les mots et les souffrances : violence dans la communication de l’Etat

Les mots décrivent, saisissent la réalité pour la transcrire plus ou moins fidèlement. Certes, il y a des mensonges, des manipulations, des erreurs, des incompréhensions sur des termes (par exemple la démocratie ne peut pas être représentative), mais quand il s’agit de souffrances, psychologiques ou physiques, les mots sont importants pour soulager. Ils font l’objet d’une lutte pour représenter voire défendre au mieux la situation des concerné-es. Et pourtant, ici encore, les représentant-es de l’État peuvent faire preuve d’une violence remarquable et choquante.

Mettre en mots, saisir la réalité : soulagement et lutte sociale

Mettre en mot c’est construire la réalité ou, au moins, une réalité, concrète, saisissable ; ne pas arriver à dire est désagréable, gênant. Dans le cas de la souffrance, ne pas parvenir à dire contribue au maintien de cette souffrance, alors qu’exprimer, même avec des mots hésitants, jusqu’à gagner en précision, en maîtrise de son discours, fait partie d’un processus de guérison, en particulier pour des problèmes d’ordre psychologique. Sur l’importance de la mise en mots, je ne prendrai qu’un exemple, parmi tant d’autres, un exemple assez humoristique d’un bouquin sympatoche, Faites vous-même votre malheur de Paul Watzlawick, psychologue et sociologue étasunien. Dans cet ouvrage, Watzlawick donne des moyens méthodiques à ses lecteurs et lectrices pour la recherche du malheur. Un de ses conseils est l’application d’une méthode Coué pour le pire ; se dire que ça va mal, sans cesse, et revenir dessus, « acquérir la certitude qu’on est livré sans défense à des pouvoirs qui échappent à toute maîtrise et que l’on a donc tout loisir de souffrir par eux sans retenue » (Watzlawick, 1984 : 43). En bref, et c’est logique selon l’approche constructiviste à laquelle souscrit Paulo, les individus construisent leur réalité, notamment à l’aide de mots – si ici je m’accorde avec le constructivisme, je n’irai cependant pas du côté de Watzlawick (1996) et du constructivisme radical, pour lequel toute la réalité est déterminée par des constructions humaines (toutefois n’oublions pas que Watzlawick a travaillé avec des personnes atteintes de troubles psychiatriques, pour lesquelles la question d’une réalité totalement déterminée subjectivement se pose frontalement). L’utilisation des mots contribue en conséquence à une construction de la réalité de cette souffrance : quelle est-elle ? ses conséquences ? ses origines ? ses coupables ? ses solutions ? etc.

De son côté, Bourdieu (1982) a beaucoup insisté sur le fait que parler n’est pas anodin, ce n’est pas juste aligner des mots les uns après les autres, ce n’est pas juste respecter une grammaire enseignée à l’école (respecter une grammaire enseignée à l’école est éminemment politique et sociohistorique par ailleurs). L’acte de parler est solidaire de ses conditions sociales de production et de réception. On n’écoute pas une ministre parler comme on écoute un ouvrier parler, tout comme une ministre ne parle pas comme un ouvrier. Derrière les mots utilisés, les concepts mobilisés, se cachent des rapports de force pour imposer la réalité. De quoi est-il question ? Quels mots peuvent être ou doivent être mobilisés pour désigner une action ou un événement ? Où se situent les limites du dicible ? Bourdieu et d’autres ont résumé cette lutte sociale des mots dans le concept de doxa (sur la question de la doxa et du journalisme, lire Duval (2004) par exemple). Pour faire court, le fait de décrire une situation revient à prescrire son interprétation, les mots n’ont alors rien d’innocent et précisent toujours la position sociale de l’orateur ou de l’oratrice. Cette prescription intervient dès lors également sur la position sociale des individus en général. C’est pour cette raison que Bourdieu parle de principe de vision et de di-vision, soit le fait que parler assigne aux différents individus et groupes une place dans la société et ses rapports de force qui la constituent.

Ainsi, l’utilisation (ou plutôt la pratique) des mots est un acte déterminant dans le quotidien de chacun-e. Elle peut soulager des souffrances (ou les aggraver) tout comme elle peut déterminer la position d’une personne – ne pas connaître tel ou tel mot peut vous faire passer pour un-e ignorant-e.

Les mots et les douleurs : violence dans la communication de l’état.

Si j’ai pris la peine de développer ces éléments plus haut, c’est pour revenir sur le discours de la ministre de l’Industrie le 7 octobre 2021 – dont voici la retranscription :

« J’aime l’industrie parce que c’est l’un des rares endroits au XXIe siècle où l’on trouve encore de la magie. La magie de l’atelier où l’on ne distingue pas le cadre de l’ouvrier, on ne distingue pas l’apprenti de celui qui a trente ans d’expérience, où l’on ne distingue pas celui qui est né en France il y a quarante ans et celui qui est arrivé par l’accident… de sa… d’une vie… il y a… quelques jours. […] La fierté de travailler dans l’entreprise, la fierté de travailler dans l’usine, pour qu’on dise que… quand tu vas travailler dans une ligne de production, c’est pas une punition, c’est pour ton pays, c’est pour la magie, et c’est ça que vous pouvez rendre possible. »

Avant d’analyser et de détailler la violence contenue dans ses propos, il importe de préciser le parcours d’Agnès Pannier-Runacher (APN) (informations tirées de sa page wikipédia, que j’imagine contrôlé et surveillé par les équipes de la ministre, donc ce sont des infos officielles). Née en 1974, d’un père dirigeant de société et d’une mère dont le métier n’est pas précisé, APN a fait des hautes études à HEC puis l’ENA. Elle devient inspectrice des finances en 2000. Plus tard, en 2003, elle commence un poste de directrice de cabinet du directeur général de l’Assistance publique – Hôpitaux de Paris, avant de rejoindre le privé en 2011, à nouveau comme directrice d’un service (service client recherche et développement). Cette dernière aventure ne dure qu’un an et elle retourne dans le public, à la Caisse des Dépôts. Elle occupe alors quelques positions dans des entreprises pour améliorer ses fins de mois, positions qu’elle quitte quand elle devient secrétaire d’État. Au niveau politique, elle s’allie à Manu en 2016 et fait partie de ses premiers soutiens.

Je vais pas non plus rédiger une biographie, mais ce qu’il importe de retenir ici, c’est qu’APN n’a jamais foutu les pieds dans une usine, en tous cas pas comme employée, et ne sait pas de quoi elle parle. A titre personnel, j’ai travaillé pendant plusieurs années dans des usines tous les étés pour financer mes études et, en entendant la ministre, j’ai compris qu’elle ne savait rien, rien de la cadence imposée par les machines, rien de la pression mise par les contres-maîtres, rien des moqueries et des bizutages plus ou moins méchants des collègues, rien des discriminations qui séparent les gens selon leurs origines et leur âge (dans les usines dans lesquelles j’ai travaillé, les « non-français » et les plus jeunes faisaient toujours le travail le plus difficile physiquement), rien de la hauteur avec laquelle les chefs d’entreprise vous toisent pendant que vous ruinez votre corps pour un SMIC, rien de l’ennui qui pénètre votre esprit comme un poison alors que les minutes se transforment en heure, rien du désespoir intellectuel qui vous gagne alors que les tâches confiées sont d’une banalité écœurante (rangez des fromages dans des cartons pendant 8 heures, que c’est magique !), rien des odeurs fortes et des bruits assourdissants qui constituent votre environnement et qui finissent par vous dégoûter ; APN ne sait rien de tout cela ou, pire, est au courant et choisit de l’ignorer.

La violence de la communication de l’État éclate ici ; elle souffle celui ou celle qui a travaillé ou qui travaille dans une usine (comme les nombreux témoignages sur les réseaux sociaux numériques l’ont souligné). Bourdieu (2011) a bien montré, dans son cours sur l’État, le tour de force réalisé par les agent-es de l’État pour imposer ce dernier comme acteur principal et dominant de la société française. Ainsi, il détermine principalement la réalité, en confiant concepts et outils pour construire cette réalité. Le sociologue français nous dit que l’État possède un monopole symbolique, c’est-à-dire une langue officielle, des expressions officielles, des outils de construction de la réalité officielle, qui lui permettent d’imposer légitimement son point de vue (légitime et ainsi légitimé). La communication de l’État participe donc, quotidiennement, à renouveler la domination de l’État, en imposant aux citoyen-nes la réalité officielle, celle que l’on ne peut contester, notamment parce qu’elle s’impose. Quand Manu dit, « nous sommes en guerre », il nous impose une réalité dans laquelle le virus est trop dangereux pour être ignoré et nous confine donc chez nous. Quand APN résume les usines comme le lieu de la magie, de la fierté, de l’égalité, ce qu’aucune usine n’est entièrement, elle balaie la violence et la souffrance des personnes qui travaillent dans ses usines. Et c’est ça la violence, nier la réalité, cacher les problèmes et faire comme s’ils n’existaient pas, en prescrivant dans un discours d’État une réalité lisse mais fausse, en faisant peser dans la balance – de la construction de la réalité – un État représenté par une agente qui dit la réalité de cet acteur central de nos vies qu’est l’État ; l’usine c’est la magie, c’est beau, c’est bien, même si c’est moche, pour la réalité de nombreux et nombreuses ouvrières.

L’abstraction dans la communication de l’État : confusion et (toujours) violence

J’ai triché plus haut quand j’ai dit qu’APN ne connaissait pas les usines. J’ai fait comme elle quoi, j’ai construit une certaine réalité en éliminant certains faits dans mon discours afin de le rendre plus impactant, moins complexe à saisir. Sur Public Sénat, le 18 octobre 2021, APN a commenté sa propre déclaration et ses propos étaient là bien plus intéressants, car nuancés. Surtout, on peut comprendre en l’entendant qu’APN ne parlait pas des usines mais de l’Industrie. Vous voyez la différence ? En clair, APN ne parlait de la réalité dure, qui frappe, qui résiste, qui fait souffrir, mais de l’abstraction tirée de son chapeau de ministre, de l’Industrie avec une majuscule, de l’Industrie en général, de comment elle, représentante au plus haut de l’État, se figure l’objet de ses réflexions et de ses pratiques : l’Industrie. Ah… Et tout ce débat autour du discours de la ministre, tous ces commentaires et commentaires de commentaires auraient pu être évités si la ministre avait pris la peine de préciser la dimension abstraite du dit discours : « je vous parle de l’industrie en général, d’un secteur dans son ensemble, pas des usines concrètement ».

Ici l’abstraction dans la communication de l’État, le fait que la ministre recourt à une catégorie générale, presque vidée de son concret, aboutit à deux résultats. Premièrement, une confusion de sa part et pour son auditoire. Si lors de son interview elle précise ce sur quoi elle s’arrêtait effectivement dans son discours, ce n’est pas clair pendant son discours, et l’entretien de la confusion a un objectif promotionnel qu’elle reconnaît elle-même ; il faut rendre ce secteur industriel « attractif ». Sauf que, madame la ministre, ce n’est pas en dressant un portrait marketing des usines en monde à la Harry Potter que vous ferez des usines un secteur attractif, c’est en augmentant les salaires et en améliorant les conditions de travail. Quand elle remplace les usines par l’abstraction de l’Industrie, l’industrie sur papier et sur représentations plus ou moins déconnectées de la réalité des ouvrier-es, elle peut défendre un monde magique sans problème, ce qui résonnera forcément comme une insulte violence dans les oreilles de ceux et celles qui souffrent en usine. Et c’est là le deuxième résultat, la communication étatique s’illustre à nouveau dans ses dimensions violentes. Je vais me répéter mais c’est important : c’est violent d’entendre de la part d’une personne chargée de prendre des décisions qui impactent votre quotidien, une négation de la présence de problèmes dans un lieu duquel dépend votre moyen de subsistance – aussi bien matérielle que psychologique, car je crois, avec Dejours (1995), que le travail est important pour la réalisation de soi (reste maintenant à préciser ce sur quoi le travail doit reposer, mais c’est une autre question).

 

Ce discours d’APN révèle donc bien ce qui constitue la communication de l’État : la violence politique. Cette dernière se manifeste par des négations de la réalité, des constructions officielles imposées qui ignorent des souffrances et des mots, sonnant comme une insulte. APN s’est royalement plantée dans le choix de ses mots et dans son intonation, sacrifiant une réalité des usines faite de souffrances et de discriminations, au profit d’un discours publicitaire creux et trop abstrait pour ne pas rencontrer des oppositions. Si l’État, par l’intermédiaire de ses représentant-es, essaye d’imposer une réalité, toujours de façon violente, ce n’est qu’en exerçant une vigilance critique constante que nous autres, citoyen-nes, pouvons continuer ce travail d’alerte et de déconstruction ; pousser une ministre à l’aveu (des objectifs publicitaires de son discours) et aux excuses c’est pas la révolution, mais c’est déjà ça !

 

La magie ? Parenthèse sur le rapport entre domination et déni de réalité

Le mot « magie » m’intrigue et j’aimerais ici me permettre une réflexion spéculative sur les significations potentielles de son utilisation. Je pense en particulier à sa présence dans le discours du président de CD Projek Red, un développeur et éditeur de jeu vidéo. Alors que son entreprise est sous le feu de la critique, concernant le recours au crunch – c’est-à-dire à une intensité de travail énorme, causant des dégâts conséquents sur les équipes –, Marcin Iwiński explique le crunch est nécessaire pour se pousser en dehors des limites, pour sortir de sa zone de confort, pour faire advenir la magie. S’il n’est pas possible de mettre le discours d’une ministre sur le même exact niveau d’analyse que le discours d’un chef d’entreprise, les deux partagent au moins une caractéristique importante : l’une comme l’autre sont des dominant-es, autrement dit des individus possédant un avantage dans les rapports de force et, plus encore, se trouvant du côté fort dans les rapports de domination. Le chef d’entreprise comme la cheffe politique s’impose dans les relations sociales, en imposant une dynamique, un sens, des mots. C’est tout con, mais faites le constat suivant dans votre environnement de travail : est-ce que vous ou vos collègues ne riez pas plus facilement aux blagues de votre patron-ne ? Au-delà de ça, il s’agit simplement d’une dimension culturelle, humaine même ; entre le goût de l’autorité en France (Mendel, 2003) et l’existence de hiérarchies sociales présentes chez tous les primates, y compris les humains (De Waal, 2018), il est difficile de nier cette composante de la vie sociale humaine.

Revenons à la magie et les dominant-es dans l’ordre social. Si ces derniers font appel à la notion de magie pour décrire une situation on peut y voir selon moi deux choses, qui se complètent : une volonté de rendre la réalité plus belle, plus attrayante qu’elle ne l’est, ET une négation de cette réalité, tout ou partie. La réalité ne peut se résumer à un tableau clair et limité, car les bords sont flous et les éléments qui le composent trop nombreux, contradictoires même. Pourtant, les dominant-es et leur magie viennent nier la réalité de dominé-es, et leur réalité, celle qui bénéficie de plus de moyens pour s’imposer, alors qu’en temps normal a tendance à prendre le dessus, vient là complètement étouffer la réalité dominée. (Complètement à cause des conditions de production d’un discours, prononcé sans contradiction et qui n’a pas ainsi à se justifier.) Et si je suis le fil de ma pensée j’en viens à l’interrogation suivante : est-ce que la notion de magie dans le discours dominant ne traduit pas la destruction de la nature humaine, par la négation de la réalité de celles et ceux qui sont dominé-es ? Quand on nie la possibilité d’un individu d’exister, avec ses mots et ses représentations, on nie ni plus ni moins que sa nature humaine, on nie sa faculté à manier des symboles pour le réduire à un simple exécutant, corps vidé de son esprit, machine dépourvue de l’étincelle du vivant, celle qui contribue à fixer sa réalité, pour n’être qu’un enchaînement de séquences, que ce soit sur une ligne à l’usine ou derrière un ordinateur.

 

Bibliographie

BOURDIEU Pierre, Ce que parler veut dire : l’économie des échanges linguistiques. Paris : Fayard, 1982, 243 p.

BOURDIEU Pierre, Sur l’État. Cours au Collège de France (1989-1992). Paris : Seuil : Raisons d’agir, 2011, 656 p. (Cours et travaux)

DE BANDT Jacques, DEJOURS Christophe, DUBAR Claude, La France malade du travail. Paris : Bayard Editions, 1995, 207 p.

DE WAAL Frans, La dernière étreinte. Le monde fabuleux des émotions animales… et ce qu’il révèle de nous. Paris : Des liens qui libèrent, 2018, 389 p.

DUVAL Julien, Critique de la raison journalistique : les transformations de la presse économique en France. Paris : Éd. du Seuil, 2004, 366 p. (Collection Liber)

MENDEL Gérard, Une histoire de l’autorité : permanences et variations. Paris : La découverte, 2003, 285 p. (La Découverte poche. Essais)

WATZLAWICK Paul, Faites vous-même votre malheur. Paris : Seuil, 1984, 119 p.

WATZLAWICK Paul (dir.), L’invention de la réalité : comment savons-nous ce que nous croyons savoir ? : contributions au constructivisme. Paris : Éditions du Seuil, 1996, 396 p. (Points. Essais)



Citer ce billet
Mathieu Fusi (2022, 3 janvier). les mots et les souffrances : violence dans la communication de l’Etat. Point-virgule. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/t24x

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.