Maman : quelques éléments d’étymologie et de psychanalyse

Pour la fête des mères, le bon fils que je suis voulais rédiger une petite note très simple sur les origines du mot « mère ». Malheureusement, rien de très flatteur n’est ressorti d’une lecture d’un ouvrage d’É. Benveniste, alors je suis allé voir du côté de la psychanalyse, pour montrer à quel point les mères sont irremplaçables dans la vie d’un individu.

Les origines de « maman » : « papa » prédomine

L’étymologie permet de remonter à l’origine d’un mot. C’est toujours très intéressant car on peut comprendre à quoi servait un mot et voir, éventuellement, des évolutions. Dans le cas du mot « mère », on peut saisir quelle était la situation sociale et symbolique des mamans. É. Benveniste1, un linguiste français, a analysé les premières langues indo-européennes, les langues parlées dans certaines parties de l’Asie et de l’Europe avant le XVIe siècle. Il en déduit que les mères ont moins de pouvoir que les pères – par exemple le droit romain ne met pas au même niveau les pères et les mères. Les sociétés indo-européennes étaient des sociétés patriarcales, où la famille reposait sur le nom et la maison des pères.

Quant aux mots eux-mêmes, É. Benveniste fait remonter l’origine du mot « mère » à la société hittite. Les hittites sont un peuple du IIe millénaire avant J.-C. ayant vécu en Asie mineure. Il existait deux mots chez eux pour désigner les mères ; mater et anna. Contrairement à pater et atta, les deux mots utilisés pour désigner le père chez les hittites, on n’est pas tout à fait sûr de leur signification précise. Pour le père, on sait que pater n’est pas le père physique, mais le père divin, le dieu qui domine le monde. Atta est le père nourricier, celui qui prend soin des enfants. Il est donc probable que mater servait pour une divinité maternelle et que atta était utilisée pour la « maman » de tous les jours.

L’étymologie ne rend donc pas vraiment hommage au rôle des mères dans la formation d’un individu. Elle n’explique pas pourquoi les enfants sont liés si fortement à leur maman.

 

« Maman » : irremplaçable et indispensable présence

La psychanalyse s’intéresse à des forces inconnues, inconscientes qui font un individu, qui font ses goûts, ses habitudes et ses manières de penser. Cette discipline a tellement écrit sur la relation mère-enfant qu’il serait impossible de résumer toutes les théories ni même les principales réflexions. Je me concentrerai donc sur les premières années d’un individu. C. Castoriadis2, un psychanalyste (entre autres) français, s’est intéressé à la formation de la psyché, c’est-à-dire tout ce qui fait notre personnalité dans notre psychologie. Il voit trois phases, dont la première et la deuxième sont sans appel quant à l’importance de la mère pour l’enfant.

La phase dite de la « monade psychique » décrit l’enfant qui a l’impression que tout ce qui l’entoure, aussi bien les autres personnes que les objets, aussi bien maman que la couverture qui l’étreint, fait partie de lui. L’enfant se pense tout avec le monde. Pendant cette phase, l’enfant ne recherche que du plaisir et notamment la tétée. Le père de la psychanalyse, Sigmund Freud a une phrase qui résume cela. Il dit que l’enfant pense « Je suis le sein ». L’enfant ne fait pas la différence entre le sein de sa mère et lui-même. La naissance ne sépare donc pas complètement et subitement l’enfant de sa mère. Il reste très fortement attaché à maman, tellement d’ailleurs qu’il ne se sait pas différent d’elle.

La deuxième phase est la phase triadique. L’enfant prend conscience qu’il est différent de sa mère. Il commence à comprendre qu’il est une personne à part entière. Il n’est plus cet être tout-puissant qui se procure seul son plaisir – hé oui, si l’enfant pense qu’il fait un avec le monde, il est à l’origine de son plaisir, « il est le sein » qui le nourrit. La toute-puissance est déplacée chez la mère. C’est elle qui procure le plaisir de la nourriture, c’est elle qui cajole, câline et berce. Cette phase est qualifiée de triadique car c’est la relation avec l’enfant, la mère et les objets. Pour C. Castoriadis, cette phase est vécue comme une rupture violente car l’enfant se rend compte de l’existence de l’autre. Maman est donc la première personne à se manifester comme être différent de l’enfant. Elle est celle qui démarre la mise en société de l’enfant. Maman contribue en premier à faire de l’enfant un petit être humain.

La troisième phase est la phase oedipienne. Papa intervient et permet à l’enfant de comprendre que maman n’est pas toute-puissante. L’enfant se détache de sa mère en prenant conscience peu à peu que le monde est peuplé d’individus. C’est à ce moment que l’enfant commence vraiment à saisir de quoi est fait son environnement. Maman descend de son piédestal mais comment penser qu’elle cesse d’être importante aux yeux de l’enfant ? Elle devient un individu, comme l’enfant est un individu aussi, elle n’est plus toute-puissante, comme l’enfant dès la fin de sa monade psychique s’aperçoit qu’il n’est plus tout-puissant.

La psychanalyse propose une interprétation qui montre que Maman est une présence irremplaçable et indispensable à l’enfant. Dès ses premiers instants, l’enfant se confond avec lui puis elle devient son monde avant qu’il comprenne qu’elle est un individu tout comme lui. Elle n’en demeure pas moins une des personnes centrales de sa vie ; donc à toutes les mamans, et la mienne en particulier, bonne fête !

1BENVENISTE Émile, Le vocabulaire des institutions indo-européennes. 1, économie, parenté, société. Paris : Édition de Minuit, 1969, 376 p. (Le Sens commun)

2CASTORIADIS Cornelius, Les carrefours du labyrinthe. 6, Figures du pensable. Paris : Édition du Seuil, 2009, 364 p. (Points. Essais)

crédit photo


2 réflexions au sujet de « Maman : quelques éléments d’étymologie et de psychanalyse »

  1. Je pense qu’une démarche socio-matérialiste expliquerai mieux le rôle magique d’une maman et expliquerai l’attachement qu’on ressente pour nos mères.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *