence de l’État et son caractère imposant, pour ne pas dire dominant, complètement superficielle. Il existe une demande et une attente citoyennes vis-à-vis de cette magnificence. Dans l’étude que j’ai menée, je l’ai trouvé présente chez des individus situés dans une droite conservatrice, mais les autres citoyen-nes n’ont que peu d’intérêt voire aucun envers une magnificence incarnée.

Cette représentation-incarnation dépend d’un monopole, et donc d’une lutte pour sa maîtrise. La communication politique ne pourra en conséquence jamais se défaire de ses dimensions stratégiques. C’est une limite claire et contraignante ; pris dans le jeu politique, un-e pro de la politique ne peut jamais oublier sa position, surtout s’il ou si elle veut la conserver ou l’élever. Je m’interroge souvent sur la manière de communiquer des pros de la politique si elles et ils pouvaient exercer seulement un seul et unique mandat. Que diraient-ils ou elles qu’ils ou elles n’osent pas, de peur de perdre des points de popularité ? Iraient-ils ou elles jouer aux people sur les plateaux télé ? Feraient-ils ou elles des vidéos YouTube dans leur cuisine ? Bourdieu (1981) avait parlé d’un système d’écart pour désigner le jeu dans lequel sont pris-es les pros de la politique. Ce jeu n’est connu que par les initiés ou les intéressés et les concerné-es ; le monopole de la représentation-incarnation est typiquement un de ces enjeux implicites. La communication politique ne pourra donc jamais, ô grand jamais, être pure et désintéressée ; elle concerne toujours la position du ou de la pro de la politique qui s’exprime, et l’intérêt bien exprimé du peuple se combine avec celui plus ou moins bien caché des pros de la politique. Les limites du monopole de la représentation-incarnation ne font qu’accentuer la dimension stratégique de la communication politique.

4° Et si les citoyen-nes voulaient une autre organisation politique ?

C’est le pari de La France Insoumise. Néanmoins la question qui n’est pas trop posée est celle du changement à quel point. A quel point les citoyen-nes sont radicales et radicaux ? Voulons-nous une authentique démocratie, donc adieu le parlement et le gouvernement, ou voulons-nous une démocratisation à petits pas, avec plus de référendums, des assemblées populaires comme la convention citoyenne pour le climat ? Sans oublier qu’une bonne partie des électeurs souhaitent seulement un changement de façade, ce que représente une extrême majorité de partis politiques. Mon propos ici n’est pas de déterminer ce qui est souhaitable ou pas, mais de rattacher les limites du monopole de la représentation-incarnation de l’État à une critique plus large concernant l’organisation politique.

L’analyse se fait plus claire si nous insistons sur la notion de monopole. Oui on est agacé par la manière dont s’expriment les ministres ; oui il est évident que le président nous prend pour des idiot-es ; mais, en plus, ce sont les seul-es à pouvoir faire cela en incarnant l’État. Une telle responsabilité, un tel pouvoir symbolique… pour produire des vidéos sur YouTube, pour se moquer et culpabiliser les gens qui ne trouvent pas de travail, pour choisir les informations qui les arrangent et ignorer d’autres qui les contredisent, pour s’indigner variablement en fonction de la personne et non du problème de fond, etc. Cette situation historique, correspondant à la construction de l’État comme opération de monopolisation de certaines ressources (lire Elias et Bourdieu sur ce sujet), interroge forcément et de façon continue sur sa légitimité. Les pros de la politique au plus haut niveau peuvent-ils et elles gouverner en communiquant comme cela ? Et s’en suit : peuvent-ils et elles encore gouverner ?

La configuration politique, dans laquelle se situent ces limites, constituée de tous les rapports de force et de domination qui font concrètement et pratiquement notre organisation politique, exprime des problèmes sociétaux qui dépassent les seuls problèmes de communication. Ce n’est certainement pas qu’un problème de pédagogie, ou de starlette YouTube à faire intervenir, ou de format vidéo à privilégier, ou de longueur, ou de vocabulaire, ou de coiffure, etc. Peu importe la solution adoptée pour corriger les activités de communication politique et de l’État, la question politique nous sort de cet aspect technique. Il s’agit maintenant de savoir pourquoi la communication politique ne correspond pas aux attentes des citoyen-nes et la réponse, selon moi, renvoie à un fait difficile à avaler pour les pros de la politique : leur rôle et fonction sont de plus en plus critiqués et la confiance qu’ils et elles inspirent diminue. Donc, à nouveau, peu importe la com po choisie, il faut changer celles et ceux qui communiquent et il faut changer le cadre dans lequel ils et elles communiquent.

Parce qu’au final le danger qui se manifeste, et je pense, quitte à spéculer un peu trop, que les citoyen-nes comprennent presque inconsciemment qu’on – les dominant-es politiques – les prend pour des con-nes, le danger donc, c’est celui d’une soit-disant majorité politique, tirée d’un président élu en 2017 avec même pas 9 % des citoyen-nes (Généreux, 2021, à partir des travaux de Jérôme Jaffré) qui approuvent son programme. Toute la légitimité institutionnelle de l’État est investie dans une personne qui peut ainsi prétendre représenter la France et incarner l’État, alors même qu’une grande majorité des Français-es ne le supportent pas. Le monopole de la représentation-incarnation de l’État ne pourra jamais dépasser ce fait et se cassera sans cesse les dents dessus : Macron peut bien jouer au nouveau roi, au grand homme, au président de la République, faire agir et parler l’État dans ses discours ou ses tweets, tout en étant légitime, tout en respectant la Constitution, il n’empêchera pas un ras-le-bol grandissant envers ces pratiques. Peut-être que le repli autoritaire de l’État correspond à une compréhension de ce processus critique en cours, et qu’au lieu de réellement participer à l’avènement d’un monde nouveau, le monde actuel – qui ressemble beaucoup à l’ancien quand même – se crispe autour de ses privilèges et refuse tout réel changement ?



Bibliographie

BOURDIEU Pierre, « la représentation politique [éléments pour une théorie du champ politique] » [Document en ligne] Actes de la recherche en sciences sociales, 36-37, 1981, pp. 3- 24. Disponible sur : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/arss_0335-322_1981_num_36_1_2105 (consulté en août 2014)

BOURDIEU Pierre, « Esprits d’État. Genèse et structure du champ bureaucratique » [Document en ligne] Actes de la recherche en sciences sociales, 1993, volume 96-97, pp. 49-62. Disponible sur : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/arss\_0335-5322\_1993\_num\_96\_1\_3040 (consulté en mars 2015)

BOURDIEU Pierre, Sur l’État. Cours au Collège de France (1989-1992). Paris : Seuil : Raisons d’agir, 2011, 656 p. (Cours et travaux)

BRAUD Philippe, L’émotion en politique. Problèmes d’analyse. Paris : Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1996, 256 p. (Références inédites)

BRIQUET Jean-Louis, « Communiquer en actes. Prescriptions de rôle et exercice quotidien du métier politique » [Document en ligne] Politix, n°28, 1994, pp. 16-26. Disponible sur : https://www.persee.fr/doc/polix\_0295-2319\_1994\_num\_7\_28\_1879 (consulté en février 2021)

COLLIN Denis, Comprendre Marx. Paris : Armand Colin, 2009, 252 p.

DUPUIS-DERI Francis, La peur du peuple. Agoraphobie et agoraphilie politiques. Québec : Lux Editeurs, 2016, 458 p. (Lux. Humanités)

ELIAS Norbert, La dynamique de l’occident. Paris : Presses pocket, 2003, 320 p. (Agora)

FESTINGER Leon, RIECKEN Henry W., SCHACHTER Stanley, L’échec d’une prophétie. Paris : Presses universitaires de France, 2022, 374 p.

FUSI Mathieu, Communication de l’État en contexte de crise financière internationale. Les cas des crises : krach boursier de 1987, crise asiatique de 1997-1998, subprimes en 2007-2008, Thèse de doctorat en science de la communication, sous la direction d’I. Pailliart, 2018. Disponible sur : http://www.theses.fr/2018GREAL009

KANTOROWICZ Ernst Hartwig, Les deux corps du roi. Paris : Gallimard, 1989, 638 p. (Bibliothèque des histoires)

LE BART Christian, Le discours politique. Paris : PUF, 1998, 128 p. (Que sais-je?)

MARCUS E. George, Le citoyen sentimental. Émotions et politique en démocratie. Paris : Presse nationale de la fondation nationale des sciences politiques, 2008, 228 p.

MENDEL Gérard, Une histoire de l’autorité : permanences et variations. Paris : La découverte, 2003, 285 p.

MUSSO Pierre, Sarkoberlusconisme : la crise finale ? La Tour d’Aigues : Éditions de l’aube, 2011, 170 p.

SINTOMER Yves, « Les sens de la représentation politique : usages et mésusages d’une notion » [Document en ligne] Raisons politiques, n°50, 2013, volume 2, pp 13-34. Disponible sur : http://www.cairn.info/revue-raisons-politiques-2013-2-page-5.htm (consulté en mai 2016)



Citer ce billet
Mathieu Fusi (2023, 2 mars). Les limites du monopole de la représentation-incarnation – réflexions sur la communication de l’État. Point-virgule. Consulté le 22 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/t25f

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.