Exercice de l’auto-analyse : mieux se connaître pour mieux connaître

Quand la posture scientifique se reconnaît comme ne pouvant être neutre, il faut, pour le chercheur, prendre la peine de se connaître. Ce travail d’introspection permet d’évaluer et de comprendre les limites et les biais qui influencent la réflexion sur un objet de recherche.

Quelques bouts d’une théorie bourdieusienne

P. Bourdieu a insisté dans un ouvrage sur la nécessité d’ « objectiver la position dans l’espace social du sujet de l’objectivation »1. La sociologie entraîne le chercheur a formulé un point de vue qui est un point de vue parmi tant d’autres possibles. La pensée sociologie est donc relationnelle et, pour cette raison, il importe de connaître les relations auxquelles elle prend part. P. Bourdieu renvoie en fait, dans un autre ouvrage, les promoteurs de la neutralité à leurs ambitions d’ « être au-dessus de la mêlée »2. Il est en effet difficile d’admettre l’impossibilité de la neutralité quand il existe un désir de justifier ex ante à tout effort d’argumentation son travail de recherche.

Plus concrètement

Pour effectuer cette connaissance de soi, afin justement d’essayer de mieux connaître scientifiquement, il existe sans doute de nombreuses solutions. Dans ce billet, j’aimerais exposer la façon, plutôt que la méthode, dont j’ai procédé pour l’auto-analyse. Avant tout, cet exercice n’est pas un journal intime ou une confession. C’est un véritable exercice avec ses règles, ses objectifs et ses enjeux.

1° Règles :

  • Ne pas mentir : se mentir (quel intérêt franchement ?!) irait contre les objectifs de l’exercice

  • Être compréhensible : pour une relecture toujours utile

  • Diviser la réflexion en thèmes : pour faciliter la compréhension

2° Objectifs :

  • Parvenir à se connaître

  • Identifier les biais possibles à partir de cette connaissance

  • Formuler des manières de contourner ces biais

3° Enjeux

  • Être en mesure de maîtriser les biais (entraînés, rappelons-le, par la participation inévitable du sujet chercheur à des espaces sociaux)

  • Éviter d’effectuer un travail critique sans prise de recul

Comment faire ?

Je tiens à souligner qu’il n’existe pas de façon parfaite d’effectuer cet exercice. Chacun est libre d’adapter le procédé exposé ci-dessous, je n’ai pas eu le temps de déposer un copyright de toute manière.

1° Origines sociales

Dans un premier temps, l’exposé de ses origines sociales donne la possibilité de cerner les motivations premières qui peuvent habiter les différents choix effectués dans une vie, les idéologies dans lesquelles on est plongé étant enfant, les représentations dominantes qui nous ont accompagné, etc. De quelle classe sociale suis-je issu ? Qu’est-ce que mes parents attendaient et attendent de moi ? Quel parcours scolaire ai-je effectué ? Dans quel type d’environnement ai-je été élevé ? Quel était le métier de mes parents ?

2° Convictions politiques et religieuses

Dans un deuxième temps, les convictions politiques et religieuses sont importantes à déterminer. Ce sont elles qui nous donnent un ensemble de valeurs et de représentations sur le monde (social et naturel). En avoir connaissance est un avantage dans la mesure où, parfois, on prend conscience que ce sont convictions qui causent certaines réflexions voire hypothèses de recherche.

3° Réflexions premières et convictions profondes sur l’objet de recherche

En gros dans un troisième temps, il faut répondre à la question suivante : comment, pour moi, est-ce que ça se passe dans mon objet de recherche ? L’identification des idées reçues – qui peuvent être justes en partie par ailleurs – nous place devant l’influence que nous avons sur nos objets, dans la manière dont nous les percevons et les analysons.

Avec ces trois thèmes principaux, l’exercice d’auto-analyse proposé vise à améliorer la compréhension de soi chez le chercheur ou l’apprenti chercheur – cet exercice est aussi utile à faire en master par exemple. Avec cette compréhension, le chercheur est en mesure d’identifier les biais qu’il introduit dans la réflexion sur son objet de recherche. Il manque à l’exercice que nous proposons une partie sur les solutions, qui auraient pour but de limiter l’influence des biais. Nous croyons qu’il n’existe pas de solution miracle et qu’il appartient à chacun de faire preuve de vigilance et d’honnêteté.

Au final, l’exercice d’auto-analyse n’est pas une confession car il n’y a rien à avouer (pour vos meurtres adressez-vous au commissariat). Il s’agit d’un jeu, difficile et simple à la fois ; dans la mesure où de l’inconscient est toujours actif, du certain que l’on prend pour un acquis partagé, des valeurs auxquels que l’on ne veut pas abandonner ; dans le même temps, c’est un plaisir de discuter avec soi, de se connaître et trouver des résultats qui peuvent être surprenants.

1BOURDIEU Pierre, Science de la science et réflexivité. Cours du Collège de France 2000-2001. Paris : Raisons d’agir, 2001, p. 183 (Cours et travaux)

2BOURDIEU Pierre, Homo academicus. Paris : les Éditions de Minuit, 1992, p. 17

crédit photo


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *