Une brève analyse d’un discours de campagne électorale

La pratique de l’achat d’adresse email semble être « en marche ». Ce n’est donc pas surprenant que j’ai reçu un appel à aller voter pour la candidate de ce « mouvement » pour la neuvième circonscription de l’Isère, même si je n’ai jamais effectué la moindre démarche pour donner le moyen à ces individus de tenter de me séduire. L’occasion est alors bonne de présenter une brève analyse de cette lettre de la candidate, Elodie Jacquier-Laforge. On retrouvera, bien loin du discours de renouvellement, des impératifs présents dans le discours politique de l’exécutif français depuis au moins quarante ans, si l’on se base sur mes analyses de corpus effectuées dans le cadre de ma thèse. On se posera la question de la signification de la présence de ces impératifs.

Les impératifs : le désintéressement, la justification et la répétition

En analysant les activités de communication (interviews, discours, conférences de presse) pendant une « crise financière internationale », trois impératifs se distinguent chez les ministres et le président de la République. 1° le désintéressement, c’est-à-dire gommer toute trace d’intérêt particulier. 2° la justification, c’est-à-dire expliquer pourquoi les décisions sont les bonnes ou justifier sa position sociale et politique. 3° la répétition, c’est-à-dire insister sur une idée, une représentation ou une notion à laquelle on souhaite faire adhérer le lecteur ou l’auditorat.

1° le désintéressement

Comme l’écrit Elodie Jacquier-Laforge, elle agira « pour la réussite de notre pays ». Plus loin elle explique qu’elle portera « aussi les intérêts de tous les territoires de la 9ème circonscription ». Ces deux exemples sont typiques de l’absence de mention d’un intérêt particulier du candidat. Il agit, ou en l’occurrence, elle agira toujours pour l’intérêt des autres. Jamais elle ne prendra une décision pour défendre sa position. Elle est notre soumise et soumise à l’intérêt général.

2° La justification

Cet impératif transparaît dans les premiers mots de la lettre d’Elodie Jacquier-Laforge ; « le message des Français est sans ambiguïté ». Ce sont les Français qui choisissent et qui montrent la voix. La candidate justifie donc la position du mouvement « en marche » parce qu’il est le choix des Français. Elle insiste sur ce point en soulignant plusieurs fois qu’elle a elle-même obtenu un certain nombre de votes.

La justification se porte également sur le rattachement à une figure d’autorité légitime, celle du président Emmanuel Macron. À partir d’une critique de son concurrent, Elodie Jacquier-Laforge souligne qu’elle compte mettre en œuvre « des réponses nouvelles, des actions vigoureuses » parce que c’est « le chemin qu’a tracé Emmanuel Macron ».

3° La répétition

J’ai déjà souligné qu’Elodie Jacquier-Laforge insistait dans sa lettre au niveau des résultats de vote du premier tour des législatives ; le choix des Français. L’idée défendue par Elodie Jacquier-Laforge est que ce sont les Français qui ont choisi et qui vont décider du futur. Et ce choix est le bon puisqu’ils ont porté leur voix sur « en marche ».

L’autre répétition se porte sur les idées de rassemblement et d’association. Rassemblement des Français et association de ceux-ci dans un mouvement politique spécifique, celui d’Emmanuel Macron et d’Elodie Jacquier-Laforge. Cette répétition fait écho directement à l’impératif de désintéressement. Elle souligne que ce mouvement est le mouvement de la France dans sa globalité.

 

Des contradictions récurrentes

La lettre d’Elodie Jacquier-Laforge n’est pas épargnée par des contradictions, qui sont présentes habituellement dans de nombreux discours politiques.

Des catégories imprécises pour désigner le « votant » et le citoyen

Les Français ont le choix du bon « mouvement ». Mais qui sont ces Français ? Elodie Jacquier-Laforge s’arrête bien sur l’abstention, mais elle oublie trop souvent dans sa lettre que le résultat des votes est un pourcentage. À moins donc d’avoir 100 % des électeurs qui choisissent des candidats de « en marche », les Français ne feront jamais le choix de ce « mouvement ». Seule une partie a choisi ce mouvement.

Le constat est le même quand elle parle de « les électeurs ». Il faudrait, pour être précis, parler d’un pourcentage d’électeurs ou de « mes électeurs ». Là où Elodie Jacquier-Laforge est la plus juste, c’est quand elle commence sa lettre en indiquant « pour remercier les 18 427 électrices et électeurs de la 9ème circonscription qui m’ont accordé leurs suffrages ». Ce ne sont pas les électeurs ou les Français, mais ses électeurs.

2° La polémique refoulée et réinvestie en quelques lignes

Elodie Jacquier-Laforge souligne que « les électeurs (sic) ont clairement sanctionné cette vieille manière de faire de la politique qui consiste à dénigrer en boucle un candidat. » Son concurrent joue donc avec la polémique pour disqualifier son adversaire. Les électeurs d’Elodie Jacquier-Laforge l’ont donc choisi elle parce qu’elle ne pratique pas cette « vieille manière de faire de la politique ».

Ses électeurs vont être déçus puisqu’à peine 5 lignes plus loin, elle attaque son concurrent qui cultive un entre soi. Autrement dit, et l’on retrouve un rapport avec les idées de rassemblement et d’association, le concurrent d’Elodie Jacquier-Laforge divise et ne respecte pas l’unité des citoyens alors qu’elle agit avec les électeurs, les Français.

3° Le vote comme choix produisant des effets

Le mythe du vote comme décision avec de vrais effets assurés est sous-tendue dans cette lettre d’Elodie Jacquier-Laforge. Il n’est nul besoin de trop s’attarder sur la contradiction d’une telle idée. Comme il n’existe pas de mandat impératif, c’est-à-dire comme les élus ne sont pas obligés de respecter leur programme, il n’existe aucune assurance quant au lien entre les décisions de ces élus et le choix des citoyens. En bref, Elodie Jacquier-Laforge entretient une contradiction voire un contre-sens qui sert la défense de l’organisation politique actuelle.

Le renouvellement pour une absence de changement

Voici quelques définitions du mot « renouvellement » d’après le Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales.

A° remplacement de choses par d’autres de même espèce

B° remplacement total ou partiel des éléments qui composent quelque chose, en particulier un organisme, un tissu

C° changement de certains caractères, de l’aspect de quelque chose ou de quelqu’un, qui fait retrouver de la nouveauté et de l’originalité.

Dans quel sens le mot renouvellement est-il utilisé par Elodie Jacquier-Laforge et les autres membres du mouvement « en marche » ? Défendent-ils le simple remplacement ? Ou apportent-ils une nouveauté ?

À partir de la brève analyse de la lettre d’ Elodie Jacquier-Laforge, on peut déduire que le renouvellement est une poursuite de l’organisation politique actuelle, un simple changement de peinture sur un bâtiment qui garde la même structure.

On s’arrêtera à une analyse de son discours et puisqu’elle le dit elle-même, Elodie Jacquier-Laforge est censée se distinguer de « cette vieille manière de faire de la politique ». Pourtant son discours, dans sa forme, reprend des impératifs classiques ; le désintéressement, la justification et la répétition. Il a aussi un faible registre polémique où l’adversaire a tort mais elle raison.

Peut-être plus important, car plus significatif quant à l’organisation du mouvement « en marche », Elodie Jacquier-Laforge ne manque pas de se référer au chef, Emmanuel Macron, pour appuyer sa légitimité. La hiérarchie est respectée et témoigne d’une centralité du pouvoir, qui n’est pas sans rappeler n’importe quel parti politique.

Enfin – et il y aurait encore tant de choses à dire (sur l’abstention, sur le vocabulaire utilitariste, sur le mythe de la réforme, sur une forme de communication qui n’engage sur rien de concret, etc.) – le renouvellement-changement de peinture désigne la fatalité de l’organisation politique, la démocratie représentative où les élus gouvernent presque seuls et où les citoyens n’ont presque aucun pouvoir politique. À aucun moment un véritable changement ou un renouvellement, au sens de faire retrouver de la nouveauté et de l’originalité, n’est esquissé dans cette lettre. Celle-ci est banale dans sa construction et dans les idées, voire l’idéologie, qui la structurent.

Petite parenthèse : au niveau même de la personne même, Elodie Jacquier-Laforge coche, comme Emmanuel Macron, toutes les cases des habitués aux positions politiques dominantes. Principalement, des études en science politique et de droit à Paris et un passage dans la « machine » politique en tant que collaboratrice parlementaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *