L’État et la communication : voir au delà des apparences

Les apparences de la communication de l’État sont simples ; des hommes politiques essayent de convaincre, tromper, séduire à l’aide de discours. Dès lors, la communication se montre comme un apparat dispensable et trop utilisé par les professionnels de la politique. Celle-ci est une compétition poussant les joueurs à se mettre en scène constamment par l’intermédiaire de la communication.

Pourtant, au-delà de cette lutte entre hommes politiques de tous bords et de toutes échelles de pouvoir, la communication peut être comprise comme moyen de gouverner. En effet, lors de situation de crise – c’est-à-dire quand un événement vient bouleverser un ordre des choses et menace de porter des dangers à la société -, les discours des hommes politiques servent à rassurer, à maintenir la confiance. Au quotidien, la communication est aussi récurrente pour expliquer et démontrer ce que l’État effectue.

Un constat s’arrêtant à l’évidence de l’apparence fait l’impasse sur cette utilisation gouvernementale de la communication. Cette dernière devient éminemment politique, au sens du vivre ensemble. Elle pose et repose les bases de l’ordre de la société dominée par l’État. En effet, les ministres et le président de la République communiquent et incarnent l’État. Ils le mettent en scène et en action. Prenons un exemple avec le président actuel, Emmanuel Macron. Il déclare lors de la conférence nationale des territoires le 17 juillet (2017) : « l’État soutiendra les projets d’innovation et de recherche »1.

Dans cette déclaration, Emmanuel Macron représente l’État et le fait agir. Il décide aussi de ce que l’État fera. C’est un cercle un peu particulier qui s’instaure. Le président ne peut pas décider de l’avenir de la société sans contrôler les pouvoirs et les mécanismes d’État. En revanche, l’État ne peut pas agir sans ses représentants. En quelque sorte, c’est du donnant-donnant pour le maintien de la domination de l’État, dont la forme actuelle assure la domination politique des professionnels de la politique.

C’est à cela que prend part la communication de l’État ; au gouvernement de la société française et à la reproduction des rapports de domination. Elle n’est pas qu’une apparence, elle n’est pas que de la manipulation. En bref, c’est pas que d’la com !

1https://www.publicsenat.fr/article/politique/conference-des-territoires-ce-qu-il-faut-retenir-du-discours-d-emmanuel-macron

crédit photo


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.