Les solutions des citoyen-nes pour améliorer la communication politique

Dans un précédent billet, j’avais indiqué l’importance de respecter les critiques citoyennes de la communication politique. Ce faisant, il est possible de discerner et d’entendre des solutions présentes dans ces critiques. Ce billet s’inscrit dans l’exploration d’une étude que j’ai menée en 2020-2021, à l’aide d’entretien auprès de 50 personnes. Nous allons voir ci-dessous les différentes solutions proposées par ces personnes pour améliorer la communication politique. Ce billet peut alors être lu comme une première phase dans l’élaboration d’une réflexion pour effectivement changer cette communication politique qui pose tant de problèmes – lire le précédent billet pour avoir un aperçu de l’étendu de ces problèmes.

Comment améliorer ce que dit la communication politique des pros de la politique ?

Dans cette optique, les solutions proposées concernent la manière dont les pros de la politique peuvent être perçu-es à travers leur utilisation de la communication politique.

1° Qualités à développer : respect, honnêteté, contrôle de soi

Les pros de la politique auraient intérêt à développer les qualités suivantes, à savoir le respect, l’honnêteté et le contrôle de soi. Celles-ci se traduiraient dans leurs activités de communication par la capacité à ne pas se moquer de leurs adversaires ou des citoyen-nes, à reconnaître leurs erreurs ou tout simplement éviter de mentir et, enfin, par une maîtrise de leurs émotions.

2° Renforcer la proximité : sincérité, fin de la déconnexion et confiance

La proximité est aussi évoquée comme solution. Celle-ci se décline en différentes versions en fonction de l’enquêté-e. C’est d’abord une communication qui doit correspondre aux attentes des citoyen-ne-s, à ce qu’ils ou elles vivent au quotidien. La communication politique proche implique par exemple de se rendre sur le terrain ou de tenir un journal de bord, dans lequel sont détaillées les actions du ou de la pros de la politique. Surtout, cette communication doit être sincère. Ces deux qualités – sincérité et honnêteté – mettent en lumière une manière de gouverner différente par rapport à l’actuel, jugée malhonnête ou pas assez honnête. La proximité se conjugue donc avec la sincérité dans une solution qui découle d’une exigence politique.

Plusieurs enquêté-e-s soulignent que les pros assisté-e-s agissent comme des « technocrates », ou des « élites » déconnecté-es de la réalité. Ils ou elles devraient agir de façon plus proche avec les citoyen-ne-s.

La proximité renvoie également à la question de la confiance pour un enquêté. Plus proche, un ou une pro de la politique renforce le niveau de confiance qu’elle peut susciter.

3° Former les pros de la politique

Un enquêté propose une formation des pros assistés. Celle-ci viserait à apprendre aux pros assisté-e-s à mieux s’exprimer en public ; mieux s’entendant ici au sens de respect de l’auditoire, sans langage creux, en ne cherchant pas à se fabriquer une fausse image.

Comment améliorer le contenu des activités de communication ?

1° Des propos sincères et honnêtes

Les contenus des activités communicationnelle gagneraient en sincérité si les pros de la politique écrivaient eux ou elles-mêmes leurs discours. Au final, cette idée revient de temps en temps dans les solutions proposées. Elle renvoie aux critiques négatives autour des techniques marketing ou des remarques sur l’importance stratégique de la communication. Les pros assisté-e-s mènent une réflexion sur le type de communication à adopter pour attirer une partie de la population ou se faire bien voir. En conséquence, leurs activités de communication ne sont pas sincères et semblent renvoyer à des petits calculs électoraux, pour gagner en popularité par exemple.

2° La communication politique au service de l’humain

Quelque chose ne fonctionne pas dans la communication actuelle, qui cadre trop avec des considérations économiques ou de pouvoir. Il s’agirait donc de choisir une communication politique qui prend en compte l’humain. Un enquêté évoque sur ce point la nécessité de susciter chez les jeunes musulman-es une maîtrise de leur colère quand on critique l’islam. Cet entretien a eu lieu peu de temps après l’assassinat de Samuel Patty par un islamiste. Hector est un chrétien d’origine arménienne qui, pendant l’entretien, met en valeur l’amour de son prochain. Ainsi selon lui, les pros de la politique devraient, dans leurs activités de communication, prendre le temps d’aider les jeunes musulman-es au lieu d’insister sur les défauts de leur religion.

Dans cette solution, la communication politique s’inscrirait à la fois dans une démarche d’éducation et, plus généralement, dans la promotion de valeurs universelles : fraternité, respect de l’autre, respect de la vie humaine, renvoyant les facteurs économiques au second plan.

3° Le sens et la compréhension des discours

Quelques enquêté-es s’arrêtent spécifiquement sur des solutions touchant le sens des discours et la façon d’améliorer la compréhension de ceux-ci. Les pros de la politique doivent accorder beaucoup plus d’importance au sens des termes qu’ils ou elles utilisent car, en l’état, l’absence de sens favorise le désengagement. C’est l’idée de Christophe, chef d’entreprise, qui insiste dessus pendant l’entretien : il faut « donner du sens », car « cette absence de sens ne mobilise pas non plus les gens. » A l’inverse, une activité de communication sensée, qui se soucie de ce qu’elle raconte et de la cohérence entre les concepts, est susceptible de mobiliser.

La solution suivante s’arrête sur le fait de simplifier, d’expliquer le travail des pros de la politique à l’aide de leurs activités de communication. En parallèle, cette simplification porte aussi sur les discours en eux-mêmes, parfois estimés trop compliqués. Certain-es enquêté-es proposent différentes actions concrètes pour mettre en œuvre les explications et la simplification. Fabien, étudiant, se demande pourquoi on ne pourrait pas faire comme pour les soutenances orales qu’il a connues, pendant lesquelles il a du se justifier précisément, avec des arguments réfléchis et un support visuel clair. Dans la même idée, une autre étudiante, Maëva, propose des « petites feuilles explicatives » pour résumer les décisions politiques et les accompagner. Dans le même ordre d’idée, des enquêté-es proposent de mettre l’accent sur la pédagogie dans la communication politique. Pour Maxime, journaliste indépendant, cette pédagogie peut se dérouler dans des débats, associés à la prise de décision.

Comment améliorer les supports de la communication politique ?

Un des enquêtés insiste sur la nécessité d’un accès égal aux médias pendant les campagnes politiques. Quentin est un chef d’entreprise qui s’intéresse de près à la politique. Il considère que les règles du CSA ne respectent cette égalité d’accès et favorisent les grands partis.

Une autre solution concerne les réseaux sociaux numériques. Deux enquêté-es s’inquiètent de l’absence de surveillance des activités de communication sur ces réseaux. Pour Thierry, retraité, il faut mener une veille sur la diffusion de fake news et effectuer une riposte immédiate. La communication politique prendrait alors part à un travail de décryptage et de neutralisation des fausses informations. Pour l’autre enquêté, Franck, il faudrait modérer les réponses sous les tweets des membres de l’exécutif ou des institutions républicaines, afin d’éviter les insultes et les messages de haine. Les activités de communication devraient alors être encadrées après leur diffusion.

Comment améliorer la dimension politique de la communication politique ?

Avec ces solutions, nous rentrons dans le dur du sujet : comment les citoyen-nes envisagent autrement la communication politique dans l’optique d’une amélioration de la société ?

1° L’éducation populaire : éducation à la critique de la communication politique

Il est question ici de donner aux citoyen-ne-s des moyens, des armes intellectuelles critiques, pour comprendre les décisions politiques, mais aussi pour mieux comprendre les activités communicationnelles. Dans ce sens, il importe d’insister sur les techniques de manipulation pour favoriser une prise de conscience, afin, comme le dit Noëlle, étudiante, de « ne pas avaler tout ce qui est dit comme ça bêtement ». Mais l’éducation populaire, dans un sens moins traditionnel, c’est aussi pour Matthias, une habitude à faire prendre aux citoyen-nes, soit ne pas attendre automatiquement des activités de communication à l’apparition de chaque problème. Ainsi, deux visions politiques de l’éducation populaire s’affrontent autour de la communication politique. D’un côté, il s’agit de donner plus de place aux citoyen-nes, en les préparant au travail intellectuel que cela nécessite. D’un autre côté, cette place n’a pas à évoluer et les citoyen-ne-s doivent adopter des comportements plus responsables, n’étant pas en lien directe avec la politique.

2° La communication politique au service de la transparence

Cette solution s’inscrit dans une dynamique politique de transparence où les enquêté-e-s proposent que les décisions soient clairement et inévitablement exposées. C’est la solution de Maëva, via ces « petites feuilles explicatives », comme je l’ai relevé plus tôt. Par ailleurs, c’est la solution de Noëlle, qui s’interroge sur l’incapacité de prise de recul, de modestie des pros de la politique. Elle prône une attitude plus scientifique, en se basant sur des travaux de recherches, en formulant des hypothèses et, surtout, en arrêtant d’affirmer à la volée. La transparence reviendrait alors à procéder comme un ou une chercheuse (au moins selon l’idéal car la triche et les mensonges existent aussi dans la recherche malheureusement) ; en exposant clairement comment on arrive à telle conclusion, ou indiquant où se situent les points d’incompréhension ou d’incertitude, etc. En fait, Noëlle voit l’efficacité de la rigueur et de la prudence scientifique et ne comprend pas pourquoi les pros de la politique ne s’en inspirent pas. Des activités de communication plus transparentes, et plus prudentes, voire copiant le modèle scientifique, reviendraient à donner de nouvelles caractéristiques dans le gouvernement ou à s’appuyer plus fortement sur certaines de ses caractéristiques « scientifiques ».

3° L’évaluation des activités de communication

La solution suivante est celle de l’évaluation des activités de communication. Sylvain, retraité, propose que ce qui est dit par un-e pro de la politique soit vérifié, comme le travail journalistique de fact-checking, dans lequel on évalue la justesse de tel ou tel propos. Cette solution est bien politique dans la mesure où elle met en avant un moyen de contrôle des pros de la politique.

4° L’arrêt de la communication de façade

La dernière solution est assez radicale et fait écho à la colère de Pierre, un indépendant travaillant dans la communication b2b, qui ne supporte plus la dynamique actuelle de la vie politique, basée sur des coups de com, de la langue de bois, des mensonges. Cette dynamique a causé chez lui un désintérêt marqué envers les discours ; sa solution radicale est donc l’arrêt de la communication. Plus spécifiquement, il ne veut pas vraiment que les pros de la politique arrêtent définitivement de s’exprimer, mais plutôt qu’ils consacrent le maximum de leurs temps à « des projets de lois, de choix de société ». En clair, sa solution porterait sur un arrêt de la communication de façade en faveur d’activités de communication d’accompagnement pour présenter des décisions politiques. Cette solution changerait la communication politique, la reléguant à l’arrière plan, en tous cas derrière les décisions politiques.

Conclusion

Il va sans dire que certaines solutions manquent de précision ; il s’agit donc bien d’une première étape de réflexion. En outre, certaines de ces solutions s’opposent – et c’est bien normal compte-tenu que les citoyen-nes ne sont pas tous et toutes d’accord. Toutefois, il me paraît évident que quand on donne du temps aux citoyen-nes pour s’exprimer, qu’on ne renvoie pas leurs critiques au refrain des éternel-les insatisfait-es, ils et elles formulent des ébauches de solution qui mériteraient vraiment de l’attention.



Citer ce billet
Mathieu Fusi (2022, 8 décembre). Les solutions des citoyen-nes pour améliorer la communication politique. Point-virgule. Consulté le 22 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/t25c

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.