Pourquoi changer l’expression « homme politique  » ?

Pour faire très court, les hommes politiques sont ces personnes qui font de la politique une profession. Cette expression est pourtant imparfaite, en plus d’être sexiste. J’aimerais donc expliquer pourquoi l’expression « professionnel-le-s de la politique » est plus juste.

L’évidence : en finir le sexisme de l’expression « homme politique »

Alors oui, il est possible de dire « femme politique », à ajouter pour faire l’expression suivante « homme et femme politique » ou si on préfère « femme et homme politique ». Pourtant, c’est bien souvent l’expression « homme politique » qui sera utilisée par défaut, puisque le masculin l’emporte sur le féminin dans la langue française. Ce sont donc les implications sur la représentation de ce qu’est la politique qui pose particulièrement problème, si on se figure, par défaut, que c’est un travail d’homme. Sans doute, en tous cas je l’espère, les individus ne sont pas assez abrutis pour considérer que parce qu’on parle d’homme politique, il n’y a « logiquement » que les hommes qui puissent en faire. Je pense malgré tout que l’on ne perd rien à se passer de l’expression d’homme politique au bénéfice de l’inclusivité.

Le non-dit 1 : pour plus de précision sociologique

Les personnes travaillant pour les hommes et femmes politiques sont nombreuses. Par exemple, en 2012, le cabinet du premier ministre de l’époque, Jean-Marc Ayrault, était composé de 52 personnes (Mission des archives, 2016). Je vais donc insister sur l’idée suivante : les dominant-e-s politiques sont des assisté-e-s. En effet, ces professionnel-le-s de la politique sont entouré-e-s pour la moindre de leur décision – ce point n’est pas forcément « négatif », il s’agit bien ici de mettre en lumière cette caractéristique du jeu politique, des joueurs principaux qui sont soutenus par une équipe fournie. Après tout, la professionnalisation de la politique s’est aussi déroulée à mesure que les hommes et femmes politiques s’entouraient de secrétaires, d’assistant-e-s, etc. (Phélippeau, 1999). Ainsi, le membre d’un cabinet ministériel fait de la politique dans le sens où il contribue à assurer, volontairement ou non, la position de son ministre dans le jeu politique. Par ses erreurs, il peut aussi contribuer à diminuer cette position. Un conseiller en communication d’un acteur politique local a aussi ce rôle. En somme comme le disent Demazière et Le Dilec, « loin d’être monopolisé par les seuls élus, le travail politique est largement délégué à des tiers, qui contribuent ainsi au travail politique sans nécessairement détenir de mandat électif » (Demazière, Le Dilec, 2014 ; p. 21).

Il existe donc 2 types de professionnel-le-s de la politique – et ce sont 2 types assez schématiques mais au moins ils dressent sans détour la situation de dominant-e assisté-e de ces participant-e-s au jeu politique :

1° Les professionnel-le-s assisté-e-s de la politique, de type 1, les individus les plus visibles dans le champ politique, qui bénéficient le plus des stratégies de communication, qui ont un capital sympathie ou un crédit auprès des électeurs et électrices, cherchant donc à se faire élire ou réélire.

2° Les professionnel-le-s assistant-e-s de la politique, de type 2, celles et ceux qui permettent aux premier-e-s de jouer à la politique, par exemple en rédigeant en discours ou en synthétisant des informations sur un secteur.

Un complément sur la notion de dominant-e assisté-e : j’ai utilisé cette notion pendant ma thèse pour souligner tous les efforts collectifs que nécessitaient une activité de communication pendant une crise financière internationale. Il existe de nombreuses professions et fonctionnaires s’activant au front : des conseiller-e-s en tous genre, des secrétaires, des « plumes », des ingénieur-e-s, etc. Ainsi effectuer une analyse de la communication politique en ignorant les autres agents qui gravitent autour de ces agents dominants du champ politique est dommageable pour la profondeur de l’analyse. Sur ce point, on pourrait presque aller aussi loin qu’Ellul quand celui-ci indique que « l’État s’absorbe peu à peu dans l’administration » (1965, p. 138). Il défend l’idée que l’appareil administratif a pris un poids considérable, tant et si bien que les professionnel-le-s de type 1, les assisté-e-s, sont entièrement dépendants de leur bureau.

Le non-dit 2 : pour plus de précision sur les rapports de domination

Ce non-dit est la poursuite du précédent. S’il existe des dominant-e-s assisté-e-s, ils et elles n’occupent pas moins une position dominante – plus concrètement ils et elles sont en mesure de prendre des décisions impactant la collectivité, ils et elles peuvent mobiliser un appareil de répression, ils et elles peuvent formuler des discours légitimant automatiquement n’importe quelle action (parce qu’ils et elles fixent les limites du faisable et du dicible et qu’ils et elles ont avec eux une armada (journalistes, autres pros de la politique, agents publics…) d’agents qui reprennent ou doivent reprendre le discours officiel), etc. Dans le jeu politique, cela se traduit par une participation en leur propre nom ; c’est pour elles et eux que le jeu existe, ils et elles l’entretiennent parce qu’ils peuvent s’entretenir à travers lui et entretenir l’État ; c’est un cercle d’entretien, où chaque joueuses et joueurs se passent de la pommade.

En outre, les professionnel-le-s de la politique élu-e-s ont été sanctionné-e-s par le rite ô combien légitimant de l’élection ; à partir de cette réussite ils ou elles se réclament représentant-e-s du peuple, dignes serviteurs du souverain, ce qui leur confie une aura difficilement attaquable, car qui aurait envie de critiquer ce processus central de la démocratie représentative ? (Trop souvent, la critique de la légitimité d’un-e pro de la politique élu est associée, dans l’optique de sa disqualification, à une critique directe de la légitimité de l’organisation politique actuelle – un crime de lèse majesté. Il importe pourtant de distinguer légitimité sociale ou, mieux, populaire, et légitimité juridique ou, mieux, institutionnelle).

Pourtant ces dominant-e-s assisté-e-s ne sont pas tout puissants, et c’est important de le souligner pour marquer l’acceptation de notre soumission à un ordre politique qui consacre ces professionnel-le-s de la politique du type 1, ces pros assisté-e-s. Bourdieu a justement relevé ce « paradoxe de la doxa » (2014, p. 11), le fait que nous nous soumettions sans plus d’actes de rébellion. Le sociologue français évoque un cadre plus large que l’organisation politique, puisqu’il parle de l’« ordre du monde » (ibid.). Toutefois, on est forcé de constater que dans un authentique régime démocratique, il existerait une égalité de fait entre les citoyens et non pas une inégalité de fait, organisée par une procédure d’élections. En conséquence, relever la présence de ces professionnel-le-s de la politique du type 2, assistant-e-s, est une piqûre de rappel ; nous acceptons notre position de dominé, et a fortiori ces professionnel-le-s, qui contribuent à maintenir la position d’autres professionnel-le-s dans les rapports de domination. Que se passerait-il si les membres de cabinet, les conseiller-e-s en communication, les secrétaires et autres se mettaient en grève ? Sans doute la fin ou presque de la politique. Et sur ce point, afin de ne pas laisser croire que je verse dans une lecture de la toute-puissance du dominant, j’en profite pour ajouter un commentaire d’Ellul, qui fait remarquer qu’« un ministre n’est exactement rien sans son infrastructure bureaucratique » (op. cit., p. 139). Il me semble en effet que malgré leur position de dominant-e politique, les professionnel-le-s de la politique de type 1 ont une grande dépendance à l’égard de celles et ceux qui travaillent pour eux.

Non-dit 3 : insister sur les professions de la politique

Parler de professionnel-le-s de la politique est également une manière de montrer que la politique est une institution, obéissant à un ensemble de normes et de valeurs particulière rattachés à différentes professions. Par institution, j’entends, en m’appuyant sur Boltanski (2009), cette organisation nécessitant des représentant-e-s pour s’exprimer et qui a la capacité de définir le monde. L’intérêt des travaux de Boltanski est qu’il souligne que le risque est toujours présent d’être trompé-e par les représentant-e-s de l’institution. On comprendra donc que cette dernière peut faire l’objet d’une appropriation allant à l’encontre des objectifs d’existence fixées explicitement ; c’est par exemple le cas quand un ministre, membre de l’institution étatique, ment pour défendre une « réforme » à laquelle est opposée une majorité de citoyens alors que l’institution se veut démocratique. En revanche, je fais une entorse aux propos de Boltanski, qui reproche à la sociologie de la domination de lier institution et domination et de voir, en conséquence, les deux de partout. Je me sentirais plus proche d’un Bourdieu, même si je reconnais avec Boltanski (et d’autres comme Corcuff (2012)) les capacités d’émancipation et les petits gestes de défi lancés aux institutions. Bourdieu n’a pas pour autant relégué les dominés à la fatalité, comme le souligne Poupeau (2012), il a aussi pensé leurs capacités de résistance. Je n’irai cependant pas jusqu’à dire que c’était le centre de ses théories – ce que ne fait pas Poupeau soyons clair. Pour clarifier ma position, je pense que les individus sont bien dominés par des institutions, surtout dans notre organisation politique qui favorise une soumission aux ordres institutionnels – cette soumission peut être favorisée pour plusieurs raisons que je n’évoquerai pas – mais, ils conservent une capacité de discernement et d’adaptation.

>Je reviens donc à l’idée que l’expression « professionnel-le-s assisté-e-s de la politique » renvoie à une institution, à laquelle sont rattachées des professions. J’ai parlé pendant ma thèse de raisonnabilité, c’est-à-dire l’obéissance des individus, agents, à des contraintes posées par un horizon du possible et du crédible. Autrement dit, les individus savent se comporter et penser de façon raisonnable en fonction de ce qui est admissible, comme manières de comportement et pensée dans l’institution – ce qui n’empêchera pas pour autant les remarques cyniques ou les transgressions passagères. Les professionnel-le-s de la politique type 1 agissent donc en conséquence de savoir professionnels, que je peux, avec Y. de la Haye (2005) qui le fait pour les journalistes, relier à un habitus, soit une intériorisation de pratiques et de dispositions liées à une profession. On pourrait ici aussi évoquer les différentes routines permettant de cimenter encore plus ces habitus professionnels. Bourdieu, toujours avec la notion d’habitus, relève qu’être « politicien suppose un entraînement spécial » (1981, p. 5). Il faut posséder des savoir, passer des rites et maîtriser pratiquement le jeu politique. Mais c’est également des savoir-faire et des manières d’être qui sont instituées, c’est-à-dire dépendant de l’institution. Par exemple, les sénateurs et sénatrices doivent faire preuve de sagesse et de modération, savoir négocier pour influencer une décision politique plutôt que se confronter directement à leurs adversaires (Mazet, 1999). Dans l’ensemble, la profession politique nécessite un ensemble de savoir-faire. Ces savoir-faire peuvent ne pas être clairement distinctifs ou répondre à une cohérence, qui pourrait être due à une spécialisation ; Le Bart parle ici de bricolage (1999). Neveu dresse un tableau général des compétences et savoir-faire concernant la profession politique : « art d’observer et de comprendre partenaire et ennemis » (2003, p. 106), auto-contrôle et maîtrise de ses émotions, compétences techniques. Pour Neveu, ce ne sont pas les « contraintes juridiques » (ibid., p. 110) qui poussent les professionnel-le-s assisté-e-s de la politique à adopter ces savoir-faire, mais « l’acceptation d’une compétition pacifique et organisée » (ibid.). Autrement dit, les pros assisté-e-s font telle ou telle chose parce qu’ils ou elle croient en l’organisation politique telle qu’elle est.

Pour résumer, les professionnel-le-s de la politique de type 1, les pros assisté-e-s de la politique, sont, sans surprise, des professionnel-le-s connaissant les caractéristiques de leur occupation et sont alors capables de mettre en œuvre un ensemble de savoir-faire pour se promouvoir, pour défendre leur position dans le champ politique. Toutefois, les professionnel-le-s de la politique de type 2 ont sans doute également des savoir-faire, servant cette position, en plus de la leur – il n’est pas rare de voir un pro de type 2 bénéficiait des progressions du pro de type 1. C’est le cas d’Alexis Kohler qui a suivi Emmanuel Macron. Il a occupé différents postes de haut fonctionnaire avant de se retrouver directeur du cabinet d’Emmanuel Macron en 2014, quand ce dernier était ministre de l’Économie et des Finances. Il décide également de le suivre quand le ministre quitte ses fonctions pour fonder en marche. Aujourd’hui, il est secrétaire général de l’Élysée depuis 2017.

Les problèmes de la notion de professionnel-le de la politique

Bien évidemment, cette notion a son lot de problèmes. Je vais ci-dessous m’attaquer à chacun d’entre eux, en essayant d’y répondre :

1° La politique n’est pas une profession à part entière. En parlant donc de professionnel-le-s de la politique, le risque est d’entraîner une nouvelle confusion ; de quelle profession parle t-on ? En réalité cette question est juste mais mal posée, car il s’agit plutôt de savoir de quelles professions. Le pluriel est très important dans la mesure où il souligne la dynamique de l’assistanat politique ; la politique n’est pas une profession à part entière mais une vocation de certains individus désirant occuper des fonctions politiques et qui peuvent participer à une lutte pour accéder à ces fonctions grâce au concours de professions spécifiques.

2° En outre, certain-e-s préféreront la notion de métier à celle de profession, comme Chevallier (1999). Ce dernier indique que la notion de métier est préférable car elle est plus large dans la mesure où la professionnalisation de la politique est incomplète. Je pense que l’on peut porter ce qui est dit sur la notion de métier sur la notion de profession. Dans le résumé qu’ont font Boudon et Bourricault (2011), la profession renvoie à l’idée de compétences, d’une autonomie face aux autorités, d’un niveau d’études assez élevés, de recherche d’un statut. On peut ici avoir la prudence, entre autres de Demazière et Le Lidec (2014), qui soulignent que la politique est une profession comme les autres, mais en encore construction, que les hommes et femmes politiques elles-mêmes contribuent toujours à en définir les contours.

3° Et pourquoi pas pro du politique ? Pour rappel, le politique peut désigner à la fois un processus de décision engageant la collectivité (Loubet del Bayle, 1989) et à la fois tout ce qui fait la démocratie (les lois, le pouvoir, etc.) (Rosanvallon, 2003). La politique est une compétition pour accéder à cette maîtrise de la démocratie, à la maîtrise du processus de décision. Cependant, il importe d’insister sur le jeu politique. Cette notion souligne un point essentiel, la politique comporte des joueurs/joueuses, au-delà même des participant-e-s les plus visibles et évidents que sont les professionnel-le-s de la politique (par exemple lire, entre autres, l’article de Champagne (1988) sur la présence des médias et des sondages d’opinion dans le jeu politique). Certain-e-s sont des professionnel-le-s sans forcément être élu-e-s, je pense à ces individus qui n’occupent pas de fonction dans l’appareil étatique central ou décentralisé mais qui sont quand même considéré comme des femmes ou des hommes politiques – ça serait le cas d’un Arnaud Montebourg par exemple. On ne pourrait non plus parler de fonctionnaire de la politique par ailleurs. Par ailleurs, il existe aussi des professionnel-le-s de la politique, comme François Asselineau, qui ne cessent de participer à cette compétition sans pour autant faire du politique. En bref, la notion de professionnel-le du politique serait trop excluante, en ne prenant en compte que les agents du champ politique occupant des fonctions publiques et/ou étatiques.

4° Dès lors est-ce que cette définition ne devient pas trop extensive quand elle peut désigner des professionnel-le-s qui ne sont pas des pros puisque leur profession, comme Arnaud Montebourg, n’est pas liée aux professions de la politique ? Pour pallier à ce défaut, il faudrait recourir à des qualificatifs permettant de situer avec plus précision le ou la professionnel-le ; un ancien pro par exemple. C’est tout à fait envisageable et n’alourdirait pas tant que ça la rédaction, surtout au bénéfice d’une précision – il ou elle n’est plus présent dans le jeu politique.

5° Par rapport à la communication, l’expression professionnel-le-s de la politique semble exclure la communication de gouvernement. Plus précisément, refaisons un petit tour du côté des définitions du politique et de la politique ; très brièvement, la prise de décision et la compétition. La communication intervient aussi bien dans la politique et le politique, aussi bien pour assurer la promotion et attaquer l’adversaire, qu’annoncer une décision ou persuader/convaincre la population. Dès lors, le cercle est mal bouclée quand je réfléchis sur ces 2 communications à l’aide de la notion de professionnel-le-s de la politique. Pour moi, il s’agit juste d’un court saut conceptuel, parce que je sais que la politique appelle forcément le politique, mais pour le lecteur ou la lectrice ce n’est pas évident. En conséquence, j’aurais un effort de clarification à faire sur ce point : les professionnel-le-s de la politique, en tant que certain-e-s occupent des fonctions dans l’État (central et décentralisé), sont en mesure d’avoir des activités de communication gouvernementale. Puisqu’il n’existe pas de concept pour indiquer le rapport consubstantiel entre la politique et le politique, j’ai choisi de mettre l’accent sur la politique, dans la mesure où cette dernière n’exclut pas, au contraire du politique, un certain type d’individus, en l’occurrence ceux qui n’occupe pas de fonctions publiques, étatiques.

6° Problème de la confusion entre fonction et profession ; en effet député n’est pas une profession, ministre non plus alors pourquoi pro. Ce n’est peut-être pas une profession à proprement parler, mais tout ce qui gravitent autour, comme évoqué plus haut, y font penser. Ce passage de fonction à profession a été critiquée comme le soulève Dammane (1999) ; c’est notamment la distinction celles et ceux qui vivent de la politique et celles et ceux qui vivent pour la politique (relevé par Weber (2002) à la base). Toutefois, l’utilisation de la notion de profession ne fait que relever un constat, celui de la professionnalisation de l’activité politique. Refuser l’emploi de cette notion au prétexte que cela ne correspondrait pas à l’idée que la politique est avant tout une fonction revient à confondre critique politique et critique politique scientifique. Ce n’est pas parce qu’une réalité me déplaît que je dois lui nier certaines caractéristiques au prétexte de vouloir la combattre.

7° Alors que cette expression se veut gagner en précision par rapport à celle d’homme ou de femme politique, force est de constater qu’elle en porte en elle le germe d’une confusion entre les types 1 et 2. De quel-le-s professionnel-le-s est-ce que je parle ? Cette expression est destinée à dévoiler l’assistanat politique, une situation dans laquelle des professionnels sont assistés par une dizaine d’autres pour effectuer leurs différentes activités – ce qui ne signifie pas, bien sûr, que les assisté-e-s sont des incompétent-e-s ou des fénéant-e-s qui ne font rien. Par ailleurs, la situation n’est pas identiquement la même de partout ; un pro de type 1 dans le gouvernement n’est pas le même qu’un pro de type 1 président d’un tout petit parti politique. Pourtant les professionnels de type 2 travaillent pour les professionnels de type 1 ; a t-on déjà entendu un-e maire/mairesse, un-e ministre ou un-e candidat-e pour dire qu’ils ou elles travaillaient pour ses assistant-e-s ? Pour régler ce problème, il suffit simplement d’ajouter le qualificatif « assistant-e » ou « assisté-e ». Ainsi, j’indique clairement à quel type de pro de la politique je fais référence. Toutefois, il faudra rappeler que l’expression de pro assisté-e désigne plus clairement les professionnel-le-s à des niveaux plus « importants », « grands », que les élus locaux de petite ville – comme le souligne par ailleurs justement Gaxie, la « politique nationale […] est plus différenciée, spécialisée et professionnalisée » (2003, p. 331). En bref, l’assistanat politique désigne le fait que certain-e-s professionnel-le-s de la politique, les assistant-e-s, travaillent pour d’autres professionnel-le-s de la politique, les assisté-e-s/ Et travailler pour signifie que le travail politique est orienté en finalité vers un type de professionnel, les pros assisté-e-s. Ce sont elles et eux qui, par exemple, vont tenir un discours après qu’une plume l’ait rédigé, ou répondre à une question d’un député à l’aide d’une note qu’un-e assistant-e parlementaire fera remonter, ou qui vont bénéficier, au final, de réflexions sur une stratégie de communication, etc.



Vous l’aurez sans doute compris, ces notions de professionnel-le-s de la politique et d’assistant-e-s professionnel-le-s de la politique sont politiquement engagées, sans pour autant être déconnectées d’une certaine rigueur scientifique. Je me suis attaché dans ce travail à conjuguer critique radicale de l’organisation politique et volonté d’être « congruent à la réalité » – je reprends le concept à Elias (2015), désignant à travers celui-ci la correspondance entre un symbole et ce qu’il désigne. J’ai voulu souligner l’assistanat politique, cette situation où des professionnel-le-s travaillent pour d’autres afin que ces derniers puissent prendre part au jeu politique. Cette situation est d’autant plus intéressante à mon sens qu’elle permet de mettre en lumière un paradoxe ; ces assisté-e-s politiques sont des dominant-e-s de l’organisation politique, bénéficiant de notre acceptation de l’inégalité induite par les rapports de domination. C’est bien parce que les professionnel-le-s assistant-e-s de la politique acceptent leurs tâches et d’aider, d’appuyer les professionnel-le-s assisté-e-s de la politique que ceux-ci conservent leur position. Tout comme c’est parce que nous, citoyens et citoyennes, acceptons, au hasard, les communications de ces professionnel-le-s sans remettre en cause leur capacité à décrire le monde et nous imposer leur définition que ceux et celles-ci se maintiennent.

 

Bibliographie

BOLTANSKI Luc, De la critique. Précis de sociologie de l’émancipation. Paris : Gallimard, 2009, 294 p. (NRF Essais)

BOUDON Raymond, BOURRICAUD François, Dictionnaire critique de la sociologie. Paris : Presses Universitaires de France, 2011, 714 p. (Quadrige. Dicos Poche)

BOURDIEU Pierre, « la représentation politique [éléments pour une théorie du champ politique] » [Document en ligne] Actes de la recherche en sciences sociales, 36-37, 1981, pp. 3-24. Disponible sur : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/arss_0335-322_1981_num_36_1_2105 (consulté en août 2014)

BOURDIEU Pierre, La domination masculine. Paris : Éditions du Seuil, 2014, 177 p. (Points. Essais)

CHAMPAGNE Patrick, « Le cercle politique : usages sociaux des sondages et nouvel espace politique » [Document en ligne] Actes de la recherche en sciences sociales, 71-72, 1988, pp. 71-97. Disponible sur : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/arss_0335-5322_1988_num_71_1_2407 (consulté en août 2014)

CHEVALLIER Jacques, « Présentation », IN : POIRMEUR Yves, MAZET Pierre, Le métier politique en représentations. Paris : L’Harmattan, 1999, pp. 9-16 (Logiques politiques)

CORCUFF Philippe, Où est passée la critique sociale ? Penser le globale au croisement des savoirs. Paris : La Découverte, 2012, 317 p. (Bibliothèque du MAUSS)

DAMMAME Dominique, « Professionnel de la politique, un métier peu avouable », IN : OFFERLE, Michel (dir.), La profession politique XIXe-XXe siècles. Paris : Editions Belin, 1999, pp. 37-67 (Socio-Histoires)

DEMAZIERE Didier, LE LIDEC Patrick, « Introduction, Analyser le travail politique », IN : DEMAZIERE Didier, LE LIDEC Patrick, Les mondes du travail politique. Les élus et leur entourage. Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2014, pp. 11-33

GAXIE Daniel, « Une construction médiatique du spectacle politique ? : réalités et limites de la contribution des médias au développement des perceptions négatives du politique », IN : LAGROYE Jacques (dir.), La politisation. Paris : Éditions Belin, 2003, pp. 325-356 (Socio-histoires)

de la HAYE Yves, Journalisme, modes d’emploi : des manières d’écrire l’actualité. Paris : L’Harmattan, 2005, 232 p. (Logiques sociales)

ELIAS Norbert, Théorie des symboles. Paris : Seuil, 2015, 245 p. (La Librairie du XXIe)

ELLUL Jacques, L’illusion politique. Paris : Robert Laffont, 1965, 265 p.

LE BART Christian, « Le savoir-faire politique comme bricolage », IN : POIRMEUR Yves, MAZET Pierre, Le métier politique en représentations. Paris : L’Harmattan, 1999, pp. 293-317 (Logiques politiques)

LOUBET DEL BAYLE Jean-Louis, « De la science politique » [Document en ligne] Annales, 1989, vol 37, pp. 97-120. Disponible sur : http://classiques.uqac.ca/contemporains/loubet_del_bayle_jean_louis/de_la_science_politique/de_la_science_politique_texte.html (consulté en octobre 2015)

MAZET Pierre, « Portrait de sénateur : la contribution de la doctrine et des acteurs à la production de l’image institué du sénateur de la République », IN : POIRMEUR Yves, MAZET Pierre, Le métier politique en représentations. Paris : L’Harmattan, 1999, pp. 263-292 (Logiques politiques)

MISSION DES ARCHIVES, Cabinet du Premier ministre : État thématique des versements conservés aux Archives nationales. Secrétariat du Gouvernement, 2016, 221 p.

NEVEU Érik, « Métier politique : d’une institutionnalisation à une autre », IN : LAGROYE Jacques (dir.), La politisation. Paris : Éditions Belin, 2003, pp. 103-121 (Socio-histoires)

PHELIPPEAU Eric, « La fin des notables revisitée », IN : OFFERLE, Michel (dir.), La profession politique XIXe-XXe siècles. Paris : Editions Belin, 1999, pp. 69-92 (Socio-Histoires)

POUPEAU Franck, Les mésaventures de la critique. Paris : Raisons d’agir, 2012, 165 p.

ROSANVALLON Pierre, Pour une histoire conceptuelle du politique : leçon inaugurale au Collège de France faite le jeudi 28 mars 2002. Paris : Éditions du Seuil, 2003, 60 p.

WEBER Max, Le savant et le politique. Paris : 10-18, 2002, 221 p. (Bibliothèque)

Crédit photo


Une réflexion sur « Pourquoi changer l’expression « homme politique  » ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.