Comment rédiger une problématique (thèse SHS) ?

Comme disait un de mes anciens professeurs (un des rares à avoir eu l’honnêteté de m’expliquer que l’encadrement en thèse laissait le plus souvent à désirer et qu’en conséquence ça me faciliterait le transit intestinal), la problématique pour les thésard-es, c’est un serpent de mer. Vous avez une problématique ou vous pensez avoir une vague idée de ce que vous cherchez ? Est-ce que vous changez de problématique en fonction de la saison ? Est-ce que votre GPS scientifique est cassé et vous naviguez à vue ? Une thèse sans problématique est comme une voiture sans pilote, ça avance quand même, mais on se demandera tout au long de votre travail final ce que vous avez clairement voulu faire. Ce billet est destiné à vous aider à rédiger votre problématique dans sa version finale, c’est-à-dire au moment de la rédaction du manuscrit.

Quelques points d’éclaircissement et conseils

1° Il n’existe pas de formule parfaite pour écrire une problématique. Ainsi, n’attendez pas de ce billet l’impossible, c’est au mieux une aide mais en aucun cas un mode d’emploi incritiquable et 100 % efficace. Servez-vous de ce qui vous intéresse et si ces éléments ne marchent pas, changez-les, détruisez-les. Quoi qu’il arrive je crois que, comme pour beaucoup de choses dans la thèse, il faut écrire noir sur blanc, poser ses neurones sur papier pour en tester la validité, la solidité, la profondeur.

2° Ce billet concerne la problématique dans sa version finale, au moment de la fameuse étape de la rédaction. Je ne connais aucun-e doctorant-e qui a commencé sa thèse avec une problématique et l’a finie en conservant la même. Comme le serpent, la problématique bouge, mue, voire louvoie. Une problématique fixe peut constituer un frein à votre réflexion.

3° Il vaut mieux écrire toutes ses ébauches de problématique, à la fois afin de suivre l’évolution de votre pensée et pour savoir, à peu près, où vous allez. Ne craignez pas les changements dans la problématique et surtout n’oubliez pas que vous avez été choisi-e en thèse sur la base d’un « projet de recherche », dans lequel se trouvent une ou plusieurs questions de recherche. Appuyez-vous dessus. Ici il n’y a pas de solution miracle ou de situation typique unique : l’évolution de votre thèse – où vous en êtes sur le terrain, dans les lectures, et autres – déterminera votre manière de faire bouger ou pas la problématique.

4° Faites-relire votre problématique et pas seulement à votre directeur ou directrice. Une problématique idéale est aussi une problématique compréhensible. Avoir des retours sur un élément central de sa thèse n’est jamais négligeable, donc profitez-en.

5° Faut-il résumer sa problématique par une question ? J’ai toujours hésité et finalement refusé d’utiliser une question pour présenter la problématique de ma thèse. Avec le recul, je me dis que c’était une mauvaise idée car la question permet de centrer l’attention sur le nœud de votre réflexion : sur quoi je me suis interrogé-e pendant plusieurs années ? Voilà à quoi, selon moi, une problématique résumée par une question doit correspondre. De toute manière, il est clair que cette question sera imparfaite car incomplète et ne rendra aucunement compte de la complexité de votre réflexion et de ses nuances. C’est en revanche une aide pour comprendre rapidement ce sur quoi vous avez travaillé.

Ces éclaircissements et conseils en tête, nous allons procéder à la rédaction de la problématique par étapes. Vous trouverez, pour chaque étape, un exemple tiré de ma thèse : je ne ferai pas un copié-collé car sinon ça serait trop long à lire, je vais me contenter de résumé ce que j’ai écrit. Ma thèse portait sur la communication de l’Etat en contexte de crises financières internationales : je m’intéressais aux implications et aux significations politiques et symboliques de la communication politique par les membres de l’exécutif français.

1° Définition de la notion ou du concept central de votre thèse

Cette définition est importante pour la compréhension rapide de votre posture épistémologique. Grâce à elle vous vous situez avec précision, sans rentrée dans les débats (ce qui sera fait plus loin dans la thèse, généralement dans la partie théorique de votre thèse). Il faut malgré tout discuter un peu de théorie, dégainez des auteur-es pour vous situer : qu’est-ce que vous utilisez de telle ou telle théorie, auteur-e ? qu’est-ce qui vous intéresse dans cette définition ? Précisez ce sur quoi vous allez travailler à partir de la définition. Vous pouvez également préciser d’autres définitions de notions importantes pour votre thèse.

Exemple tiré de ma thèse : la communication de l’Etat en contexte de crises financières internationales

Je commence par définir la communication politique, communication partisane, et la communication publique, communication d’intérêt général à partir d’auteurs de la discipline (inscription disciplinaire). Je précise que je pense la communication de l’Etat à mi-chemin entre les deux, et je précise que c’est le versant gouvernement et domination qui m’intéresse. Je dégaine un auteur de ma discipline pour justifier ce choix (inscription disciplinaire). Je vais plus loin dans la définition de la communication de l’Etat en la rattachant à des acteurs et actrices spécifiques, les membres de l’exécutif. J’explique en conséquence la manière dont la communication de l’Etat se manifeste concrètement, et je définis les activités de communication.

2° Ancrage socio-historique

Votre travaille possède un contexte social et historique et il faut le préciser, expliquer en quoi il est pertinent par rapport à l’orientation de votre travail que vous avez commencée à décrire avec la première étape. Vous pouvez dès lors rentrer plus dans les détails, en apportant de nouvelles définitions ou d’autres précisions – cela dépendra de votre argumentation.

Exemple tiré de ma thèse : la communication de l’Etat en contexte de crises financières internationales

J’analyse la communication de l’Etat en contexte de crises financières internationales. J’explique donc pourquoi ce contexte est pertinent, ce qui me permet d’évoquer la notion de construction, en parlant de la construction de la crise financière par les activités de communication. Je peux alors parler du rôle des membres de l’exécutif dans cette construction.

3° Enjeux de la problématique

Une fois la définition du concept central et l’ancrage socio-historique posés, vous pouvez aborder les enjeux de votre problématique : que nous apprend t-elle sur la société, sur telle ou telle partie de la population, quelle application concrète ou autres ? En gros, vous démontrez l’utilité de votre travail en expliquant ce à quoi votre travail a servi.

Exemple tiré de ma thèse : la communication de l’Etat en contexte de crises financières internationales

J’explique que mon travail permet d’analyser plus clairement la communication de l’Etat et, par là, de mieux comprendre la façon dont est gouvernée la société française. La problématique nous en apprend aussi sur le fonctionnement de la politique et sur les idéologies dominantes qui traversent et structurent la politique.

4° Résumé et expression claire de la problématique

Si jamais vous avez rédigé quelque chose d’un peu confus, c’est le moment de tout réparer et de proposer, en un paragraphe assez court (15 lignes maximum), un résumé de votre problématique. Jusque là vous avez : la définition de votre concept central (communication de l’État pour ma thèse) avec des notions et concepts qui vont vous aider dans l’analyse que vous menez tout au long de la thèse (construction par exemple dans le cas de ma thèse), vous avez le contexte socio-historique et sa pertinence (contexte de crise financière et le fait qu’elles dévoilent clairement les constructions par les membres de l’exécutif d’une situation de crise via leurs activités de communication), vous avez les enjeux de votre problématique, son sel (ce que la communication de l’Etat nous apprend sur la politique et le politique en somme).

Exemple non-tiré ou presque de ma thèse (je trouve le résumé de la problématique présent dans ma thèse confus, donc je le reformule)

Nous nous intéressons à la communication de l’État en tant qu’elle prend part à des rapports de domination et de force, à la fois « communication politique » et « communication publique » [rappel définition du concept principal]. Les activités de communication des membres de l’exécutif – ministres et président de la République – participent à la construction des événements de « crise financière internationale », en l’occurrence dans notre analyse, le krach boursier de 1987, la crise asiatique de 1997-1998 et la crise des Subprimes de 2007-2008 [rappel ancrage socio-historique]. Cette construction éclaire sur les implications et les enjeux de la communication de l’État [rappel pertinence ancrage socio-historique et enjeux]. Celle-ci représente à la fois une manière de gouverner, un engagement dans des politiques néo-libérales, une participation des ministres et du Président au champ politique national, une gestion des rapports internationaux et une gestion des rapports entre les membres de l’exécutif et d’autres acteurs nationaux et extérieurs à la nation [précisions sur la problématique, ce sur quoi elle porte et sur ses enjeux]. Ainsi, la question principale que nous posons à l’aide de notre problématique est la suivante : dans quelle mesure la construction d’une « crise financière internationale » par la communication de l’État met en lumière l’engagement des membres de l’exécutif dans des rapports politiques de domination et de force ? [résumé de résumé par une question principale]

Crédit photo



Citer ce billet
Mathieu Fusi (2022, 1 mai). Comment rédiger une problématique (thèse SHS) ? Point-virgule. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/t254

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.