La désubjectivation de l’opinion

Avoir une opinion est facile ; la défendre est plus compliqué. Une des tendances que j’ai pu observer est le recours à la désubjectivation pour se donner raison. Autrement dit, il s’agit de dissimuler la réflexion personnelle, le subjectif, de l’argumentation pour la rattacher au concret de la réalité, l’objectivité.

La réalité a toujours raison

Prenons un exemple : un individu est pris dans un débat autour du revenu universel. Son avis personnel est qu’un revenu universel est une mauvaise idée parce qu’il poussera les gens à la flemmardise. Au lieu d’assumer cet avis, qui n’a rien de honteux en soi, il se réfugie derrière la croyance que c’est la réalité ; au lieu de dire « Je pense que le revenu universel sera mauvais parce qu’à mon avis les gens sont plutôt flemmards », il dira « Le revenu universel sera mauvais parce que les gens sont plutôt flemmards ».

Vous pouvez penser que ce n’est pas dramatique et c’est vrai – même si selon moi cela révèle une tendance de fond dans la société à préférer le jugement immédiat plutôt que l’effort de réflexion, ce qui est assez inquiétant. C’est quelque part avant tout une technique argumentaire pour se donner raison. Afin d’éviter l’accusation d’avoir une pensée subjective, automatiquement et légitimement critiquable, on a recours à une pensée en apparence objective. Ainsi, il n’est pas rare de voir des personnes se reprendre quand elle commence un argument en affichant une opinion personnelle pour la diriger vers la description d’un fait. Sur ce point, Y. Delahaye, sémioticien français, explique que « le texte fera donc beaucoup mieux apparaître tout ce que, par oubli ou par négligence, le locuteur a passé sous silence, tout ce qu’il a déformé, voire ce qu’il a imaginé de toute pièces » (Delahaye, 1979, p. 56). En d’autres termes, lorsqu’une personne s’exprime, quand elle utilise le registre de l’objectivité, elle révèle ce qu’elle pense vraiment parce qu’elle considère que c’est ça la réalité. Mais ce n’est pas pour autant que c’est le cas même si elle est en droit d’avoir une pensée personnelle.

Le droit d’avoir une pensée personnelle

À mon avis, il ne faut pas hésiter à revendiquer son droit à formuler une pensée personnelle sans que cela ne diminue corrélativement l’intérêt de cette pensée. La réalité a toujours raison mais, en réalité (sans mauvais jeu de mot), on ne sait pas ce qu’est la réalité clairement. Chacun sa version des faits, ses croyances et ses représentations et au final, un événement peut avoir plusieurs interprétations sans que la réalité n’explose. Plusieurs avis personnels ne rendent pas la réalité plus complexe, elle la rend plus réelle car la réalité est complexe par nature.

Cela ne signifie pas pour autant que tous les avis se valent et que toutes les conceptions du monde sont valables. Cela signifie en revanche que chacun peut avoir son opinion sur un sujet sans craindre que parce qu’il reconnaît la valeur subjective de son opinion, celle-ci est d’un intérêt moindre face à une opinion prétendument étayée sur des faits. Bien entendu, il existe des opinions qui sont basées sur une étude de faits – qui demeurent construits mais dont la construction vise justement à éliminer, autant que possible, les biais entraînées par des pensées personnelles. Est-ce que ces opinions sont supérieures aux opinions personnelles ? C’est un autre débat mais, selon moi, les opinions basées sur une étude de la réalité présentent l’avantage de chercher à aller au-delà des a priori et à élargir la compréhension de la réalité. En revanche, les opinions personnelles déguisées en opinions de faits peuvent être assez malhonnêtes et, au final, assez maladroites.

 

Ce petit texte plaide en la faveur de la revendication des opinions personnelles. Tout simplement, il ne faut pas hésiter à avouer sa subjectivité sur certains sujets, même si cela demande des efforts à ne pas vouloir convaincre à tout prix. En effet, si la reconnaissance de l’opinion personnelle peut entraîner la critique du « chacun son avis », on abandonne une chance de mettre la « réalité » de son côté mais, au moins, on fait preuve d’honnêteté. On reconnaît surtout que l’échange d’opinions implique une confrontation des points de vue et que cela est difficile, demande des efforts de réflexion, bien plus qu’un simple antagonisme du « chacun-sa-réalité » qui ressemble plus à un match de boxe entre amateurs qu’à un débat. C’est très simple de se cacher de derrière des généralités en explique que « le monde fonctionne comme ça et puis c’est tout » au lieu de prendre le temps d’argumenter, de justifier ses opinions personnelles et d’essayer de démontrer leur pertinence par rapport au sujet de débat.

 

Bibliographie :

DE LA HAYE Yves, L’Europe sous les mots : le texte et la déchirure. Paris : Payot, 1979, 200 p. (Langages et sociétés)

crédit photo


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.