Pourquoi faire une recherche c’est travailler trois fois ?

Je vais exposer dans ce billet les raisons qui font qu’une recherche est composé de trois activités parallèles, qui ont chacune leur intérêt.

1° L’enquête-recherche-analyse en elle-même

Peu importe le terme que vous choisissez, ce premier travail traduit l’évidence ; il s’agit de la recherche en elle-même. C’est votre objet de recherche, que vous analysez, à l’aide d’une enquête et/ou d’un outillage conceptuel spécifique. Je ne vais pas m’attarder sur cette activité, vous avez sûrement compris.

 

2° Une réflexion épistémologique

La science, comme n’importe quelle activité humaine, est traversée par des modes, des idées reçues, des réflexions en vogues, des notions qui reviennent puis qui repartent, d’autres qui demeurent, comme des poncifs increvables. Par exemple, en sciences de l’information et de la communication, les travaux avec le concept d’espace public ont pullulé (je sais pas si c’est toujours le cas) quand je faisais mes études, tant et si bien qu’un de mes profs nous avait dit, l’air fatigué et sincère : « arrêtez s’il vous plaît avec vos mémoires portant sur l’espace public, j’en peux plus ».

C’est pourquoi il faut interroger la construction de son objet : est-ce que je ne reprends pas des termes à la mode sans les interroger ? Est-ce que je ne succombe pas à une idée répandue dans ma discipline, idée s’apparentant plus à un postulat théorique, bien pratique, qu’à une authentique réflexion théorique argumentée ?

Il y a des auteur-e-s dont les pensées subissent quelques transformations, qui les éloignent, plus ou moins, de ce qu’ils ou elles voulaient précisément dire : Weber et ses idéaux-types, Elias et son interdépendance séparée la plupart du temps de l’interpénétration, De Certeau et ses stratégies/tactiques sans mentionner les rapports de domination, etc. Et pourtant, combien de fois j’ai pu lire ou entendre « ma méthodologie repose sur les idéaux-types wébériens », alors qu’il s’agit non pas de la construction d’hypothèse par type (ce que Weber propose), mais de la présentation de résultats par type, donc une typologie pas forcément wébérienne.

Il faut vraiment se méfier du prêt-à-penser disciplinaire, pouvant s’apparenter à un cache-misère censé dissimuler des impensés. D’un autre côté, identifier ce prêt-à-penser est utile car il renseigne sur ce qui peut voire doit être dit ou ne pas dit dans une discipline : les auteur-e-s banni-e-s, les théories mal considérées ou interdites, les idées qui font l’unanimité, les points de vus et postures largement partagées, etc.



3° Un travail sur soi

On travaille autant sur la recherche qu’elle nous travaille. La recherche questionne nos goûts, nos intérêts, nos représentations, nos valeurs, nos idées politiques. Et tous ces éléments sont en retour utilisés pour travailler sur l’objet de recherche. C’est pour cette raison qu’il faut s’interroger soi, par rapport à sa recherche – j’en parle plus longuement dans un autre billet sur l’exercice d’auto-analyse. Il faut se demander quelles idées reçues, quelles attentes, quelles envies voire désirs je possède et qui pourraient se constituer en biais.

Ce travail sur soi n’est pas anodin car il peut souligner les motivations à faire de la recherche. Par exemple, je me souviens très bien de ma déception quand, voulant faire de la recherche critique durant ma thèse, je me suis retrouvé enfermé dans un labo voire une discipline neutres. Il a donc fallu que j’évalue constamment si mes volontés politiques ne heurtaient pas trop fortement la construction d’un objet de recherche plus « lisse ».

Par ailleurs, c’est aussi l’occasion de faire ressurgir les cela-va-de-soi, ce que l’on prend pour évident et que l’on ne questionne pas ou plus. Par exemple, pendant la dernière recherche que j’ai menée sur la réception de la communication politique, j’avais oublié que l’utilisation de la communication comme outil de gouvernement n’était pas si apparente (d’où cette distinction si courante entre actes et discours = communiquer c’est du vent, ça sert à rien, faites autre chose, des actes concrets).

 

En résumé, faire une recherche, c’est faire trois activités en même temps : la recherche en elle-même, une réflexion épistémologique sur la science et la discipline d’appartenance, un travail sur soi pour mieux se connaître et éviter, si possible, les biais.

crédit photo


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.