La communication de façade : une démonstration exemplaire de la part de la secrétaire d’Sarah El Haïry

Il est rare pour un chercheur ou une chercheuse de retrouver un exemple parfait, un exemple typique de ce qu’il ou elle a pu trouver dans ses analyses. Le débat auquel a participé la secrétaire d’État chargée de la Jeunesse et de l’Engagement, le 25 avril 2021 sur LCI, a constitué un de ces moments. Sa prestation typique me donnera l’occasion de revenir sur la critique du « c’est que d’la com » ou la communication de façade.

 

Qui est Sarah El Haïry ?

Sarah El Haïry (SEH) est une jeune femme politique, née en 1989. Sa mère est cheffe d’entreprise et son père médecin. Au niveau des études, elle a fait du droit. Elle a été responsable régionale du Groupe UP, une SCOP, qui fait énormément de choses : alimentation, aide à domicile, aide aux entreprises dans la gestion, etc. Elle a commencé sa carrière politique à l’UMP. En 2014, elle passe au MoDem. Elue députée en 2017 en Loire-Atlantique, elle fait partie des nombreux et nombreuses pros de la politique qui sympathisent avec LREM. Toutefois elle ne quitte pas le MoDem pour le partie de la majorité. En 2020, elle devient conseillère municipale de la ville de Nantes. A l’été 2020 elle rejoint le gouvernement et quitte donc sa fonction de députée.

 

« C’est que d’la com » 

L’expression est couramment utilisée pour désigner l’inutilité et l’ineffectivité de la communication politique. Elle est une façade, soit qui cache les véritables actes politiques, soit qui dissimule l’impuissance des pros de la politique à agir. La critique porte à la fois sur la politique et le politique. D’un côté, est critiquée la compétition politique pour se faire élire, à cause de laquelle les pros de la politique utilisent des activités de communication diverses (meeting, discours, communiqué, interviews, et maintenant des directs sur les réseaux sociaux ou les plateformes de streaming) pour se créer une image séductrice, attirer l’attention et récupérer des potentiels voix. De l’autre côté, est critiquée le gouvernement (au sens de direction de la société) qui, par le recours à la communication politique, perd de sa valeur, devient intéressé, manipulateur et trompeur. Au global, cette critique met en lumière un souhait politique sur le gouvernement. La communication ne suffit pas, il faut au contraire que les activités communicationnelles soient dépendantes d’actes proprement politiques (loi, décret, positionnement diplomatique, choix de société, planification, etc.). Elle dénonce aussi la forme de la communication, creuse, vide, voire déconnectée de la réalité ; on a l’impression que le ou la pro de la politique n’a rien de concret à dire, soit quelque chose que l’on pourrait comprendre et dont on pourrait effectivement anticiper les effets pour notre quotidien.

 

Pourquoi « c’est que d’la com » chez la secrétaire d’État

Tout d’abord, et ça c’est quelque chose qui revient chez les personnes qui écoutent les pros de la politique parler, Sarah El Haïry dégage une impression robotique, théâtrale ; ça crève les yeux qu’elle incarne un rôle et, en conséquence, elle ne dégage aucune empathie et aucune sympathie. J’ajouterais que ces gestes sont vraiment superflus et, pour un Français comme moi, s’exprimer de cette façon avec ses mains ne semblent pas naturels (attention rien à avoir avec ses origines, soyez pas bêtes). On sent très bien que c’est une manière typique de pros de la politique de communiquer. Or communiquer c’est quand même tisser un lien. Et quand cette communication sonne si peu naturelle, si maîtrisée, l’interlocuteur, en l’occurrence ici l’étudiant (dont la prestation, qui a tourné sur les réseaux sociaux numérique, doit être saluée) ne se sent pas respecté.

Ensuite, la répétition des éléments de langage, si indispensables pour construire et défendre l’action d’un gouvernement, surtout en situation de crise, devient rapidement, surtout en situation de crise (la répétition est voulue), un handicap. En effet, l’événement de crise est exceptionnel et la communication a l’air si banale, si habituelle qu’on ne comprend pas ; « pourquoi communique t-elle au lieu d’agir ? » pourrait être le résumé de l’impression que laisse la répétition des éléments de langage. Par ailleurs, cette répétition peut mettre en lumière l’absence de prise de conscience d’un problème car la répétition s’adapte mal à la nouveauté. SEH aurait tout gagné à venir sans avoir autant préparé son interview, et si elle avait essayé d’échanger, de manière naturelle, avec les étudiant-e-s. Il est difficilement défendable que le gouvernement a soutenu les étudiant-e-s dès le début de cette crise. Et l’étudiant en droit (j’ai perdu le nom désolé) finit justement par s’agacer face à ces éléments de langage qu’il a sûrement déjà entendu de nombreuses fois et qui ne correspondent pas à ce qu’il vit.

La question politique dans le discours de SEH est gênante. Dans une prétendue démocratie, les pros de la politique ont du mal avec la contradiction. C’est gênant de voir à ce point le déséquilibre politique, la balance des rapports de domination politique pencher clairement vers les pros de la politique, quand ces dernier-e-s peuvent couper la parole, recadrer des propos, mais ont beaucoup de mal avec la contradiction. Un des étudiants souligne que le discours est « vide » et il a raison. Mais il est vide parce que la ministre ne cherche pas l’échange, elle cherche à persuader, à défendre son gouvernement plutôt qu’à communiquer franchement. Cet étudiant a une formule parfaite pour résumer cette idée « vous êtes censée être la porte-parole des jeunes auprès du gouvernement, mais on a le sentiment que vous êtes la porte-parole du gouvernement auprès des jeunes ». Autrement dit, accepter que la jeunesse critique le gouvernement, accepter d’entendre que vous ne faites pas assez bien votre travail, écoutez-nous, respectez-nous et aidez-nous au lieu de venir avec vos éléments de langage pour faire la promotion du gouvernement et refuser la discussion. C’est pour cette raison qu’elle est absolument ridicule quand elle reproche à l’étudiant d’avoir un discours politique.

La secrétaire d’État s’illustre aussi à merveille dans une autre critique de la communication, que l’on peut ranger dans la catégorie plus grande du « c’est que d’la com », à savoir la critique de la séparation entre les actes et les activités de communication. C’est que d’la com quand vous dites mais ne faites rien ou pas assez vite ou fort. On le voit très bien dans le fait que l’étudiant en droit réclame des annonces, du « concret », parce qu’il sent avec justesse, que les étudiant-e-s n’ont pas été écoutées. Il existe sur ce point une incompréhension mais je reviendrai dessus plus bas. Le problème est que le gouvernement de la société par la communication peut facilement être critiquable. Il suffit d’en faire le constat, sous la forme de « arrêter de parler et agissez ». Dans un monde parfait, SEH aurait clairement dit que rien de nouveau ne serait proposé, que les étudiant-e-s savent déjà tout, que rien ne sera fait à la hauteur de leurs problèmes et de leurs attentes. Au lieu de cela, elle jongle avec la déception de ses interlocuteurs, avec la nécessité de défendre son gouvernement et elle-même au passage, avec la contrainte de l’État qu’elle incarne sur ce plateau et qu’elle est dans l’impossibilité de remettre en cause. En clair, SEH a agi de façon très typique et normale – regardez d’autres membres du gouvernement vous retrouverez les mêmes soucis. Sans doute SEH a cru qu’une bonne com allait suffire mais pas de chance, elle est tombée sur un citoyen qui lui a rappelé que la communication ne pourra pas être tolérée comme une stratégie de communication à part entière – je développe cette stratégie dans un autre billet.

 

De la nuance quand même

Tout n’est pas à balancer chez SEH et parfois elle est franche. Certains de ses gestes par exemple sont bien plus naturels et ne heurtent pas la rétine. Le tutoiement qu’elle emploie pour s’adresser à ses interlocuteurs pourrait être pris comme une marque de sympathie, mais aussi comme de l’irrespect. Au moins elle est originale là-dessus ; reste à savoir si elle tutoie tout le monde ou juste les étudiant-e-s.

Elle annonce bien des choses dans cette interview et dire que son discours est complètement creux serait faux. En revanche, comme souligné plus haut, elle a été incapable de réagir face à la contradiction et de proposer des actions concrètes à la hauteur de la détresse étudiante exprimée pendant l’interview. C’est là, à mon avis, que se situe l’incompréhension vis-à-vis de SEH. Il faut bien saisir qu’elle est secrétaire d’État, ce n’est pas une ministre et encore moins la présidente. Les secrétaires d’État font beaucoup la promo de leur ministère mais leur capacité de prise de décision, surtout en période de crise, est moindre face aux ministres. Rien n’indiquait donc a priori que SEH allait et pouvait se permettre de proposer quelque chose de nouveau. dans cette interview alors, la communication témoigne à la fois d’une hiérarchie ministérielle mais aussi de la réalité du gouvernement en France. Cependant, rien ne l’empêchait de faire preuve de plus de franchise et quitter un peu son rôle, au bénéfice d’une réelle capacité d’écoute.

En résumé : SEH démontre typiquement, dans le débat auquel elle a participé ce dimanche 25 avril, les critiques que de nombreux et nombreuses citoyennes formulent à l’encontre de la communication politique – vous trouvez une présentation détaillée de ces critiques négatives dans un résumé d’une étude que j’ai menée sur la réception de la communication politique. En effet, ses paroles sonnent souvent creuses, ses gestes et la manière dont elle s’expriment sont caricaturaux. Elle est venue sur ce plateau de la télévision pour répéter des éléments de langage et faire la promotion du gouvernement, plutôt que pour réellement débattre, comme l’illustre sa difficuté face à la contradiction. Enfin, même si elle ne pouvait rien annoncer de nouveau, son incapacité à sortir de son rôle de secrétaire d’Etat a accentué la séparation entre les actes et les activités de communication, critique souvent adressée aux pros de la politique.








Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.