injonctions paradoxales et thèse

La thèse fait souffrir les individus qui la produisent. Les raisons sont nombreuses et découlent aussi bien des défauts organisationnels de l’université, que des manques dans l’encadrement ou des situations dangereuses (comme le harcèlement moral ou sexuel) ; bref les raisons ne manquent pas de souffrir sur le plan psychologique pendant la thèse. J’aimerais ici m’arrêter sur une raison en particulier, prenant ses racines dans les différentes dimensions de la thèse : les injonctions paradoxales.

 

De quoi s’agit-il ?

Pour la définir le plus simplement possible, l’injonction paradoxale est caractérisée par une situation dans laquelle on vous demande quelque chose en vous donnant des informations qui se contredisent et s’opposent, si bien que vous ne pourrez obéir qu’en désobéissant, ou vous désobéissez en obéissant. L’injonction paradoxale crée donc une confusion n’étant pas susceptible d’être résolue à l’aide de la logique (Watzlawick, 1976). Plus généralement, les injonctions paradoxales entraînent des formes de communication pathologiques ou pathogènes (Watzlawick et. al., 1972).

La définition sur laquelle je m’appuie correspond principalement aux relations de communication. Dans le cas de la thèse, les injonctions paradoxales dépassent ces relations ou plutôt les embrassent ; les injonctions paradoxales concernent tout à la fois la communication, la sociologie, la psychologie et l’épistémologie – donc tout à la fois des choses générales et abstraites et des choses concrètes et circonscrites. L’objectif de ce billet n’est pas une discussion théorique de la définition la plus congruente par rapport aux injonctions paradoxales en thèse. Il faut toutefois s’accorder pour savoir de quoi il est question. Ainsi, je définirai ces injonctions paradoxales comme des situations concrètes dans lesquelles les doctorant-es sont placé-es le cul-entre-deux-chaises, devant réconcilier l’irréconciliable, et ressentent en conséquence confusion, gêne et/ou blocage. En outre, De Gaulejac a déjà relevé l’existence d’injonction paradoxale dans la recherche, qu’il rattache au développement des techniques managériales à l’université (De Gaulejac, 2012). Il n’y a donc, malheureusement, aucune raison de penser que le doctorat soit épargnée par les injonctions paradoxales.

Être original tout en ne l’étant pas

L’originalité bénéficie d’une reconnaissance et d’une appréciation par les pairs. L’université en attend même fortement de la part des doctorant-es (Charmillot, Fernandez-Iglesias, 2019). Plus votre sujet de thèse paraît nouveau, plus il sera valorisé. Dans le même temps, vous ne pouvez pas présenter d’innovation épistémologique ou méthodologique, celle-ci pouvant être sanctionnée. Il importe de ne pas surprendre ou alors, constituez un jury au poils près, qui ne s’offusquera pas de vos prises de risque. Il s’agit alors d’une originalité limitée, qui se refuse à trop l’être.

Les doctorant-es sont attendu-es sur leur maîtrise des auteur-es et concepts concernant leur objet de recherche. Certain-es auteur-es sont considéré-es comme des immanquables et passer à côté revient à commettre une faute voire un crime de lèse-majesté. Attention ici, plus les frontières épistémologiques de votre discipline sont floues, subissant des déplacements assez forts d’un labo à l’autre, plus vous êtes susceptible de manquer ces immanquables. Or, comment être original-e en répétant ce que tant d’autres ont répété en reprenant les pensées d’un-e immanquable ? De plus, si vous suivez vraiment l’injonction à l’originalité, en utilisant des auteurs ou auteures nouvelles, des théories nouvelles, des méthodes nouvelles, il peut vous être reproché cette nouveauté, en particulier si cette dernière vous emmène dans des théories ou écoles de pensée mal vues par votre discipline, ou votre labo.

De manière générale, au début de la thèse, vous êtes invité-es à sortir des sentiers battus, alors même que la science est remplie de sujets, de posture, d’auteur-es à la mode. Par exemple, on se revendiquera de la neutralité axiologique de Max Weber, ou de ces idéaux types, mais si vous allez contre ceux-ci, on vous renverra vers eux d’un air convenu : « c’est Weber qui le dit ».

Bref, l’originalité en thèse ne devrait pas être une injonction, mais plutôt un critère positif pour sa discussion. C’est aussi oublier les effets de mode qui structurent la réflexion scientifique, ainsi que les courants dominants avec leurs immanquables. Il ne s’agit pas de se lamenter d’un éventuel panurgisme qui empêcherait la « vraie science », mais de souligner que la science constitue un champ social, avec ses logiques, ses rapports de force et de domination, que l’originalité ne peut contourner.

Être autonome dans la dépendance

Les doctorant-es muent comme des chenilles ou évoluent comme des pokemons ; ce ne sont plus des étudiant-es, mais des apprentis chercheurs ou chercheuses. Les directeurs et directrices indiquent à leurs jeunes collègues qu’il ne faut pas tout attendre d’eux ou elles, qu’il est temps pour les doctorant-es de se découvrir une autonomie ou de la renforcer. Cependant, l’approbation ou la signature du directeur ou de la directrice est requise dans de nombreuses situations : publier un article, donner des cours, se réinscrire, partir dans un colloque, etc. Les directeurs et directrices vont parfois même jusqu’à s’immiscer dans la vie intime de leur doctorante, les critiquant de faire des enfants par exemple (je vous recommande à ce sujet la lecture de l’ouvrage de Adèle Combe, Comment l’université broie les jeunes chercheurs). L’autonomie des doctorant-es se prend donc rapidement le mur et les ramène à la réalité : au mieux, ce sont des collègues en phase d’apprentissage et quoi qu’il arrive soumis-es institutionnellement, au pire, des étudiant-es avec plus de responsabilités.

Cette injonction paradoxale de l’autonomie dans la dépendance se retrouve également dans l’originalité. N’importe quel-le docteur-e vous dira le soulagement de se cacher derrière l’autorité des chercheurs ou chercheuses dominantes, surtout si elles sont du labo. Ils et elles agissent comme un véritable bouclier et je l’ai moi-même utilisé de nombreuses fois, avant de me rendre de la vacuité de ce réflexe quand il relève seulement de l’utilisation de formules creuses – parfois bien éloignées de ce que voulait défendre l’auteur-e en question (cf. Max Weber plus haut). L’autonomie est encore une fois diminuée, et parfois jusqu’à peau de chagrin quand vous ne pouvez pas faire l’impasse sur un-e immanquable, que vous allez vous traîner comme un boulet tout au long de votre thèse.

Bref, l’injonction à l’autonomie ne correspond pas à la réalité de ce que vivent les doctorant-es, plutôt placé-es en situation de dépendance. Celle-ci est institutionnelle, quand les signatures du directeur ou de la directrice sont requises, mais renvoie aussi à la science en général, penser comme une activité sociale et non comme un exercice de la pensée dépouillée de ses dimensions sociologiques : il faut se lier à des chercheurs ou chercheuses dominant-es.

Interagir avec la « société civile » et rester neutre

Certaines personnes s’accorderont très bien avec cette injonction. Plus encore, il peut s’agir pour elles d’un simple feu vert pour aller chercher des financements ou des débouchés. Cependant pour les autres, celles et ceux qui possèdent un minimum d’ambition politique, non pas pour se placer dans un parti, mais pour essayer, modestement, de changer un peu le monde avec leurs recherches, c’est un poids supplémentaire. Celui-ci s’explique par une raison simple et qui tient en une courte expression : la volonté de changer le monde, même un tout petit peu. Des chercheurs reconnaissent explicitement cette dimension de la thèse (Beaud, 2013), quand d’autres cherchent à la diminuer au maximum. Comme disait une chercheuse du labo dans lequel j’ai fait ma thèse, « il faut faire la part des choses, la recherche d’un côté, le militantisme de l’autre » (cette confusion entre militantisme et positionnement politique est une autre erreur, mais pas la place d’en discuter). Ce dédoublement de personnalité ne convient pas à tout le monde, sans oublier qu’il ne garantit pas la fameuse neutralité. Heureusement, cette neutralité est remise en question et pas tous les labos y sont soumis – je parle volontiers de soumission quand je vois le degré d’agressivité ou de dogmatisme (d’un côté comme de l’autre) que peut soulever la question de la neutralité –, mais pour les doctorant-es qui sont dans un labo élevant l’erreur de traduction qu’est la notion wéberienne de neutralité axiologique au rang de commandement, c’est effectivement un poids supplémentaire.

En somme, les doctorant-es doivent tisser leur réseau, rentrer en contact avec la « société civile », échanger avec afin de mettre en place des projets, mais surtout ne pas s’engager ou alors séparer strictement leur recherche de leur engagement politique au sens large. Il semble bien que cette injonction paradoxale se double d’une autre injonction – non paradoxale cette fois –, consistant en la neutralisation de la potentialité politique de ses travaux. Ma thèse en 180 secondes devient alors le parangon de l’interaction avec la « société civile » : une mise en scène légère et divertissante de la science.

Bref, l’injonction de l’interaction neutre pour une recherche qui se veut politique frappe doublement : elle neutralise cette recherche et décourage les doctorant-es intéressé-es aux changements. Le monde est moche et on voudrait le faire progresser dans un sens positif, mais il faut négocier, obéir à l’injonction de neutralité pour bientôt se rendre compte que la thèse a été vidée ou presque de sa substance.

Être rapide mais faire de la « bonne science »

J’ai soutenu ma thèse en 4 ans et pendant la soutenance, un des membres du jury m’a reproché cette rapidité avec l’idée, justifiée par ailleurs, que si j’avais pris plus de temps, mon travail en aurait été meilleur. En réalité, le travail scientifique nécessite ce temps, la précipitation n’aidant pas la formulation d’une problématique bien ficelée, une méthodologie bien tournée, des références bien maîtrisées, des théories bien liées, etc. A cause de la précarité qui était la mienne, doctorant non-financé, j’ai du accélérer le pas, mais aussi parce que l’institution universitaire ne cessait de mettre la pression pour les doctorant-es en SHS suivent le modèle des sciences expérimentales et soutiennent en trois ans. (Instant témoignage : j’ai été représentant des doctorant-es et j’ai participé à ce titre au recrutement d’un directeur d’une structure de l’Ecole doctorale (j’entretiens volontairement le flou, histoire que l’on ne soit pas tenté d’identifier les individus concernés). Chaque candidat (aucune femme) présentait ses arguments et était ensuite questionné par le jury, dont nous représentant-es des doctorant-es. Un des candidats souhaitait mettre fin aux thèses de plus de trois ans et quand nous lui faisions remarquer que cet objectif était presque intenable pour les doctorant-es en SHS, il n’a rien voulu savoir.).

Pourtant, le souci d’un jury de thèse et a fortiori des chercheurs et chercheuses réside dans le fait de pratiquer une « bonne science » – c’est-à-dire une science qui respecte les normes de l’objectivité, de la prudence, de la technicité et d’autres. En étant pressé-es, les doctorant-es ne peuvent pas répondre entièrement à ces normes, car le temps est un maître qui ne pardonne pas les prises de recul, les pauses, les doutes et les retours en arrière. Pour être franc, je trouve que la rapidité de la thèse sonne comme un impératif managérial, d’une université qui se pense entreprise sans s’en donner les moyens : il n’y a ni gestion de projet, ni manager dans les universités et les doctorant-es payent cette absence par cette nouvelle injonction paradoxale.

Bref, faire une thèse rapidement en SHS est extrêmement difficile et il faut y laisser sa santé physique et mentale, ainsi que ses relations sociales. Dans le même temps, si vous obéissez et allez vite, on vous dira que vous n’avez pas fait un assez bon travail et que prendre son temps était en fait la meilleure option. Plus globalement, je pense que cette injonction met en lumière l’incompatibilité entre l’université-entreprise et la science.

Travailler sur sa thèse tout en faisant autre chose

Cette injonction paradoxale est plus légère et peut même avoir un intérêt, quand elle pousse les doctorant-es à préparer leur sortie de l’université, si ils ou elles ne veulent pas travailler dans la recherche. Toutefois, c’est la foire à la contradiction quand l’institution exige de vous un investissement total dans votre thèse et, dans le même temps, vous demande de vous préoccuper de votre insertion dans le monde professionnel. Sur ce point, il faut comprendre quelque chose de fondamental ; la thèse est un gros morceau de la vie d’un-e doctorant-e et elle prend une place énorme. C’est pourquoi s’engager à effectuer une thèse n’est pas anodin, et les doctorant-es en ont parfaitement conscience, du temps, des efforts, des sacrifices même demandés pour plusieurs années.

Malheureusement, l’université ne suit pas, et encore moins les discours méritocratiques en n’offrant pas un emploi à celles et ceux qui franchissent l’arrivée. Elle contribue même à renforcer la pression en demandant que les doctorant-es, non récompensé-es par avance, cherchent un travail ailleurs. Dès lors, il faut que les doctorant-es se consacrent entièrement à leur thèse mais également suivent des formations « professionnalisantes » afin de démontrer leur volonté et leur préparation à entrer sur le fameux « marché du travail ».

Bref, encore une fois, l’injonction paradoxale découle d’une incompatibilité entre l’université-entreprise et la science. Non seulement, les doctorant-es doivent faire leur thèse rapidement, mais aussi de la « bonne science », mais en plus ils et elles doivent s’y consacrer entièrement tout en préparant, en parallèle, leur insertion sur le marché du travail. Est-il possible dans ces conditions de réaliser une thèse de manière sereine et, surtout, qui ne soit pas nocive pour la santé des doctorant-es ?

Sortir des injonctions paradoxales

Il manque une partie solution à ce billet. Dans leur ouvrage collectif sur la logique de la communication (1972), les auteurs proposent, pour les personnes en « position basse » – autrement dit dominées – une métacommunication, c’est-à-dire communiquer sur la communication pour se dégager du paradoxe. Il faut sortir du cadre fixé par le paradoxe pour le dénoncer et ainsi le détruire ou le contourner. Or vous l’aurez noté, dans le cas qui nous concerne, ce n’est pas uniquement une question de communication. Pire encore dans certains cas, les individus qui pourraient faire changer les choses (directeur ou directrice, président-e d’université, directeur ou directrice d’École doctorale, etc.) ne sont pas forcément disposé-es à discuter.

Que faut-il faire alors ? J’avoue ne pas savoir véritablement et une réflexion collective serait sans doute bénéfique. L’organisation objective et politique en syndicat ou, au moins, dans une structure informelle pour peser dans les discussions institutionnelles me semble être de plus en plus nécessaire pour casser les dynamiques imposées par ces injonctions paradoxales. A titre d’exemple, l’injonction de l’autonomie dans la dépendance pourrait être gommée si le statut des doctorant-es était renégocié pour être celui d’un chercheur ou chercheuse à part entière, lié par un contrat (de travail) et donc protégé en conséquence – comme il est facile de demander aux doctorant-es de se débrouiller seul-es tout en exigeant leur présence pour faire les petites mains pendant les colloques.

Au global, la présence de ces injonctions paradoxales, qui ne sont pas présentes de partout ou à la même intensité, souligne une chose essentielle : la thèse est une expérience dans un cadre très flou (Boutier, 2013), ce qui explique que d’un labo, d’une école doctorale, d’une discipline à l’autre, les différences soient si nombreuses. Un effort de définition et de clarification sur le statut, les missions, les moyens et les droits des doctorant-es résonne désormais comme un impératif, alors que leurs souffrances psychologiques commencent à être reconnues – je perçois des initiatives dans ce sens (comme des labos ou des écoles, voire des centres de santé qui se penchent sur la santé mentale des doctorant-es).

 

Bibliographie

BEAUD Michel, « La thèse, occasion d’exercer sa capacité de penser », IN : HUNSMANN Moritz, KAPP Sébastien, Devenir chercheur. Écrire une thèse en sciences sociales. Paris : EHESS, 2013, pp. 301-314 (Cas de figure)

BOUTIER Jean, « Qu’est-ce qu’une thèse en sciences humaines et sociales ? », IN : HUNSMANN Moritz, KAPP Sébastien, Devenir chercheur. Écrire une thèse en sciences sociales. Paris : EHESS, 2013, pp. 37-46 (Cas de figure)

CHARMILLOT Maryvonne, FERNANDEZ-IGLESIAS Raquel, « Voyage vers l’insolence. Démasquer la neutralité scientifique dans la formation de la recherche », IN : BRIERE Laurence, LIEUTENANT-GOSSELIN Mélissa, PIRON Florence, Et si la recherche scientifique ne pouvait pas être neutre ? Québec : Éditions scient et bien commun, 2019, pp. 169-219

De GAULEJAC Vincent, La recherche malade du management. Paris : Editions Quae, 2012, 96 p. (Sciences en question) psychologie sociale

WATZLAWICK Paul, La réalité de la réalité : confusion, désinformation, communication. Paris : Éditions du Seuil, 1978, 237 p.

WATZLAWICK Paul et al., Une logique de la communication. Paris : Seuil , 1972, 280 p.

credit photo



Citer ce billet
Mathieu Fusi (2022, 13 avril). injonctions paradoxales et thèse. Point-virgule. Consulté le 22 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/t252

Une réflexion sur « injonctions paradoxales et thèse »

  1. En toute Humilité, sujet très intéressant à propos des ”injonctions” (qui plus est ”paradoxales” 😇) auxquelles sont confronté(e)s les … ”apprenti(e)s” Chercheurs lors de l’élaboration et rédaction de leur thèse. Injonctions issues de ”l’extérieur” avec, en conséquences, les ”effets intérieurs” sur leur santé morale (”impacts” émotionnels ) et physique
    (les maladies du ”mal à dire” : insomnie, hypertension, dépression, etc. jusqu’aux … AVC, infarctus, cancers)
    Particulièrement en ceux/celles qui s’y investissent ”en profondeur”
    (temps consacré, précisions apportées, clarté, place au doute) , quand ”ouverture” vers des ”possibles” (”impossibles” du passé au présent des connaissances acquises)
    Et se trouver confronté(e)s à ces (multiples) ”impératifs” pour élaborer ”quelles sont nos priorités présentes ? ( des plus .. prioritaires aux plus secondaires)
    L’aspect ”neutralité” génère également la ”tentation” de partager les ”fruits” de ce que mes ”observations et recherches” ont ”mis en lumière” en moi même…
    Bref ? Lol
    La crainte (& une lassitude … certaine) que cet écrit ”lâcher prise” soit interprété comme ”nul et non avenu” par suite qu’il soit … ”Jugé’
    (au lieu de .. ”prendre le temps” de le ”Jauger” ? 😜)
    me pousse à la ”dépasser” en m’ ”appuyant sur” 2 Pensées qui ”résonnent” en moi avec Invitation à en partager le Parfum :
    1) ”Deux choses sont infinies : L’Univers et la bêtise humaine. Mais en ce qui concerne l’Univers, je n’en ai pas encore acquis la certitude.”
    Albert Einstein
    (dont j’adore l’ Esprit … Sage ET Humoristique 😋 2 ”caractéristiques” (très) rarement ”admises en cohabitation” dans notre société ”savante” de ”Bien pensants” 😇
    Qt à être pratiquer vis à vis d’une Thèse … Mdr)
    2) ”Écrire, c’est entrer dans ce périmètre où l’on n’est plus personne.”
    Marguerite Duras
    (dont la mise en mots reflète la manière dont je … dessinais dans un passé devenu ”lointain”. Dans … l’écriture aussi ? 🤗)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.