La faillibilité de l’État comme démonstration du concept des « deux corps » ?

La question de la continuité du pouvoir de la royauté, et donc de l’État dans l’ancien régime, a mobilisé les théoriciens, et particulièrement les juristes, dès le XVIe en Angleterre. C’est ainsi que naquit le concept des deux corps du roi1, inspirée par la théologie et les deux corps de Jésus Christ. À vrai dire, d’après P. Manent2, les rapports religion/politique forment une véritable obsession qui trouve son origine dans la nécessité d’accorder l’Église avec l’État naissant.Il n’est donc pas surprenant que la pensée religieuseest influencée la pensée politique, notamment sur ce point.Au XIVe, le droit canon chrétien reconnaît deux corps au Christ, un naturel et un mystique. Deux siècles plus tard, avec les rapports Plowden, le roi obtient deux corps lui aussi, un naturel et un politique. À la mort de celui-ci, le naturel disparaît mais le politique se transmet à son successeur ; nous comprenons mieux ici l’expression « Le roi est mort, vive le roi ! ». La continuité est assurée car le roi est membre d’un corps politique immortel représentant l’État.

D’après nous, ce concept décrit dans l’ouvrage de E. H. Kantorowicz peut s’appliquer aux hommes politiques français appartenant au gouvernement et à la présidence. Les membres de l’exécutif sont, toute proportion gardée, les « rois aux deux corps » de l’État moderne, dans sa forme politique actuelle, soit le gouvernement représentatif. Quelques déclarations d’hommes politiques ou de personne ayant travaillé pour l’État, tels que Bruno Le maire3 ou Christian Poutreau4 (ancien directeur du Groupe de sécurité de la présidence de la République), laissent à penser que cette conception à cours chez les individus côtoyant de près les membres de l’exécutif de l’État français.

Précisons immédiatement – et bien de manière imperfectible car cela serait trop long – que l’État est tout aussi bien une forme politique abstraite (en l’occurrence le gouvernement représentatif) qu’une forme concrète d’administration5. Comprenant ses deux formes, il faut se distancer de tout anthropomorphisme6, soit concevoir l’État comme une entité supérieure qui agirait à la manière d’un être humain, et de toute systémique, soit concevoir seulementl’État comme un système. Dès lors, les membres de l’exécutif sont les représentants de l’État, c’est-à-dire son incarnation dans toute sa complexité spécifique et socio-historique, une conception du « possible » d’une formed’État en fonction d’une conception politique et de l’aboutissement d’une chaîne bureaucratique, incarnée elle aussi dans l’exécutif. Plus simplement, les ministres et le président de la République ont des missions et des statuts correspondant au régime politique français, comme il se perçoit idéologiquement et pragmatiquement.

La faillibilité de l’État est pour nous une démonstration des deux corps des membres de l’exécutif. Puisque l’État n’existe pas en tant que tel, détaché de ses formes charnelles politiques, il peut échouer. Il existe un proverbe français résumant cette idée ; « l’erreur est humaine ». Les membres de l’exécutif prennent des décisions, organisent des « directions », mettent en œuvre des plans, prennent part à des négociations, etc. tout un lot d’actions diverses qui a autant plus de chance d’échouer que les critères à prendre en compte sont légions et que le futur ne peut être parfaitement prédit. Il est donc tout à fait admissible que l’État faillisse puisque les hommes politiques le représentant faillissent. La finance internationale ou plutôt globale constitue un très bon exemple avec l’incapacité de l’État françaisà la contrôler ; les mouvements spéculatifs en témoignent largement, sans oublier les nombreuses « crises ».

Le corps politique du membre de l’exécutif s’inscrit dans la continuité du pouvoir étatique car il est transmis au successeur. Nous pouvons rapprocher ce corps du capital délégué d’autorité politique, défini par P. Bourdieu7 comme un capital de fonction tiré d’un rôle occupé dans une institution. Héritant de ce capital, un individu devient président car non seulement il reconnaît ce capital en le faisant sien mais le reconnaissait déjà avant en tant que légitime et crédible pour un autre individu. Il est établi ici le lien entre la représentation de l’État et le corps politique d’un ministre ou d’un président.

Le concept des deux corps, sans être idéal pour décrire la situation politique d’aujourd’hui – notamment sur la multiplicité des deux corps, en ce qu’il y a plusieurs « rois » différents, permet d’éclairer la complexité intrinsèque du système politique actuel. Les membres de l’exécutif sont plus qu’eux-mêmes, plus que des membres d’un parti politique, ils sont les représentants de l’État au plus haut niveau, donc perçus comme tels à l’étranger. Et les politiques mises en œuvres par eux ne parvenant pas à atteindre leurs objectifs expliquent que l’État puisse échouer. Cette faillibilité est précisément démonstrative des « deux corps » et ainsi de l’importance que revêt la communication des membres de l’exécutif, comme étant la communication de l’État ; l’État incarné peut s’exprimer, prononcer des discours sur lui-même, construire des réalités où il intervient et d’où se dégagent ses relations avec les différents secteurs de la société. S’interroger sur la communication des membres de l’exécutif revient en somme à s’interroger sur la communication de l’État français à un moment précis, tel qu’il peut s’exprimer au travers de multiples voix légitimes, et sur ce qu’elles nous apprennent sur l’État lui-même.

1KANTOROWICZ Ernst Hartwig, Les deux corps du roi. Paris : Gallimard, 1989, 638 p. (Bibliothèque des histoires)

2MANENT Pierre, Histoire intellectuelle du libéralisme : dix leçons. Paris : Hachette littératures, 1997, 250 p. (Pluriel)

3http://www.rtl.fr/actu/politique/bruno-le-maire-un-president-de-la-republique-ne-s-appartient-pas-7768855306

4http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/11/21/01016-20141121ARTFIG00173-photo-de-hollande-et-gayet-un-impensable-defaut-dans-la-cuirasse-de-securite.phps

5ROSANVALLON Pierre, L’État en France : de 1789 à nos jours. Paris : Éditions du Seuil, 1990, 369 p. (l’Univers historique)

6JOBERT Bruno, MULLER Pierre, L’État en action : politiques publiques et corporatisme. Paris : Presses universitaires de France, 1987, 242 p. (Recherches politiques)

7BOURDIEU Pierre, « la représentation politique [éléments pour une théorie du champ politique] » [Document en ligne] Actes de la recherche en sciences sociales, n° 36-37, 1981, pp. 3-24. Disponible sur : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/arss_0335-5322_1981_num_36_1_2105 (consulté en août 2014)

Crédit photo


Une réflexion sur « La faillibilité de l’État comme démonstration du concept des « deux corps » ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.