TOP 10 des conseils pour reussir sa these

Ce billet est un immonde article putaclic, dans une démarche assumée. Aucune recette miracle ne vous permettra jamais de faire votre thèse, sans effort, sans réflexion intense. Cependant, il existe des conseils que j’estime – je, donc pas forcément partagés par tout le monde – indispensables pour se faciliter la vie en thèse. J’en profite pour attirer votre attention sur la présence de certains articles, formations, podcast au titre et aux propos assez trompeurs, un peu comme le titre de ce billet. Méfiez-vous des marabouts qui vous promettent qu’en 1 heure de votre temps, tous vos soucis liés à la thèse seront réglés. Cela étant dit, ne vous privez d’écouter des conseils et de les adapter à vos besoins.

1° Commencez à écrire le plus tôt possible !

En commençant à écrire le plus tôt possible, non seulement vous vous faites gagner du temps pour la rédaction finale, mais en plus vous vous entraînez, si bien que vous finirez avec des abdos, le full six-pack sur les paumes. Par ailleurs, vous pourrez suivre l’évolution de votre pensée, ce qui est toujours pratique pour comprendre les idées que l’on traite. L’écriture est aussi une bonne pratique pour identifier les impasses. Si vous bloquez sur quelque chose en écrivant, un concept trop dur à développer, une erreur logique entre deux idées, etc., il vaut mieux que ça arrive avant la rédaction finale, croyez-moi !

Pour plus de détail sur ce conseil, c’est par ici, là sur ce lien.

2° Faites preuve de culot !

Le culot est votre compagnon de bonne fortune. Si vous l’utilisez comme il faut, des choses incroyables peuvent vous arriver. Plus sérieusement, en osant demander un service ou des informations ou encore un rendez-vous, vous pouvez obtenir des éléments qui amélioreront votre thèse, ou qui vous faciliteront la vie. Alors allez-y, tentez le coup, on sait jamais !

3° Ne manquez pas de rigueur !

Soyons clair, en manquant de rigueur aujourd’hui, vous vous envoyez un coup de coude dans les côtes demain. C’est aussi simple que ça ; travaillez main dans la main avec le vous-même du turfu. La rigueur se traduit par noter une référence en plein, au lieu d’écrire seulement le nom de l’auteur et l’année, par prendre le temps de développer une idée en plein, au lieu de la résumer par quelques mots et expressions cryptiques que même Champollion aurait laissé de côté, par un classement propre et clair de vos dossiers sur le pc, au lieu qu’on ait l’impression qu’une grenade a fait le ménage à votre place.

4° Cherchez à en savoir le plus possible sur votre discipline et votre labo !

Apprendre, en cours de thèse, que votre labo est en fait une cour de récréation et qu’au lieu de concepts, on se balance des insultes à travers les murs, est une mauvaise surprise. Donc cherchez à en savoir le plus possible dès le début, trouvez le ou la plus bavarde de vos futur-es collègues et faites-la parler, un café ou du chocolat en guise de paiement marchera à 100 %. Également, renseignez-vous sur votre discipline pour connaître les auteur-es à la mode, les auteur-es à éviter, les concepts séduisants du moment, les sujets qui marchent, etc. Si vous pensez qu’une discipline n’est que question de rationalité, d’intelligence et de réflexion, laissez-moi vous apprendre qu’il vous manque une bonne partie de l’équation. Ne négligez donc pas tout cet aspect « social » de la science.

5° Utilisez le doute comme une arme !

Si vous doutez, ce n’est pas pour rien, surtout parce que vous êtes des génies insoupçonnés, ou, au moins, vous avez un soupçon de génie. Quand quelque chose bloque, dans la rédaction, dans votre méthodo, dans vos choix de lecture ou de votre menu au resto, peu importe, si vous bloquez, si ça frotte, il faut vous arrêter dessus et chercher à comprendre pourquoi. Un doute peut cacher une erreur ou une fausse route qu’il sera toujours bon de corriger. Attention toutefois à ne pas devenir parano !

6° Ne soyez pas monomaniaque dans vos lectures !

L’obsession de la spécialité, en plus de faire du mal à Morin et sa complexité – et vous ne voudriez pas blesser un centenaire quand même –, vous pose des œillères qu’un jury de thèse se fera un plaisir de vous retirer en vous demandant, avec le ton innocent qui caractérise un sadique, « pourquoi vous n’avez pas parlé de ça ? ». Lire au-delà de votre sujet vous ouvrira les yeux et au moins vous pourrez mentionner, sans forcément vous attarder dessus, des éléments connexes à votre sujet, que l’on ne pourra pas vous reprocher d’avoir ignoré (sachez tout de même que les membres de jury ont la fâcheuse tendance à ne pas comprendre comment vous avez pu passer à côté de tel ou telle auteure, aussi inconnu-e au bataillon soit-il ou elle). C’est aussi un plus pour votre culture, non pas pour impressionner mémé au prochain repas de Noël, mais pour enrichir votre réflexion.

7° Analyser l’analyste !

Un gars plutôt sérieux, assez connu, qu’on appelait Pierrot le Bourdivin, conseillait aux chercheurs et chercheuses de faire un travail de réflexivité. En clair, ne vous contentez pas d’analyser vos données, analysez-vous vous-même aussi. Il ne s’agit de contempler la beauté de son nombril, mais de comprendre pourquoi ce dernier peut vous mettre des bâtons dans les roues – je sais, je sais, un nombril ne peut pas physiquement faire ça mais vous comprenez l’idée. Avec nos goûts, nos désirs, nos volontés et nos convictions, on peut parfois passer à côté de certains éléments de la thèse et on peut même, comble de l’escroquerie, orienter inconsciemment l’analyse.

Des détails ici, par là.

8° Ne mettez pas votre vie de côté pour la thèse !

Oui une thèse c’est un gros bébé qui pleure tout le temps et qui ne veut jamais descendre de vos bras. Il faut pourtant savoir poser le mouflet et lui expliquer que ce n’est pas parce que vous n’êtes pas avec lui un instant que vous allez l’oublier et ne plus l’aimer – ou vous pouvez lui en coller une si vous êtes un peu taré. Les loisirs, les ami-es, les restos, les ciné, le sport, les jeux-vidéos, la musique, les pizzas, tout ça et bien d’autres méritent une place dans votre vie ; ne les délaissez pas pour la thèse !

9° Soignez votre santé mentale et physique !

La thèse c’est éprouvant et les collègues en burn-out ou en brûlures internes vous rappèleront à quel point ça peut être violent. Dès lors, soignez-vous comme un petit chaton malade, sous un plaide avec du lait chaud. Faites du sport, comme vous le pouvez, surveillez les dépressions et le surmenage, entretenez le moral et la motivation.

10° Considérez-vous à la hauteur !

Faire une thèse n’est pas simple, n’a jamais été simple et ne sera jamais simple. Soyez déjà fier-e d’en être là, sauf si vous avez corrompu l’administration pour obtenir une place. Votre travail est délicat et nécessite beaucoup d’énergie, d’investissement personnel. Ce n’est pas quelque chose que tout le monde peut faire, donc vous pouvez avoir cette fierté.

Des conseils plus détaillés et sérieusement présentés dans les liens plus bas :

crédit photo


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.