Jean Castex sur Twitch : échec de la démocratie directe en direct chez Samuel Etienne

Il n’aura échappé qu’à peu de gens la présence accrue des pros de la politique sur les réseaux sociaux numériques ces dernières années. Ce billet est une analyse à la volée de l’interview de Jean Castex (JC), donnée sur la chaîne Twitch du journaliste Samuel Etienne (SE). Bien entendu, ce n’est pas une analyse qui a la rigueur d’un authentique travail scientifique et vous y trouverez des commentaires politiques.

Communication ou propagande ?

J’ai vu chez mes compatriotes une interrogation vis-à-vis de la communication de l’État qui se porte sur une plateforme de streaming : mais que vient faire le premier ministre ici ? Alors qu’il a déjà tous les canaux qu’il veut pour s’exprimer, pourquoi s’imposer sur twitch ? Est-ce que ça ne serait pas le retour de la propagande ? Avant de répondre à cette question, je vais essayer de caractériser la communication de JC pendant cette interview.

1° La proximité est sans doute l’argument le plus facile à utiliser pour JC pour parler de son interview sur une plateforme de streaming. Ce faisant, JC est censé être plus proche des électeurs et électrices. Il faut comprendre ici que JC est un boomer dont les activités de communication ne touchent pas une catégorie de population, celle qui utilise les plateformes de streaming. Pour autant rien ne dit que cette population souhaite s’informer sur ces plateformes ou voir JC débarquer sur celles-ci. Qu’est-ce qu’une proximité quand une des parties ne la souhaite pas ? De plus, est-ce que la communication de JC pendant cette interview fut proche ? Non, loin, très très loin de ça. C’est d’ailleurs les reproches directement formulés par un vieweur dans une question, justement posée par SE. La manière de s’exprimer de JC est compliquée et l’internaute se demande pourquoi il ne simplifie pas.

Le seul moment où JC semble s’approcher, ou « se rapprocher » comme il le dit lui-même, c’est lorsqu’il évoque le rugby. On retrouve un fan chauvin de l’équipe de France, et c’est assumé par le premier ministre, qui prend position pour son équipe de coeur ; comme n’importe quel-le français-e en fait. Mais c’est bien le seul moment.

2° La seconde caractéristique qui m’a sauté aux yeux est l’incapacité de JC à sortir de son rôle de premier ministre. Et en cela, JC n’a pas du tout compris ce qu’était Twitch, où une certaine proximité peut véritablement être développée – celle du « je fais comme vous, je joue aux jeux vidéos ou je suis proche de la culture pop » ou celle du « je suis un être humain comme les autres, je dévoile ma subjectivité, mes goûts, dégoûts, croyances, espoirs, etc. » Il me semble par ailleurs que les internautes n’aient pas tout à fait compris que JC incarne un rôle et que, plus encore, il est dirigé par ce rôle. Ils ou elles s’offusquent que JC s’exprime avec de la langue de bois, ne réponde pas aux questions qui l’embarrassent, mais JC ne fait, en réalité, que jouer sa partition avec l’application d’un écolier zélé ; c’est le cliché du premier ministre : posture d’autorité refusant la contradiction, chef d’équipe « assumant » toutes les décisions, pro de la politique fondu dans la nation qu’il représente et qu’il semble défendre par tous les pores de sa peau, une communication sérieuse et formelle, ne laissant place à aucune fantaisie, etc.

En conséquence, je ne pense que ce n’était pas un exercice de propagande. Ca n’en a pas les caractéristiques : répétition systématique, contrôle absolu de l’information, violence et manipulation. Ou alors, il s’agirait d’une nouvelle forme de propagande, plus insidieuse, plus fine, comptant sur une diffusion dans laquelle les récepteurs et réceptrices ont une part importante (en transmettant les messages auprès de leur entourage, « tweetant », « likant », commentant, etc.). Mais non, ce n’est pas de la propagande. C’est une transposition de la communication de l’État, une communication institutionnelle, molle, ennuyeuse et ne changeant rien. Plus de respect ? Non. Plus de dialogue ? Non. Plus d’honnêteté ? Non. Plus de proximité ? Non. En fait, JC ne peut pas, ne sait pas, ne veut pas (?) sortir de son rôle. Il passe son temps à détruire la moindre bribe de subjectivité pour jouer son rôle de premier ministre ; Jean Castex s’efface complètement derrière le premier ministre Jean Castex. Exemple frappant, JC refuse dire qu’il y a quelque chose qu’il n’aime pas dans sa fonction.

Au total, cette interview est un bordel : beaucoup de sujets sont abordés, JC a envie de développer mais il est globalement chiant, creux, ne prend pas position, est trop prudent, et, sans aucun doute possible, n’a absolument rien apporté de nouveau au niveau de la communication. Pour être franc je suis sévère avec le premier ministre, mais il fallait être à la hauteur du rdv ; une interview sur une plateforme de streaming, pour parler à un public éloigné de la politique (ce qui n’est pas forcément vrai par ailleurs), pour être « proche ». Vous l’aurez compris, c’était un échec.

L’impossible neutralité politique, surtout face à l’« État incarné »

Peut-on être neutre face à l’État quand on l’invite dans son salon ? Non. On est soit soumis, soit rebelle. Je ne vois pas comment une position neutre, « objective », est soutenable, surtout dans une situation de crise pareille, où les reproches et les critiques ne cessent de grandir face au pouvoir étatique.

La posture de SE était intéressante – en tous cas pour l’analyse. Il posait parfois des questions gênantes, mais ne remettait jamais en cause les réponses de son invité. De temps en temps, il critiquait, mais légèrement ; à chaque fois qu’il y avait un risque de mettre JC en difficulté, il semblait reculer. Il n’y a guère que sur deux questions, sur les masques et sur les lits de réanimation, que SE se fait incisif et pousse JC à une colère mesurée. Le ton est dans l’ensemble presque léger et gentil. J’ai parfois eu l’impression que SE discutait avec Castex plus qu’il ne l’interrogeait. La discussion, c’est bien, mais ça ne met surtout pas JC dans l’embarras.

En outre, je m’interroge : est-ce que le journaliste peut écouter avec attention JC et lire les questions du chat ? Est-ce que ce multitâche n’est pas à l’avantage de JC qui a juste à répondre ? Fait amusant, JC reproche même à SE de ne pas écouter, parce que ce dernier lit le chat au lieu de le regarder.

Le premier ministre choisit juste une fois une question. On pourrait se dire que SE a raison : empêcher le premier ministre de choisir les questions qui le dérangent. Oui c’est vrai. Mais, excusez-moi pour la brutalité, SE est tellement mou, tellement gentil, que qu’est-ce cela change que ce soit lui ou le premier ministre qui décide des questions ? Très peu de choses. J’aurais même préféré voir JC choisir les questions pour en savoir plus sur sa personnalité, sur sa manière de gouverner.

2° Je crois que cette interview a démontré que jouer la carte de la neutralité, c’est jouer le jeu du dominant, autrement dit de celui qui a le plus de chance d’influencer l’issue du jeu et ses règles. SE est trop gentil ou accommodant, voire presque obséquieux parfois : il touche l’épaule de son invité (geste barrière !), approuve par des onomatopées, accepte des recadrages de question, accepte de se faire couper la parole par son invité, et cela de façon assez agressive « écoutez-moi », etc. Heureusement, il se montre une ou deux fois incisif, mais il laisse presque toujours le dernier mot à JC. C’est même lui qui fixe la durée de l’interview – politesse me direz-vous. Plus dérangeant pour moi, SE ne finit pas les rares coups qu’il commence à asséner ; il serait comme un boxeur qui refuse de combattre trop sérieusement au risque de vexer son adversaire.

La fin de cette interview est assurément le pire moment de cet échange bienveillant. Alors qu’il annonce laisser « le mot de la fin » à JC, SE conclut lui-même en félicitant le PM de son « certain courage »… Quel courage ? Celui d’accepter de ne jamais être mis en danger ou celui de travailler un dimanche après le couvre-feu ? Car c’est bien cela au final le plus gênant ; SE n’a pas du tout empêché JC de faire son job, de jouer son rôle, il lui a donné toute la place pour s’exprimer tranquillement.

Autre chose qui m’embête beaucoup : cette conclusion sonne comme un coup de pub dans la forme de « qui aura aussi le courage de venir chez SE ? » après le premier ministre. Je vais encore une fois être brutal avec SE sur ce coup : Monsieur le présentateur, redescendez sur terre quand vous dites participer à la démocratie directe, vous n’y êtes pas du tout et vous vous ridiculisez, tout en limitant l’idée d’une véritable démocratie à une discussion fourre-tout, soumise au pouvoir. Pour la souveraineté du peuple, on repassera.

Un échec de démocratie directe

SE dit que son interview était un acte de démocratie directe. Que dire si ce n’est hurler « absolument pas !! ». Beaucoup de choses ne correspondent pas du tout à une discussion démocratique ; résumons les principaux problèmes :

1° La plateforme twitch comprend, dans sa structure même, une asymétrie. Seule la personne qui diffuse parle de vive voix et contrôle la discussion.

2° Il y avait trop de questions. Impossible de toutes les traiter et voici une liste des questions ignorées, manquées par SE et JC (je n’ai pas tout noté évidemment, cela était impossible tant le chat défilait rapidement) : violences policières, revenu universel, UE et sa gestion de la crise sanitaire, réouverture des bars, efficacité du vaccin, RSA jeune, islamogauchisme à l’université, premier déconfinement, pourquoi JC est sur twitch, mandat révocable, augmentation de l’enveloppe parlementaire, le plat préféré de JC, son club de foot préféré, l’avenir du nucléaire, etc. Ce trop-plein de questions ne permet la tenue d’une discussion saine. Cela interroge sur la possibilité d’une discussion à 80000 sur Twitch.

3° La démocratie directe n’est peut-être pas la démocratie du tiers qui choisit les questions : on serait plus proche ici d’une démocratie représentative en fait. SE affirme choisir « les questions les plus pertinentes ». J’aurais bien aimé connaître les critères de pertinence. Il n’en évoque qu’un seul : celui de la répétition d’une question dans le chat.

4° Une discussion démocratie doit être ouverte, par définition, pour inclure tous et toutes les citoyennes. Et pourtant, pendant une bonne durée de l’interview, le chat a été réservé aux abonné-e-s de la chaîne – il faut payer pour être abonné-e. Serait-ce un retour de la démocratie censitaire ? On comprend aisément ici que ce n’est pas un élitisme qui empêche l’ouverture du chat, mais une question pratique. A nouveau se pose la question de la possibilité d’un échange démocratique sur Twitch.

Conclusion : une communication classique, d’un pouvoir d’État autoritaire sans volonté de changement

Le titre de cette conclu résume selon moi cette interview. C’était une activité de communication classique, donnée par un représentant politique qui incarne l’État, de façon autoritaire, en refusant  des échanges véritablement démocratiques (qui se dérouleraient avec une contradiction forte et assurée, maintenue), sans aucune volonté de changement. D’ailleurs les critiques négatives formulées à l’encontre de la communication de JC étaient nombreuses. Beaucoup ont dénoncé sa langue de bois, son « esquive de question », la longueur de ses réponses, ses mensonges, son pipeau, la forme de sa communication trop télévisuelle.

Toutefois, pour finir sur une note positive, certain-e-s internautes semblaient satisfait-e-s. Plus précisément, ce n’est pas de JC qu’ils ou elles étaient satisfaites mais de SE. Ces internautes critiquent les autres internautes : arrêtez de vous plaindre, respectez, vous êtes un « chat horrible » dit un-e internaute. Certain-e-s adressent directement des remerciements à SE, quelques rares internautes remercient JC.

J’ai menti, je ne vais pas finir sur une note positive mais sur une note réaliste ou cynique, c’est selon ; cet exercice de communication est tout à fait représentatif d’une incapacité du pouvoir étatique et politique à opérer une véritable évolution sur le plan politique. L’avènement du monde d’après, de tous ses corollaires, et évoquons ici celui qui nous intéresse le plus, la démocratie directe, l’avènement du monde d’après n’aura pas lieu sans évolution politique. Dire n’est pas faire, ou plus exactement, dire n’est pas suffisant pour faire. Avez-vous été proche des Français et Françaises ce soir Jean Castex parce que vous avez communiqué sur twitch et déclaré vouloir vous rapprocher ? Non. Avez-vous participé à un exercice de démocratie directe Samuel Etienne parce que vous avez sélectionné des questions d’internautes et les avez exprimées avec votre voix, parfois reformulées ? Non. La communication politique ne changera pas sans réel changement politique et il n’y aura pas de réel changement politique sans évolution de la communication politique.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.