Concurrence à l’etat de nature : idée au service de l’etat

Il existerait à l’état de nature une concurrence de toutes et tous entre toutes et tous. C’est le règne de la loi du plus fort, du plus vile, de celui ou celle qui manipule, abuse et contraint le mieux. Partant de ce postulat, l’existence de l’État se justifie puisque ce dernier, avec la loi, la police et ses nombreuses institutions, nous protégerait. J’aimerais dans ce billet retourner la logique de ce postulat et la déconstruire ; et si c’était l’État qui maintenait une concurrence entre individus ? Plus généralement, je vais essayer de démontrer pourquoi ce postulat de la concurrence naturelle sert l’État.

 

Quel état de nature ?

Tout d’abord, il importe de s’interroger sur l’état de nature, en l’occurrence sur la nature humaine. Les fictions philosophiques de Rousseau ou Locke, d’un bon sauvage ou d’un sauvage brutal, sont, sans surprise, des fictions et ne nous renseignent pas vraiment sur la nature humaine. En réalité, il n’existe pas de nature humaine ; plus précisément, il n’existe pas de nature humaine en tant qu’elle serait opposée à la société. La nature humaine est sociale. Elias (par exemple 2010, 2015) a beaucoup insisté sur l’erreur d’opposer nature et culture, ou nature et société et on peut le suivre, quand il souligne qu’il n’y a sans doute jamais eu de commencement de la vie en collectivité chez l’être humain. Autrement formulée, on retrouve cette idée chez Kropotkine (2004) dans la Morale anarchiste, ouvrage dans lequel il critique la distinction entre altruisme et égoïsme. Pour Kropotkine, le bien de l’individu n’est opposée à la société et vice versa. En bref, aussi bien avec Elias que Kropotkine, la nature humaine est sociale. L’humain est né dans une société et la société est formée par des individus. Il s’agit d’un lien consubstantiel, si bien que l’un sans l’autre ne seraient pas.

Et si cette nature humaine existait ? Serait-elle vraiment formée de concurrences, de luttes entre toutes et tous ? Nous retrouvons dans notre passé des traces de comportement de guerre ouverte, déployée entre populations (Keeley, 2009). En fait, il faut faire preuve de nuance dans tous les cas : que l’on considère comme Keeley que les sociétés primitives étaient par essence extrêmement violentes et meurtrières, ou que l’on postule une harmonie pacifique dans les anciennes sociétés, force est de reconnaître que solidarité et violence font partie de nos comportements. Au XXe siècle, des scientifiques ont cherché à comprendre l’organisation des premières sociétés humaines ou hominoïdes à partir de l’observation des grands singes (gorilles, chimpanzés, bonobos et orangs-outans) (Herzfeld, 2011). Ainsi, les comportements des chimpanzés, qui peuvent être particulièrement cruels, sont venus confirmer les postulats hobbesiens, sous la forme du Killer Ape (De Waal, 2010). D’après cette théorie du singe tueur, la guerre et l’agressivité sont des forces inhérentes à l’évolution humaine. Nous aurions alors survécu jusqu’à aujourd’hui car, nos ancêtres auraient assassiné tous les concurrents hominidés.

En clair, cette théorie reste à l’état de théorie – et heureusement serais-je tenté d’ajouter. S’il est vrai que les communautés de grands singes sont capables de commettre des atrocités et se font la guerre, il faudrait être bien obsédé par la violence pour oublier tous les exemples de coopération, d’entraide voire d’empathie (ibid. ; Goodall, 2000). Kropotkine parle même d’une «  tendance perpétuelle de l’homme à l’entraide et l’appui mutuel » (2010 : 37). Rappelons que Kropotkine n’est pas un philosophe politique en robe de chambre. Il a étudié la vie animale et ses conclusions sont tirées de l’observation. Elles sont donc à prendre au sérieux, bien plus au sérieux que les postulats anthropologiques d’une certaine pensée économique, que l’on dit dominante ou standard, ou encore orthodoxe – c’est pour cette raison que Graeber (2013) peut parler du « mythe du troc » sans sourciller, car aucune preuve historique, venant étayer l’idée que le troc est au fondement de nos pratiques économiques récentes, n’a été trouvée. Il est alors raisonnable de penser que la coopération, la solidarité, l’entraide, l’empathie même sont des réflexes naturels chez l’humain (et d’autres animaux), dont on pourrait tracer l’origine dans les soins parentaux (De Waal, 2010).

Pour résumer, la nature humaine est sociale et il est faux d’opposer nature et culture, comme si l’humain avait un jour été plus naturel qu’il ne l’est aujourd’hui. Ensuite, si nature humaine il y a, rien ne confirme qu’elle serait forcément et uniquement violente, concurrente, et il y a tout lieu de soutenir que cette nature serait aussi solidaire.

 

La concurrence naturelle de toutes et tous entre toutes et tous : idée au service de l’Etat

L’idée centrale de Hobbes (1651) peut être résumée comme suit : dans la nature, les êtres humains sont en guerre permanente avec leurs prochains et il faut une autorité supérieure pour garantir la sécurité et faire cesser cet état de guerre. L’État représente parfaitement cette autorité supérieure. Il possède plusieurs monopoles – de violence physique (Weber, 2002), d’impôt (Elias, 2003) et symbolique (Bourdieu, 2011) – lui garantissant une main mise ferme sur la société. Si vous assassinez votre voisin, si vous menacez votre voisine, si vous arnaquez votre collègue, si vous volez votre sœur, etc., l’État interviendra pour protéger la victime et/ou demander réparation. Ainsi, l’idée d’une concurrence naturelle, d’une lutte violence à l’état de nature justifie de fait et d’emblée l’existence de l’État. C’est d’ailleurs une critique qui est souvent adressée aux anarchistes, de vouloir le chaos et la fin de la société en voulant détruire l’État et son gouvernement (Malatesta, 2018).

L’État a été naturalisé, devenu un acteur central et indispensable de la vie politique et, plus encore, de la réflexion sur la vie politique. Comme l’explique Bourdieu, « L’État est le principal producteur des instruments de construction de la réalité sociale » (2011 : 54). En d’autres termes, l’État et ses agents ont instauré au fils des années, depuis le moyen âge, des pratiques et des outils lui permettant de définir le monde : des lois, des règles, des chiffres, des institutions en tous genre pour décrire objectivement, etc. Ce faisant, l’État prend une place déterminante dans nos capacités de réflexion. L’État est bien « dans nos têtes ». Naturellement alors, l’État est nécessaire, et il l’est d’autant plus qu’à l’état de nature hobbésien, nous sommes chacun-e prêt-e à bondir sur l’autre pour le dépouiller ou l’assassiner.

L’image de l’État central, indispensable, protecteur de la lutte et de la concurrence naturelle et violente, se manifeste particulièrement dans les moments de crise. Je trouve que la crise sanitaire du covid nous en offre en exemple assez typique. Alors que le président déclare la France en guerre, il prend des décisions contraignantes pour garantir la sécurité de tous et toutes. Mais pourquoi le fait-il ? Parce qu’il postule sans doute que, sans l’intervention de l’État, tout le monde ne penserait qu’à sa peau et refuserait la coopération, dans le but de préserver son plaisir et parce qu’il y aurait une méfiance instinctive envers autrui. Plusieurs éléments doivent être discutés ici : 1° L’État est tant ancré dans la société, que nous autres, pauvres citoyen-nes gouverné-es, sommes bloqué-es dans des cas de crise. Nous attendons l’assentiment de l’État pour faire, nous attendons les décisions des gouvernant-es pour savoir quoi faire et penser – dit autrement, nous attendons les constructions étatiques pour comprendre le monde. Je pense même qu’au quotidien, nous sommes dépendant-es de ces constructions étatiques. 2° Il n’est pas faux d’affirmer que l’individualisme et le narcissisme caractérisent notre société. Certains ont évoqué la culture du narcissisme (Lasch, 2018), ou insister sur la part narcissique de l’humain (Fromm, 1979) ; et beaucoup ont parlé et parlent toujours de montée de l’individualisme, comme Mendel (2004), pour qui elle correspond à une crise des valeurs, une difficulté pour les individus de trouver et de construire des valeurs. Dès lors, la possibilité d’une coopération réduite en période de crise ou au quotidien n’est pas une impossibilité. Je pense cependant que l’État ne favorise pas le développement d’une coopération entre individus. 3° L’intervention de l’État est effectivement indispensable aujourd’hui, étant donné que, comme indiqué plusieurs fois déjà, il prend une place si déterminante dans notre société. Toutefois, cette intervention ne peut en aucun cas se justifier sur le simple fait, non démontré – il s’agit donc d’un postulat –, qu’il existerait un état de nature violent et concurrent entre humains. Il y a en effet tout lieu de croire que l’État lui-même entretient la concurrence entre individus, plus qu’il ne l’a brime ou ne la détruit, en nous protégeant de nous-même et de notre nature violente et concurrentielle.

 

Et si l’État entretenait la concurrence entre individus, plus qu’il ne favorisait la coopération ?

Pour Durkheim (2015), l’État n’a pas été créé pour défendre les droits des individus, contre les groupes secondaires qui mettaient les individus en état de soumission, mais a créé lui-même les droits des individus. Autrement dit, l’État a fabriqué l’individu moderne. Dans un autre ouvrage, le sociologue français s’inquiète de ce développement, regrettant un manque organisationnel au niveau de la société ; il faudrait des groupes entre l’État et les individus (2013). Ainsi, l’État serait à l’origine du développement de l’individualisme et de l’individualisation, ce qui aurait entraîné des défauts d’organisation et de coopération. C’est pourquoi Durkheim en appelle à la reformation des corporations professionnelles. Kropotkine (2010) va plus loin que Durkheim ; pour lui l’État, en se développant, a cassé de façon violente les institutions permettant la collaboration, l’entraide, comme les guildes et les corporations. L’idée donc que l’État a bridé la collaboration et favorisé la concurrence n’est pas nouvelle.

Je vais ci-dessous relever et développer des indices, dans notre société actuelle, qui témoignent, d’après moi, du rôle de l’État dans le maintien d’une concurrence, plus ou moins pacifiée – en tous cas sur le plan physique –, entre individus :

1° Tout d’abord, pour accéder au fonctionnariat ou des fonctions électives, il faut passer par un concours. Pourquoi ne pas choisir les fonctionnaires sur le volontariat ? Pourquoi ne pas faire des « notes-planchers » (à partir desquelles on devient forcément fonctionnaires) ou s’assurer de la compétence et des connaissances des candidat-es durant des entretiens ? La sélection des meilleur-es ne sauraient être une réponse quand on voit l’état de la société, traversant des crises de toutes sortes. Force est de reconnaître que ce mode de sélection ne garantit absolument pas que les meilleurs individus gouvernent et gouvernent de la bonne manière. Cette sélection par concours garantit en revanche une concurrence entre individus, qui se disputent, après des épreuves généralement éprouvantes, pour obtenir des places limitées. Quand on sait, par exemple, qu’il manque des fonctionnaires dans l’enseignement supérieur, il y a de quoi s’interroger sur la pertinence et l’intelligence de la sélection par concours. Le propos sous-entendu ici est que n’importe qui peut apprendre un métier, et que l’obtention d’un concours ne certifie pas la capacité à occuper une fonction dans l’immédiat. On se forme pour passer un concours, et non pour être le ou professionnelle de telle ou telle activité ; on se forme et on est formé par et pour la concurrence.

2° La manifestation est devenue la voix d’expression privilégiée du peuple. Plus précisément, elle semble le moyen le plus sûr d’être libre dans l’expression, sans passer directement par la formalisation des discussions institutionnelles via représentants. En réalité c’est un moyen tout aussi formalisé (Champagne, 1990) : il faut faire du bruit, correspondre aux canons médiatiques pour être repris, former un cortège avec des temporalités identifiées et, le plus gênant politiquement, réduire son expression à des slogans, des cris, tout en étant strictement encadré par les forces de l’ordre qui sanctionneront violemment le moindre orteil de travers. Dans ce cadre, l’État entretient une concurrence pour capter son attention, qui pourrait être facilement résolu si les agent-es étatiques acceptaient plus facilement d’échanger avec des membres du peuple, et pas nécessairement et uniquement avec leurs représentants. Il faut manifester à grand bruit, prévoir des démonstrations marquantes qui attireront l’attention des médias et, donc, celui de l’État. Toute cette concurrence a lieu, encore une fois, au lieu d’une activité purement démocratique, d’échange, de débat, de discussion. Ce n’est pas un hasard si Manu a pu se lancer dans une opération de reconquête des coeurs appelés « Grand débat » ; dans une authentique démocratie, un grand débat n’aurait rien d’exceptionnel et n’aurait étonné personne. Pour résumer, cette concurrence est assez dérangeante, voire violente car elle cantonne l’expression politique à du tapage – quand le peuple se pose, par exemple sur des ronds-points, pour parler de politique, de souveraineté, de démocratie, là les élites en tous genre s’inquiètent. Les citoyen-nes en sont réduit-es à se battre pour capter le regard de l’État, à défaut de pouvoir échanger, de manière égale – c’est-à-dire avec les mêmes moyens –, avec les agents étatiques.

3° Le secteur public est gagné par les logiques néo-managériales. A titre d’exemple, la recherche universitaire en fait les frais ; injonctions paradoxales, pressions sur les fonctionnaires, burn-out, dépression, ré-organisations coûteuses en temps et en argent, logiques productivistes, etc. (De Gaulejac, 2010). Par ailleurs, les universités revendiquent fièrement leur label Idex (initiative d’excellence), ce qui est très étonnant quand des chercheurs et chercheuses, issus de l’université et y travaillant, ont mis en avant le coût en santé de l’excellence, et ce dès le début des années 1990 (Aubert, De Gaulejac, 1991). Le management par excellence nous met en concurrence permanente ; entre collègues pour devenir le ou la meilleure, mais aussi avec nous-même car il faut se dépasser constamment. Comme l’exprime De Gaulejac, pour le new public management, « la compétition en interne et la concurrence en externe sont des facteurs de stimulation et d’efficacité » (De Gaulejac, 2010 : 25). Ainsi, dans les années 1980, l’État français copie le management du secteur privé afin de moderniser et d’améliorer la productivité de ses services. Cette « modernisation » a sans doute eu comme conséquence l’augmentation de la concurrence entre les différent-es agent-es de l’État.

Ce dernier indice paraîtra peut-être un peu forcé, mais je suis convaincu qu’il a une part d’intérêt par rapport à mon propos. Depuis les années 1980 et même avant , les agent-es de l’État, en particulier celles et ceux qui gouvernent, sont acquis-es à l’idéologie néo-libérale (Gaïtti, 2014 ; Jobert, Thébert, 1994). Pour le dire vite, la compétitivité passe devant l’égalité et le secteur privé est le modèle à suivre, alors que le secteur public et les dépenses sociales deviennent des poids. Le « discours étatique dominant » renvoie à l’image d’une ceinture qui doit se serrer – dit autrement c’est l’État qui vit au-dessus de ses moyens, de l’État en faillite, des dettes publiques qui explosent, du poids de la dette, etc. En conséquence, je pense qu’une concurrence pernicieuse et dangereuse s’est instaurée dans la société, dans la mesure où cette concurrence consiste à faire croire que la misère ou les difficultés d’autrui sont moindre par rapport aux siennes et celles de son groupe. L’État ne peut plus, et surtout ne veut plus financer tout le monde ; il faut donc mettre en scène sa misère au détriment des autres. Plus simplement, pour obtenir des financements limités, les associations sont placées en situation de concurrence : il faut remplir des dossiers, répondre à des critères, expliquer, justifier, chiffrer la misère ou les difficultés, afin de démontrer en quoi celles-ci sont « plus » importantes que les autres. Dans une situation idéale, toutes les associations et autres organisations entretenant des liens de solidarité et de coopération devraient être financées. Il ne s’agit pas de dire qu’absolument toutes les associations et autres organisations peuvent prétendre à un financement, mais que, si l’État est véritablement le garant de la solidarité, une simple vérification de la volonté et de la motivation des membres d’une association devrait suffire. Quand il existe tant de pauvreté, tant de « crises » en France, est-il vraiment nécessaire de rajouter des complications sous la forme d’une concurrence à l’accès d’un financement, d’une reconnaissance par l’État de la légitimité d’une cause ?

 

Résumé et conclusion : il existerait à l’état de nature une concurrence de toutes et tous contre toutes et tous, la loi du plus fort, etc. Pour éviter donc que chacun-e s’en prenne à l’autre, l’Etat intervient et garantit la sécurité de toutes et tous. Or, parler d’état de nature quand on parle d’être humain semble un peu décalé ; nous possédons une nature sociale par essence. Il n’y a donc pas de nature « naturelle » contre une nature sociale, mais bien une nature sociale, un être biologique façonné par son environnement, sa famille, ses proches, ses relations. Plus encore, s’il existerait un état de nature, il n’est pas dit qu’il soit constitué uniquement de luttes, de concurrences. La coopération, la solidarité et l’entraide seraient des composantes primordiales de ce potentiel état de nature. L’Etat est pourtant important dans notre quotidien, tellement présent, et ses agent-es se manifestent dans la moindre de nos activités. Il est devenu naturel lui-même, c’est-à-dire qu’on a du mal à penser politiquement sans l’Etat, sans ses outils de compréhension et sans qu’il soit un acteur majeur voire l’acteur principal de l’organisation politique. L’intervention de l’Etat apparait en conséquence comme encore plus naturelle, justifiée. Néanmoins, j’ai défendu l’idée, dans la dernière partie de ce billet, que l’Etat favorisait une concurrence entre individus : que ce soit par les concours pour devenir fonctionnaires ou les élections, par la nécessité d’attirer son attention et celle des médias avec des manifestations, par le développement des logiques managériales dans la fonction publique, et, enfin, par la victoire idéologique, dans l’Etat et chez ses agent-es, qui place la solidarité et l’entraide comme des poids, mettant les associations en situation de concurrence pour obtenir des financements.



Bibliographie

AUBERT Nicole, DE GAULEJAC Vincent, Le coût de l’excellence. Paris : Seuil, 1991, 341 p.

BOURDIEU Pierre, Sur l’État. Cours au Collège de France (1989-1992). Paris : Seuil : Raisons d’agir, 2011, 656 p. (Cours et travaux)

CHAMPAGNE Patrick, Faire l’opinion : le nouveau jeu politique.Paris : les Éd. De Minuit, 1990, 311 p. (Le sens commun)

De GAULEJAC Vincent, La recherche malade du management. Paris : Editions Quae, 2012, 96 p. (Sciences en question)

DE WAAL Frans, L’âge de l’empathie. Leçons de la nature pour une société solidaire. Paris : Babel, 2010, 386 p.

DURKHEIM Émile, De la division du travail social. Paris : Presses Universitaires de France, 2013, 416 p. (Quadrige)

DURKHEIM Émile, Leçons de sociologie. Paris : Presses Universitaires de France, 2015, 360 p. (Quadrige)

ELIAS Norbert, La dynamique de l’occident. Paris : Presses pocket, 2003, 320 p. (Agora)

ELIAS Norbert, Au-delà de Freud. Sociologie, psychologie, psychanalyse. Paris : Éditions La Découverte, 2010, 215 p. (Textes à l’appui/laboratoire es sciences sociales)

ELIAS Norbert, Théorie des symboles. Paris : Seuil, 2015, 245 p. (La Librairie du XXIe siècle)

FROMM Erich, Le coeur de l’homme : sa propension au bien et au mal. Paris : Petite bibliothèque Payot, 1979, 214 p.

GAÏTI Brigitte, « L’érosion discrète de l’État-providence dans la France des années 1960 : retour sur les temporalités d’un « tournant néo-libéral » Actes de la recherche en sciences sociales », n° 201-202, 2014, pp. 58-70

GOODALL Jane, Through a window. Thirty years with the chimpanzees of Gombe. London : Phoenix, 2000, 231 p.

GRAEBER David, Dette, 5000 ans d’histoire. Paris : Actes sud, 2013, 667 p. (Babel Essai)

HERZFELD Chris, Petite histoire des grands singes. Paris : Seuil, 2012, 210 p. (Science ouverte)

JOBERT Bruno, THÉBERT Bruno « France : la consécration républicaine du néo-libéralisme », IN : JOBERT Bruno (dir.), Le tournant néo-libéral en Europe. Paris : L’Harmattan, 1994, pp. 21-86

KEELEY Lawrence H., Les guerres préhistoriques. Paris : Perrin, 2009, 474 p. (Tempus)

HOBBES Thomas, Léviathan. Traité de la matière, de la forme et du pouvoir de la république ecclésiastique et civile [Ouvrage en ligne] Londres, 1651, 560 p. Disponible sur : http://classiques.uqac.ca/classiques/hobbes_thomas/leviathan/leviathan.html (consulté en février 2015)

KROPOTKINE Pierre, La morale anarchiste. Paris : Milles et une nuits, 2004, 92 p.

KROPOTKINE Pierre, L’entraide, un facteur de l’évolution. Paris : éditions du Sextant, 2010, 62 p. (Collection les increvables)

LASCH Christopher, La culture du narcissisme. Paris : Flammarion, 2018, 416 p. (Champs. Essais)

MALATESTA Errico, L’anarchie. Suivi du programme anarchiste. Québec : Lux éditeurs, 2018, 90 p. (instinct de liberté)

MENDEL Gérard, Construire le sens de sa vie. Une anthropologie des valeurs. Paris : Édition La Découverte, 2004, p. 202

WEBER Max, Le savant et le politique. Paris : 10-18, 2002, 221 p. (Bibliothèque)

crédit photo





Citer ce billet
Mathieu Fusi (2021, 21 octobre). Concurrence à l’etat de nature : idée au service de l’etat. Point-virgule. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/t24u

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.