La com macronienne ou l’aboutissement des rapports patologiques avec la réalité

Trump nous fait marrer, nous Françaises et Français, à dire n’importe quoi, à prétendre, entre autres, que le covid n’est pas si dangereux, jusqu’à qu’il soit rattrapé par la réalité en étant lui-même contaminé (même si ça ne lui pas tant fait changer d’avis). Pourtant, dans notre cher pays, nous avons une version assez proche, moins farfelue, plus formelle, plus vicieuse aussi, en la personne de Macron. Dans les deux cas, s’impose le constat d’une difficulté à faire face à « la réalité », à construire une réalité cohérente et stable. Voici trois exemples concernant notre président, parmi tant d’autres : il se félicite de la baisse des émissions de gaz à effet de serre, en précisant « c’est au-delà de notre objectif » après avoir baissé lui-même les objectifs1, il indique qu’aucun tri des patients ne se fera, alors même que de nombreux professionnels tire sur la sonnette d’alarme2, et le fameux « ce n’est pas échec, ça n’a pas marché » qu’on ne présente plus. Ces exemples soulignent un point important dans la communication macronienne que je vais discuter plus bas ; un rapport pathologique avec la réalité.

 

De quoi s’agit-il ?

Pour faire court, c’est l’incapacité des professionnel-le-s de la politique à se comporter comme n’importe quel individu sain d’esprit face à la réalité ; mensonge, incohérence, contradiction, différence entre actes et discours sont les principales caractéristiques de ce rapport pathologique. Et si ce rapport est pathologique, c’est dans la mesure où si l’un ou l’une de vos amies se comportait de la même manière, vous remettriez sa santé mentale en cause. Toutefois, il est question de personnes qui dirigent le pays, d’où l’inquiétude et l’intérêt qu’il faut à tout prix porter à ce problème.

 

Comment cela s’explique t-il ?

Il est difficile de déterminer les raisons précises de ce rapport pathologique ; sont-ils ou elles simplement folles ? Cette raison n’est pas à exclure, mais plutôt qu’une folie individuelle, il s’agirait plutôt d’une folie structurelle, causée par le fonctionnement de la politique – incapacité à dire “je ne sais pas” ou admettre ses erreurs, nécessité de toujours se mettre en avant, compétition interminable et de tous les instants, etc. Je vais toutefois me concentrer sur la communication politique, ce que je maîtrise le plus.

Selon moi, la raison principale de ce rapport pathologique est la conception de la communication comme une stratégie à part entière. Autrement dit, un discours, une interview, même un tweet, semble être pensés comme se suffisant à eux-mêmes. Il suffit pour le président ou un-e ministre de réussir sur le coup sa com, sans forcément réfléchir à ce qui a été précédemment dit ou fait. Plus précisément, et en écoutant un-e ministre ou le président vous vous en rendrez facilement compte, ils font souvent référence à ce qu’ils ont fait par le passé, mais ils sélectionnent les éléments qui les arrangent, quitte à en fabriquer ou en cadrer certains.

Cette conception de la communication politique comme stratégie à part entière se perçoit principalement dans les incohérences, les mensonges et les contradictions. Voici quelques exemples : Macron n’aime pas l’OTAN mais elle est un des pilliers de la défense de l’Europe selon lui3 ; Macron annonce en décembre 2018 que le SMIC sera augmenté de 100 €, faisant passer cette décision pour un geste concédé aux gilets jaunes et généreux, alors qu’en fait il ne s’agissait que de la hausse déjà prévue dans la loi, en plus d’une augmentation de la prime d’activité, elle aussi déjà prévue4 ; Macron refuse que l’on parle de violences policières5 mais ne comprend pas qu’on puisse utiliser un autre terme lors de l’agression de Michel Zécler6 (on comprend ici aussi que, pour lui, il existe des bonnes violences et des mauvaises violences, mais ça, il est incapable de l’assumer).

Ces trois éléments démontrent, d’après moi, le fait que Macron et consorts conçoivent la communication comme une stratégie à part entière. Ce ne sont pas les seuls éléments de preuve. D’autres surgissent, assez bruyamment d’ailleurs. Je pense à l’interview de Castex sur une célèbre plateforme de diffusion en direct sur internet. Cette activité de communication est restée dans le même ordre d’idée ; communiquer suffit. Si moi, premier ministre, je vais sur twitch, on me verra sûrement comme quelqu’un de proche du peuple, et surtout proche des jeunes. Or, j’ai pu le dire dans un autre billet, on était très très loin du compte.

En bref, Macron et ses ministres multiplient leurs chances de ne pas entretenir un rapport sain et équilibré avec la réalité, si elles ou ils pensent qu’une bonne com est suffisante pour se construire une image ou gagner un échange, ou encore répondre à une question dérangeante dans une interview en s’arrangeant avec les « faits ».

 

Pourquoi l’aboutissement ?

Vous pourriez m’opposer que ce n’est pas l’aboutissement, qu’on peut aller au-delà. Et effectivement, dans un sens, Trump c’est le véritable aboutissement de ce rapport pathologique. Mais, en vérité aussi, dans le fond, et sur ce point précis, Macron n’est pas bien différent de Trump ; il ment, se contredit et patauge dans l’incohérence. Trump est juste une version plus éclatante au point de vue de la forme.

En outre, vous pourriez me dire que le mensonge n’est pas nouveau, les incohérences et contradictions non plus et vous auriez raison. Or, il y a au moins trois éléments à prendre en compte. Tout d’abord, les activités de communication se sont multipliées durant le mandat de Macron, avec la présence plus forte des réseaux sociaux numériques ; le président est même sur Linkedin rendez-vous compte. C’est donc une question de logique presque mathématique : plus vous l’ouvrez, plus vous avez des chances de dire une connerie. Et en l’occurrence, on parle de connerie qui n’échappe à personne, tant la parole présidentielle est surveillée. Je ne suis pas sûr non plus que les moyens soient vraiment mis pour garantir une bonne communication sur les réseaux sociaux numériques, c’est-à-dire une communication claire, pensée et qui voit au-delà de l’instant T.  A ce propos, ce n’est que tout récemment que le Service d’information du gouvernement, a mis le paquet, plusieurs millions d’€, pour faire de la veille sur ces réseaux.

Deuxièmement, et je suis obligé de spéculer, mais il me semble que Macron a de réels soucis de narcissisme (plus que Sarkozy). Presque jamais il n’apparaît en mesure d’être pris en défaut, donc il préfère tourner la réalité dans tous les sens plutôt que d’en présenter une version qui soulignerait ses erreurs. Le nombre de fois où Macron s’est excusé peut se compter sur les doigts d’une main, et s’il fallait que ce dernier assume toutes ses erreurs et ses mensonges, il lui faudrait plus de mains que Shiva.

Enfin, le terme aboutissement n’a pas été choisi au hasard. Il ne s’agit pas de dire qu’on ne pourra faire pire et que, factuellement, nous sommes au bout. En vérité, ce dont je veux parler c’est du niveau du tolérable. Peut-on tolérer pire que la communication macronienne dans ses rapports pathologiques à la réalité ? Est-ce qu’un Trump à la française, assumant complètement ces rapports-là, pourrait fonctionner en France ? Je retiens de l’étude que j’ai menée sur la réception de la communication politique, un attachement de certain-e-s citoyen-ne-s à un respect des codes ; on ne peut pas communiquer n’importe comment. Plus encore, sur un plan plus politique, devrait-on supporter plus longtemps de déléguer notre souveraineté à un Etat incarné par un individu, dont les défauts, humains – on ne reprochera pas au président de l’être –, éclatent dans sa communication et forment autant de traces d’irrespect, d’infantilisation, de réduction du peuple à l’impuissance politique ?



Pour résumé : dans l’ensemble, les pros de la politique ont du mal avec la réalité, parce que cette dernière peut comporter des faits qui les contredisent par exemple. La communication de l’État n’échappe donc pas à ce constat. Cependant, elle va plus loin car les membres de l’exécutif, président en tête, prennent des décisions et il est donc possible de vérifier concrètement ce qu’ils ou elles font par rapport à ce qu’ils ou elles disent. De plus, l’attention envers ces personnes est accrue et les incohérences, mensonges et contradictions n’en sont plus que éblouissants. Pas aidés par une démultiplication du nombre de communications, ces trois éléments se multiplient à leur tour. Pour expliquer la présence des incohérences, mensonges et contradictions, qui ne sont que la traduction du rapport pathologique à la réalité, j’ai avancé l’idée que la communication était pensée comme une stratégie à part entière. Enfin, il y a tout lieu de penser que la com macronienne représente un aboutissement de ce rapport pathologique, notamment parce qu’il existe en France un attachement au code conventionnel de la communication, mais aussi parce que, politiquement, aller plus loin ne serait plus tolérable – enfin je l’espère.







1https://www.huffingtonpost.fr/entry/macron-objectif-emissions-co2_fr_602024edc5b6c56a89a1efc7

2https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/vaccin/covid-19-le-cri-d-alarme-des-medecins-quant-a-la-saturation-des-hopitaux_4350781.html

3https://www.vie-publique.fr/discours/273199-emmanuel-macron-03022020-france-pologne

4https://www.francetvinfo.fr/economie/transports/gilets-jaunes/gilets-jaunes-pourquoi-l-augmentation-du-smic-promise-par-macron-n-en-sera-pas-vraiment-une_3094307.html

5https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/03/08/gilets-jaunes-pas-de-violences-policieres-selon-emmanuel-macron_5433154_3224.html

6https://www.brut.media/fr/news/emmanuel-macron-et-les-violences-policieres–24172b20-9dc8-42e6-9f05-f52acb63cf71


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.