C’est pas que d’la com ! ; La séduction par la communication : acceptation (paradoxale) d’une pratique des élections présidentielles

Les élections présidentielles et la communication sont deux amies très proches ; les premières donnent du boulot aux communicants, la seconde donnera peut-être du boulot dans la machine étatique à des professionnels politiques. Pour cette raison, la communication fait l’objet d’un investissement, financier et humain, important pendant cette période clé de la démocratie représentative. Cette dépense (en énergie et en billet) doit nous interroger sur l’usage qui est fait de la communication, particulièrement sur l’acceptation qu’elle semble susciter.

De la matière pour les journalistes et produites par eux

Si les journalistes des « grands » médias (TF1, Le Monde, RMC, par exemple) respectaient vraiment leur fonction de quatrième pouvoir, ils se désoleraient des pratiques de communication qui sont effectuées. Ils remarqueraient que les discours sont grandiloquents, moqueurs, creux, pleins de promesses qui sonnent faux, etc. Pourtant, ils commentent comme des journalistes sportifs, tel que le remarque très justement Acrimed1, les performances des candidats, se délectant des moindres « petites phrases » qui leur permettra de combler 20 minutes d’antenne ou plus.

Deux raisons apparaissent à ce goût très prononcé pour la communication en campagne présidentielle. Premièrement, tous ces mots sont la matière que travaillent les journalistes. Ils en font de l’information, des articles, des chroniques, des émissions ; en gros ils rajoutent des mots creux sur des mots creux. Qui eut cru que le vide pouvait produire plus de vide ? En d’autres termes, les journalistes commentent des discours qui sont faits pour séduire les électeurs et eux-mêmes. Au lieu de relever cet effort de manipulation, ils jouent le jeu et donnent de l’importance à la communication des candidats.

La deuxième raison explique quant à elle cette acceptation de la séduction. Les journalistes invitent les candidats à s’exprimer. Ils sont non seulement demandeurs de cette parole séductrice mais ils la motivent en plus. Les journalistes des « grands » médias sont tous sauf un quatrième pouvoir. Ils sont un soutien de la domination de la classe dirigeante, pour des raisons autant économiques que politiques. Dans une véritable démocratie, il ne fait aucun doute que ce type de journalisme serait interdit. Là où des médias indépendants, comme Basta !2, font un excellent travail d’analyse, les médias centraux, ou traditionnels, se contentent de rapporter les manœuvres de la politique mesquine de la campagne présidentielle sans questionner l’existence et les implications de cette politique.

De l’envie de séduction chez les consommateurs-électeurs

Tout d’abord, justifions pourquoi les électeurs sont devenus des consommateurs-électeurs. Dans un premier temps, les candidats à la présidentielle sont marketés comme des produits, comme un jean ou console vidéo. Leur image apparaît de partout, accompagnée de slogan, de mots percuteurs. Les idées passent après une promotion « bête et méchante », c’est-à-dire qui n’a même pas la finesse de proposer autre chose. Tout comme une affiche qui vous vante les mérites d’un produit d’amincissement, une affiche d’homme politique vous propose d’accepter une cure de Mélenchon ou de Macron ; « vous prendrez bien un peu d’austérité avec cette hausse du temps de travail ? Votez Fillon ! ». La communication politique pendant les élections présidentielles montre vraiment le pire de ce qu’elle apporte à la démocratie représentative. Dans un deuxième temps, les électeurs votent comme ils consomment, soit un mélange de peu de rationalité et de beaucoup d’émotions. Il ne s’agit pas de dire que les électeurs sont tous des idiots, il s’agit plutôt de relever que l’organisation politique en France encourage le type consommateur-électeur plutôt que l’électeur réfléchi. Par exemple, les débats, temps privilégié des punch-line, des accusations d’autrui et de l’auto-promotion éhontée, entraînent à choisir son favori, celui qui est le mieux passé à la télévision, comme ceux qui achètent un smartphone parce que « la pub elle est bien ».

Il faut noter deux éléments centraux ici. 1° La domination politique est reproduite. Autrement dit l’impuissance politique des citoyens est entretenue par une organisation particulière où on ne leur donnera pas la possibilité de s’exprimer posément et collectivement, mais plutôt par impulsion et individuellement. 2° Si la domination peut se reproduire, c’est parce que les dominants prennent part à cette reproduction. Si personne ne votait et revendiquait un autre mode de gouvernement de la société, il y a fort à parier que nous, citoyens, pourrions produire de façon collective un réel changement. Les consommateurs-électeurs sont donc invités à se laisser séduire et nombreux sont ceux qui le sont effectivement.

La communication pendant les élections présidentielles devient dans ce cas des raisons de voter. C’est par elle que passe la séduction, c’est par elle que se font les choix. Parce que les consommateurs-électeurs désirent entendre des discours décrivant un monde qui leur correspondent, des « idées » proches des leurs, entendre désigner des ennemis et des amis qui sont les leurs. Dans la mesure où un nombre certain d’individus n’attendent pas autre chose de la part des candidats, il est normal que le changement ne vienne pas de la part de la classe dirigeante et de ses illustres membres. Pire encore, ce faisant, nous contraignons ceux qui sont censés nous représenter, comme les candidats des partis populaires, à jouer le jeu des dominants, là où ils ont aucune chance de l’importer car ils n’ont ni les moyens financiers, ni les moyens politiques (support de la part des médias notamment).

La critique de la communication politique est primordiale en ces temps particuliers. Il faut saisir ce moment pour relever l’acceptation (paradoxale) des pratiques de communication. Il est logique que les journalistes des « grands » médias les apprécient et même participent à leur production. Ils n’ont que des intérêts commerciaux et idéologiques convergents avec la classe dominante en tête. Pourtant, et c’est là que se situe le paradoxe voire l’incompréhension, les citoyens acceptent ces pratiques en majorité. Bien sûr, ils critiquent mais ils critiquent avant tout à leurs adversaires ou à celui dont ils considèrent qu’il forme un mauvais candidat. La cohérence politique empêche de juger critique une critique qui fait dans le « deux poids deux mesures ». Quitte à être radical sur ce point, mais au moins faire preuve d’honnêteté et de cohérence, refuser catégoriquement la séduction et la manipulation dans la communication politique, en la réduisant, en période de campagne présidentielle, à un exposé argumenté et long, et pourquoi pas suivi d’un moment d’échange avec des citoyens choisis au hasard. Ou alors accepter cette séduction, la reconnaître telle qu’elle est aujourd’hui, partie prenante de la communication politique. Ce n’est pas un choix à la résignation, mais plutôt une reconnaissance de cette envie de séduction.

1http://www.acrimed.org/Un-exemple-de-journalisme-sportif-les

2https://www.bastamag.net/

Crédit photo : je ne trouve plus l’image source, veuillez m’excuser. N’hésitez pas à me signaler la source originale si vous la connaissez.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.