Quelles sont les critiques citoyennes de la communication politique ?

Pendant environ un an j’ai mené une étude sur la réception critique de la communication politique en France. Il s’agissait d’identifier clairement et en détails ce que pensaient les citoyen-ne-s de la communication politique : les reproches, les satisfactions, les volontés de changement, les attentes, les éléments sur lesquels s’appuyaient les critiques. Pour ce faire, j’ai réalisé 50 entretiens auprès d’une population se voulant à peu près représentative sur le plan des idées : des souverainistes, des royalistes, des anarchistes, des communistes, des identitaires, des apolitiques, des libéraux, etc. Ces entretiens ont ensuite été analysés afin de réaliser une typologie des critiques. Bien que la typologie puisse être trop schématique par rapport à la « réalité », elle demeure un outil utile pour comprendre les types de critiques, c’est-à-dire des contenus précis et identifiables que les citoyen-ne-s peuvent mobiliser ou dans lesquels ils ou elles s’insèrent quand ils ou elles critiquent la communication politique. Ci-dessous, vous trouverez donc un résumé de ce travail – dont il existe une version beaucoup plus détaillée et précise dans un ouvrage que je cherche à faire publier.

Précision : l’expression « pros assisté-e-s » désignent les hommes et femmes politiques. Je détaille dans ce billet l’intérêt de ce choix.

 

Quelles sont les critiques politiques adressées à la communication politique ?

1° Les critiques négatives adressées à la communication politiques sont nombreuses. (A°) Tout d’abord elle portent sur la difficulté à faire confiance à la communication politique, tant et si bien que chez certaine-e-s enquêté-e-s, il existe une posture de défiance par défaut. (B°) Ensuite, elles concernent le contenu de la communication politique. Celui-ci peut susciter de l’énervement et une impression d’inutilité. Il est aussi dénoncé comme étant mensonger. Les activités de communication sont trop nombreuses. Le recours à l’émotion dérange certain-e-s enquêté-e-s. Le marketing politique est critiqué ; celui-ci peut être assimilé à de la manipulation ou un outil amenant vers de mauvaises pratiques politiques. Les discours politiques sont évalués négativement car ils sont vides de sens ou en manquent. Ils sont également trop complexes et incohérents. Plus encore, ils manquent de dimension politique, c’est-à-dire ne sont pas assez chargés d’idées politiques. Les activités de communications sont par ailleurs critiquées quand elle servent à étaler la vie privée des pros assisté-e-s, quand elles montrent leur incompétence ou quand les pros assisté-e-s manquent de contrôle. (C°) Les enquêté-e-s abordent ensuite la dimension politique de la communication politique. A ce propos, ils ou elles reprochent un manque de transparence, une irresponsabilité des pros assisté-e-s et un court-termisme. Ils ou elles s’arrêtent sur les défauts du gouvernement par la communication, c’est-à-dire le manque de défense de l’intérêt général qui transparaît dans la communication politique. Ils ou elles sont dérangé-e-s par la séparation entre les actes et les activités de communication – soit le fait qu’il n’y a pas de lien entre ce qui est dit et ce qui est fait – et par l’aspect partisan de la communication, entraînant des choix dogmatiques ou biaisés. Ils ou elles perçoivent mal certains aspects de leurs rapports avec les pros assisté-e-s, tels que le démontre la communication politique. Sur ce point sont critiqués le manque de représentation, la déconnexion et la démagogie. (D°) Enfin, les enquêté-e-s discutent les supports de la communication politique. Certain-e-s désapprouvent le recours aux réseaux sociaux numériques, principalement parce qu’il cause un nivellement par le bas et une désacralisation de la parole politique.

2° Les critiques positives adressées à la communication politique sont moins nombreuses. (A°) Certain-e-s enquêté-e-s relèvent que la communication politique leur inspire confiance. (B°) Ils ou elles apprécient ensuite la présence de certains contenus, comme les idées politiques et les valeurs. Sont appréciés également la proximité, l’éloquence, le respect des codes et la pédagogie qui peuvent composer le contenu des activités de communication. (C°) Concernant la dimension politique, les enquêté-e-s critiquent positivement pour deux principales raisons : la satisfaction vis-à-vis de la représentation politique et le recours à l’autorité. Pour la première, les enquêté-e-s se sentent représentés par les activités de communication des pros assisté-e-s. Pour la seconde, ils ou elles recherchent et apprécient l’autorité développée dans ces activités de communication, en particulier chez les représentant-e-s de l’État. (D°) Enfin, vis-à-vis des supports de la communication, les enquêté-e-s apprécient le recours aux réseaux sociaux numériques. Ces derniers permettent le développement d’une proximité et d’une originalité dans les activités communicationnelles.

3° Les réflexions critiques des enquêté-e-s traduisent chez ceux et celles-ci une sensibilité envers la communication politique. Cette sensibilité est bien sûr différente chez les enquêté-e-s. (A°) Le charisme, la personnalité, le respect des codes et la proximité suscitent un intérêt particulier chez certain-e-s enquêté-e-s. (B°) Certains contenus avec des valeurs, des idées politiques, des émotions, de la logique et de la pédagogie, peuvent également susciter un intérêt particulier. (C°) Enfin, l’autorité semble particulièrement efficace chez certain-e-s enquêté-e-s qui la recherchent explicitement dans les activités de communication.

Certaines critiques des enquêté-e-s rentrent en opposition directe. (A°) Tout d’abord, les enquêté-e-s ne s’accordent pas sur la confiance : certain-e-s la ressentent effectivement et d’autres se méfient (automatiquement) de la communication politique. (B°) Ensuite, certain-e-s accordent une importance, plus ou moins grande au charisme, quand d’autres le trouvent inutile à la communication politique. (C°) Certains contenus peuvent à la fois plaire et déplaire à différents enquêté-e-s ; c’est le cas des techniques marketing, donnant des formes particulières aux activités communicationnelles (principalement la personnalisation et le storytelling), du recours aux émotions et à la vie privée. (D°) On retrouve des oppositions proprement politiques dans les réflexions des enquêté-e-s. Ils ou elles ne sont pas d’accord vis-à-vis de la représentation politique. La dimension théâtrale de la communication politique suscite des degrés opposés de conception ; d’un côté un rejet et, de l’autre, une acceptation. L’autorité concentre la dernière opposition politique. Certain-e-s enquêté-e-s apprécient et recherchent l’autorité, quand d’autres la critiquent négativement, de façon plus ou moins vive. (E°) Enfin, les réseaux sociaux numériques font l’objet de critiques opposées, qui peuvent se résumer comme suit : certain-e-s trouvent l’utilisation de ces réseaux utile et souhaitable, d’autres pensent qu’elle est plus ou moins nuisible.

5° Les enquêté-e-s formulent des solutions pour changer ou améliorer la communication politique. (A°) Ces solutions portent d’abord sur les qualités à développer à travers les activités de communication, soit le respect, l’honnêteté et le contrôle de soi. Ensuite, les pros assisté-e-s devraient développer une proximité, qui se manifesterait par une sincérité, une fin de la déconnexion (entre citoyen-ne-s et pros assisté-e-s) et un développement de la confiance. Les pros assisté-e-s devraient être formé-e-s pour apprendre à mettre en œuvre des activités de communication respectueuses, sans langue de bois. (B°) Le contenu des activités de communication serait améliorée si elles étaient « au service de l’humain » et si le sens des discours politiques était travaillé. (C°) Concernant la dimension politique, il faudrait éduquer les citoyen-ne-s à la critique de la communication politique. La communication politique devrait également être au service de la transparence. Les activités de communication devraient être évaluées et la communication politique de façade arrêtée, au bénéfice d’une communication d’accompagnement. (D°) Enfin, les solutions portent sur les supports. Les enquêté-e-s proposent que les temps de parole dans les médias, pendant les élections, soient égales entre les différents partis. Ils ou elles proposent en outre que les activités communicationnelles participent à une surveillance des fausses informations. Ces activités communicationnelles sur les réseaux sociaux devraient être surveillées afin de limiter les insultes et les messages de haine.



Sur quoi reposent les critiques citoyennes de la communication politique ?

Les critiques formulées par les enquêté-e-s sont peuplées d’acteurs et actrices politiques, de pros assisté-e-s qui ont marqué leur souvenir ou qui s’imposent dans la discussion pour plusieurs raisons. (A°) C’est d’abord la position du ou de la pro assistée dans le champ politique, notamment dans le gouvernement ou la présidence. Ce sont en effet les pros assisté-e-s dont on parle le plus et qui sont les plus directement visibles. (B°) Ensuite, les capacités communicationnelles des pros assisté-e-s, c’est-à-dire leur maîtrise des discours, des petites phrases assassines et des coups de com, ou, au contraire, leurs bourdes et maladresses répétées, les placent dans la réflexion des enquêtée-e-s. C’est parce qu’ils ou elles sont bonnes ou mauvaises dans l’exercice de la communication que les enquêté-e-s y font référence. (C°) Les pros assisté-e-s qui ont laissé des traces dans l’histoire de la politique française, que ce soit de par des faits particuliers (De Gaulle) ou en ayant occupé des postes clés (Nicolas Sarkozy), sont mentionné-e-s par les enquêté-e-s. (D°) Enfin, les enquêté-e-s mentionnent des pros assisté-e-s pour des raisons partisanes, ou de proximité ou d’opposition politique. Ils ou elles pensent en effet aux pros assisté-e-s de leurs partis, ou à celles et ceux avec lesquel-le-s ils ou elles sont en accord ou en désaccord.

Les enquêté-e-s s’appuient sur des événements pour réfléchir à propos de la communication politique. Ici, rien de surprenant, c’est le covid qui occupe tous les esprits. Cet événement de crise permet aux enquêté-e-s : (A°) d’évaluer le rôle de la communication politique dans le gouvernement, (B°) d’évaluer la communication en elle-même et on peut se poser une question vis-à-vis d’un accroissement de l’attention portée vers la retenue, (C°) de surveiller avec plus d’intérêt les activités de communication des membres de l’exécutif, pour se tenir au courant de l’évolution de la situation ou des décisions de gouvernement.

Les enquêté-e- font appel également à des idées communes pour critiquer et réfléchir sur la communication politique. Les idées communes sont un ensemble de caractéristiques décrivant un objet ou un sujet, faisant foi de preuve par leur existence même, et dont le recours n’est pas automatiquement appuyé par une vérification empirique. (A°) Ils ou elles relèvent que le mensonge et la malhonnêteté sont courantes en politique. (B°) Ensuite, ils ou elles ont recours à la critique de la communication de façade ou le fameux « c’est que de la com ». Cette critique dénonce principalement la séparation entre les actes et les activités de communications, l’absence d’engagement après la tenue d’une activité de communication. (C°) Les enquêté-e-s ont également des conceptions globales de la communication politique, plutôt que des définitions précises et clairement identifiées. Dans ces conceptions, on retrouve le discours comme forme dominante d’activité de communication. Les deux dimensions principales de la communication politiques sont la communication de gouvernement et la communication en contexte d’élection. Ces conceptions, à l’exception d’un enquêté, n’abordent pas la question de la communication publique, pourtant proche de la communication politique.

Les médiasau sens large – fournissent un accès aux activités de communication politique. (A°) Les enquêté-e-s peuvent être exposé-e-s involontairement à l’information politique, que ce soit par des proches ou par des pratiques routinières. (B°) En revanche, d’autres enquêté-e-s se dirigent volontairement vers l’information politique, dont les activités de communication font évidemment partie. Ils ou elles peuvent mener une veille sur les réseaux sociaux par exemple ou écouter la radio. (C°) Les enquêté-e-s formulent également des critiques négatives envers les médias, notamment concernant leur rôle dans la communication politique : encouragement des petites phrases, des bons mots, multiplication des activités de communication.

Pourquoi des réflexions critiques citoyennes sur la communication politique ?

Les critiques des enquêté-e-s s’insèrent dans leur vie. (A°) Il existe des liens indéniables entre la sociologie électorale et l’analyse que j’ai menée dans cette étude, notamment sur les critères d’évaluation de la politique et les conceptions de cette dernière, que nous pouvons retrouver vis-à-vis de la communication politique. (B°) Les enquêté-e-s formulent des critiques en fonction de leurs expériences professionnelles, politiques et personnelles. Ces expériences, en quelque sorte, font office de filtre pour déterminer quels sont les éléments principaux à surveiller pour juger une activité de communication. (C°) Il en résulte chez certain-e-s enquêté-e-s une impression de déconnexion entre pros assisté-e-s et citoyen-ne-s. Les premiers semblent vivre dans un monde à part, duquel les citoyen-ne-s sont étranger-e-s et qui appartient à des « élites », des individus spécialisés. La communication politique illustre cette déconnexion à travers la perte de sens et la séparation entre activités de communication et actes que relèvent certain-e-s enquêté-e-s. Autrement dit, les enquêté-e-s ne comprennent pas les activités de communication, ce qui renforcent la distance. Ils ou elles constatent en outre que ces activités ne sont pas suivies d’actes ou le sont mais par des actes contradictoires. (D°) D’après moi, cette déconnexion dans la communication politique est due à un rapport pathologique des pros assisté-e-s avec la réalité. Les enquêté-e-s eux et elles-mêmes utilisent souvent la notion de réalité, pour exprimer leur incompréhension concernant des activités de communication qui traduisent un rapport illogique avec la réalité, dans laquelle ils ou elles vivent.

Les enquêté-e-s investissent émotionnellement et croient en la démocratie représentative. (A°) A travers, principalement, l’exemple de François Ruffin, j’ai vu que certain-e-s enquêté-e-s possédaient une envie de représentation politique. Celle-ci est du au fait que l’organisation politique nous pousse à avoir des représentant-e-s pour pouvoir agir politiquement. Toutefois, cette envie correspond également à la dimension émotionnelle de la politique en France ; les enquêté-e-s peuvent montrer parfois leur attachement ou leur sensibilité envers les émotions dans la communication politique. Il s’agit également d’un rapport d’identification, qui peut être favorisé par des stratégies de communication et, plus particulièrement, par un rapport de proximité. Celle-ci peut être une proximité personnelle, par la partage d’une caractéristique physique ou d’un métier par exemple, ou politique, sur les plans des idées politiques. (B°) Chez certains enquêté-e-s, la critique de la communication politique renvoie à une acceptation de la domination des pros assisté-e-s du fait d’une acceptation et d’une recherche de l’autorité. Je me suis appuyé sur les théories de Mendel pour mettre en lumière que les rapports d’autorité en France avaient une dimension psychologique, reposant notamment sur les relations parents-enfant, sans pour autant en dépendre totalement. La légitimité est aussi déterminante dans ces rapports d’autorité. Certain-e-s enquêté-e-s recherchent donc en particulier une forme d’autorité, celle de l’État. Cette autorité peut être souhaitable, tout spécifiquement chez le président, car il est une figure centrale du pouvoir – en conséquence, il doit être autoritaire, charismatique et se comporter en chef. J’ai posé également l’hypothèse d’une acceptation et d’une recherche plus prononcée de l’autorité chez les citoyen-ne-s situé-e-s à droite. (C°) Enfin, les enquêté-e-s peuvent souligner l’importance qu’ils ou elles accordent au vote, correspondant parfois à un devoir civique. L’adhésion à la démocratie représentative peut par ailleurs être nuancée, s’accompagnant de critiques négatives. D’un autre côté, le vote est vécu par certain-e-s enquêté-e-s comme un non-événement ; on vote pour voter, parce que des proches nous le demandent, on oublie pour qui et pourquoi on a voté pour tel-le ou tel-le candidat-e. Ainsi, ce vote important mais non-événement souligne la naturalisation de l’organisation politique; il n’existerait pas d’alternative (crédible).

Les critiques de la communication politique et les critiques de l’organisation politique se rencontrent très souvent dans les réflexions des enquêté-e-s. (A°) J’ai identifié quatre liens typiques, traduisant les configurations de relations entre ces deux critiques, en m’appuyant sur la confiance/méfiance accordée à la communication politique et l’organisation politique. Dans un premier temps, il s’agit de critiques majoritairement négatives, portant à la fois sur l’organisation politique et la communication politique. La méfiance est forte dans ce cas, même si la confiance n’est pas impossible. On retrouve ici principalement des enquêté-e-s peu politisé-e-s et qui affirment leur distance avec la politique, ainsi que des enquêté-e-s politisé-e-s, menant une réflexion critique approfondie sur la communication politique et l’organisation politique. Dans un deuxième temps, il s’agit de critiques radicales. Plus rare, ce type traduit une mise en cause profonde de la communication politique et de l’organisation politique. Ce sont les enquêté-e-s anarchistes ou proches de ces idées qui s’inscrivent dans ce type. La méfiance est très prononcée envers la communication politique et l’organisation politique. Dans un troisième temps, critique majoritairement positive de l’organisation politique et critique équilibrée de la communication politique se rencontrent. La démocratie représentative est appréciée et soutenue, malgré quelques défauts. En revanche, la communication politique pose, elle, plus de problèmes. Des enquêté-e-s politisé-e-s, appartenant notamment à des partis, correspondent à ce type. Ils ou elles ont principalement confiance dans la communication politique et l’organisation politique. Dans un quatrième temps, il s’agit d’un type d’absence ou presque de réflexion critique (positive ou négative) sur l’organisation politique, accompagnée de quelques critiques sur la communication politique. C’est un type rare, dans lequel les enquêté-e-s ont une confiance totale dans l’organisation politique et une très forte confiance dans la communication politique. J’ai pu nuancer ce type en rappelant qu’il peut être du à des individus se refusant à critiquer ouvertement l’organisation politique, du fait de leur volonté d’appartenir ou de leur participation active dans le champ politique. (B°) Les enquêté-e-s formulent donc des critiques envers l’organisation politique. Je vais les résumer très brièvement ici. Tout d’abord, ce sont des critiques négatives sur le fonctionnement de l’organisation politique : des problèmes de corruption et de manipulation, de technocratie et de bureaucratie. Ensuite, ce sont des critiques négatives sur le gouvernement de la société : des manques de contrôle et de représentation politique, la dimension partisane, l’Union européenne et l’autorité. Enfin, les enquêté-e-s formulent deux critiques négatives générales : sur l’idée que « c’était mieux avant » et ils ou elles se demandent si nous vivons en démocratie. Concernant les critiques positives, les enquêté-e-s s’arrêtent sur le fonctionnement de l’organisation politique : la représentation et le besoin de représentant-e-s. Deux autres critiques positives sont formulées sur le gouvernement: l’autorité et la politique locale. Enfin, c’est une critique positive générale, évoquant l’intérêt de la politique, qui peut aussi être un devoir d’intérêt. J’ai fini en évoquant les diverses solutions données par les enquêté-e-s pour changer ou améliorer l’organisation politique.

Les enquêté-e-s possèdent des attentes normatives vis-à-vis de la communication, c’est-à-dire comment celle-ci devrait être, de quoi devrait-elle être composée, etc. (A°) Ce sont d’abord des attentes à propos de ce que montrent les activités de communication des pros assisté-e-s. Il faudrait que les pros assisté-e-s soient compétent-e-s, qu’ils ou elles se comportent de manière respectueuse et apprennent à se contrôler. Certain-e-s enquêté-e-s attendent un respect des codes conventionnels de communication. D’autres insistent sur le charisme que les pros assisté-e-s doivent posséder. Ils ou elles doivent également être connecté-e-s à la réalité et le montrer à travers leurs activités de communication. Enfin, ils ou elles doivent parvenir à se différencier. (B°) Les attentes portent aussi sur le contenu de la communication politique : elle devrait être sincère, logique, ne pas être discriminante, traduire des idées et valeurs politiques, faire preuve de pédagogie et être rapide. Les discours devraient quant à eux être appuyés sur la cohérence logique des propos – voire s’inspirer de la démarche scientifique – et sur la clarté dans les termes utilisés. (C°) Certaines attentes sont politiques et concernant le gouvernement par la communication. Ce dernier ne devrait pas être ou presque théâtrale et être diminué dans sa dimension partisane. En revanche, il devrait se dérouler sans polémique. Enfin, la dernière attente fait l’objet d’une opposition et concerne l’autorité ; certain-e-s enquêté-e-s l’attendent, d’autres attendent son absence.

5° On peut retrouver dans les réflexions des enquêté-e-s des ambivalences et des contradictions. (A°) Les ambivalences se dégagent quand un-e enquêté-e aime et n’aime pas le même élément de la communication politique. C’est tout d’abord la représentation politique qui peut être aimée et détestée. Ensuite, la communication est frappée de multiples ambivalences, dont voici quelques exemples : ce sont les discours que l’on trouvera inutile mais qui peuvent servir tout de même à connaître les pros assisté-e-s, ce sont les activités de communication râleuses mais qui, en même temps, soulignent un engagement du ou de la pro assisté-e, c’est la communication politique en elle-même, qui peut être fortement critiquée, à la fois négativement et positivement. (B°) Les contradictions dans les réflexions des enquêté-e-s s’illustrent par une critique sélective, dont les racines sont partisanes. Les enquêté-e-s peuvent critiquer différemment les activités de communication d’un ou d’une pro assisté-e en fonction de son parti. Puis j’ai interrogé le rôle des images des pros assisté-e-s dans la formulation de critiques sélectives. Selon moi, et c’est une hypothèse qui paraît fort probable, la manière dont on perçoit un ou une pro assistée influence la manière dont on peut juger avec objectivité ses activités de communication.

crédit photo


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.