Marre de me transformer en marchandise et produit

C’est un billet plus personnel que les autres, une réflexion qui me hante depuis un moment ; j’en ai marre de me transformer en marchandise et en produit. Ce billet est à lire sans prétention scientifique, donc ne vous embêtez pas à chercher de la justesse terminologique ; j’ai décidé arbitrairement, sans effort de vérification, que marchandise renvoyait à un aspect logistique, et produit à un aspect marketing. Et j’ai en marre d’orienter ma vie selon ces deux aspects.

La vie-marchandise : calculs constants et anticipations

Il faut tout calculer, anticiper, préparer son quotidien. Pour ce faire, nous sommes assisté-es par de nombreux outils : des agendas, des emplois du temps, des retroplanning, etc. Nous scrutons à l’heure près, dans un espace temporel divisé en blocs hebdomadaires. La division du temps en unités ne semble avoir été faite que pour accélérer, c’est-à-dire améliorer notre autocontrôle. Nous sommes comme une caisse de marchandise qui traverse l’Atlantique : surveiller, contrôler, peser, re-surveiller, re-contrôler et re-peser. Et nous sommes nos propres surveillant-es, nos propres contremaîtres, chargé-es d’optimiser notre quotidien et d’empêcher le moindre problème. Est-ce que nous craignons les surprises ou est-ce que celles-ci sont devenues une gêne ? Il existe bien des bonnes surprises, mais avons-nous la place d’en profiter dans nos agendas ?

Parenthèse conceptuelle sur les impératifs : les impératifs ne sont pas uniquement des problèmes personnels. Je pense qu’il existe des impératifs dans la société, des nécessités à la fois fourrés à l’intérieur de nous par les institutions – l’université, l’État, la famille, l’entreprise, etc. – et à la fois diffusés plus ou moins subtilement par les modèles mis en avant dans les médias, par les discours à la mode et par nos envies de nous conformer à ce que font les autres (mais ils le font parce que nous le faisons et vice versa). Autrement dit, nous sommes les agent-es et les acteurs et actrices de ces impératifs ; nous les subissons et les faisons subir. Enfin, je ne prétends pas que ce processus collectif et auto-entretenu de transformation de la vie en marchandise et en produit soit généralisé, peut-être que je ne fais que réfléchir à voix haute à propos de mes défauts et mes craintes.

L’impératif du projet fait partie de ce double processus subi-infligé. D’un côté, les institutions ne cessent de nous demander des projets de carrière, des projets pros, des projets de formation, des projets universitaires, etc. Et de l’autre côté, nous nous empressons de savoir si les autres ont des projets de vacance, des projets de couple, des projets de loisir. Pour moi, cet impératif du projet représente plusieurs éléments qui caractérisent la vie-marchandise : peur de l’oisiveté et du temps mort, nécessité de s’occuper utilement (c’est-à-dire de manière à servir son avancement dans un projet personnel ou d’institution), méfiance vis-à-vis de l’improvisation, horreur et colère envers l’impréparation, remise en question de nos activités afin d’évaluer leur productivité, rationalisation défensive destinée à justifier envers les autres et soi-même l’utilité de nos activités, volonté de contrôler tout ce que nous faisons.

La vie-produit : promotion et narcissisme

Faire sa promotion est devenue aussi courant et mécanique qu’ouvrir ses mails. La promotion constitue une étape primordiale pour n’importe quel projet : nous surveillons le nombre de likes, ce qui peut se dire sur nous sur les réseaux sociaux et en dehors, nous observons avec stress des compteurs mesurer le succès de cette publicité. Celle-ci résonne comme un auto-portrait teinté de narcissisme, la description méliorative voire glorificatrice l’emportant sur l’introspection et l’honnêteté (l’admission de ses défauts). Si les nuances peuvent casser la dynamique d’un amour propre incontrôlable – en reconnaissant des erreurs ou des problèmes –, dans l’ensemble nous agissons presque à la manière de diplomates obsédés par le risque d’une égratignure de nos pays intérieurs, des paranoïaques qui sacrifieraient le risque d’une belle surprise pour la sécurité de notre narcisse. En échangeant avec une psychologue qui travaille sur les réseaux sociaux, j’ai appris qu’un like procurait une sensation de bien-être. Est-ce si étonnant que ça ?

Alors quand je me retrouve à faire du réseau sur tous les réseaux, j’ai l’impression de planifier la mise sur le marché d’un nouveau produit. L’impératif de l’image pousse tous les égos dans le sens du narcissisme. L’amour propre ne gène pas, au contraire, mais son pendant négatif, le narcissisme, oui– c’est la différence entre dire je m’aime et je m’aime, entre je m’aime parce que je le vaux et je m’aime parce que je suis le meilleur. Le narcissisme n’est donc plus un défaut, ou alors un défaut vital puisqu’il faut s’aimer toujours plus, et être aimé plus que les autres pour réellement exister. Les différentes institutions auxquelles nous appartenons nous demandent d’améliorer notre réseau, de nous insérer dans des réseaux, de développer le réseau de l’institution, d’être digne représentant-e de celle-ci (sans nous donner jamais assez de pouvoirs pour décider de ce qui fait un-e bon-ne représentant-e). Nous demandons aussi aux autres d’être plus beau et belle, mais quelque part s’ils et elles pouvaient ne pas trop l’être, cela arrangerait nos petits égos narcissiques – passée l’étape de la projection. L’impératif de l’image agit comme un maître ou une maîtresse munie d’un fouet, qu’elle ferait claquer durement, en faisant sonner les normes de comportement et les critères de beauté.

 

Pour résumer, je suis fatigué de devoir calculer aussi précisément mon quotidien et de devoir surveiller sans cesse mon image. Transformé en marchandise et en produit, soumis à des chiffres constamment, je me déshumanise car le qualitatif est annexe au quantitatif. Et pourtant, parce que le monde est complexe et l’être humain ambivalent, je prends aussi du plaisir à organiser des événements qui permettent de faire des rencontres et me présenter de façon à obtenir des compliments. Toutefois c’est toujours la spontanéité qui me frappe plus que la préparation. Je crains que nos vies-marchandises et nos vies-produits fassent de nous des sujets isolés, faussement rattachés les uns aux autres par des intérêts et des chiffres.



Citer ce billet
Mathieu Fusi (2022, 16 novembre). Marre de me transformer en marchandise et produit. Point-virgule. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/t25b

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.