Pourquoi communiquer sur Twitter quand on est membre de l’exécutif ? (1/2)

Les observateurs de la vie politique française ont sans doute remarqué que la communication de l’État s’était portée sur les réseaux sociaux numériques, Facebook et Twitter entre autre. Cela a contribué a démultiplié les activités de communication à plusieurs dizaines de fois par jour et il devient difficile de parler d’activités de communication de l’État sans perdre en précision. Entre les comptes « personnels » des membres de l’exécutif, des membres de ministère et de la présidence mais aussi des institutions elles-mêmes telles que le gouvernement, le ministère de l’intérieur, le ministère de la Culture, etc., la communication de l’État est éclatée. Précisons tout de suite que nous nous intéressons à l’État incarné par les membres de l’exécutif (les ministres et le Président). Ce billet vise donc à interroger la communication de l’État quand elle passe par des tweets. Disons le d’emblée, cette activité intense de communication nous paraît surprenante compte tenu de l’accueil négatif (moquerie, ironie, accusation d’instrumentalisation, dénonciation des incohérences, voire insultes déguisées) qui lui est réservé. Pourquoi est-ce que les membres de l’exécutif communiquent sur Twitter alors même que les utilisateurs de ce réseau social semblent, en majorité, hostiles à cette communication ? C’est en tous cas l’impression que nous retirons d’une observation, non systématique mais attentive, de plusieurs comptes Twitter rattachés à l’État français. Nous comptons exposer quelques réflexions ainsi qu’une ébauche de méthode et de résultats pour proposer un début de réponse à la question posée plus haut.

 

Pourquoi la communication étatique sur les réseaux sociaux numériques ? : la transparence et l’information des citoyens

 

Une première réponse à la question principale de ce billet est à trouver du côté de la légitimité politique de la communication de l’État en général, c’est-à-dire du côté d’une communication autorisée et considérée positivement par les citoyens et les différentes institutions chargées de « surveiller » les pratiques des agents de l’État – les médias par exemple ne sont pas les derniers à relever les manquements de ces agents. Pour C. Ollivier-Yaniv, la communication de l’État doit respecter deux interdits, soit « la monopolisation des sources d’information des citoyens d’une part et d’autre part, la diffusion d’informations partielles qui tendent à démontrer, si ce n’est à imposer, la pertinence de l’action gouvernementale »1. La communication publique permet, depuis son émergence dans les années 1980, un « contournement »2 de ces interdits dans la mesure où les représentants de l’État peuvent formuler des messages à l’intention des citoyens sans passer par les médias. Elle s’inscrit par ailleurs dans une modernisation des activités d’État avec une idée de transparence, où ces activités font l’objet d’une justification par l’intermédiaire de la communication. En bref, le recours aux réseaux sociaux numériques correspond à cette communication publique qui permet à l’État de s’adresser (presque) directement à certains citoyens et d’afficher ses actions.

 

Un point mérite cependant un paragraphe d’attention. Est-ce que la communication de l’État est directe quand elle passe par Twitter ? Pas vraiment car le réseau social constitue toujours un tiers entre l’émetteur (l’État) et le récepteur (l’utilisateur du réseau social numérique). Le contact direct n’en est pas strictement un mais, selon nous, il s’agit d’un intermédiaire qui joue un rôle bien moindre face aux médias journalistiques. Ces derniers travaillent sur l’activité de communication, ils ne la retransmettent pas telle quelle alors que Twitter n’intervient pas. Ce réseau social est plutôt alors un tiers discret qu’un tiers visible et pesant effectivement dans la forme et le déroulement de l’activité de communication. Bien entendu, nous n’entendons pas que la technique n’a aucune d’influence, rien que la contrainte des 140 caractères impacte forcément la forme de l’activité de communication, mais la technique ne commente pas cette activité. Par exemple, les journalistes du Monde questionnent le contenu de l’activité de communication alors que Twitter met à disposition des agents de l’État un outil (avec ses contraintes techniques) pour que ceux-ci communiquent.

 

En outre, la transparence est toujours soumise au bon vouloir des représentants de l’État. Ce n’est pas faire preuve de cynisme que de supposer que Twitter rentre dans la dimension promotionnelle de la communication de l’État. Si de nombreux potentiels électeurs utilisent les réseaux sociaux numériques, pourquoi est-ce que les membres de l’exécutif n’iraient pas entretenir leur capital politique. P. Bourdieu définit celui-ci comme « une forme de capital symbolique, crédit fondé sur la croyance et la reconnaissance ou, plus précisément, sur les innombrables opérations de crédit par lesquelles les agents confèrent à une personne (ou à un objet) les pouvoirs mêmes qu’ils lui reconnaissent »3. Autrement dit, le capital politique dépend de la croyance d’autrui en la capacité de celui qui bénéficie de ce capital ; un membre du jeu politique n’est pas lui-même à l’origine de son capital politique, mais plutôt il possède des caractéristiques et démontre des qualités qui lui permettront de maintenir ou d’augmenter son crédit auprès des citoyens. Twitter intervient en conséquence car il permet aux membres de l’exécutif de démontrer leurs qualités et leurs actions de façon valorisante. Comme le note P. Bourdieu, le capital politique est « suprêmement labile [et] ne peut être conservé qu’au prix du travail de tous les instants qui est nécessaire pour accumuler le crédit et éviter le discrédit »4. Le recours à un réseau social numérique se justifie pour un ministre ou le président de la République car il entre dans ce « travail de tous les instants », d’autant plus qu’il autorise une quasi-instantanéité de la communication qu’un passage par un média journalistique est incapable de fournir. Et pourtant, la réception négative des activités de communication interroge quant à la justesse stratégique d’un tel choix ; si les utilisateurs de Twitter se montrent si peu porter à reconnaître le crédit des membres de l’exécutif, quel est l’intérêt pour ceux-ci à aller communiquer sur ce réseau social ? Est-ce parce qu’ils ont vraiment à cœur la transparence de leurs actions ? Est-ce parce que Twitter permet de toucher un public large de manière simple ? Est-ce parce que les critiques formulées sur le réseau social franchissent rarement le cercle des utilisateurs (un tweet doit encore être écrit par une personnalité d’importance – un éditorialiste, un homme politique adverse, un écrivain à succès, un sportif, etc. pour avoir un impact sur l’image d’un homme politique) ? Nous ne pouvons répondre précisément à ces questions sans interroger directement ceux qui mettent en œuvre les activités de communication. Nous essaierons déjà de confirmer par un petit « terrain » l’existence de cet accueil négatif de la communication de l’État sur Twitter.

 

Une méthode pour saisir la communication de l’État sur Twitter

 

Pour faire simple, se baser, en guise de terrain d’exploration, sur un compte Twitter d’un membre de l’exécutif pendant une journée est suffisant. Nous proposons donc de suivre l’activité de communication du premier ministre Édouard Philippe et de récupérer les commentaires effectués par les utilisateurs à chacun de leurs tweets. Afin de déterminer leur réception, les tweets seront analysés en fonction de plusieurs catégories sous formes d’idéal-type. En d’autres termes, ces catégories n’existent pas vraiment telle quelle mais elles permettent, comme le précise M. Weber, d’ordonner la réflexion sur un phénomène social donné5. 1° La catégorie « critique » est celle de la remise en cause de l’action présentée dans le tweet ou d’une autre action effectuée par l’exécutif français. Un usager se montre critique envers un tweet quand il montre son désaccord ou quand il décrit de façon négative le comportement ou l’action de l’exécutif. 2° La catégorie « partisane » est celle du soutien. Un usager soutient un tweet quand il complimente le comportement ou l’action de l’exécutif, quand il se dit explicitement en faveur du parti politique ou du membre de l’exécutif. 3° La catégorie « moquerie » se réfère aux usagers qui tournent en dérision la formulation du tweet ou qui raillent l’action de l’exécutif. 4° La catégorie « défensive » est présente quand un usager défend le membre de l’exécutif ou l’institution étatique contre les critiques formulées par les autres usagers. 5° La catégorie « discussion » concerne l’usager qui répond au premier ministre en n’affichant ni une critique ou un soutien, mais une volonté d’échanger ou de commenter le tweet du premier ministre en apportant une précision par exemple. 6° La catégorie « inclassable » désigne les tweets qui sont trop difficiles à cerner, pouvant appartenir à plusieurs catégories à la fois et qui laissent trop de place à la subjectivité dans leur interprétation.

 

Nous n’excluons pas la possibilité qu’un tweet puisse appartenir à plusieurs catégories à la fois. La saisie de catégories pour un tweet du premier ministre s’arrête à la fin de la journée de collecte. Certains tweets d’usager ne sont pas pris en compte car ils sont destinés, non pas à défendre le membre de l’exécutif, mais à moquer, critiquer voire insulter le producteur d’une réponse au tweet du membre de l’exécutif ; en bref, ils ne sont directement adressés à Édouard Philippe. En somme, les tweets pris en compte dans l’analyse sont uniquement ceux qui sont une réponse directe au Premier ministre, un peu comme s’il s’agissait d’un dialogue. Ces catégories ont été déterminées à l’aide d’une réflexion et de l’expérience en tant qu’usager de Twitter (donc prédéterminées) et aussi à l’aide d’un tout petit corpus exploratoire.

 

Le tableau d’analyse ressemblera donc à cela :

 

Tweet N° X du Premier ministre

Réponse d’un usager n°

Contenu du Tweet

Catégorie(s)

 

Un tableau de synthèse permettra également d’avoir une vue d’ensemble sur la réception des tweets d’Édouard Philippe :

 

Nombre de tweets analysés

Nombre de tweets comportant la catégorie « critique »

Nombre de tweets comportant la catégorie « soutien »

Nombre de tweets comportant la catégorie « moquerie »

Nombre de tweets comportant la catégorie « défensive »

Nombre de tweets comportant la catégorie « discussion »

 

Avant de finir ce point méthode, il reste à évoquer les interactions entre les usagers de Twitter et le compte d’Édouard Philippe que nous ne prenons pas en compte. Il s’agit des retweets et des cœurs. Ceux-là nous paraissent difficiles à intégrer dans l’analyse car ils ne formalisent pas assez clairement la position et la pensée de l’usager. Un tweet peut être rediffusé dans le réseau d’un usager pour marquer son accord mais aussi pour l’inverse. Le cœur est plus simple à comprendre dans la mesure où il signale symboliquement un soutien, mais il n’exclut pas la possibilité du second degré. Ainsi, le signalement de l’adhésion ou de l’opposition par un tweet, c’est-à-dire une phrase qui contient des indices claires – au moins assez claires pour que puisse être mise en place une méthode dans l’objectif de mener une analyse scientifique – sur les intentions d’un individu, est un avantage pour l’analyse. Attention, cela ne signifie pas que nous postulons une transparence du discours. Nous plaidons pour une transparence plus grande, ou plutôt pour une accessibilité favorisée de la compréhension pour le chercheur envers la signification voulue par l’usager, se retrouvant dans une phrase au lieu d’une action sans mots (retweeter ou aimer).

 

La semaine prochaine, les résultats !

 

 

 

1OLLIVIER-YANIV Caroline, « De l’opposition entre « propagande » et « communication publique » à la définition de la politique du discours : proposition d’une catégorie analytique » [Document en ligne] Quaderni, n° 72, 2010, volume 2, p. 88. Disponible sur : http://www.cairn.info/revue-quaderni-2010-2-page-87.htm

2Ibid., p. 89

3BOURDIEU Pierre, « la représentation politique [éléments pour une théorie du champ politique] » [Document en ligne] Actes de la recherche en sciences sociales, 36-37, 1981, pp. 3-24. Disponible sur : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/arss_0335-5322_1981_num_36_1_2105 (consulté en août 2014)

4Ibid., p. 18

5WEBER Max, Essais sur la théorie de la science. Paris : Plon, 1992, 478 p. (Agora)

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.