Qu’est-ce que nous n’aimons pas dans la communication politique ?

Les résultats présentés dans ce billet sont le fruit d’une étude indépendante que j’ai réalisée en 2020-2021. Cette étude a consisté à interroger cinquante citoyen-nes, selon la méthode de l’entretien libre ou non-directif. Les entretiens ont été analysés à l’aide d’une typologie fine, détaillée en différentes catégories et sous-catégories. Une de ces catégories – englobant plusieurs sous-catégories – portait sur les critiques négatives formulées à l’encontre de la communication politique. Je vais donc vous présenter de façon résumée les critiques négatives citoyennes de la communication politique, telles qu’elles apparaissent dans les entretiens et après l’analyse – il existe un manuscrit bien plus détaillé de cette étude, mais transformé en billet de blog d’une centaine de pages, ça le ferait moyen.

Quelques remarques générales sur les critiques négatives

Je ne peux pas aller plus loin sans vous en dire plus sur les critiques négatives. Tout d’abord, de quoi s’agit-il ? Ce sont des jugements négatifs en direction de la communication politique, sur tout ce qu’elle fait de mal, sur sa dangerosité, sur ses conséquences, à la fois sur le gouvernement de la société mais aussi sur la vie politique en général.

Les critiques négatives sont plus fréquentes et nombreuses que les critiques positives dans les propos des citoyen-nes que j’ai interrogé-es. Rien de très surprenant, ce constat ayant déjà été dressé ailleurs (Vedel, 2007).

En outre, il importe de ne pas prendre ces critiques négatives comme des pleurnicheries ou les lier forcément à la capacité caractéristique des Français-es à ne jamais être content-es. Durant cette étude, j’ai respecté ces formulations critiques et essayer d’en comprendre la dimension politique.

 

Les différentes critiques négatives de la communication politique

1° La communication politique inspire la méfiance

Plusieurs raisons justifient cette méfiance. Premièrement, ce peut être le manque de cohérence ou de lien entre ce qui est annoncé et les actions réalisées, causant une posture de recul critique, plus ou moins automatique. Par exemple, pour Sophie (les prénoms ont été changés), 52 ans, responsable dans un service administratif français, « le discours change » lorsqu’il y a les élections. En conséquence, elle signale que « c’est un peu dommage, et dommageable pour notre politique actuelle et pour la confiance qu’on peut avoir sur nos partis politiques. » Deuxièmement, le manque de clarté peut entraîner une méfiance, comme chez Jacques, retraité de 64 ans et ancien cadre qui dénonce « l’à peu près ». Troisièmement et logiquement, le mensonge est à l’origine d’un manque de confiance. Pour Léo par exemple, 17 ans, lycéen, le fait de mentir « casse la confiance ».

Plus généralement, certaines personnes que j’ai interrogées adoptent une méfiance continue vis-à-vis de la communication politique. Le cas de Maëva est typique et parlant. Maëva est une jeune femme de 19 ans, étudiante, qui possède un recul critique assez prononcé concernant la politique, tout en déclarant ne pas trop s’y intéresser. Elle reproche un manque de transparence aux activités de communication et les pros de la politique ne lui inspirent que très peu de confiance. Sa position par défaut est celle de la méfiance, de l’interrogation des intentions. Bien qu’elle ne pense pas que la malhonnêteté soit toujours de mise en politique, elle ne sait pas si elle peut faire confiance. Une de ses réponses résume parfaitement ce sentiment :

« ça c’est eux qui l’ont construit. Ils l’ont construit pendant toutes ces années et… c’est de leur faute. Après… faut aussi faire la part des choses, y a des fois où ils sont très transparents. Je dis pas qu’ils sont tout le temps malhonnêtes mais… mais ouais. »


Comme l’a montré Bacot, à l’aide d’une étude de terrain dans une cité, les personnes peu familières avec la politique, pensent que « la principale compétence [des pros de la politique] est la capacité à tromper » (1999, p. 308).

 

2° Le contenu de la communication politique critiqué

Je me contenterai ici de donner les sous-catégories de critique dans la grande catégorie « critique négative du contenu », accompagné d’un exemple pour chacune des critiques, et cela sans rentrer dans les détails, sinon le billet serait beaucoup trop long.

Certaines critiques négatives portent sur la communication politique en elle-même. La communication est qualifiée d’inutile, de perte de temps. Comme l’indique Christophe, chef d’entreprise, en s’interrogeant : « est-ce que ça marche vraiment ? C’est-à-dire que je pense que ça marche, sur des gens qui sont déjà convaincus ». Pour Florence, ingénieure en marketing, écouter la communication n’est pas nécessaire et elle préfère « mettre son énergie » ailleurs. Ensuite, la communication politique est qualifiée d’énervante. Elle provoque un agacement clair. C’est le cas pour Noëlle, étudiante de 25 ans : « j’avoue que j’ai… je prends pas du tout plaisir. C’est quelque chose qui m’énerve. » Logiquement, la communication politique est négativement jugée à cause de sa dimension mensongère. Selon Gérard, 47 ans, informaticien, la communication politique actuelle c’est du « mensonge » et de « la tromperie ». Certaines personnes interrogées déplore le recours à l’émotion, vu comme une manipulation ou une facilité. Gabrielle, étudiante de 27 ans résume sans détour ce point de vue : « le pathos c’est de la merde. » Puis, la quantité excessive d’activités de communication suscite la réprobation. Léo, lycéen, reproche par exemple la tendance du Nicolas Dupont-Aignan à intervenir de façon « automatique », de « parler pour parler ». Enfin, la communication politique sous sa forme marketing rencontre des reproches. Pour Sylvain, retraité et ancien cadre, le marketing politique peut être « affligeant » et « ça fatigue ».

D’autres critiques négatives ciblent les termes utilisés dans les discours politiques. Les personnes interrogées regrettent souvent la perte de sens, notamment au niveau politique. C’est par exemple le cas de Pierre, indépendant travaillant dans la communication b2b, pour qui les activités de communication n’ont « plus de contenu politique. » Les discours sont vus comme étant uniformes, les pros de la politique font plus ou moins la même chose. Le discours politique peut aussi être compliqué. Laurent, psychothérapeute et formateur en communication âgé de 33 ans, explique : « pour moi la politique c’est parler à tout le monde. Pas forcément parler aux élites, ou pas forcément parler à certaines classes sociales. » Il s’adresse là aux pros de la politique situé-es à droite, qui ont souvent des discours économiques flous. Enfin, le discours est critiqué pour son incohérence. Pour Thomas, directeur d’une agence de communication numérique, on ne sait plus ce qu’un-e pro de la politique pense et veut faire : « un jour il dit blanc un jour il dit noir ».

Certaines critiques portent sur le rapport entre les pros de la politique et leur recours à la communication politique. En bref, cette critique exprime ce que les activités de communication nous disent sur les pros de la politique (leur personnalité, leurs compétences, leurs connaissances, leurs défauts, leurs qualités, etc.), que ce soit du fait de leur volonté, d’une erreur ou d’un défaut de personnalité. Les personnes interrogé-es regrettent l’étalement de la vie privée, entraînant parfois comme chez Bertrand, étudiant de 23 ans, un questionnement sur l’authenticité. La critique porte également sur l’incompétence. Certaines personnes interrogées sont assez brutales dans leur jugement, comme Quentin, chef d’entreprise de 53 ans, pour qui Marlène Schiappa est un « clown » dont les propos n’ont aucune crédibilité. Enfin, c’est le manque de contrôle qui est condamné. Colin, 25 ans, reproche à Jean-Luc Mélenchon sa tendance à s’énerver trop souvent.

 

3° Les critiques négatives concernant la dimension politique de la communication politique

La communication politique n’est pas qu’une participation à un jeu partisan, c’est aussi, en particulier pour les membres de l’exécutif, un moyen de gouverner. Et c’est à ce niveau là que certaines personnes interrogées portent leurs critiques.

Ainsi, dans un premier temps, les critiques négatives abordent la question du gouvernement par la communication. Tout d’abord, le manque de transparence est pointé du doigt. Certain-es enquêté-es ne savent pas exactement ce que font leurs représentante-s. Cette impression peut aller, comme chez Baptiste, ingénieur informaticien de 30 ans, jusqu’à imaginer qu’aucune décision ou presque n’est expliquée. La communication politique traduit une irresponsabilité des pros de la politique, qui ne disent jamais « je ne sais pas » ou « je ne savais pas ». Cette critique est aussi celle de la déresponsabilisation. D’après Christophe, chef d’entreprise, « on a des élites qui ne veulent pas être responsables » et cela se traduit dans leurs activités de communication. Ces dernières manifestent également un court-termisme, une précipitation dans l’expression et les prises de position. Par exemple, Gérard, informaticien, regrette le recours à Twitter par les pros de la politique : « y a que du temps court » et selon lui, « c’est pas du tout l’objectif justement d’un… d’un gouvernement ». Les critiques négatives dénoncent l’absence de considération pour l’intérêt général. Autrement dit, les pros de la politique penseraient d’abord à leurs propres intérêts. Un des interrogées souligne, en rapport à son expérience de collaborateur parlementaire chargé de la communication, que « l’impératif d’exister, se différencier des autres » entraîne une perte de vue du « bien commun ». Ensuite, les critiques s’arrêtent sur la séparation entre les actes et les activités de communication – ce qui est annoncé un jour est défait le lendemain ou pas fait du tout. Certaines personnes que j’ai interrogées ont une conscience très poussée à ce sujet, comme Hector, vendeur de 25 ans. Selon ce dernier, il existe des « acte[s] de communication tota[ux] » quand les annonces sont suivies d’effet, et une activité de communication sans acte, ou en tant qu’acte pour elle-même, du « blabla », des « paroles en l’air ». La communication partisane est attaquée, surtout pour les pros de la politique occupant des positions de gouvernement car elle les enferme dans des postures automatiques de rejet, de refus de la réflexion. La communication politique est également dénoncée comme propagande. Walter, un étudiant de 24 ans, reprend les théories d’Edward Bernays (2007), inventeur des relations publiques :

« selon la stratégie de communication… et des relations sociales qu’a théorisées Bernays, l’opinion vous la manipulez, vous la fabriquez et puis… c’est très facile. »


Enfin, les critiques négatives condamnent la dimension théâtrale de la communication politique. Les pros de la politique jouent un rôle, font de la comédie voire sont des pitres qui n’assument pas la dignité et la responsabilité des charges qui incombent à leur fonction. Pour Alexis, étudiant, la politique est un « sketch ».

Dans un second temps, les critiques négatives portent sur les rapports entre pros de la politique et citoyen-nes, rapports qui sont figurés par la communication politique. Ces critiques montrent ce que perçoivent les citoyen-nes des rapports entre les personnes qui gouvernent et le reste de la population, au niveau de la représentation politique, de la façon dont ils comptent agir sur les gouverné-es, etc. Une des critiques soulève le manque de représentation qui transparaît dans la communication politique. L’impression la plus forte qui se dégage dans cette critique est le constat, fait par les enquêté-es, que les pros de la politique ne les défendent pas. Et ce manque de représentation est liée à la déconnexion des pros de la politique. Ils et elles vivent dans un mode différent, sont accaparé-es par des préoccupations différentes ou étrangères au reste de la population. Pierre donne l’exemple des discours du gouvernement et du président sur les mosquées après l’attentat qui a causé l’assassinat d’un professeur de collège. Selon lui, toutes les déclarations et les « tweets » qui ont été faits à ce sujet n’ont pas contribué à améliorer la vie des citoyen-nes : « factuellement… le quotidien des individus n’a pas changé. » il importe là de souligner, avec Gaxie (2003), que le lien spontané et évident entre les conceptions des représentant-es et celles des électeurs et électrices n’a rien de spontané et encore moins d’évident. La communication politique est également critiquée parce qu’elle permet l’expression d’une démagogie. Jacques, retraité, associe la démagogie à la « séduction » qu’il désapprouve fortement. Enfin, la communication politique est critiquée quand elle est autoritaire, quand elle traduit une domination claire du ou de la pro de la politique sur les citoyen-nes. Françoise, chercheuse de 47 ans, en donnant l’exemple de Jean-Luc Mélenchon, inscrit cette communication autoritaire au « modèle du Père », comportant une autorité centrale et identifiable.

 

Conclusion

Si on se donne la peine d’écouter et de laisser le temps aux citoyen-nes de développer leur pensée, il apparaît évident que les critiques négatives à l’encontre de la communication politique sont riches. C’est d’abord une remise en question de la confiance attribuée aux activités de communication voire, chez certain-es d’une méfiance automatique. Ensuite, il s’agit de critiques qui déconstruisent le contenu de la communication, ce sur quoi elle porte, ce qu’elle désigne, les éléments qui la composent. Enfin, les critiques négatives interrogent le recours à la communication pour gouverner et démontrent que les plaintes formulées par les citoyen-nes ne sont pas que ça ; ce sont également des pré-analyses ou des analyses politiques questionnant à la fois la manière dont les pros de la politique gouvernent à l’aide de la communication et ce que la communication politique traduit vis-à-vis des rapports entre les gouvernant-es et les gouverné-es.

Ainsi, si notre organisation politique est vraiment démocratique – et je ne le crois pas, comme je m’en suis expliqué dans un autre billet -, les citoyen-nes doivent être écouté-es. Ils et elles doivent impérativement être écouté-es. Il est trop simple de se moquer de la critique citoyenne de la communication politique, en la rattachant à un atavisme national réducteur et évidemment bien pratique pour esquiver la remise en question. Les citoyen-nes formulent des réflexions intéressantes sur la communication politique et nous verrons dans un prochain billet les solutions qu’ils et elles proposent pour l’améliorer.

 

Bibliographie

BACOT Paul , « «En haut et du mauvais côté. Les professionnels de la politique au miroir des citoyens », IN : OFFERLE, Michel (dir.), La profession politique XIXe-XXe siècles. Paris : Editions Belin, 1999, pp. 307-331 (Socio-Histoires)

BERNAYS Edward L., Propaganda : comment manipuler l’opinion en démocratie. Paris : Zones, 2007, 140 p.

GAXIE Daniel, « Une construction médiatique du spectacle politique ? : réalités et limites de la contribution des médias au développement des perceptions négatives du politique », IN : LAGROYE Jacques (dir.), La politisation. Paris : Éditions Belin, 2003, pp. 325-356 (Socio-histoires)

VEDEL Thierry, « Le suivi de la campagne : politisation, confirmation, polarisation », IN : CAUTRES Bruno, MUXEL Anne (dir.), Comment les électeurs font-ils leur choix ? Le Panel électoral français 2007. Paris : Presses de la fondation nationale des sciences politiques, 2009, pp. 157-180



Citer ce billet
Mathieu Fusi (2022, 2 septembre). Qu’est-ce que nous n’aimons pas dans la communication politique ? Point-virgule. Consulté le 22 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/t259

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.