Qu’est-ce qu’un champ ?

Le concept de champ illustre, certes de manière grossière mais parfaitement compréhensible, le combat épistémique d’un concept. Il s’agit tout d’abord de l’enfermement dans le langage naturel et le nécessaire dépassement de la notion première. J. C. Passeron1 souligne que les sciences sociales ne peuvent pas se re-sémantiser, se traduire dans un langage propre leur permettant de dégager des significations non ambiguës, comme le peuvent les mathématiques par exemple – 1+1 sera toujours ce qu’il est, une opération de calcul au résultat inchangeable. Elles doivent donc faire avec le langage naturel, ce qui pose de nombreux problèmes ; limitation à un ou plusieurs sens ne traduisant pas la conceptualisation du chercheur, caractère justement ésotérique du concept scientifique dépassant ce ou ces sens premiers, ésotérisme absolu si invention d’un mot nouveau ou reprise d’un mot peu usité (habitus bourdieusien par exemple), recours à des formulations prudentes et élaborées paraissant comme « détachées de la réalité » et alambiquées voire traduisant un élitisme du chercheur…

Par ailleurs, G. Bachelard2 en expliquant les cinq niveaux du concept de masse dévoile qu’un concept est d’abord une notion liée à une première connaissance. Ainsi, le concept de champ, comme tous concepts en sciences sociales, doit se défaire de ses sens premiers, celui par exemple d’espace cultivable ou d’espace d’avenir. Pour apporter des connaissances et devenir un outil de conceptualisation de la pensée relationnelle, il ne doit plus être une notion, mais un concept, soit un rapport de connaissance vis-à-vis de la réalité faisant appel à différentes notions, elles-mêmes prises dans un rapport dialectique – dialectique signifie prendre en compte ce qui est nié ou oublié et ce qui est ou peut être contraire tout en étant complémentaire.

Avant-tout, il est nécessaire de revenir sur les raisons qui ont poussé le sociologue français a créé le champ. De par ses origines, il a été forcé d’abandonner les traits distinctifs de sa socialisation primaire ou, pour rester dans sa terminologie, de son habitus composé en partie par son appartenance à la communauté béarnaise3. C’est pour ces raisons, selon P. Bonnewitz4, qu’il s’est intéressé aux mécanismes de domination et à la violence symbolique. Ensuite, dans son parcours universitaire et professionnel, il s’est souvent retrouvé dans une position de lutte, surtout contre les idées dominantes de la scholastique ou de théories dominantes comme le structuralisme de Claude Lévi-Strauss. Ainsi, le concept de champ comprend bien l’importance des luttes et des rapports de domination, qui sont le reflet du chemin de son auteur.

Le concept de champ a été élaboré en prenant l’approche structuraliste pour l’appliquer à la sociologie5. Il s’agit de conceptualiser la société au travers de relations formelles identifiables. Le terme de relation doit se comprendre dans une optique s’opposant au naturalisme ou au fonctionnalisme ; le premier relève d’une modélisation non dynamique et généralisable des relations et le deuxième une réduction descriptive aux seules fonctions. La conception bourdieusienne des relations à l’aide du champ signifie voir les individus pris dans un jeu de relations, tout comportement sera dès lors une réaction en relation avec autrui. Nous pouvons voir ici un lien très fort avec les théories de N. Elias et son concept de configuration, lui aussi intrinsèquement relationnel. Pour ces deux auteurs, les relations ne sont pas que des fonctions pour « faire tenir » la société ensemble mais une composante humaine du social ; les individus font société et la société fait les individus. Toutefois, P. Bourdieu identifie des espaces sociaux, qu’il nomme champ, autour duquel les relations sont orientées.

Le sociologue français reconnaît que son concept peut entraîner des difficultés car il donne lieu à des divisions6. Il faut de ce fait recourir à la notion de frontière pour soulever explicitement la possibilité pour les individus de circuler mais surtout la lutte que peut entraîner les frontières entre champs. Ici, nous pouvons retrouver l’idée forte – car obligeant à penser de manière non statique – d’une multi-dimensionnalité du champ. En effet, il existe des luttes à l’intérieur de celui-ci, mais également des luttes « trans-champ », qui vont au-delà du champ lui-même. À titre d’exemple, les agents du champ communicationnel (des communicateurs) et du champ politique se disputent autour de l’activité politicienne. La frontière peut être mince et traversée par les conseillers en communication7, ce qui n’est pas sans poser soucis au niveau de l’adhésion au jeu du champ politique par des acteurs spécialisés en communication, ayant des comportements et des connaissances différentes des acteurs traditionnels.

Concernant les frontières, nous considérons le concept bourdieusien comme un outil de conceptualisation d’un espace social restreint, en tous cas plus restreint que le concept éliasien de configuration. Bien qu’identifiées, le sociologue français ne s’est pas étendu sur les frontières comme le relève S. Olivesi8. Sa théorie ne dit rien sur ces frontières, sur les luttes spécifiques dont elles peuvent faire l’objet. Le concept du champ enferme trop dans une profession et ne permet pas de saisir les rapports sociaux entre les agents des différents champs. Pour cette raison, le concept de configuration est peut-être plus adapté pour une analyse entre ces rapports là mais il a lui aussi ses limites que nous aborderons plus tard. Dans La noblesse d’État9, P. Bourdieu évoque bien le champ du pouvoir mais nous considérons, tout comme S. Olivesi10, qu’il est trop abstrait pour être utilisé et ne dit pas grand chose sur les lieux de luttes ou leurs formes.

Le concept de champ entraîne une recherche des lois générales des champs. En ce sens il répond à un des objectifs de la science donné par P. Bourdieu ; celui de trouver des lois tendancielles dans l’histoire des sociétés11, avec une volonté critique servant à dénaturaliser et défataliser une configuration qui, de par son ignorance des lois qui la composent par les dominés, sert les dominants. Les lois générales des champs peuvent être spécifiques à un champ mais il en existe des communes. Elles sont en vérité des lois essentielles dans la constitution d’un champ, sans lesquelles il ne peut exister. Dans tous les champs on peut retrouver une lutte permanente, des enjeux et des intérêts constitutifs et incitatifs, une reconnaissance de la valeur du jeu et de ses règles (pas toutes le sont explicitement). Au total, ce qui est en jeu dans un champ c’est sa structure, soit « un état du rapport de force entre les agents ou les institutions engagés dans la lutte »12. Une précision doit être apportée sur le caractère implicite des règles, reprenons les propos de P. Bourdieu ; « dans un champ, les règles sont des régularités implicites, une toute petite partie seulement des régularités étant portée à l’état explicite »13. S’il n’est fait mention directement de N. Elias, il est difficile de ne pas voir de rapports entre le concept de champ et de configuration sur ce point. Effectivement, pour le sociologue allemand, les individu sont pris dans un jeu, parfois sans le savoir mais aussi dans des règles qu’ils ignorent et sur lesquelles ils ne peuvent avoir d’influence14. P. Bourdieu, et son concept plus restreint au niveau de l’espace social, insiste lui sur la possibilité des agents de changer les règles, ce qui peut être une lutte en soi.

Les agents participant à un champ sont des volontaires conscients et inconscients des règles pour une lutte au travers de moyens reconnus et dont la finalité possède une valeur importante. Ce point est en conséquence important car il détermine l’existence d’un agent en tant que joueur, ne pas adhérer aux règles exclut du champ, et de façon plus global ne pas adhérer aux règles fait d’un individu un marginal ; P. Bourdieu appelle illusio « cette forme viscérale de reconnaissance de tout ce qui fait l’existence du groupe, son identité, sa vérité et que le groupe doit reproduire pour se reproduire »15. La position de l’agent est donc un objectif consubstantiel à l’objet principal de la lutte. Plus encore, cette position est constitutive de la lutte ; il y a lutte parce qu’un certain nombre d’agents occupent des positions qui leur donnent des ressources et des capitaux différents mais cette position peut être visée, de préférence une destinant l’agent à obtenir plus de ressources et de capitaux. Toutefois, ces capitaux et leurs ressources ne sont pas des éléments transcendant l’histoire et la culture. Un des enjeux de la lutte consiste donc à définir les capitaux et les ressources désignant la position des agents. Cet enjeux s’élargit même aux moyens légitimes de mener la lutte. Nous comprenons ici que les dominants ont intérêt à conserver les propriétés qui font leur position, alors que les dominants ont eux intérêt à les changer.

Pour résumer, le champ est un espace social fonctionnant avec des règles spécifiques et générales, reconnues et méconnues, dont les agents participant se retrouvent dans une lutte permanente à l’aide de capitaux et leurs ressources, définis par leur position, et qui sont eux-mêmes un des enjeux, et dont les enjeux et la finalité du jeu les poussent à s’investir dans la lutte.

1PASSERON Jean-Claude, Le raisonnement sociologique : un espace non poppérien de l’argumentation. Paris : A. Michel, 2006, 666 p. (Bibliothèque de l’évolution de l’humanité)

2BACHELARD Gaston, La philosophie du non. Essai d’une philosophie d’un nouvel esprit scientifique. Paris : Presses universitaires de France, 1973, 145 p. (Bibliothèque de philosophie contemporaine)

3BOURDIEU Pierre, Esquisse pour une auto-analyse. Paris : Raisons d’agir, 2004, 141 p.

4BONNEWITZ Patrice, Premières leçons sur la sociologie de P. Bourdieu. Paris : Presses Universitaires de France, 1998, 124 p. (Bibliothèque Major)

5BOURDIEU Pierre, « Séminaires sur le concept de champ, 1972-1975. Introduction de Patrick Champagne » [Document en ligne] Actes de la recherche en sciences sociales, n° 200, 2013, pp. 4-37. Disponible sur : https://www.cairn.info/revue-actes-de-la-recherche-en-sciences-sociales-2013-5-page-4.htm (consulté en septembre 2015)

6BOURDIEU Pierre, « Séminaires sur le concept de champ, 1972-1975. Introduction de Patrick Champagne » [Document en ligne] Actes de la recherche en sciences sociales, n° 200, 2013, pp. 4-37. Disponible sur : https://www.cairn.info/revue-actes-de-la-recherche-en-sciences-sociales-2013-5-page-4.htm (consulté en septembre 2015)

7LEGAVRE Jean-Baptiste, « D’un groupe à l’autre. Le passage de l’expertise en communication à la pratique politique professionnelle » [Document en ligne] Politix, n° 35, 1996, volume 9, pp. 131-148 . Disponible sur : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/polix_0295-2319_1996_num_9_35_1959 (consulté en août 2014)

8OLIVESI Stéphane, La communication selon Bourdieu. Jeu social et enjeu de société. Paris : L’Harmattan, 2005, 88 p. (Communication)

9BOURDIEU Pierre, La noblesse d’État. Grandes écoles et esprit de corps. Paris : Les Éditions de Minuit, 1989, 569 p. (Le sens commun)

10OLIVESI Stéphane, La communication selon Bourdieu. Jeu social et enjeu de société. Paris : L’Harmattan, 2005, 88 p. (Communication)

11BOURDIEU Pierre, Questions de sociologie. Paris : Les Éditions de Minuit, 2002, 277 p. (Reprise)

12Ibid. page 114

13BOURDIEU Pierre, Sur l’État. Cours au Collège de France (1989-1992). Paris : Seuil : Raisons d’agir, 2011, page 155 (Cours et travaux)

14ELIAS Norbert, Qu’est-ce que la sociologie ? La Tour-d’Aigues : Édition de l’Aube, 1991, 222 p. (Monde en cours)

15BOURDIEU Pierre, Homo academicus. Paris : les Éditions de Minuit, 1992, page 80

Crédit photo


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.