vivre et faire sa thèse : une enquête pour y voir plus clair

Faire une thèse c’est dur ; la vivre tout autant. Parlez-en à n’importe quel-le docteur-e, les années de doctorat ont été remplies de doutes, de difficultés, d’épreuves, de retours en arrière. Heureusement, il existe des ficelles, des petits trucs, des bons conseils pour à la fois concevoir sa thèse et la traverser. C’est ce que l’enquête que nous souhaitons mener vise : identifier tous ces conseils concrets afin de les partager à tous et toutes pour que, enfin, les doctorant-e-s puissent s’appuyer sur un document complet, dans lequel ils ou elles pourront piocher tout au long de leur thèse.

Cette enquête portera uniquement sur les thèses en sciences humaines et sociales.

 

Vivre sa thèse

La thèse n’est pas qu’un exercice universitaire, c’est aussi une expérience qui se vit et qui impacte (très) fortement le quotidien. Plusieurs questions se posent :

  • Quelles sont les motivations à se lancer dans la thèse et à la terminer ?

  • Comment s’est passée l’arrivée en thèse ? Existe t-il des moyens pour favoriser son insertion dans le laboratoire et la discipline ?

  • Concernant le laboratoire, il y a beaucoup de questions à poser sur les formations, le relationnel (l’ambiance), les événements (conférences par ex), etc. Comment faire pour que la vie de laboratoire se passe bien ?

  • L’argent est un vrai problème, surtout pour les doctorant-e-s non-financé-e-s. Quelles ficelles pour éviter les fins de mois difficiles ?

  • La thèse prend tant de place qu’elle a nécessairement des effets sur les relations avec les proches (couple, famille, ami-e-s) : comment s’y prendre pour faciliter ces relations alors qu’il y a cette thèse envahissante ?

  • L’encadrement de la thèse est assez inégal selon les expériences ; il peut passer d’horrible à génial, de violent à respectueux, d’envahissant à inexistant, etc. Comment avoir le meilleur encadrement possible ?

  • La thèse c’est aussi un quotidien, avec des interrogations sur la gestion du temps, l’organisation, la motivation en général et les à-côtés (sports, hobbies, etc.). Comment insérer la thèse dans son quotidien sans détruire ce dernier ?

  • Malheureusement, la thèse cause des dégâts physiques et/ou psychologiques. En conséquence, comment se préparer pour limiter ou éviter ces dégâts ?

  • Mais la thèse peut également avoir des bienfaits : comment favoriser ceux-ci et profiter de sa thèse ?



Faire sa thèse

La thèse est bien un exercice universitaire avec son lot de règles tacites ou explicites, de conventions, de passages obligés, d’activités techniques. Plusieurs questions se posent :

  • Si la thèse a un sujet, elle devient un objet par un travail de construction : comment rédiger son questionnement, sa problématique et ses hypothèses ? Et comment les inscrire dans une théorie et une discipline ?

  • Faire sa thèse, c’est lire, beaucoup lire. Comment décider de ses lectures ? Comment prendre des notes ? Comment les gérer, stocker ?

  • La méthodologie est l’aspect « pratique » de la thèse dans la mesure où c’est le moment où le ou la doctorant-e plonge les mains dans le cambouis : Comment préparer son terrain ? Comment favoriser un bon déroulement de sa ou ses méthodes ? Comment analyser ses données de terrain ?

  • L’étape de la rédaction de la thèse est dans beaucoup de cas la plus dure de la thèse. Comment rédiger son plan ? Comment s’y prendre pour la rédaction en elle-même et l’entretenir ? Comment effectuer le travail de relecture ? Et l’impression et la reliure ?

  • La soutenance signifie la fin du voyage : comment la préparer ? Comment se comporter pendant ? Comment gérer le stress ?

 

L’enquête

Pour réaliser ce travail d’enquête, nous cherchons à interroger des docteur-e-s. Lors de l’entretien vous pourrez partager vos petites techniques et conseils, sur tous les sujets évoqués plus haut, ou seulement ceux qui vous parlent ou sur lesquels vous vous sentez plus à l’aise. Tous les retours d’expériences, qu’elles soient bonnes ou mauvaises, seront bon à prendre et contribueront à enrichir la connaissance du doctorat afin d’aider les doctorant-e-s.

Si vous êtes intéressé-e-s, n’hésitez pas à me contacter à l’adresse mail suivante : mathieu.fusi@hotmail.fr

 

crédit photo




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.