Comment communique le président ? Une ébauche de réponse : un mois avec Manu

Comment communique le président de la cinquième république Manu Macron ? Pour le savoir avec une extrême précision, il faudrait analyser tout ce qu’il a dit, écrit, toutes ses interviews, ses discours, ses tweets, ses vidéos youtube et instagram, ses allocutions rituelles lors de sommets divers, d’hommage, etc. Ce n’est pas ce que je vais faire ci-dessous, n’ayant ni le temps, ni les moyens de le faire – même si un bilan de la communication présidentielle devrait être une obligation dans une organisation politique dans laquelle le souverain est censé être le peuple, ne serait-ce que pour déterminer comment le « souverain »-peuple a été traité. Je propose plutôt une ébauche de réponse en analysant un mois de com macroniennes.

 

La méthodologie : mélange analyse de contenu et analyse de discours, date au hasard

Le mois analysé est avril 2019. Pourquoi ce choix ? Bah le hasard, j’ai tout simplement utilisé un site internet (https://theonegenerator.com/fr/generateurs/date/generateur-de-date) pour déterminer une date au pif. Ensuite, j’ai scruté le net, pour trouver le maximum d’activités de communication de Manu. Le max, pas toutes, parce que je pars du principe que j’ai du en louper (par exemple, je suis pas parvenu à trouver le discours de Manu lors de la remise de la légion d’honneur à Michel Houellebecq le 18 avril 2019). Je n’ai choisi que les discours, allocutions, débats, etc., en plein, pas des citations présentes sur des articles (c’est pour cette raison que je n’ai pas inclus le discours de Manu lors de la remise de la légion d’honneur à Michel Houellebecq, dont on trouve de nombreux extraits).

La méthode choisie va sans doute heurter la sensibilité de dogmatiques méthodologiques ; un mélange entre analyse de contenu et de discours. En bref, j’ai cherche à compendre comment Manu le président communique, c’est-à-dire les mots et les expressions qu’il utilise, les thèmes et idées qu’il mobilise, les idées et idéologies dans lesquelles il s’inscrit, les gestes et tics qu’il effectue (quand il y a image), etc.

A l’aide d’une grille (exemple plus bas), j’ai rassemblé toutes les informations sur la communication de Manu. Au total, pour ce mois d’avril 2019 donc, ont été analysées 13 activités de communication – 2 débats, 4 discours, 4 discours-déclarations conjointes, 2 déclarations, 1 conférence de presse, dont voici la liste :

  • Discours-déclaration conjointe avec Leo Varadkar, premier ministre irlandais, le 02 avril 2019

  • Débat avec les maires et mairesses de Bretagne le 03 avril 2019

  • Débat avec les maires et mairesses de Corse le 04 avril 2019

  • Déclaration à l’entrée de la réunion extraordinaire du Conseil européen sur le Brexit le 12 avril 2019

  • Déclaration à la sortie de la réunion extraordinaire du Conseil européen sur le Brexit le 12 avril 2019

  • Discours-déclaration conjointe avec Moussa Faki Mahamat, président de la Commission de l’Union Africaine le 14 avril 2019

  • Discours sur l’incendie de Notre-Dame le 15 avril 2019

  • Discours sur l’incendie de Notre-Dame le 16 avril 2019

  • Discours sur l’incendie de Notre-Dame et hommage aux pompiers le 18 avril 2019

  • Discours à l’ouverture de l’Assemblée des Nations Unis pour l’Environnement le 18 avril 2019

  • Discours-déclaration conjointe avec Shinzo Abe, premier ministre japonnais, le 23 avril 2019

  • Conférence de presse sur le grand débat le 25 avril 2019

  • Discours-déclaration conjointe avec Angela Merkel, chancelière allemande, le 29 avril 2019

Attention : j’ai fait une connerie ! La déclaration conjointe avec le président de la Commission de l’Union africaine et le discours à l’assemblée des Nations Unis ont eu lieu en mars. En conséquence c’est bancal sur le plan temporel maintenant. Est-ce grave ? Non, car de toute manière je n’ai pas cherché à savoir précisément et uniquement comment communiquait Manu pendant le mois d’avril 2019. C’est donc un aperçu de sa communication plus élargi que le seul mois d’avril 2019.

Exemple de la grille utilisée pour analyser les com macroniennes

 

Analyse

1° Où est le renouvellement ? La disruption ?

Où est le renouvellement ? Ce n’est pas la première fois que je l’ai dit, mais où est le renouvellement ? Ou alors faut-il croire que Macron ne fait que refaire ce qui a déjà été fait, ce qui est une des définitions de cette notion de renouvellement ? N’était-il pas censé aussi être disruptif ? En réalité il s’exprime comme tous les autres présidents que j’ai pu analyser lors de ma thèse : Mitterrand, Chirac, Sarkozy. Plus précisément, et cela est souvent souligné par des auteur-e-s étudiant les discours politiques des présidents (par exemple Moulène 2017), il existe des similarités mais aussi quelques différences. Toutefois, vous arriverez toujours à reconnaître un président de la République qui s’exprime. Le rôle formate la communication (Briquet, 1994) et un élu doit se conformer à des images, des attentes qui concernent sa façon de communiquer. Il est juste de dire que le président est sans doute enfermer dans un rôle, duquel il ne peut s’échapper car il doit correspondre à ce que les publics, et lui-même, imaginent être une communication présidentielle. Cette incarnation d’un rôle est particulièrement visible à travers le respect dont fait preuve Manu envers les étiquettes et les conventions. Vous le verrez à chaque fois remercier un premier ministre, une chancelière, une mairesse de sa présence, en bref se plier scrupuleusement aux règles du protocole. Dans la mesure où celui-ci « instaure, préserve un ordre visible » (Deloye, Ihl, 1996 : 12), il est tout à fait normal que Manu ne le disrupte pas ; Manu est un garçon bien élevé, bourgeois, attaché à un ordre qui lui assure, pratiquement et symboliquement, une place centrale. Il ne sait pas ce qu’est la subversion politique.

Ainsi, comme dans tant d’autres endroits (traitement du peuple, irrespect de la démocratie, recours à la violence pour calmer les mouvements politiques populaires, etc.), Manu ne révolutionne rien, même si, comme tous les pros de la politique, il a son ethos, sa manière d’être. Alors bien entendu, et nous allons le voir ensemble ci-dessous, l’ethos fait l’objet d’une réflexion stratégique « susceptible de toucher l’auditoire » (Charaudeau, 2014 : 62). A ce propos, Breton a certainement raison de souligner le rôle de la médiatisation du discours politique, contraignant les pros de la politique à maîtriser le moindre aspect de leurs activités de communication pour se construire une image, au détriment de l’utilisation d’arguments proprement convaincants. Manu est tout à fait concerné par cette critique, notamment parce qu’il est un acteur de théâtre qui ne refuse aucune scène.

 

Manu remercie le premier ministre japonais dans la pure tradition des discours-déclarations conjointes où les partenaires sont les meilleurs amis du monde

2° Manu Macron, acteur de théâtre

Monsieur aime le théâtre et ça se voit. Après tout, c’est une acception de la représentation, que l’on retrouve même dans la représentation politique (Daloz, 2017). Pourquoi le président se refuserait-il donc quelques mises en scène ? Balandier (2006) va jusqu’à parler de théâtrocratie, soit la nécessité pour le pouvoir de s’appuyer sur une assise symbolique, qui se développe dans une dramaturgie. Pour Balandier, tous les régimes doivent composer avec cette dimension théâtrale. L’histoire ne manque pas d’exemples, dans lesquels le théâtre est directement le lieu de la politique, comme dans la Rome antique (Achard, 1994). En conséquence, Manu est bien dans ses bottes quand il s’évertue à se mettre en scène, à coups de sourires appuyés ou de formules pleines d’emphases. Les moments où il tait ses talents d’acteur, c’est parce que le protocole le lui interdit – un acteur non disruptif donc –, comme, par exemple, lors d’une déclaration conjointe avec Angela Merkel le 29 avril 2019. Ici, pas de chichi, ni de fioritures verbales, Manu s’exprime comme un robot présidentiel, avec un ton monotone, des phrases assez creuses et ne prend aucun risque dans sa communication.

Il existe toutefois un aspect pour lequel Manu a du mal à se retenir, et qui, selon moi, détermine en grande partie son ethos, sa façon d’être construite dans ses activités de communication ; Manu est un charmeur. Le 12 avril 2019, à la sortie de la réunion extraordinaire du Conseil européen concernant le Brexit, le président échange avec des journalistes. A la fin des questions, il s’en va, le sourire franc, et glisse à ses interlocuteurs un « bon courage » sur un ton quasi doucereux. Quand vous comparez ça au simple « merci » d’un François Hollande, signifiant clairement « je me casse » ou, parfois même, quand l’ancien président mettait fin à la discussion sans dire un mot, vous vous retrouvez avec un pro de la politique qui sait sourire aux journalistes et leur faire un geste d’au revoir joué avec naturel. Même si Macron respecte le protocole, et ce dernier fixe les comportements (Deloye, Ihl, op. cit.), il demeure un charmeur, au sourire qui paraît sincère, qui touche facilement son interlocuteur, comme Leo Varadkar, premier ministre d’Irlande, lors d’une déclaration conjointe le le 09 avril 2019.

Le charme pour Manu n’est pas qu’une habitude, une caractéristique qui le suit et le pousse à agir en cherchant constamment à séduire, c’est aussi une arme. Cette dernière lui sert justement à désarmer, à calmer ses adversaires pour les mettre de son côté. Un exemple est assez frappant : le 04 avril 2019, Manu organise et participe à un grand débat avec les maires et mairesses de Corse, à Cozzano. Une des mairesses est visiblement remontée contre le président et ne se prive pas pour le lui montrer, sans pour autant aller jusqu’à la véhémence, mais la tension est visible. Le sujet, l’aménagement du littoral, fait apparemment l’objet de contestation et les règles juridiques ne plaisent pas. Au lieu de s’énerver en retour, de signifier sa position supérieure à l’interlocutrice fâchée, Manu sourit, blague et parvient même à transmettre ce sourire à son auditoire. Cet exemple met clairement en lumière les capacités de séduction du président qu’il ne se prive jamais de mettre en œuvre.

Le théâtre chez Manu ce sont aussi des effets de scène, comme le 15 avril 2019, à propos de l’incendie de Notre-Dame, où il déclare, les larmes aux yeux, « cette cathédrale nous la rebâtirons », avant d’aller se jeter dans les bras de quelqu’un ; ce sont des expressions alambiquées, enflées, comme lors de la conférence de presse du 25 avril 2019, pendant laquelle il parle « d’épaisseur des vies », il raconte avoir « senti dans [s]a chair » ; ce sont des effets de style, souvent lourds, comme lors de sa déclaration aux pompiers le 18 avril 2019, après l’incendie de Notre-Dame, où il ponctue son discours de « merci » quatre phrases de suite ; c’est enfin du storytelling, cette mise en histoire et en récit qui se substitue aux arguments rationnels (Salmon, 2008), comme lorsque, pour la même date et la même occasion, il raconte l’intervention des pompiers aux… pompiers eux-mêmes. Autrement dit, ce récit n’a pas d’intérêt, si ce n’est celui de dresser un beau portrait de l’État, en parallèle des pompiers :

« l’État a cette force extraordinaire, d’un seul coup de s’organiser, quand je dis l’État, c’est la Nation toute entière et toutes celles et ceux qui ont à protéger, à faire, à agir. »

L’intervention des pompiers racontée en détails revient à souligner que l’État est une sorte de cadre, dans lequel les actions qui ont lieu ne sont que positives. Était-il vraiment nécessaire pour Manu de faire autant de détour pour crier « Vive l’État » ? Et, en outre, peut-on vraiment assimiler aussi simplement Etat et fonctionnaires, de la part d’un représentant qui n’a sans doute rien fait pour « organiser » ? Le théâtre et Macron c’est donc une relation durable, qui le rend séduisant et dans laquelle il n’hésite pas à se projeter.

 

Le 15 avril 2019, alors que la cathédrale fume, Manu est abattu et cherche du réconfort

3° Face à l’opposition, posture du Manu-présidentiel

Quelle est la réaction de Manu face à l’opposition, signifiée par un ou une interlocutrice directe ? Se comporte t-il comme Sarko la racaille en insultant ? Non pas vraiment. D’abord, Manu ne se démonte pas et est capable de reconnaître, à demi-mot, des erreurs. Pendant la conférence du 25 avril 2019, il fait preuve d’un peu d’autocritique face à une question pointant explicitement son comportement comme cause du mouvement des gilets jaunes. Manu le président est dans son rôle présidentiel, comme un père magnanime qui, après les accusations de ses enfants, admet une part de responsabilité mais, d’un côté, insiste sur le fait qu’il a fait les bons choix (malgré les protestations) et, d’un autre côté, veut avoir le dernier mot pour clore le (grand) débat.

Sans surprise, Manu préfère user de son charme face à l’opposition. J’ai déjà donné un exemple concernant le débat avec les maires et mairesses en Corse, dans lequel il sourit pour détendre une mairesse fâchée. Et bien dans le même débat, Manu distribue des bons points, ce qui a pour effet de transmettre le sourire à une autre mairesse, toute fière de voir le président souligner l’intelligence de sa proposition. La distribution des bons points est très efficace pour maîtriser les oppositions fragiles ou stressées, car les interlocuteurs et interlocutrices concernées sont bien contentes de voir que leur comportement d’opposition non seulement ne heurte pas, mais en plus rencontre une approbation.

Enfin, Manu dévie la responsabilité, ce qui lui permet de signifier l’incohérence de l’opposition. Toujours lors de ce débat en Corse le 04 avril 2019, Manu rappelle qu’il n’est pas responsable de certaines situations et que celles-ci ont été causées par des décisions de la précédente présidence. C’est bien vrai non ? Pourtant, j’aurais aimé le voir assumer sa fonction de représentation de l’État jusqu’au bout, au lieu de se cacher derrière le calendrier des élections. Manu partage aussi la responsabilité ; durant la conférence de presse le 25 avril 2019, un journaliste l’interroge sur l’affaire Benalla et Manu balaye ; « on en a trop fait » dit-il. Il reconnaît les erreurs de son poto Alex, mais il ne regrette pas de l’avoir engagé. En somme, le partage de responsabilité revient à mettre la faute ou l’erreur de son côté, certes, mais sans oublier d’insister sur le fait qu’il n’est pas le seul fautif dans l’histoire.

Manu détend les maires et mairesses corses par une bonne blague, lui permettant de gérer la montée d’une opposition

4° Évaluation de la performance : des rares erreurs, un niveau d’anglais nul et des efforts

Si on parle de théâtre pour la politique, on peut, dans le même temps, évoquer la performance, au sens de la réussite de l’acte théâtral : est-il parfaitement exécuté ? Réussit-il à toucher les cibles ? Fait-il oublier qu’il est théâtral ? Il me sera impossible de répondre aux deux dernières questions dans la mesure où il faudrait que je puisse interroger les publics de l’acteur concerné, afin de savoir s’ils ont été convaincus par la performance. Je me concentrerai donc sur la première.

Manu fait très peu d’erreurs ou de lapsus. Il s’exprime clairement et distinctement. La maîtrise de la langue française n’est pas un problème pour le président. En revanche, alors qu’on a pu vanter au début de son élection son accent anglais, je suis obligé d’admettre que Macron ne parle pas « parfaitement l’anglais », comme le titrait un article de l’Hufftington Post le 08 mai 2017. Manu parle comme un français, sans accentuation, en prononçant souvent les « r » à la française ; mais où est passé notre start-upper bilingue ? En tous cas il n’était pas présent le 12 avril 2019, quand il répond à un journaliste anglais « because oui adrress ze riqouest frrom zi youké ».

Il serait mensonger en revanche de reprocher à Manu un manque d’effort dans la communication. Manu se donne, Manu aime parler, et ça se voit. Il peut discourir très longuement, sans boire d’eau, ou se fatiguer, en conservant le contrôle de sa voix et de ses gestes. Par exemple, le 03 avril 2019, lors de la rencontre des maires de Bretagne, il prend la parole pendant plus d’une heure, souriant encore et toujours, en ne regardant quasiment jamais ses notes, avec un discours fluide et clair, sur la forme en tous cas. Je dirais que Manu est doué pour ça ; il a de la tchatche, il pourrait vendre des brosses à cheveux à des chauves toute la journée sans sourciller ; il pourrait débattre avec un écho et finir par l’épuiser. Manu ne s’épargne aucun effort quand il s’agit de communiquer.

L’inépuisable Manu, parleur infatiguable, en Bretagne le 03 avril 2019

5° Nuance, mesure : l’entre-deux sous ses meilleurs jours

L’entre-deux de manu agace car il apparaît le plus souvent comme une girouette, qui effectue une danse du ventre pour séduire le maximum d’électeurs et électrices. C’est aussi la facilité de ne pas avoir à se fixer un chemin, qui empêcherait l’« agilité », la « flexibilité », la « mobilité » et autres termes du management récent. En clair, l’entre-deux de Macron correspond tout à fait au pouvoir managérial qui cherche à mobiliser le salarié-e, en suscitant « un comportement réactif, flexible, adaptable, capable de mettre en acte le projet de l’entreprise » (De Gaulejac, 2009 : 120). Manu n’est pas le premier pro de la politique à penser cette dernière comme une entreprise. Sarkozy s’était déjà illustré dans ce maniement des valeurs de l’entreprise et managériales (Musso, 2011). La valeur travail chez l’ancien président est central, et le travail est celui qui s’effectue en entreprise, dans laquelle il faut se défoncer, « travailler plus pour gagner plus ». Manu propose d’ailleurs une reformulation de ce principe, parce qu’il postule ou plutôt soutient – selon lui « toutes les études économiques le montrent » – que les Français-e-s ne travaillent pas assez ; pour Manu il faut « travailler plus », dans la mesure où « davantage de travail [cause] davantage de revenus pour les… nos concitoyens et les travailleurs » – ce sont les mots de Manu lors de sa conférence de presse du 25 avril 2019, pendant laquelle il fait le bilan du grand débat. C’est toute cette rhétorique de la performance, de la compétition, de la réussite, des winners que Manu reprend et pour laquelle l’entreprise est lieu de la réussite par excellence ; on est bien là dans le culte de la performance décrit par Ehrenberg (2011). L’entre-deux de l’actuel président renvoie à tout cela, à l’adhésion du président à une culture managériale qui ne cherche que l’efficacité, la réussite, quitte à être une anguille sur le plan politique et des valeurs.

Néanmoins, l’entre-deux a aussi un versant positif, qui correspond à de la mesure et de la nuance. Pour le dire rapidement, Manu n’est pas un bourrin qui provoque tout le monde et affirme sans jamais douter ; il le fait, mais pas toujours. On pourrait parler là d’une certaine finesse intellectuelle, loin des certitudes éditorialistes. Manu mesure le pour et le contre, le mélange, l’équilibre. Certains lui reprocheront une posture cul-entre-deux-chaises, à raison, mais ce peut parfois être une véritable posture raisonnable. Par exemple, lors de la déclaration conjointe avec le premier ministre irlandais, Leo Varadkar, le 09 avril, Manu commente les actions du Royaume-Uni (le fameux youké) et précise qu’il ne lui « appartient pas de [se] prononcer » à la place des représentant-e-s britanniques. On comprend bien entendu que c’est une déclaration diplomatique – et en diplomatie on se pare aussi d’un masque pour simuler et dissimuler (de la Haye, 1977), mais il aurait très bien pu se faire plus ferme, comme le 23 mars 2019, où Macron agitait la menace du no-deal. Manu sait donc aussi faire preuve de nuance et de mesure.

6° Représentation et désintéressement

Si Manu n’est pas très original dans sa communication, il l’est encore moins dans la fonction de représentation qu’il assume tout le temps. La représentation politique dont il est question ici concerne « la faculté d’agir en tant que remplaçant ou de défendre les intérêts d’autrui (mais peut-être aussi les siens) en jouant les intermédiaires eu égard à une tierce partie » (Daloz, op. cit. : 10). Autrement dit, Manu déclare souvent agir au nom de la France, il parle pour les Français-e-s, il communique comme étant l’État. L’exemple le plus frappant est sa déclaration le 16 avril 2019, à propos de l’incendie de Notre-Dame de Paris, dans laquelle on trouve des phrases comme « c’est à nous les Françaises et les Français d’aujourd’hui », « les Français ont tremblé », « il nous revient de retrouver le fil de notre projet national ». Il faut insister sur le fait que ces extraits de discours ne sont aucunement surprenants. Nous vivons dans un régime politique représentatif et la capacité des représentant-e-s d’agir au nom de et en tant que est tout à fait normal, légitime (selon ce régime, pas selon toutes les conceptions politiques). C’est ce que Sintomer (2013) appelle la représentation juridico-politique avec, d’un côté, la représentation-mandat, soit représenter un groupe physiquement absent dans des situations juridiques ou politiques, et, d’un autre côté, la représentation-incarnation, soit se comporter comme si on était ce que l’on représente. Je vais préciser avec l’exemple de la déclaration du 16 avril 2019 de Manu. Pendant celle-ci, le président de la République est légitime, par la procédure de l’élection principalement, pour parler au nom de la France et de l’État français. Par ailleurs, il peut aussi communiquer comme s’il était l’État. Il est cet Etat qui se désespère des dégâts causés à une pièce d’architecture, faisant partie de son histoire, et qui annonce qu’il fera tout ce qu’il peut pour la « rebâtir ». Représentation-mandat et représentation-incarnation se conjuguent donc dans la déclaration du président Manu.

Pourtant il faut comprendre que l’État s’est construit avec une bureaucratie en mesure de se réclamer de l’intérêt général et de le créer (Bourdieu, 1993). L’affaire est très simple ; imaginez comme il est plus aisé pour Manu de déclarer défendre l’intérêt général quand il veut augmenter le nombre d’années de cotisation quand, au fond et plus concrètement – c’est-à-dire quand le discours est débarrassé de sa surcouche de justification –, c’est avant tout une décision politique et idéologique. Ce faisant on peut faire croire qu’on a intérêt à ne pas avoir d’intérêt ; c’est ça être au service de l’État et de la Nation. Mais ce désintérêt intéressé ne produit pas que des situations confortables pour les pros de la politique et Manu doit parfois faire des gymnastiques théoriques qui ont l’air assez désagréables. Reprenons une citation déjà utilisée plus haut :

« l’État a cette force extraordinaire, d’un seul coup de s’organiser, quand je dis l’État, c’est la Nation toute entière et toutes celles et ceux qui ont à protéger, à faire, à agir. »

Dans celle-ci, le 18 avril 2019, Manu recourt à un enflement théorique qui paraît justifié ; les fonctionnaires sont bien dépendants de l’État non ? Donc l’État ce sont les pompiers, ce sont les policiers qui sont intervenus pour garantir la sécurité et éteindre le feu. Or, pratiquement, l’État n’existe pas et a besoin de représentant-e-s, comme Manu, pour s’exprimer publiquement. Pratiquement alors, il ne devrait pas être possible pour Manu de tirer bénéfice de cette situation et se parer de la « force extraordinaire » de l’État. Pratiquement, il devrait juste remercier et se taire. Cependant, on retrouve ici ce désintérêt intéressé ; Manu ne vient pas se promouvoir directement mais vient saluer l’État, subitement représenté par des fonctionnaires en action, qui, curieusement, sont nettement moins représentants quand ils manifestent pour demander plus de moyens afin d’assurer leurs missions publiques. Et Manu, pas bête, en profite pour se donner un beau rôle, apparaître comme ce président, incarnation de l’État qui a sauvé la cathédrale.

7° Communication de façade, encore et toujours

Comment Manu pourrait échapper à cette dynamique de la communication politique ? Rappelons que la communication de façade – j’en parle plus en détails ici – est une critique populaire de la communication politique qui est justifiée, tout étant sans doute un peu trop brut de décoffrage. Cette critique porte sur une communication qui n’entraîne pas d’action, ou qui cache les réelles actions. Elle sert à rien, si ce n’est construire une belle image pour le ou la pro de la politique.

Alors oui, Manu pratique la com de façade, ne faites pas les étonné-e-s ! Manu, vous l’aurez compris, est un pro de la politique comme un autre, qui n’est pas là pour révolutionner la politique. S’il existe des mouvements de fond concernant la communication, comme, entre autres, des activités de communication démultipliées et déconnectées d’un discours politique rationnel, Manu suit. Manu est présent sur Twitter, comme de nombreux et nombreuses autres pros de la politique car ce réseau social leur sert à s’afficher et afficher leurs valeurs pour se créer une image (Dakhlia, 2017). En gros, Manu ne disrupte pas la communication et il est logique de retrouver de la communication de façade dans ses activités de communication, dont je ne donnerai qu’un exemple.

En mars 2019, Manu est en déplacement à Nairobi, pour l’ouverture de l’assemblée des Nations Unies pour l’environnement. A cette occasion, il réclame une transformation « de l’économie de marché mondial, pour qu’elle intègre les critères environnementaux ». Qu’a t-il concrètement fait pour aller dans ce sens ? Il apparaît bien là que Manu, comme tant d’autres avant lui, est le président de la réclame, de l’annonce ; un sommet par ici, un sommet par là, des promesses par ici, des promesses par là. En fait un des problèmes avec cette com de façade est très simple à comprendre : parler va beaucoup plus vite qu’agir, et, dans une société dans laquelle le temps, et notamment le temps politique, s’accélère, on peut vite passer pour un joueur du flute. Il serait temps que les pros de la politique le comprennent.

8° Les principaux thèmes

Finissons par présenter les thèmes abordés par Manu dans ses activités de communication. J’ai un peu hésité à m’arrêter sur cette partie, car il me semble peu pertinent, au regard de la durée d’analyse, de comprendre les principaux thèmes abordés par le président, d’autant plus que ces thèmes sont déterminés par des événements comme l’incendie de Notre-Dame et le grand débat. En d’autres termes, il n’est pas possible de fixer les principaux thèmes de la communication de Manu en analysant uniquement un mois. Malgré tout, je vais présenter très brièvement (sans trop les commenter) des thèmes et idées récurrentes que Manu mobilise le plus souvent dans ses activités de communication – et vous aurez donc compris qu’il faudra prendre en compte les limites temporaires de l’analyse évoquées dans ce paragraphe.

Tout d’abord, Manu revient régulièrement sur la solidarité, la dimension collective de la société. Plus étrange encore, il va jusqu’à critiquer l’individualisme auquel, comme il le dit lors de la rencontre avec les maires et mairesses de Bretagne le 03 avril 2019, « on a renvoyé chacun et chacun ». C’est donc un libéralisme particulier que développe Manu, un libéralisme aux accents presque socialistes voire communistes, réclamant de la solidarité et critiquant l’individualisme.

Ensuite, Manu, grand débat oblige, développe sa vision de la démocratie – que je ne commenterai pas mais elle vaut le détour tant elle est anti-démocratique ou, plutôt, tant elle est aristocratique. Plus généralement, dans les activités communicationnelles de Macron, la démocratie est une toile de fond, c’est le modèle politique par excellence. Certes, ce modèle a des défauts et doit évoluer – il dit qu’il faut « changer notre démocratie » –, mais fondamentalement on ne sortira jamais du creuset de la « démocratie-représentative ».

L’Union européenne occupe souvent les pensées du président ; il la vante, promeut ses actions, défend des « projets » européens, comme la défense européenne. Bref, pas besoin d’aller plus loin, vous le savez sûrement mais Manu est un européiste.

Enfin, le thème qui revient est celui de l’ordre. L’ordre est chez Manu un rappel (à l’ordre), un coup de sifflet d’arbitre pour renvoyer tout le monde dans les rangs. Par exemple, il sermonne les gilets jaunes lors de sa conférence de presse le 25 avril 2019. Manu estime que le mouvement a été dévoyé malgré des revendications originaires légitimes et désormais, après avoir rappelé son détour par de l’antisémitisme (forcément), « l’ordre public doit revenir » ; traduction, si vous continuez à manifester vous allez continuer à recevoir des coups de matraque. Au début du mois d’avril 2019, Manu évoquait déjà sa croyance en la matière, « je crois à l’ordre public » et « tout le monde respecte les règles » – dommage qu’il ne s’interroge pas assez sur les raisons légitimes de ne pas respecter les règles. Plus intéressant, dans le même débat, il relie intervention de l’État pour corriger des erreurs ou des défauts de marché à « l’ordre public ». Manu démontre là toute son adhésion à lordo-libéralisme, idéologie qui a su résoudre le paradoxe entre le (néo-)libéralisme, qui fait du marché une institution naturelle que l’on ne peut pas toucher, et l’État obligatoirement interventionniste, car il l’a toujours fait, même pour cesser d’intervenir. Pourtant, le marché est un produit de l’histoire, il n’a jamais été présent dans chaque société (Graeber, 2013 ; Polanyi, Arensberg, Pearson, 1957). Au moins, l’ordo-libéralisme ne fait pas semblant de croire à ce mythe et assume les liens profonds entre Etat et marchés (par exemple ici, on peut suivre Darcillon (2019) quand il souligne que la financiarisation de l’économie est le fruit d’une stratégie politique, décidée en accord avec les attentes des groupes sociopolitiques dont elle a défendu les intérêts). Manu s’inscrit là-dedans et parle ouvertement de « régulation » quand les marchés dysfonctionnent. (Je pose ici un point de nuance ; il faudrait savoir si le président parle de régulation ou s’il entend réglementation. Les deux ne signifient pas la même chose).

 

Conclusion : comment communique Manu ?

La communication macronienne n’est pas disruptive. Elle est très classique, suit les évolutions de la communication politique. En outre, Manu respecte tout à fait son rôle de président.

Il est frappant de constater à quel point Manu est un joueur de théâtre, séducteur, charmeur. Il se met en scène pour désarmer les oppositions et ranger dans sa poche. Toutefois, il ne joue pas le théâtre au détriment des protocoles ; c’est un garçon très respecteux, bien élevé.

Face à l’opposition, Manu admet à demi-mot des erreurs, mais ne se démonte pas. Il distribue des bons points pour mettre de son côté et dévie la responsabilité ou la partage.

Au niveau de la performance, Manu fait des gros efforts pour communiquer. Il s’exprime clairment, commet très peu d’erreurs, mais est nul en anglais.

Manu sait faire preuve de nuance-mesure ; son entre-deux est agaçant et témoigne de son adhésion à la flexibilité managériale et, plus généralement,  à l’idée que l’entreprise est le modèle de la perfomrance et de la réussite, mais c’est aussi une prudence intellectuelle.

Comme n’importe quel-le représentant-e de l’État, surtout celles et ceux au sommet, Many est un profiteur du désintérêt intéressé. Il assume cette fonction de représentation de l’Etat, des Français-e-s pour montrer sa dévotion à l’intérêt général, sans jamais laisser paraître qu’il fixe lui-même l’intérêt général et que cette justification est aussi un parure rhétorique, cachant des convictions politiques et idéologiques.

Manu pratique la com de façade, sans surprise. Il promet, annonce, décrit, mais qu’en est-il concrètement ?

En bref, la communication de Manu est dangereuse ; dangereuse car il est séducteur et sait user de son charme pour casser les oppositions ; dangereuse car il a la flexibilité lui permettant d’assumer diverses opinions, sans pour autant changer concrètement ; enfin elle est dangereuse car elle ne change rien, et contribue au maintien de la domination de l’Etat sur le peuple souverain. La communication de Manu est par ailleurs très, trop théâtrale. C’est sans doute pour cette raison qu’il peut sans souci se glisser dans la peau d’un youtuber. Le marketing politique ne rebute absolument pas Manu. Enfin, Many est doué en communication ; il est sourieur, sait répondre à l’opposition, tenir la parole pendant des heures, trouver des formules qui sonnent bien – même si conceptuellement c’est pas forcément ça. Et voilà sans doute pourquoi la com macronienne est dangereuse ; c’est une machine bien huilée s’appuyant sur un homme paraissant infatiguable et qui ne recule devant rien pour se défendre et défendre l’Etat. Il ne tient plus qu’à nous, peuple souverain, de redoubler nos propres efforts critiques face à la com macronienne (et autres communications politiques).

 

Bibliographie

ACHARD Guy, La communication à Rome. Paris : Éditions Payot & Rivages, 1994, 298 p. (Petite bibliothèque Payot)

BALANDIER Georges, Le pouvoir sur scènes. Paris : Fayard, 2006, 248 p.

BRIQUET Jean-Louis, « Communiquer en actes. Prescriptions de rôle et exercice quotidien du métier politique » [Document en ligne] Politix, n°28, 1994, pp. 16-26. Disponible sur : https://www.persee.fr/doc/polix_0295-2319_1994_num_7_28_1879 (consulté en février 2021)

BOURDIEU Pierre, « Esprits d’État. Genèse et structure du champ bureaucratique » [Document en ligne] Actes de la recherche en sciences sociales, 1993, volume 96-97, pp. 49-62. Disponible sur : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/arss_0335-5322_1993_num_96_1_3040 (consulté en mars 2015)

BRETON Philippe, « Médias, médiation, démocratie : pour une épistémologie critique des sciences de la communication politique » [Document en ligne] Hermès, 17-18, 1995, pp. 321-334. Disponible sur : http://www.cairn.info/revue-hermes-la-revue-1995-3-page-321.htm (consulté en février 2014)

CHARAUDEAU Patrick, Le discours politique : les masques du pouvoir. Limoges : Éditions Lambert Lucas, 2014, 255 p.

DAKHLIA Jamil, « Comptes personnels et enjeux publics : la communication de responsables politiques sur Twitter » [Document en ligne] Culture & communication, 2017, pp. 109-139. Disponible sur : https://www.cairn.info/discours-des-reseaux-sociaux-enjeux-publics—page-109.htm (consulté en mai 2020)

DALOZ Jean-Pascal, La représentation politique. Malakoff : Armand Colin, 2017, 179 p. (Collection U)

DARCILLON Thibault, « Finance et inégalités. Une approche d’économie politique » [Document en ligne] Actes de la recherche en sciences sociales, n°229, 2019, pp. 72-85. Disponible sur :

https://www.cairn.info/revue-actes-de-la-recherche-en-sciences-sociales-2019-4-page-72.htm (consulté en août 2020)

DE GAULEJAC Vincent, La société malade de la gestion. Idéologie gestionnaire, pouvoir managérial et harcèlement social. Paris : Edition du Seuil, 2009, 353 p. (Points. Economie)

DE LA HAYE Yves, La frontière et le texte : pour une sémiotique des relations internationales. Paris : Payot, 1977, 252 p. (Langages et sociétés)

DELOYE Yves, HAROCHE Claudine, IHL Olivier, « Protocole et politique : formes, rituels, préseances », IN : DELOYE Yves, HAROCHE Claudine, IHL Olivier, Le protocole ou la mise en forme de l’ordre politique. Paris : L’Harmattan, 1996, pp. 11-18 (Logiques politiques)

EHRENBERG Alain, Le culte de la performance. Paris : Pluriel, 2011, 323 p. (Pluriel)

GRAEBER David, Dette, 5000 ans d’histoire. Paris : Actes sud, 2013, 667 p. (Babel Essai)

MUSSO Pierre, Sarkoberlusconisme : la crise finale ? La Tour d’Aigues : Éditions de l’aube, 2011, 170 p. (L’aube poche essai)

MOULENE Frédéric, « La crise dans les vœux aux Français : l’ethos présidentel au défi de la conjoncture et du rituel » [Document en ligne] Mots, n°115, 2017, pp. 37-50. Disponible sur : https://www.cairn.info/revue-mots-2017-3-page-37.htm (consulté en mai 2020)

POLANYI Karl, ARENSBERG Conard M., PEARSON Harry W., Trade and market in the early empires : economies in history and theory. Glencoe : Free Press : Falcon’s Wing Press, 1957, 382 p.

SALMON Christian, Storyteling, la machine à fabriquer des histoires et à formater les esprits. Paris : La Découverte, 2008, 251 p. (La Découverte-poche. Essais)

SINTOMER Yves, « Les sens de la représentation politique : usages et mésusages d’une notion » [Document en ligne] Raisons politiques, n°50, 2013, volume 2, pp 13-34. Disponible sur : http://www.cairn.info/revue-raisons-politiques-2013-2-page-5.htm (consulté en mai 2016)


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.