Pourquoi les pros de la politique mentent ?

Pourquoi les pros de la politique mentent ? Cette question revient souvent dans la réflexion des personnes qui s’interrogent sur la vie politique. Je vais tenter d’apporter plusieurs réponses. Après cette introduction la plus brève de l’histoire, rentrons dans le vif du sujet.

Réponses terre-à-terre : de multiples impunités

Une des réponses à la question posée dans l’introduction pourrait être résumée comme suit : le crime paie en politique et cette situation se manifeste par trois impunités – vous apprécierez, j’espère, l’ironie.

Quand un ou une pro de la politique est prise en flagrant délit d’incompétence, de tricherie ou de mensonge, certaines personnes s’attendent à une sanction électorale : « elle paiera aux prochaines élections » peut-on alors entendre. Ce vœux pieux, ou plutôt cette idiotie, non seulement ne se vérifie que trop rarement, mais en plus sert d’excuse pour éviter toute autre sanction. Le ou la pro de la politique risquerait de ne pas être réélue si elle ment, mais les contre-exemples sont légions. Plutôt que d’en détailler quelques-uns, je me contenterai de poser la question suivante : s’il existait vraiment une sanction électorale, est-ce que les pros de la politique s’aventureraient à mentir autant et, surtout, à investir de l’argent dans une campagne de réélection perdue d’avance ?

En revanche, la prochaine sanction est certainement inexistante et il serait vain de compter sur la justice pour réprimer notre ancienne ministre de la Santé qui savait (de ses propres aveux) que le covid n’était pas qu’une « gripette « , alors qu’elle a pu soutenir l’inverse. Toutefois, selon moi, il s’agirait d’une solution tout à fait viable, une justiciabilité du discours politique qui contribuerait à retourner la pleine et entière responsabilité de ces manipulateurs de symboles – qui croient bien trop souvent qu’ils peuvent profiter du pouvoir sans en assumer toutes les charges. Malheureusement aujourd’hui, les pros de la politique n’ont aucun compte à rendre devant la justice et peuvent commettre volontairement les pires erreurs en matière de communication sans être inquiété-e-s. La communication de crise du covid nous a donné des exemples particulièrement explicites ; les masques sont passés d’inutiles à obligatoires tout ça pour cacher une grave erreur dans la gestion des stocks.

Toutefois, l’État et sa justice ne sont pas les seuls à blâmer ; nous avons aussi notre part de responsabilité et, ici aussi, je ne suis pas convaincu que nous l’assumons entièrement. Aucune sanction sociale n’est appliquée à ces menteurs et menteuses de la politique. Nous continuons en effet à voter pour eux, quand nous ne les défendons pas – le soutien des habitants de Levallois pour les crapules Balkany est sur ce point extrême. Pourtant, il suffirait que nous refusions explicitement de voter pour ces personnes et militions ouvertement pour des peines d’inéligibilité. Bien sûr, ces pros se font chamailler sur les réseaux sociaux numériques, mais je ne pense pas qu’ils le vivent mal, et il faudrait aller plus loin pour équilibrer les rapports de force ou, encore mieux, inverser les rapports de domination– la moquerie est effectivement un bon début comme j’ai pu l’indiquer dans ce billet.

 

Réponses sociologiques : positions, écarts et apprentissage

Pourquoi ne pas mentir quand son adversaire et ses collègues fabulent comme ils respirent ? C’est juste du bon sens, une règle pratique, mais, plus en profondeur, c’est aussi le marqueur d’un apprentissage du métier. Comme Bourdieu l’indique, le métier de politique demande un « entraînement spécial » (1981 ; p. 5), un apprentissage des savoirs liés à l’exercice des fonctions publiques (théories, façons de se comporter, discours, etc.). Je pense qu’il serait extrêmement intéressant de faire une étude sur le mensonge comme pratique courante et, plus encore, pratique indispensable du métier de politique – avec des entretiens couplés à une analyse de discours (notamment en comparaison des actions effectuées). Je postule donc, sans trop de risque, que la capacité à mentir fait partie du métier et que son apprentissage et sa maîtrise concourent à faire un bon « pro » de la politique.

Le mensonge apparaît également comme une possibilité et, parfois, une conséquence induites par la nécessité des pros de la politique de se positionner (Bourdieu, ibid. – précision, Bourdieu parle de la nécessité de se positionner, pas du mensonge). Si la politique est un jeu, chacune des pièces doit avoir une position ou elle est hors-jeu. Le principal moyen de se positionner en politique est le discours afin de rendre sa position publique – même si la subtilité oblige à ne pas déclarer de but en blanc « je suis ici », mais plutôt de placer soigneusement tel mot ou telle expression pour indiquer où l’on se trouve. C’est un système d’écart qui constitue la politique (Bourdieu, ibid.) – le sociologue français n’aborde cependant que le positionnement « contre » et pas le positionnement « pour » (le soutien d’un groupe par exemple). Ce système définit la position d’un pro de la politique par rapport à celles des autres mais aussi par rapport à la concurrence d’une position qu’il veut occuper. Il n’y a d’importance vis-à-vis du contenu d’une politique que dans sa position par rapport à une autre.

On en vient enfin au mensonge. Tout d’abord, il peut s’agir d’un mensonge de groupe. Les pros de la politique fonctionnent en groupe (parti politique) et défendent une ligne commune, même si les dissensions existent. Par exemple, si vous êtes membre d’En marche, vous prétendez défendre les intérêts de la nation tout en n’interdisant pas la vente de l’entreprise Photonis1, alors que cette dernière prend part à la stratégie de dissuasion nucléaire. Ce n’est qu’un exemple parmi d’autres et on pourrait ajouter, comme ça vient, l’absence de condamnation des violences policières, le maintien des aides pour les entreprises liées à des paradis fiscaux après avoir dit le contraire, l’absence de contradiction sur l’état des stocks des masques, etc. Le pro est alors très susceptible d’affubler « main dans la main » avec ses petits camarades pour maintenir une cohérence de groupe. Le mensonge de mode constitue un autre type de mensonge permettant aux pros de se positionner. L’exemple le plus récent est la fièvre souverainiste qui saisit certain-e-s pros, dont le président. J’ai parlé de Photonis plus haut, l’avenir de cette entreprise laisse aucun doute ce qu’il en est vraiment de l’engagement souverainiste de notre président. Je vais m’arrêter là sur les types de mensonge et résumer l’idée : devant se positionner, pour ou contre, les pros de la politique n’hésiteront pas à recourir au mensonge dans la mesure où ils peuvent être obligés de suivre une ligne de parti ou ils souhaitent suivre une idée à la mode.

 

Réponses par rapport à la communication politique : communication comme stratégie à part entière

Les mensonges ouvrent une réflexion sur la communication politique et le fait que celle-ci constitue une stratégie à part entière – cette idée est détaillée dans ce billet. La communication politique est pensée comme se suffisant à elle même. On l’a vu avec les mensonges plus haut, il suffit de se déclarer souverainiste pour apparaître comme tel, car les apparences font le gros du positionnement dans le jeu politique. Bien entendu, ce sont les relations tissées par les pros dans ce jeu qui favorisent leurs carrières, mais il ne faut pas sous-estimer l’importance de cette apparence au moment rituel central que sont les élections. Les activités de communication de ces pros sont des pratiques clés, donnant l’opportunité constante d’agir ; que ce soit pour un pro élu ou voulant l’être, la communication et le recours au mensonge suffisent pour faire de la politique. Je relèverai pour finir là-dessus la dimension « promesse » de la politique ; il est dingue que dans une démocratie représentative où les mandataires sont censés dépendre de leurs mandants, que ces derniers en soient réduits à croire, plutôt qu’à attendre en fonction d’engagements contraignants.

Cette conception de la communication comme stratégie à part entière s’inscrit en outre dans une évolution du métier de politique. Dans les années 1960, Ellul notait déjà que les pros de la politique avait perdu la prétention à « forcer l’avenir » (1965 ; p. 33), à faire l’histoire si vous préférez. En conséquence, les pros de la politique ne peuvent plus qu’intervenir dans l’actualité et jouer sur l’apparence. Selon Ellul, les raisons de cette évolution sont la présence des médias de masse (entraînant la contribution des pros de la politique à la production d’une information superficielle et spectaculaire) et une exigence de discours de la part des citoyen-ne-s. Aujourd’hui nous sommes arrivé-e-s presque au bout de cette évolution avec des messages, non plus des discours ou tout au plus des bouts de discours, sur les réseaux sociaux numériques. Il ne reste plus qu’aux pros de la politique de se lancer dans les streams en direct pour parler de leurs collections de livres ou jouer à leur jeu vidéo préféré – Jean-Luc Mélenchon semble bien partie pour.

Réponses psychologiques : disposition à la subordination ou des relations parents-enfant ?

Je pense que nous sommes habitué-e-s à être des dominé-e-s politiques, tant et si bien que nous n’exigeons quasiment rien, ou trop peu. Par ailleurs, les rares exigences de changements dans l’organisation politique sont rapidement cassées, comme en témoignent les traitements médiatique et policier des « gilets jaunes ». Nos comportements sont alors déterminés en partie par une intériorisation de la prétendue « naturalité » de ces représentant-e-s, même si paradoxalement on ne cesse de répéter qu’ils sont mauvais. En d’autres termes, il semble que la démocratie représentative est pour beaucoup une organisation politique indépassable. Cette impression peut s’expliquer par la crédibilité et la légitimité des pros de la politique. Celles-ci correspondent à un monopole du discours politique (Bourdieu, op. cit., 2001) ; j’utiliserais une définition moins restreinte de « politique » ici, en incluant toutes les réflexions qui ont trait à la démocratie (comme le fait Rosanvallon, 2002). Politique renvoie dans ce sens à la domination étatique et il est clair là que les pros de la politique ont un monopole à formuler des discours qui engagent la collectivité – pour les différents types de discours politiques lire ce billet. Gaxie ne dit pas autre chose en parlant d’un « monopole objectif de la production des symboles politiques » (1978 ; p. 244). On peut donc insister avec Bourdieu et Gaxie sur la possession exclusive d’une catégorie professionnalisée de la population, du droit et des compétences à faire et agir politiquement par le discours.

En allant plus loin, on peut même parler de fétichisme politique, soit ces « gens, [ces] choses, [ces] être, qui semblent ne devoir qu’à eux-mêmes une existence que les agents sociaux leur ont donnée ; les mandants adorent leur propre créature » (Bourdieu, 1994 ; p. 49). Est-ce que nous aimons tant que ça les pros de la politique que nous pouvons leur pardonner tout, même de nous mentir ? Avant de répondre à cette question, je vais m’appesantir sur le fétichisme politique. Les représenté-e-s délèguent à un ou plusieurs individus le pouvoir d’agir et parler à leur place. C’est une dimension inséparable de l’organisation politique française, la démocratie représentative, voire au-delà si on suit Bourdieu. Ce dernier nous dit que si le groupe fait le représentant, le représentant fait aussi le groupe. celui-ci doit se doter d’instruments de représentation et déléguer son pouvoir à un représentant qui donnera au groupe qu’il incarne des moyens d’existence. Ainsi est-il seulement possible de se passer de représentants et, surtout, de représentants qui abusent de leur position ? Les travaux de Clastres (2011) nous sauvent ici du fatalisme. L’anthropologue français montre que dans les sociétés sans Etat, le représentant, en l’occurrence le chef, ne dit que ce qu’il est autorisé à dire. Le pouvoir et la parole sont donc séparés contrairement à nos sociétés fondées sur la division. (Il y a tout lieu alors d’espérer et de penser une modification de la représentation politique.)

En France, l’organisation politique évolue dans un rapport particulier à l’autorité. Mendel (2003) la qualifie de familialiste, c’est-à-dire que l’autorité puise ses ressources dans les relations parents-enfant. Je vais détailler afin d’être plus clair. Mendel distingue deux autorités ; l’autorité personnelle et l’autorité sociale. La première repose sur les images, ou plutôt les imagos (des détails sur cette notion dans Mendel 1978, mais j’aimerais me débarrasser de la surcouche abstraite de terminologie psychanalytique), du père et de la mère, et la seconde s’appuie justement ces images intériorisées par tous les individus formant une société. Pour Mendel (1992), il existe chez les individus une première vision familialiste du monde, qui est irrationnelle et définitive, basée donc sur les rapports familiaux. La suite de cette première vision, c’est la confrontation avec l’environnement, permettant le développement de la psychosocialité, la « capacité psychique pour le sujet de percevoir objectivement la réalité sociale dans laquelle il vit, et de s’y comporter d’une manière qui corresponde à cette perception » (ibid. ; p. 20). En clair, les Français vivent les rapports de pouvoir, les rencontres avec l’autorité sur un mode familialiste (Mendel donne l’exemple de la loi), en recourant à cette première vision du monde, et nous nous cantonnons à une dimension subjective. Il importe de ce fait d’avoir un additif pour que l’autorité sociale tienne, c’est la légitimité ; elle « va permettre de se présenter, à quelque niveau que ce soit, comme détenteur ou représentant de l’autorité sociale » (op. cit., 2003 ; p. 33). La pensée de Mendel est intéressante par rapport à notre sujet, parce qu’elle explique, d’un point de vue psychologique, pourquoi nous sommes dans une position de disposé-e-s à la subordination. On peut ne pas s’accorder avec cette importance déterminante donnée à la petite enfance mais les pièces s’emboîtent bien selon moi – et la complémentarité théorique entre Bourdieu (et Gaxie) et Mendel est séduisante : durant notre première enfance nous intégrons un schéma des relations d’autorité, dans lequel nous sommes soumis à deux individus qui possèdent, en quelque sorte, le « pouvoir ». A la suite, même si nous ne sommes pas entièrement soumis à ce schéma, nous le conservons et nous nous y référons tout au long de notre vie. Toutefois, une légitimité, c’est-à-dire une reconnaissance à pouvoir faire et dire, est nécessaire pour que nous acceptions de nous soumettre à des représentants politiques.

Et du coup qu’est-ce que cela signifie par rapport aux mensonges et aux pros de la politique ? Je me suis demandé plus haut si nous aimions ces pros au point de leur pardonner leurs discours mensongers. Spontanément on répondra que non. Si on écoute autour de nous, les plaintes, les reproches et les désabusements sont nombreux. Mais mais mais, en reliant au premier point, l’impunité sociale semble nous dire l’inverse ; nous ne parvenons pas à sanctionner trop durement et trop longtemps, au moins jusqu’aux prochaines élections, les pros de la politique. Dès lors, est-ce ça serait pas plutôt notre apathie qui sauve les pros de la politique ? Aurions-nous démissionné, habitué-e-s à la domination politique ? Et cette démission serait-elle concomitante à notre disposition à la subordination ?

Conclusion

Je me rends compte que ce billet est dense et ne rentre pas assez dans les détails pour se faire le plus clair possible, alors qu’il est déjà long. Par pure générosité, je vais donc vous pondre un résumé (très résumé) des points développés dans l’article :

1° Les pros de la politique mentent parce qu’ils sont impunis d’un point de vue électoral, judiciaire et social. Il n’y a donc pas de raison de s’empêcher de mentir puisque les risques pris sont très faibles voire inexistants et pareil pour les conséquences.

2° Les pros de la politique mentent parce qu’ils doivent se positionner par rapport à leurs adversaires et leurs partenaires. Le mensonge sert dans ce cas à indiquer aux autres pros et aux électeurs où ils se situent et, comme indiqué avec le point 1°, il ne coûte rien. J’ai donné deux exemples de types de mensonge qui servent à se positionner ; le mensonge de groupe (pour suivre une ligne commune de parti) et le mensonge de mode (pour suivre une idée à la mode).

3° Les pros de la politique mentent parce que la communication est pensée comme une stratégie à part entière. Il suffit de formuler un discours pour « faire » en politique. Il n’est donc nul besoin de prouver que l’on va faire ; par exemple Macron a pu se contenter de dire qu’il allait changer – et j’ai montré dans un billet pourquoi l’absence de changement était prévisible. Le métier de politique a évolué dans le sens d’un abandon des charges historiques et les pros semblent ne plus vouloir faire l’histoire, se renfermant dans l’apparence et l’immédiat.

4° Les pros de la politique mentent parce que nous sommes disposé-e-s à la subordination. Cette disposition s’explique par une intégration d’un schéma d’autorité particulier basé sur les relations parents-enfant. Nous serions comme les enfants, comprenant que les parents mentent pour notre bien. Plus exactement, nous sommes des anciens enfants qui passent les relations d’autorité sous le filtre d’une représentation infantile. Et n’oublions pas que les pros de la politique sont aussi des êtres humains et qu’en conséquence, eux aussi sont susceptibles d’adhérer à ce schéma. En France, l’autorité sociale, celle des représentant-e-s politiques, suscite d’autant plus une adhésion collective qu’elle est légitime. J’ajouterais sur ce point l’importance de l’État dans la formation psychologique et sociale des individus ; aussi bien chez Elias que Bourdieu (2011), nous retrouvons cette idée.

Bibliographie

BOURDIEU Pierre, « la représentation politique [éléments pour une théorie du champ politique] » [Document en ligne] Actes de la recherche en sciences sociales n° 36-37, 1981, pp. 3-24. Disponible sur : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/arss_0335-5322_1981_num_36_1_2105 (consulté en août 2014)

BOURDIEU Pierre, « La délégation et le fétichisme politique », Actes de la recherche en sciences sociales<, volume 52-53, 1994, pp. 49-55

BOURDIEU Pierre, Sur l’État. Cours au Collège de France (1989-1992). Paris : Seuil : Raisons d’agir, 2011, 656 p. (Cours et travaux)

CLASTRES Pierre, La société contre l’État. Paris : Les Éditions de Minuit, 2011, 185 p.

ELIAS Norbert, La société des individus. Paris : Pocket, 1997, 301 p. (Agora)

ELLUL Jacques, L’illusion politique. Paris : Robert Laffont, 1965, 265 p.

GAXIE Daniel, Le cens caché : inégalités culturelles et ségrégation politique. Paris : Éditions du Seuil, 1978, 268 p. (sociologie politique

MENDEL Gérard, La révolte contre la père. Paris : Payot, 1974, 408 p. (Science de l’Homme)

MENDEL Gérard, La société n’est pas une famille : de la psychanalyse à la sociopsychanalyse. Paris : Éditions La Découverte, 1992, 305 p. (Textes à l’appui. Série psychanalyse et société)

MENDEL Gérard. Une histoire de l’autorité : permanences et variations. Paris : La découverte, 2003, 285 p. (La Découverte poche. Essais)

ROSANVALLON Pierre, Pour une histoire conceptuelle du politique : leçon inaugurale au Collège de France faite le jeudi 28 mars 2002. Paris : Éditions du Seuil, 2003, 60 p.

 

1https://www.lesechos.fr/industrie-services/air-defense/defense-lelysee-ouvre-la-porte-a-une-cession-de-photonis-1228723

crédit photo

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.