Comment faire une biblio parfaite ? 5 règles d’or… la n°2 va vous surprendre

La bibliographie n’est pas l’exercice le plus compliqué dans la rédaction d’un mémoire, ou d’un dossier, mais c’est sans doute celui qui peut amener à faire le plus d’erreurs. Par manque d’attention ou par méconnaissance de certaines règles, la bibliographie peut amener des critiques ou, pire, des pertes de points (quel désastre !!). Ce billet vous apportera donc un succès garanti si vous le suivez à la lettre.

Règle n°1 : suivez une norme

Une norme bibliographique est une recette de cuisine, clairement définie, qu’il faut impérativement suivre, de partout, tout le temps, qu’il neige ou qu’il vente, que votre chat ait faim ou que vous vous soyez cogné-e l’orteil dans la table de votre salon alors que vous esquissiez un pas de danse pour fêter la victoire de votre équipe de curling préférée.

Il faut donc choisir une norme – une des plus courantes est ISO 690 – et l’appliquer de partout. Par exemple si j’écris (attention norme inventée de toute pièce par moi-même) pour un ouvrage :

ROGER Moustafaki, Le lancer de couteau à l’ère préhistorique, Edition du Pizzaïolo, 1650, 45 p.

Je ne peux pas écrire pour une autre référence, toujours pour un ouvrage :

PISTAFALA Christine, En avant Guingamp : des bonnes soupes pour les vieux singes qui grimacent. Grenoble : les Editions du pingouin farceur, 2022, 666 p. (Collection de Satan)

Vous noterez également que les formes (italique, gras, majuscule, etc.) ne sont pas les mêmes selon le type de document. On n’écrira pas de la même façon la référence d’un article, d’un chapitre, d’ouvrage, d’une vidéo ou d’un chant grégorien.

Règle n°2 : référencez d’une seule manière

Référencer signifie mettre la source dans son document. Si j’écris : « avec les progrès technologiques, en particulier dans la fabrication et l’efficacité des armes létales, les mécanismes inhibiteurs, également présents chez les autres animaux pour empêcher qu’une agression au sein d’une même espèce devienne mortelle, sont inefficaces chez l’humain. » Je dois préciser qui a écrit ça, sinon c’est du plagiat. Ce n’est pas mon idée, mon travail, et, même si ce n’est pas une citation directe, je dois référencer.

En l’occurrence il existe deux manières de référencer : en note de bas de page ou entre parenthèses. Par exemple : « avec les progrès technologiques, en particulier dans la fabrication et l’efficacité des armes létales, les mécanismes inhibiteurs, également présents chez les autres animaux pour empêcher qu’une agression au sein d’une même espèce devienne mortelle, sont inefficaces chez l’humain (Lorenz, 1970). »

Ou, même paragraphe et la référence suivante en note de bas de page : LORENZ Konrad, Trois essais sur le comportement animal et humain. Paris : Edition du Seuil, 1970, 240 p. (Points. Essais)

Choisissez donc une seule et unique manière de référencer ; ne les mélangez pas, un coup entre parenthèses, un coup en note de bas de page. Sinon c’est un peu comme si vous trempiez votre bonbon au caramel dans de la confiture de lait au prétexte que ça se ressemble : premièrement c’est dégueulasse ; deuxièmement, y a sans doute une loi qui interdit cela ; troisièmement, vous allez choper une demi-douzaine de caries avec ces conneries ; quatrièmement, c’est le genre de mélange qui fait grimacer. C’est bien d’être un-e rebelle et d’ignorer les conventions, mais parfois ces dernières jouent en faveur de la clarté. Par ailleurs, si vous deviez choisir une manière, optez pour le référencement entre parenthèses, plus courant dans les articles scientifiques – c’est donc une norme que vos profs connaissent.

 

Règle n°3 : relisez toujours, surtout en cas d’utilisation d’un outil bibliographique

Si vous pensez qu’écrire une bibliographie est l’histoire de trois quatre clics, vous allez être aussi déçu-e qu’un-e gamin-e qui s’attend à recevoir à Noël une « switch mario », alors que papi est un peu sourd et a compris un « pitch choco »(ou alors papi est radin et fait semblant de pas comprendre, ce gros malin).

Peu importe l’outil que vous utilisez, ne lui faites pas une confiance aveugle et repassez toujours derrière lui. Plus encore, ne vous faites pas confiance à vous-même ! Relisez-vous, notamment pour voir si vous n’avez pas oublié cette petite virgule, ce terme en gras, la pagination d’un chapitre d’ouvrage, ou oublié d’éteindre le gaz.

 

Règle n°4 : les pages internet doivent être proprement référencées

Que cela soit clair ; à chaque fois que vous vous contentez de simplement coller l’URL d’une page internet pour la référencer, un-e documentaliste meurt d’un arrêt cardiaque.

Par exemple, il ne faut pas écrire :

https://www.marmiton.org/recettes/recette_la-pizza-margherita-recette-realisable-a-la-maison_335446.aspx

<Mais :

<MARMITON, « La pizza margherita (Recette réalisable à la maison) » [Document en ligne] Marmiton, s. d. Disponible sur : https://www.marmiton.org/recettes/recette_la-pizza-margherita-recette-realisable-a-la-maison_335446.aspx (consulté en mars 2021)

Donc, référencez proprement les pages internet !

 

Règle n°5 : une activité conservatrice

Les normes bibliographiques sont aussi conservatrices qu’un-e libéral-e quand on évoque la progressivité des impôts. Autrement dit, ne faites pas la révolution avec les normes bibliographiques, la tête du roi ne tombera pas, la bibliographie est noble. Vous n’avez alors aucun intérêt à improviser, inventer, créer une nouveauté. Les normes bibliographiques, comme n’importe quelle norme, répondent à des attentes précises, qui sont là pour tuer la surprise, noyer le coup de théâtre, suriner la stupéfaction.

En clair, et j’anticipe là sur les questions qu’on peut me poser :

Est-ce que je peux mettre de la couleur ? Non.

Est-ce que je peux utiliser des polices différentes ? Non Darmanin, je t’ai reconnu.

Est-ce que je peux mélanger des normes parce que je suis un original-e ? Non, et retourne lire la règle n°1.

Est-ce que je peux mettre un mème qui m’a fait rire ? Non !

Même ce mème d’Olivier Varan ? Il est super drôle quand même. Ah si ça tu peux, c’est marrant.

 

 

Pour conclure, ces quelques règles sont suffisantes pour rédiger une biblio parfaite. 1° Choisissez une seule norme et suivez-là précisément, tout le temps. 2° Utilisez une unique manière de référencer ; note de bas de page ou parenthèses. 3° Relisez-vous avec attention. 4° Référencez proprement les pages internet. 5° N’innovez pas, ne soyez pas disruptive ou disruptif.

crédit photo


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.