La communication, ca va devenir n’importe quoi !

La communication politique, ça va devenir n’importe quoi. Ce constat argumenté et éclairé est sans appel. Il ne laisse même pas le temps de lever la main pour objecter tant il est évident. Expertise cnewsienne à part, je vais dans ce billet essayer d’expliquer pourquoi la communication politique, en témointe de l’évolution de la politique, se dirige très probablement vers un capharnaüm, un bordel comme dirait l’autre, dans lequel il sera de plus en plus difficile de distinguer la promotion, la manipulation, la défense des idées et les égos en quête de querelle et d’attention.

 

Ca veut dire quoi « n’importe quoi » ?

Encore une fois pour la coutume, je vais commencer par définir. N’importe quoi, qu’est-ce que ça signifie au juste ? D’après moi, il correspondra à un état d’indécision, de perplexité, voire de mécontentement, comme devant un film de David Lynch ou de Lars Von Trier ; on ne saura plus vraiment quoi penser ou comment se positionner face aux activités de communication.

Avant tout, il faut comprendre ce qui est, selon moi, un des problèmes centraux à propos des politicien-nes. Le régime représentatif dans lequel nous vivons est mis en œuvre par des individus qui sont des professionnel-les, tirant de leurs activités politiques un revenu. Le débat pour savoir s’il s’agit d’un métier ou d’une profession n’est pas tranchée – j’en parle plus en détails dans ce billet – (lire à ce sujet Offerlé, 1999 ; Poirmeur, Mazet, 1999). En résumé, le métier politique renvoie à tous les savoir-faire, les bricolages, les arts de faire (Le Bart, 1999), développés par les hommes et femmes politiques, et la profession politique renvoie à la professionnalisation, toujours en cours, dans laquelle les pros de la politique construisent un secteur autonome dans lequel des décisions politiques sont prises (Demazière, 2014). Ainsi, dans un tel régime politique, la représentation n’est pas qu’une fonction, mais une profession et un métier animés par une compétition, des luttes de chaque instant, pour l’obtention et le maintien d’une position. La communication de ces pros de la politique sera alors toujours intéressée à la défense de leurs postes. Ces derniers ne consistent toutefois pas en de simples activités symboliques (un hommage par exemple), mais constituent de véritables actes politiques, en somme du pouvoir. Il n’existe en conséquence aucune activité de communication innocente, authentiquement désintéressée.

Alors quand la communication politique devient un bordel, c’est toute l’organisation politique qui est impactée. Comment fera t-on dans le futur pour savoir s’il s’agit d’une activité de communication partisane, de campagne, quand un-e député-e fera un live stream de son petit déjeuner du dimanche, beurrant sa tartine, plaisantant avec ses enfants, évoquant fugacement au détour d’une phrase les dangers posés par telle ou telle politique, avant de s’enfourner un croissant dans la bouche ? Qu’est-ce que nous pourrons penser de ces pros de la politique, spécialisé-es uniquement dans la communication, commençant à twitter dès 06h du mat, partageant leur matinée entre interviews à la radio et à la presse, avant de préparer leur grande intervention à la télévision à 13h, pour passer encore l’après-midi à twitter, poster sur facebook, instagram, linkedin, leurs blogs persos, leur chaîne youtube, entrecoupant chaque activité de communication par des lives de courte durée pour parler de leurs missions, de leurs collègues, de leurs animaux de compagnie, et qui finiront leur journée par un nouveau live dans lequel ils ou elles feront implicitement la promotion de leur parti et de leur carrière en jouant à un jeu vidéo, en parlant de leur vie, racontant des histoires embarrassantes, en faisant des « débats », etc., etc. ? Comment sera t-il possible de garder son calme quand des pros de la politique, déguisés en influenceurs et influenceuses, feront des vidéos sponsorisées par des marques en tout genre pour présenter leurs idées : « alors aujourd’hui, un grand merci à Carrefour qui sponsorise cette vidéo ! J’aimerais parler avec vous de la difficulté de faire ses courses avec des caissières, alors que c’est tellement plus simple avec des machines !! » ? Si cette dernière situation est de nos jours illégale, je compte sur l’inventivité des partis pour contourner les contraintes juridiques (par exemple en ayant recours à de la sous-traitance, via une entreprise tiers qui recruterait des auto-entrepreneurs et auto-entrepreneuses).

En bref, viendra le moment où les activités de communication ne feront plus sens, ou, dirons-nous plus justement, feront encore moins sens pour les citoyen-nes, où il sera très difficile de déterminer si c’est un individu comme un autre qui parle ou l’agent d’un champ politique engagé dans une compétition, où les normes d’expression politique ne seront plus que de vagues souvenirs, et que le marché politique aura enfin réaliser ce rêve de la libre concurrence.



Les causes du « n’importe quoi »

Ci-dessous, je vais donner trois causes de ce n’importe quoi, qui se dessinent dans les évolutions de la communication politique :

1° La multiplication des activités de communication

Pour comprendre les difficultés qui se présentent ici, il suffit de s’imaginer être dans une salle où plusieurs interlocuteurs et interlocutrices vous parleraient en même temps. Heureusement, vous pouvez décider de les écouter chacun-e leur tour, ou d’en ignorer quelques un-es. Mais ils et elles sont bien présentes, à s’agiter, à faire du bruit, tant et si bien qu’ils et elles se contredisent, parlent par dessus l’autre, s’interrompent, répétent inutilement ce qui a été dit. Ce problème s’est posé et continue à se poser de façon claire au gouvernement français du mandat présidentiel en cours, quand le vilain petit canard qu’est le ministre de l’Éducation nationale n’a cessé de faire des déclarations contredites quelques temps plus tard, quand ce n’est pas lui-même qui contredit ce que racontent ses collègues au gouvernement : parmi tant d’exemples, le retour obligatoire à l’école qui ne l’est plus ensuite, les dysfonctionnements de l’ENT dus à l’incendie des servers d’OVHcloud, alors que cette entreprise n’héberge pas l’ENT des régions concernées par ces dysfonctionnements, le budget de l’Éducation nationale de 2018 censé être au-dessus de 50 milliards alors le président disait un mois plus tôt qu’aucun budget n’augmenterait. La multiplication des activités de communication est donc source d’incompréhension et d’informations fausses ; la cacophonie gouvernementale est logiquement un bordel communicationnel.

Pour être précis, la multiplication porte sur plusieurs points : une augmentation aussi bien en quantité, qu’en acteurs et en supports. Autrement dit, de plus en plus de pros de la politique s’expriment, et de plus en plus, sur de plus en plus de médias, de réseaux sociaux numériques. Le principe (stratégique) est peut-être défendable. Il s’agit de toucher le plus de publics possible en multipliant les canaux de communication. Dans les faits, c’est le bordel et les annonces récentes de notre Manu national, en tee-shirt noir sur Tik Tok, pour parler vaccin, ont lieu en parallèle des déclarations quotidiennes du premier ministre, du ministre de la santé et du porte-parole du gouvernement, sans oublier les député-es de la majorité qui s’expriment sur ce sujet. Les réseaux sociaux ont sans doute accéléré le rythme des activités de communication, en même temps que les médias ont eux-aussi suivi la tendance. Ces derniers intègrent en effet pleinement les réseaux sociaux numériques dans leurs productions (Jeanne-Perrier, 2018). Toutefois, celles-ci encouragent le commentaire politique ainsi que le commentaire de commentaire en relayant les tweets des pros de la politique. C’est un abaissement général du niveau du débat, remplacé par des saillis ultra-courtes et choquantes.

 

2° L’invasion du privé dans l’espace public

Le privé a envahi le public en politique. Et non l’inverse, car l’intime ou les choses du quotidien ont pénétré l’espace public pour manipuler, détourner l’attention, créer des images, et, in fine, avoir des effets politiques. Ce n’est pas quelque chose de récent. Ce phénomène date de ce que certains ont appelé le tournant marketing de la campagne présidentielle de 1972 (Delporte, 2007). A ce moment, la limite entre vie privée et vie publique devient de plus en plus floue : la famille, les petites habitudes personnelles, la personnalité sont dévoilées ou faussement dévoilées, au service d’une stratégie pour gagner des voix. Valérie Giscard d’Estaing constitue en exemple assez frappant de cette conversion de la communication au marketing : entre ses dîners chez les Français, la présence de son épouse aux vœux du Nouvel an, les photos de ses différentes vacances, VGE a compris que si le président de la République ne s’appartient plus, il n’y a aucune raison de ne pas utiliser tout ce qui appartient au président pour le promouvoir. Je pense que l’on peut faire le même constat vis-à-vis de l’utilisation des réseaux sociaux numériques par le président actuel. La vie privée est utilisée sous une forme différente, moins formelle, dans un théâtre plus populaire et moins classique : c’est le spectacle d’une vie courante que l’on veut comme les autres, moins grandiose. Quand VGE s’organise un petit duo avec Claude François en chantant douce nuit, Macron planifie une aprèm blagounette avec des youtubeurs. Dans tous les cas, il ne faut pas être naïf ou naïve ; il s’agit d’une stratégie de communication qui est autant authentique que les démentis de Sarkozy sur ses différentes affaires.

Et c’est cette musique lancinante qu’il est impossible d’esquiver. Maintenant que les techniques de marketing politique sont connues, la méfiance voire la défiance deviennent des postures critiques chez les citoyen-nes. Comme je l’ai montré grâce à l’enquête que j’ai menée sur la réception de la communication politique – plus de détails ici sur les résultats de cette enquête –, certain-es enquêté-es se méfient des activités de communication de par l’incohérence, l’absence de clarté et ce qu’ils et elles pensent être une caractéristique répandue chez les pros de la politique, à savoir la capacité à manipuler.

La peopolisation est assez représentative de cette invasion de la vie privée dans l’espace public. En effet, elle se développe à travers des opérations de dévoilement, des mises en scène, un recours au pathos, à l’étalement des émotions et de récits autobiographiques (Desterbecq, 2015). En revanche, cette peopolisation n’est pas uniquement bénéfique et il y a tout lieu de croire que la révélation de l’homosexualité de Florian Philippot n’était pas prévue par le concerné. En devenant des peoples, certes les pros de la politique gagnent en visibilité et en popularité – et encore, auprès de qui et est-ce si évident ? –, mais ils et elles s’exposent à des divulgations d’information, au ridicule et à une désacralisation de leur fonction – désacralisation rejetée et fortement critiquée par certains électeurs et électrices comme mon enquête le souligne.

A travers l’exemple de la peopolisation, le « n’importe quoi » se dessine de manière caractéristique : où est la limite entre communication authentique, vraie et manipulation ? Qu’est-ce que le ou la pro de la politique essaye de me dire en se montrant en slip au bord de la plage ? Pour quelles raisons je devrais prendre en compte ou non les relations extra-conjugales de tel-le ou tel-le pro de la politique pour aiguiller mon vote ? Qu’est-ce qui relève de la communication politique en campagne, de la communication politique pour gouverner, entre faire des annonces ou du partage gentillet de petites infos du quotidien ?

 

3° Le sens dans tous les sens

Le plus gênant d’après moi est le sort réservé au sens. La question du sens n’est pas anodine, loin de là, et si je devais donner une des raisons à l’abstentionnisme, le sens serait parmi les premières. Si l’on ne comprend pas, si l’on a l’impression d’être face à quelque chose d’étrange voire de choquant, on se désintéresse ou on condamne explicitement. C’est aussi un résultat de mon enquête sur la réception critique de la communication politique. Certain-es citoyen-nes éprouvent une perte de sens. Les pros de la politique prononcent des mots, sans cohérence entre eux. Ils et elles utilisent des concepts sans se soucier de leur lien, ni même de leur sens. Ce dernier s’efface donc derrière la façade ; les pros de la politique sont critiqué-es car ils et elles cherchent à susciter une émotion, à faire du beau et évitent la complexité ou le discours logique.

On dira ce que l’on veut de l’échiquier droite/gauche, aussi inutile qu’il semble être pour parler des partis politiques dominants, il est toujours utile aux citoyen-nes, leur permettant de classer ces partis et de voter (Franklin, 2016), sans pour autant être le facteur essentiel et unique aidant à comprendre la politique – comme le montrent Lebon et al. (2017), par rapport aux présidentielles de 2012, l’axe gauche-droite est beaucoup moins dichotomique que l’on peut le croire et des électeurs et électrices de gauche ou de droite peuvent approuver des idées de candidat-es de droite ou de gauche. Cependant, pour se décider, il faut comprendre, comprendre ce que sont les pros de la politique et quelles sont les idées qu’ils et elles défendent. En effet, le manque de connaissance et de compréhension constitue un facteur d’abstention (Braconnier, Dormagen, 2007), tandis que la compétence politique, la connaissance de ce milieu, aide à formuler des avis plus détaillés sur celui-ci (Gaxie et. al., 2016). Alors quand le sens fait défaut, le classement est difficile voire impossible. L’entre-deux de Manu se distingue ici par la confusion qu’il infuse chez les électeurs et électrices et, même chez les plus informé-es, les sourcils se lèvent quand Manu prononce les mots de souveraineté nationale, qu’elle soit industrielle ou sanitaire. Le bordel devient proprement politique ; on ne sait plus où classer les pros de la politique, notamment parce que les thèmes sont partagés par les différents pros et leur parti, comme celui de la sécurité. Prenons l’exemple de l’islamo-gauchisme, thème de la droite identitaire et de l’extrême droite, repris par deux ministres. Doit-on comprendre que Blanquer et Vidal sont des futur-es membres du FN-RN ? Doit-on également comprendre que, selon ces représentant-es de l’État, il existe dans l’université une idéologie islamiste rampante qui occupe une place si importante qu’elle est le combat à mener, devant le manque criant de moyens ?

La communication politique ne pourra aider à comprendre la politique et, pire encore, deviendra un élément de confusion permanent si les pros de la politique continuent à vouloir faire le buzz, à attirer l’attention, à ne pas réfléchir au sens des mots et aux implications de leur utilisation. Il ne fait aucun doute ici que la conception de la communication comme une stratégie à part entière – plus de détails sur cette idée dans ce billet –contribue à la formation d’un n’importe quoi insensé. Prendre la parole, faire une interview, un live instagram, un tweet, etc. ne doit plus se penser comme une intervention à un temps T, pour se faire bien voir, ou comme une gestion indépendante des autres politiques. C’est pour cette raison que les membres du gouvernement se contredisent si souvent dans leur gestion de la crise sanitaire. L’exemple du pass sanitaire l’a encore prouvé ; il faut réfléchir à long terme au lieu de multiplier les activités de communication sur ce sujet et dire n’importe quoi, comme sur l’extension du pass sanitaire à propos duquel les contradictions ont fusé.

 

Conclusion : Les réseaux sociaux numériques ont certainement bougé les limites de la communication politique. Il est temps que les pros de la politique se réveillent et réfléchissent à ce qu’ils et elles font sur ces réseaux, autrement que pour l’inclure dans une stratégie de com, mais plutôt pour développer une réflexion de philosophie politique ; dans quel régime politique voulez-vous que l’on vive ? Dans une vraie démocratie, et donc utiliser ces réseaux pour communiquer plus facilement, à des moments prévus, de façon moins formelle et, pourquoi pas, vraiment échanger avec les citoyen-nes non pour les persuader mais pour prendre une décision en commun ? Dans une oligarchie en perte de vitesse et de repères, qui ne sait plus quoi inventer pour sauver les privilèges de ses élu-es, et qui est prête à tout pour ne pas partager le pouvoir politique, y compris à faire de la communication un cirque bordélique ? Prudence toutefois, est-ce que le bouleversement induit par les réseaux sociaux  numériques est si fort ? Roginsky et Jeanne-Perrier (2014) posent comme hypothèse que les réseaux sociaux numériques ne changent pas fondamentalement la communication politique, et que les pros de la politique s’en servent avant tout pour accéder aux médias traditionnels. Sept ans après la publication de cet article, je pense qu’elles auraient de quoi corriger leurs conclusions, mais je m’associe volontier à leur prudence, ne considérant pas que toutes pratiques sociales soient nécessairement éclatées par le numérique, mais plutôt que ce dernier apporte des changements, qui peuvent mettre plus ou moins de temps à se développer. Mais si je devais faire un pari sur l’avenir de la communication politique, je parierais sur le bordel à venir, et sur le fait que la campagne présidentielle de 2022 en sera un bon exemple, Macron ayant déjà tapé assez fort dans le n’importe quoi en invitant des starlettes du web à faire des roulades dans le jardin de l’Elysée. En somme, je ne signifie pas que la communication politique doit être sacrée, qu’elle ne doit pas évoluer, que les représentant-es doivent rester dans une bulle qui consacre leur statut d’élites voire d’oligarques, mais que cette évolution doit procéder avant tout avec l’objectif d’une amélioration ; c’est-à-dire au profit d’une compréhension plus étendue des propos des pros de la politique, d’une expression simplifiée, honnête. Le n’importe quoi que je devine dans la communication politique est à l’opposé de tout cela.

 

 

Bibliographie

BRACONNIER Céline, DORMAGEN Jean-Yves, La démocratie de l’abstention. Aux origines de la démobilisation électorale en milieu populaire. Paris : Gallimard, 2007, 460 p. (Folio Actuel)

DELPORTE Christian La France dans les yeux : une histoire de la communication politique de 1930 à nos jours. Paris : Flammarion, 2007, 490 p.

DESTERBECQ Joëlle, La peopolisation politique. Analyse en Belgique, France et Grande-Bretagne. Louvain-la-Neuve : De Boeck, 2015, 207 p.

DEMAZIERE Didier, LE LIDEC Patrick, « Introduction, Analyser le travail politique », IN : DEMAZIERE Didier, LE LIDEC Patrick, Les mondes du travail politique. Les élus et leur entourage. Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2014, pp. 11-33

FRANKLIN Mark N., « Vote sur clivage et vote sur enjeu », IN : FILLIEULE Olivier et al. (dir), Sociologie plurielle des comportements politiques. Je vote, tu contestes, elle cherche… Paris : Science Po Les Presse, 2016, pp. 119-137

GAXIE Daniel, et al., « « Nabot ! », « Gros pouf ! ». Jauger, juger la politique », IN : SPEL, Les sens du vote. Une enquête sociologique (France 2011-2014). Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2016, pp. 153-177 (Res publica)

JEANNE-PERRIER Valérie, Les journalistes face aux réseaux sociaux ? Une nouvelle relation entre médias et politiques. Paris : MfK Editions, 2018, 176 p.

LE BART Christian, « Le savoir-faire politique comme bricolage », IN : POIRMEUR Yves, MAZET Pierre, Le métier politique en représentations. Paris : L’Harmattan, 1999, pp. 293-317 (Logiques politiques)

LEBON Isabelle et al., « Ce que le vote par approbation révèle des préférences des électeurs français » [Document en ligne] Revue économique, n°6, volume 68, 2017, pp. 1063-1076. Disponible sur : https://www.cairn.info/revue-economique-2017-6-page-1063.htm (consulté en juin 2020)

OFFERLE Michel (dir.), La profession politique XIXe-XXe siècles. Paris : Editions Belin, 1999, 363 p. (Socio-Histoires)

POIRMEUR Yves, MAZET Pierre, Le métier politique en représentations. Paris : L’Harmattan, 1999, 419 p. (Logiques politiques)

ROGINSKY Sandrine, PERRIER Valérie Jeanne, « La fabrique de la communication des parlementaires européens » : « tweet ton député » et les « ateliers du député 2.0 » » [Document en ligne] Politiques de communication, n°3, 2014, pp. 85-124. Disponible sur : https://www.cairn.info/revue-politiques-de-communication-2014-2-page-85.htm (consulté en janvier 2021)




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.