Comment rédiger un bon mémoire ? éviter les pièges de la pensée facile

Dans ce billet, je parle de la pensée, de la manière dont vos neurones s’expriment, non pas tant dans le style, la forme, que dans la structure des idées formulées. On parle parfois de posture épistémo, d’école de pensée, mais, plus simplement, on parlera aussi de la base de votre pensée. Vous ne trouverez donc pas de conseils sur le style (écrivez simplement, évitez les figures de style, le style littéraire, etc. – pour des conseils de ce style, reportez-vous à ce billet) mais des conseils sur la manière de construire votre pensée et d’ensuite la mettre sur papier, ou écran.

 

1° Evitez tous les déterminismes

Un déterminisme attribue à un aspect de la vie la capacité de déterminer tous les autres. Par exemple, le déterminisme technique dira que le numérique a absolument tout changé dans nos vies et que tout tourne autour de lui, ignorant les dimensions sociales et politiques. Hé oui, pour faire de la technique numérique, il a fallu des investissements étatiques et encore aujourd’hui, ce cher État surveille ça de près (pour un autre exemple sur de déterminisme, par là). Fuyez donc le déterminisme parce qu’il vous fera forcément dire des bêtises et vous ressemblerez à un journaliste pressé qui cherche à faire les gros titres : « Comment le subconscient contrôle absolument tout ce que nous faisons » (déterminisme psychologique).

Comment savoir qu’on pense déterministe ?

Les indices sont assez clairs : vous pensez en termes de « révolution », de « contrainte inévitable », de « force supérieure et absolue », vous pensez qu’une seule chose qui fait ce monde – que ce soit le social, le psychologique, le technique, le biologique ou autres – détermine tout le reste.

Comment s’en débarrasser ?

Je vais souvent me répéter ici, mais la prise de recul et l’ajout de complexité sont toujours un bon réflexe. Demandez-vous s’il n’y a pas autre chose, si vous n’êtes pas en train de faire des gros raccourcis. A partir de là, essayez d’apporter de la complexité en pensant aux autres dimensions de votre objet de recherche : qu’est-ce qui le compose ? quelles sont les forces en présence ? etc.

2° Modérez la pensée monolithique

La pensée monolithique est l’indispensable compagnon de la pensée disciplinaire. Des intellectuel-les comme Morin ont essayé de ne pas s’y plier, mais, force est de constater, qu’une discipline cadre la pensée. Autrement dit, si vous faites de la sociologie, il est tout à fait logique et normal que vous soyez focalisé-e sur les dimensions sociales. Toutefois, il importe de ne pas rester accrocher à ces dimensions comme si elles étaient les seules.

Comment savoir qu’on pense monolithe ?

Quand vous ne parlez que d’un seul et unique aspect de la vie. La pensée monolithique est particulièrement visible pour des disciplines comme les sciences de l’information et de la communication qui sont centrées sur un objet flou et multiforme (en l’occurrence la communication). En effet il est impossible de l’aborder en ne parlant que de cet objet. Autrement dit, si vous pensez la communication politique par exemple, vous devez sortir de cette seule communication politique et plongez dans les dimensions politiques et sociologiques.

Comment la contourner au minimum ?

Ici pas le choix, il faudra faire des efforts et lire des travaux dans d’autres disciplines. Contentez vous des grands auteurs ou autrices. Si jamais, vous avez la flemme, indiquez au moins, notamment en conclusion, que vous avez conscience que votre pensée a fait l’impasse sur telle ou telle dimension et que vous pourriez creuser, ça vous fera une ouverture.

3° Méfiez-vous des effets de mode

Vous savez forcément de quoi je veux parler, nous baignons toutes et tous dedans : la mode, et pas celle qui vous fait porter des vêtements hors de prix, celle qui vous fait penser comme « tout le monde », ou, plus exactement, comme les principaux fournisseurs de pensée prêt-à-porter (médias en tête). Ces effets de mode constituent typiquement un obstacle épistémologique (allez lire Bachelard pour plus de détails) tant ils sont pleins de raccourcis qui empêchent de penser de façon approfondie.

Comment savoir qu’on pense à la mode ?

Si vous utilisez des termes présents dans le « débat » – lire dans les médias ou dans la bouche des pros de la politique principalement –, c’est que vous êtes en plein dedans. A l’heure où j’écris ces lignes (20/03/2022 à 12h44), on retrouverait des notions telles que « souveraineté », « programme écologique », « pacte républicain », « campagne », « projet », etc.

Comment s’en débarrasser ?

Pas de secret particulier : prise de recul, capacité d’analyse, réflexivité. Je peux vous certifier que si vous parvenez à identifier ces effets de mode voire à en déconstruire quelques-uns, vous ferez un très bon voire excellent mémoire. Une manière d’identifier les termes à la mode est de passer sur n’importe quel site d’information et de lire des articles.

4° Faites attention aux montées en généralité…

Les montées en généralité sont courantes en sciences humaines et sociales dans la mesure où elles permettent de ne pas analyser l’entièreté du monde pour tirer une conclusion étendue. Par exemple, en partant d’un terrain situé, vous pouvez élargir vos conclusions tirées de ce terrain. Toutefois, les montées en généralité ne sont pas un ticket vers la vérité. Il faut savoir nuancer, se montrer prudent-e.

Comment savoir qu’on monte trop ?

La science c’est comme la cuisine, si vous montez trop vos œufs en neige, ça devient pas très bon. Alors quand vous sentez que votre cuisine mentale en a juste trop – trop de pays, trop de population, trop de pratiques, trop d’entreprises, etc. –, c’est que vous abusez du fouet. Vous ne pouvez pas toujours élargir car il faut, au moins, une cohérence (par exemple géographique).

Comment s’en débarrasser ?

Il faut dégonfler et rapidement appliquer de la modestie. Les conclusions que vous tirez de vos terrains et/ou vos lectures peuvent être très circonscrites ; ce n’est grave ! Il vaut mieux un mémoire solide concernant une toute petite portion du monde, qu’un truc bancal qui peut s’appliquer avec des grosses pincettes à toutes les planètes.

5° Et aux projections réductrices abusives

Même problème, même combat. Si vous avez des conclusions générales, abstraites, disons très théoriques, il n’est pas évident de les appliquer à des situations restreintes et concrètes. Vous obtiendrez automatiquement ou presque un décalage, une impression d’être hors-sol. Voici un exemple clair, quoi que pris en dehors de la science ; un-e ministre qui tient des grands discours avec des idées abstraites, qui décrit des situations théoriques, remplies du vocabulaire aseptisé administratif, tout en prétendant parler pour une catégorie de personnes, rencontre toujours des incompréhensions de la part des personnes « sur le terrain ».

Comment s’en débarrasser ?

Il est plus compliqué de tuer la bête dans ce cas. Si les montées en généralité peuvent être cassées en diminuant la largeur de vos analyses (en diminuant la taille de la zone géographique par ex), les projections réductrices nécessitent de refaire un travail de lecture théorique. Si vous n’avez que de la théorie trop générale et abstraite, il faudra remettre le nez dans quelque chose de plus concret.

6° Ne pratiquez pas la tambouille théorique

Ceci est particulièrement vrai pour les étudiant-es qui font un mémoire de recherche. Vous serez même évalué-e sur votre capacité à maîtriser les écoles théoriques, les courants conceptuels, les grands auteurs et autrices. Si je reprends la métaphore culinaire, mélanger Hayek et Keynes, c’est comme faire un cake à la banane avec des navets, c’est immonde.

Comment savoir qu’on cuisine un truc dégueu ?

Si vous utilisez des personnes qui ne sont pas d’accord entre elles, des concepts qui définissent de façon concurrente une situation (les élites chez Birnbaum et les dominants chez Bourdieu), des concepts de différentes disciplines qui semblent parler de la même chose mais en fait pas vraiment (inconscient psychanalytique et subconscient de la psychologie cognitive) ; bref tout ce qui est contradictoire, ce qui s’assemble mal est à fuir, sauf si vous apportez un grand soin à justifier votre choix.

Comment améliorer le goût ?

La meilleure protection est de connaître ce que vous utilisez comme ingrédients – auteur-es, concepts, théories. Si vous n’êtes pas serein-e sur un des ingrédients, virez-le.

7° Pensez aux dimensions historiques

Lire Freud et l’utiliser pour se la péter n’est pas forcément une bonne idée (déjà selon les labos, l’accueil peut être radicalement différent) ; les conclusions philosophiques (pour certaines métaphysiques) de Freud sont situées historiquement et ne s’appliquent pas de partout. Attention phrase conne mais qu’il est bon de répéter : nous vivons dans l’histoire, nous ne traversons pas des époques sans être affecté-e comme des êtres immuables.

Comment savoir qu’on oublie l’histoire ?

Si ce que vous lisez a 200 ans, faites attention. Et inversement, ne prenez pas des idées courantes, des préoccupations, des conclusions de notre époque pour les plaquer sur une autre époque.

Comment ne pas voyager dans le temps ?

Tout d’abord, fuyez toute personne sortant d’une cabine téléphonique bleue. Ensuite, prenez des auteur-es et théories qui sont cohérentes par rapport à l’époque de votre réflexion.

8° Pensez aux dimensions sociales et culturelles

C’est un peu le même principe ici ; ce qui est vrai, intéressant, pertinent par rapport à une société ne l’est pas vraiment pour une autre. On appelle cela de l’ethnocentrisme (et l’anthropologie a fait des progrès conséquents en s’en débarrassant) si vous vous rapportez sans cesse à votre propre culture.

Comment savoir qu’on oublie la société et la culture ?

Vous lisez un ouvrage sur les États-Unis et que vous plaquez ses conclusions sur la France, vous regardez un pays étranger avec vos lunettes françaises, vous trouvez qu’une autre culture ne fait pas sens alors que vous ne la rapportez pas à sa propre société, bienvenue au club des sociétaux bordéliques.

Comment être ordonné-e ?

Assurez-vous que les conclusions ou ce que vous dites est adapté à la société que vous analysez. Parfois certains auteur-es précisent que leurs analyses peuvent concerner d’autres cultures (comme Eldeman dans Pièces et règles du jeu politique).

Crédit photo





Citer ce billet
Mathieu Fusi (2022, 23 mars). Comment rédiger un bon mémoire ? éviter les pièges de la pensée facile. Point-virgule. Consulté le 22 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/t250

Une réflexion sur « Comment rédiger un bon mémoire ? éviter les pièges de la pensée facile »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.