La parole dans les débats citoyens

Ce billet est un retour d’expérience sur ma participation à quelques débats citoyens. Des réflexions centrées sur l’utilisation de la parole par les citoyens me sont venues en réfléchissant à ces moments d’échanges entre inconnus. Malheureusement, les différents constat formulés par P. Breton, par rapport à ses propres expériences dans des débats qu’il avait organisé et dont l’ouvrage L’incompétence démocratique1 est tiré, semblent tout à fait appropriés. Quelques éléments méritent toutefois d’être creusés, d’où ce modeste billet.

La parole en démocratie

Avant toute chose précisons la pensée de P. Breton vis-à-vis de la parole en régime démocratique. Pour le chercheur en sciences de l’information et de la communication, la démocratie « est une manière de dire aux hommes qu’ils peuvent décider des affaires qui les concernent, dans tous les aspects de leur vie, qu’ils peuvent, grâce à la parole, le faire ensemble librement et sur un pied d’égalité »2. La parole est centrale en démocratie car elle remplace la violence physique. De ce fait, sa maîtrise est importante pour les citoyens. C’est grâce à elle qu’ils peuvent prendre part au gouvernement de la collectivité.

Cette rapide présentation souligne un problème ; sommes-nous vraiment en démocratie ? Premièrement, le citoyen moyen ne semble pas en mesure de débattre avec clarté. Deuxièmement, la grande majorité des citoyens n’est pas associée au gouvernement de la collectivité. Leur parole est atone politiquement. Troisièmement, la parole politique, la parole performative qui produit des effets, fait l’objet d’un quasi-monopole. Dans la société française, pas tous peuvent tenter d’engager la collectivité par des discours. C’est là le métier des élus et des élites. Le citoyen moyen est un impuissant de la parole politique.

Malgré tout, il existe des moments où le citoyen s’essaye à porter sa voix contre d’autres, notamment dans des débats publics. P. Breton avait noté trois problèmes par rapport à ces débats. Déjà, il existe chez les citoyens une peur de prendre la parole. Ensuite, les citoyens ont un « déficit chronique dans la capacité à formuler des arguments et en particulier à défendre une opinion qu n’est pas la sienne »3. Autrement dit, nous ne savons pas nous exprimer clairement et faire preuve d’ouverture d’esprit ou d’adaptabilité dans la formulation des idées. Enfin, les citoyens ont « un rapport archaïque à la parole »4. Cela signifie que nous recourrons à la violence et à la manipulation dans nos échanges avec autrui.

Ci-dessous, je vais réagir à ces trois problèmes à partir de mes expériences – limitées et imparfaites. Il faudra prendre ces réactions comme des réflexions à froid, et non comme des constructions intellectuelles et scientifiques, reposant sur des vérifications empiriques.

La peur de prendre la parole

Il est clair que les citoyens, dans une majorité, sont mal à l’aise quand il s’agit de s’exprimer devant un public. Les raisons sont multiples : le manque de confiance, la crainte de se ridiculiser et d’être moqué, la peur du jugement, etc. Je pense cependant qu’une des causes principales de cette peur se trouve dans le manque de pratique – et sur ce point je m’accorde totalement avec P. Breton pour qui il faudrait enseigner à nouveau la rhétorique.

En ne pratiquant pas la parole devant un public, on sacralise l’exercice d’autant plus que nos exemples sont de piètre qualité ; débatteurs à la télévision qui cherchent à tuer l’adversaire comme dans une arène, hommes politiques qui déconstruisent le lien entre action et parole, intellectuels médiatiques qui jouent aux prophètes, journalistes qui distribuent des vérités derrière le masque de l’objectivité… Ainsi, on ne sait plus comment parler et comment écouter. On ne s’est pas assez exercé à respecter l’auditoire et celui qui parle. On ne s’est pas assez exercé à présenter de façon claire et honnête nos arguments, ni à accepter les avis adverses.

La formulation des arguments

Les deux côtés du débat sont visés ici : auditeur comme locuteur. Commençons par le premier. Dans les débats auxquels j’ai assisté, les personnes qui prennent la parole ont l’habitude de le faire. De ce fait, ils savent bien voire très bien s’exprimer. Néanmoins, il m’a semblé, dans l’ensemble, qu’ils s’exprimaient non pas pour ouvrir la discussion mais pour clore le champ de discussion. En d’autres termes, dans leurs propos ne transparaît pas tant l’envie de parler que celle d’imposer un avis et les sujets à évoquer. Ainsi, la discussion n’est plus un échange symétrique mais une lutte inégale où ceux qui savent le mieux s’exprimer orientent l’échange aux dépens des autres.

Concernant le second, nous avons été habitués à ces paroles médiatiques, formatées pour frapper les émotions au lieu de caresser la réflexion. J’ai pu remarquer que certaines interventions étaient suivies d’applaudissement, marqueur d’une approbation partagée par l’auditoire. Cependant, les mains s’agitaient, presque toujours, après des individus qui formulaient des évidences ou « gueulaient fort ». Ainsi, l’auditoire n’agit pas tant comme un égal qui juge de façon posée les réflexions de l’interlocuteur, mais comme un supporter qui évalue la performance de l’interlocuteur en fonction de ce que celle-ci a provoqué chez lui.

En bref, auditoire et interlocuteur semblent ne pas, ou ne plus, savoir maîtriser les arguments.

La violence dans les débats

Si cette violence n’est pas physique, la menace de sa présence se fait clairement sentir dans quelques moments clés. Il me semble que l’on ne sait plus accepter l’avis opposé qui devient automatiquement un avis ennemi. L’objectif est celui de la conversion ou de la destruction de celui qui se trompe. Il m’a semblé que les gens en désaccord, et il s’agissait plutôt d’une rencontre de gens du même avis – c’est-à-dire, les raisons de s’énerver n’étaient pas le plus susceptible de se manifester –, ne cherchaient pas à comprendre la position d’autrui mais à trouver des failles dans l’argumentation de leur adversaire. C’est très bien en cas de joule orale, beaucoup moins quand il s’agit de se mettre d’accord pour un mode d’action. Le désaccord est même allé jusqu’à l’insulte et la menace de recoure à la violence physique. La frustration à ne pas soumettre autrui nous rend enfantin, où l’on souhaite la mort de celui qui est la source du déplaisir.

Plus simplement, quand une personne ne s’accorde pas avec nous, on le prend comme une attaque personnelle. Les réactions peuvent monter crescendo jusqu’au moment où la parole cède sa place aux poings. C’est parce que nous ne sommes plus capables de nous exprimer, avec calme et maîtrise, l’un appelant l’autre, et écouter, avec ouverture d’esprit et bienveillance, que la violence symbolique et physique se présentent immédiatement comme des solutions dans un débat.

La parole et les changements dans la société

Je finirai pas une courte réflexion entre ces incompétences démocratiques et la volonté de changement dans la société actuelle. Ces débats auxquels j’ai assisté avaient pour but de former un collectif pour apporter des changements dans la société. Un noble objectif qui s’écrase, à mon avis, rapidement derrière notre incapacité à échanger sans reproduire les rapports de domination, que nous cherchons pourtant à détruire. Et par ailleurs, les débats que j’évoque avaient des règles de conduite censées favoriser un échange égal ; temps de parole, se manifester pour la prendre, favoriser ceux qui ne l’ont pas pris, etc. Cependant, ces règles sont peu observées et trop sujettes à des exceptions, ressemblant à des passe-droits pour ceux qui savent et osent s’exprimer haut et fort.

La violence symbolique dans les débats est au service, en général, de ceux qui dominent. Ce sont eux qui apprennent le plus l’exercice de la joute orale et qui sont en contact avec les normes et valeurs attachées à ces joutes ; la répartie, la séduction, l’appel à l’émotion, la maîtrise des gestes et des mots, la maîtrise du format oral apprécié (court, compact et frappant), etc. Ce faisant, si un collectif en naissance reprend ces modes de fonctionnement en vue de s’organiser, il se destine à reproduire les rapports de domination, où ceux qui ont la plus grande gueule, ceux qui ont le plus l’habitude de pratiquer la joute orale prendront les places dominantes, même si celles-ci sont implicites et non désignés telles quelles.

Heureusement, il existe au moins deux solutions qui me semblent faciles à mettre en œuvre. 1° reconnaître l’importance de la communication dans l’organisation d’un collectif. Ainsi, on met la parole au centre, et on admet donc qu’elle doit s’accompagner d’effort particulier si on la veut démocratique. 2° admettre notre incompétence au débat et donc chercher à s’améliorer.

1BRETON Philippe, L’incompétence démocratique. La crise de la parole aux sources du malaise (dans la) politique. Paris : Éditions La Découverte, 2006, 262 p. (Cahiers libres)

2Ibid., p. 16

3Ibid., p. 116

4Ibid., p. 116

crédit photo


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.