Petit lexique de résistance pour les votants

La campagne présidentielle monte doucement mais sûrement en puissance. Si bien qu’il faut mieux s’écarter pour ne pas se faire écraser par le train d’informations. Le recours à certains mots dans les discours politiques et médiatiques cache un attachement idéologique ou un engagement politique qui ne veut pas se reconnaître comme tel. Il semblait donc nécessaire de faire le point en proposant un petit lexique de résistance pour les votants, à utiliser sans modération, à partager sans limite d’excès car de la connaissance sur la société peut venir un véritable changement. La maigre contribution de ce billet vise à engager cette prise de conscience d’une nécessité politique de changement ; ce dernier passe par la compréhension que l’usage des mots n’est jamais innocent.

Antisystème/système

Soyez franc ; le système est un gros fourre-tout désignant rien de concret. « c’est la faute du système ! », « il faut changer de système ! », « sans le système on pourrait rien faire ! », etc. La critique ou la défense d’un système est la marque de l’ignorance de ce que l’on défend ou critique. C’est le sentiment que quelque chose nous convient ou nous dérange. Le système français, en période d’élection, correspond avant tout à notre régime politique. Nous sommes en démocratie représentative, ce qui implique que le peuple n’a pas de pouvoir. Le peuple délègue son pouvoir à des représentants qui ont eux tous les pouvoirs. La démocratie représentative fonctionne avec des compétitions pour obtenir le pouvoir, c’est-à-dire une lutte pour savoir qui va être en mesure de gouverner pendant une période délimitée. Cette compétition est une mise en scène permanente des candidats ; c’est ce qu’on appelle la politique. La démocratie représentative fonctionne aussi avec un gouvernement, c’est-à-dire une manière de diriger la société avec une organisation et un fonctionnement précis ; c’est ce qu’on appelle le politique.

Les antisystèmes sont des citoyens considérant que cette démocratie représentative n’est pas bonne et ne tient pas ses promesses. En somme, il faut changer ce « système » qui est incapable de gouverner sans faire des dégâts de partout. Il faudrait faire un résumé de tous les scandales et de la situation sociale, économique et politique de la France pour se rendre compte à quel point la démocratie représentative a échoué. Nous n’avons malheureusement pas la place. Les antisystèmes ne sont pas tous d’accord entre eux et ne sont pas des votants. D’ailleurs, la crédibilité politique exige de reconnaître qu’un antisystème ne peut pas voter ; voter est un acte politique de reconnaissance de la domination impliquée par la démocratie représentative.

Il faut se méfier de ce terme antisystème car il est souvent utilisé pour dénoncer des farfelus qui ne font que critiquer, des utopistes sans vision concrète, des saltimbanques qui font trop de bruit, et autres qualificatifs contribuant à exclure la critique de la démocratie représentative du débat. D’un côté, ceux qui sont définis comme antisystème sont toujours ceux qui dérangent les dominants, il faut donc y porter une attention particulière. D’un autre côté, ceux qui se revendiquent antisystème peuvent très bien être des défenseurs de la démocratie représentative ; comme la candidate Marine Le Pen l’illustre parfaitement.

Résumé : Antisystème et système ne veulent rien dire de concret si l’on ne prend pas la peine d’expliquer ce que cache le mot système, c’est-à-dire la démocratie représentative en ce qui concerne la campagne présidentielle. Antisystème est un argument qui peut être utilisé pour tenter de disqualifier certains groupes de citoyens ou candidats afin d’éloigner la critique de la démocratie représentative. C’est aussi un argument utilisé pour faire la promotion de sa campagne présidentielle.

Démocratie représentative

Non la démocratie représentative n’est pas l’aboutissement de tous les régimes politiques. Non ce n’est pas la perfection attendue, ni l’expérience grecque, ni le rêve de tous les peuples, ni la joie éternelle de l’égalité et de la fraternité… Historiquement, la démocratie correspond à une égalité de parole et de chance d’exercice du pouvoir, rapidement contredite par des pratiques de contournement mises en œuvre pour assurer ses chances d’être le vainqueur. Il n’y a donc jamais eu véritablement de démocratie pure, avec un peuple qui exerçait de façon égalitaire le pouvoir.

La dimension représentative de la démocratie est par contre un contre-sens total. La représentation politique n’est pas par essence démocratique puisqu’elle implique une délégation du pouvoir du peuple, donc le peuple se sépare de son pouvoir. La démocratie représentative est en fait une aristocratie ou une oligarchie. On parle d’élites au pouvoir. C’est cela et rien d’autre. Il ne faut pas se cacher derrière l’excuse d’un prétendu cynisme (« ouh le vilain qui critique tout le temps ») et reconnaître une bonne fois pour toute que nous ne vivons pas en démocratie.

La défense de la démocratie représentative revient ainsi à protéger le pouvoir d’un petit nombre d’individus en dépit du pouvoir des citoyens. Ce n’est pas interdit du tout, chacun ses positions politiques mais qu’on ne vienne pas prendre les citoyens pour des idiots en faisant croire que l’on se préoccupe de leur pouvoir politique en défendant la démocratie représentative ; c’est un mensonge.

Résumé : la démocratie représentative est un oxymore car la représentation politique implique une perte de sa souveraineté politique. Ce régime politique est en fait une oligarchie ou une aristocratie qui ne veut surtout pas dire son nom.

Discours

Contrairement à ce que beaucoup pensent, les discours ne sont pas que du vent. Le vent est inoffensif, il ne fait que passer. Les discours servent à se faire élire, ils ont des effets véritables et des conséquences indiscutables. Il faut être cohérent politiquement ou assumer ces plaisirs d’électeurs ; soit on ne supporte plus les discours alors à ce moment-là il faut se révolter contre, soit on déclare que certains discours nous agacent et que certains autres nous plaisent. Du coup, les discours jouent très bien leur rôle ; qui ne se sent pas flatté quand un puissant décrit ce que l’on pense. De façon indiscutable, la communication fait partie intégrante de notre démocratie représentative.

Malheureusement, les discours ne sont pas des garanties de l’action politique effective. Les promesses électorales sont trop souvent des arguments de vente trompeurs. Il manque à la démocratie représentative ce que l’on appelle un mandat impératif, c’est-à-dire une élection qui donne lieu à la mise en œuvre exacte de ce qui a été annoncé dans le programme.

Résumé : les discours servent en France à gouverner. Pendant une campagne présidentielle, ils sont surtout des arguments de vente qui n’engagent que l’honnêteté et l’honneur du candidat. Rien n’empêche le mensonge et l’exagération dans les discours.

Opinion publique

L’opinion publique est une légende fabriquée par des instruments, autrefois scientifiques, aujourd’hui marketing. Les sondages n’ont aucune valeur scientifique, ils ne représentent rien de concret et ne mesurent que, au mieux, une tendance possible dans les différentes opinions politiques. Parler d’une opinion publique est une grossière erreur pour quiconque veut respecter la liberté de pensée des citoyens. Ces derniers ne sont pas tous d’accord entre eux, sinon il n’y aurait même pas d’élections ou de débats.

Le plus souvent, l’opinion publique se résume à être un argument pour faire passer sa vision de la société pour la vision universelle. Il suffit de voir les hommes politiques avoir recours à l’opinion publique pour défendre leur programme ; « c’est ce que dit l’opinion », « les Français veulen plus de sécurité », « tous les sondages le montrent ! », etc. Méfiance est alors de mise quand certains pensent pouvoir savoir ce que pensent majoritairement les Français sans avoir pris la peine d’interroger l’intégralité de la population en âge de voter. Autrement dit, c’est une tâche impossible que d’avoir une opinion publique clairement définie.

Il faut enfin surtout prendre ses distances avec le sentiment de ne pas être en accord avec l’opinion publique, sentiment gênant qui peut nous amener à changer d’avis pour se percevoir comme faisant partie de la majorité. Ne pas être d’accord, dans une véritable démocratie, c’est la base de la discussion politique. Sinon il n’y a pas de discussion du tout. Laissons alors ce phantasme politique aux journalistes, aux sondeurs et aux hommes politiques, et essayons plutôt de discuter entre nous pour savoir ce que chacun pense.

Résumé : l’opinion publique est une construction de la réalité et un phantasme politique d’individus qui se servent d’elle pour leurs intérêts (commerciaux et/ou politiques). Il n’existe pas concrètement d’opinion publique, mais plusieurs opinions publiques qu’il demeure toujours difficile de connaître avec précision.

Vote utile

S’il existe un vote utile, c’est qu’il existe un vote inutile. S’il existe un vote inutile, c’est qu’il existe des citoyens dont la pensée n’a aucun intérêt pour la démocratie représentative. Mais qui a le droit de déclarer que ces citoyens sont inutiles ? A priori personne à part la collectivité. Certains journalistes et hommes politiques ne se gênent pas pour autant en appelant au vote utile. Utile pour qui ? Posons-nous la question ; à qui ce vote utile profite-t-il ? Aux grands partis politiques, le PS et l’UMP-Les Républicains ou plus exactement, la droite déguisée et la droite. Et quels sont les résultats des politiques de ces deux partis ?

La défense du vote utile est en fait un acte politique de défense du bipartisme. C’est une condamnation à la répétition des erreurs passées en matière de politiques économiques, fiscales, sociales et autres. Et si jamais le vote utile sert à soutenir d’autres partis, rien ne devrait faire du vote une démarche utilitariste et calculatrice. Ou plus exactement, rien dans une démocratie véritable. Le vote utile, dans le sens d’une prise en compte de ses propres intérêts et non pas de ses convictions politiques et idéologiques, prouve bien que notre démocratie représentative est vicieuse dans son fonctionnement.

Résumé : le vote utile est une défense du bipartisme. C’est également une preuve que la démocratie représentative est un régime politique qui peut-être facilement contourné et servir avant tout à la défense d’intérêts personnels.

Crédit photo


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.