La méthodologie est un joyeux bordel

Les doutes et le cafouillage s’exposent difficilement dans la science, tant et si bien que lorsqu’un ou une chercheuse parle de ses travaux, il se dégage une impression de maîtrise absolue. Rien n’est moins vrai – à part peut-être pour quelques génies évoluant dans un environnement où tout est contrôlable. Il ne faut donc pas stresser ou s’en vouloir si vous pensez faire n’importe quoi avec votre méthodo, à moins de faire vraiment n’importe quoi. J’expliquerai donc dans un premier temps comment mettre en œuvre une méthodologie si ignoble qu’elle répugnerait même les théoriciens les plus abstraits. Dans un deuxième temps, je m’attarderai sur les raisons qui font de la science un joyeux bordel, avant, dans un troisième temps, d’illustrer comment ce bordel se déploie dans la méthodologie – en l’occurrence la mienne pendant ma thèse.

Avant toute chose, une précision d’importance, je ne fais pas l’apologie du chaos méthodologique, de l’absence de rigueur ou de logique, mais je tiens principalement à : premièrement, rassurer les thésard-e-s qui penseraient ne pas faire de la science parce que leur travail ne correspond pas aux descriptions inertes, sans vie, des ouvrages de méthodo et aux communications lissées de leurs pairs et supérieur-e-s ; secondement, encore et toujours, je plaide pour la reconnaissance et l’acceptation d’une vérité toute simple, la recherche étant effectuée par des êtres humains, il est tout à fait normal qu’elle comporte des défauts inhérents à ceux-ci, comme l’incapacité de maîtrise totale pendant une expérimentation.

Comment vraiment faire n’importe quoi avec sa méthodologie ?

Ce qui suit constituera un anti-guide pour mettre en œuvre une méthodologie :

1° La méthodologie ne doit pas être cohérente avec les hypothèses. Par exemple, vous vous intéressez aux raisons qui poussent le président de la République à ne jamais reconnaître ses erreurs, mais vous choisissez de développer une analyse de corpus, assortie d’une lexicographie, des discours de joueurs de foot.

2° Elle doit être hors de portée de vos compétences et connaissances. Par exemple, n’ayant jamais fait d’observation de votre vie, vous décidez de partir directement sur le terrain, une montagne rude où les chances de survivre à la première nuit sont assez faibles.

3° Elle ne doit pas être faisable. Par exemple, alors que vous êtes sans financement, vous pensez à une enquête ethnographique à l’autre bout de la planète.

4° Elle ne doit pas être préparée, la transition entre réflexion sur la pratique et la pratique elle-même doit se faire instantanément. Par exemple, vous ne réfléchissez pas aux personnes que vous voulez interroger et harcelez le premier venu pour un entretien.

5° Elle doit être effectuée en complète séparation de la réflexion théorique. Par exemple, après plusieurs mois d’analyse d’images, vous vous posez enfin la question de savoir si les données récupérés sont un lien avec la théorie que vous comptez développer.

Pourquoi est-ce un joyeux bordel ? Entre description de la science toute rationnelle et science comme pratique humaine

La science qui s’expose aux publics, qu’ils soient avertis ou pas, se déroule dans une hypocrisie ne résistant pas longtemps à l’observation d’une authentique pratique scientifique. Les comptes-rendus que sont les articles, les ouvrages, les communications et autres, montrent une science parfaitement en ordre, n’étant jamais sortie de sa route – avez-vous déjà entendu un ou une chercheuse déclarer pendant une communication « hé bah ! C’était un marasme pas possible, j’ai galéré, joué avec la chance, mais je m’en suis sortie » ? La science subit alors un lissage a posteriori, un peu comme si, après un match de boxe, la combattante était maquillée avant de passer devant les micros.

Il serait peut-être temps d’arrêter d’imiter à tout prix la grande sœur, que sont les sciences expérimentales. D’ailleurs quiconque a déjà parlé avec des chercheurs de ces disciplines sait très bien qu’ils ne dominent pas autant les choses qu’on voudrait le croire, et que le bricolage épistémologique et méthodologique fait aussi partie de leur panoplie. Cette part de bricolage de tout travail scientifique doit être assumée. Mills (1967) ou Becker (2002) ont raison de parler d’artisanat pour le premier, de ficelles pour le second. Tous ces arts de faire, ces petits trucs rapprochent la pratique scientifique de n’importe quelle autre pratique. Il faudrait alors sortir de cette image de rationalité intacte que dégage la science. Ici les travaux de Latour (1989, 2001) sont intéressants car ils soulignent la différence entre la science en train de se faire et la science toute faite. Il évoque une « boite noire », ce moment où la science se fait et qui est peu abordée ; ce sont les productions scientifiques finales qui sont le plus souvent présentées. Selon moi, la conséquence de ceci est une image de la science comme pratique toute rationnelle, lisse, presque vernie, sans impact ou blessure.

Sans surprise, la philosophie des sciences et la sociologie des sciences s’opposent sur ce point précis. Elias (2016) se demande justement s’il est possible de faire une théorie des sciences sans vérification empirique. En discutant le philosophe des sciences Popper, le sociologue allemand introduit un élément primordial : Popper « ne se préoccupe pas de discerner comment les scientifiques procèdent en fait ; il se demande, plutôt comment ils devraient procéder » (ibid., p. 69). Cette distinction entre description et prescription contribue aussi pour moi à renforcer l’image toute rationnelle des sciences. Dans le monde abstrait – mais pas pour autant faux ! – des philosophes, il est plus simple de se figurer une science sans erreur, sans la chaleur humaine en quelque sorte, celle qui nous tire plutôt d’un côté que de l’autre, afin d’en tirer des lois générales qui fonctionnent très bien dans ce monde abstrait. C’est pour cette raison que, en tant que chercheur, je me retrouve dans l’idée de Feyerabend (2003), décrivant la science comme un art. Par exemple, aussi bien dans l’art que dans la science, les praticien-ne-s pensent représenter la réalité, ou encore la question du style, aussi bien scientifique qu’artistique qui partagent des points communs (déterminé historiquement, le succès d’un style dépend d’un acte de croyance, dépend d’institutions, etc.). Plus encore, Feyerabend (1989) explique que l’objectivité, comme critère central et premier de la science, est une construction historique. Elle renvoie à la volonté expansionniste de l’occident, se justifiant par la prétention de posséder les moyens rationnels de comprendre et expliquer le monde, une compréhension et une explication qui doivent s’imposer partout.

Pour finir, j’aimerais insister rapidement sur un point : la science peut aussi se faire par l’intermédiaire de la chance, ou par l’intermédiaire d’un combat idéologique et politique, en somme des raisons qui n’ont rien à voir avec la rationalité scientifique, la logique ou la rigueur méthodologique. Il existe en effet des découvertes aidées par un coup de hasard. C’est le cas de l’éthologue Konrad Lonrenz, qui, observant des oies et leurs progénitures, découvrit que ces derniers s’attachaient à la première chose qu’ils voyaient bouger (Cyrulnik, 1997). Cette découverte donnera l’élaboration du concept d’imprint, ou l’imprégnation (ou empreinte). Par ailleurs, il n’est pas uniquement question d’objectivité ou de rationalité pour le « succès » d’une théorie. C’est le cas de l’école des Chicago, ou des monétaristes, de « remarquables stratèges professionnels » (Dezelay, Garth, 1998, p. 4), n’ayant pas hésité à développer une stratégie marketing pour promouvoir leurs idées.

Pour résumé : j’ai tenté de montrer que la science est un joyeux bordel malgré les description de cette dernière comme une pratique toute rationnelle. Trois principales raisons expliquent cela : déjà, en tant que pratique humaine, rien ne pourrait justifier qu’elle échappe aux défauts humains ; puis, elle comporte des dimensions qui sont indéniablement de l’ordre de la débrouille, du cafouillage, qu’on appellera ficelle, artisanat, ou petit truc ; enfin, font partie de la science des activités (comme le marketing) ou des incidents de vie (le hasard) qui sont loin d’un idéal de rationalité ou d’objectivité.

Comment est-ce un joyeux bordel ? Démonstration par la méthodologie

Résumé expédié de ma méthodologie : ma thèse portait sur les activités de communication étatique (ministres et président) pendant trois crises financières. Pour analyser celles-ci j’ai utilisé deux méthodes, l’analyse de contenu et des entretiens. Il s’agissait de connaître la manière dont la communication était utilisée pour gouverner. Pour en savoir plus sur la construction de la crise financière en elle-même et la place de la communication de l’État dans celle-ci, j’ai eu recours à un corpus de productions journalistiques. Il s’agissait alors de confronter ces productions et aux activités de communication étatique dans l’objectif de, entre autres, comprendre les rapports entre journalistes et membres de l’exécutif.

On me pardonnera cette livraison à la pelle d’anecdotes personnelles mais elles illustrent le propos principale de ce billet – même si je ne fais pas de mon expérience la pratique scientifique par défaut, il ne fait nul doute, après avoir vu, entendu et discuté avec d’autres chercheuses et chercheurs, que le cafouillage est répandu. Je vais donc lister les différents écarts vis-à-vis d’une méthodologie lisse et rationnelle, en bref comme j’ai vécu cette méthodologie « joyeux bordel » :

1° A la base je voulais faire une analyse de contenu stricte des discours, c’est-à-dire avec des catégories prédéfinis qui bougent pas. Seulement je me suis rapidement rendu compte que cela ne tiendrait pas et j’ai du modifier plusieurs fois la grille d’analyse.

2° Je me suis aperçu en cours de route que j’orthographiais différemment deux ou trois expressions. Cette erreur m’aura coûté deux bonnes heures de rectification.

3° J’ai décidé arbitrairement ou, plus exactement, à l’instinct, du début et de la fin de mes différents corpus. Certains indices m’ont indiqué la voie à suivre, mais je n’avais pas le temps ni les moyens (financiers et connaissances) pour vérifier concrètement.

4° Scrupuleusement, méticuleusement, j’ai suivi ma grille d’analyse de contenu alors que certains éléments se sont révélés inutiles rapidement. Ici un paradoxe intéressant se joue ; une méthode stricte, avec un protocole précis, voudrait qu’on la suive quoi qu’il arrive, si on tenait tant que ça à imiter les sciences expérimentales. Pourtant la décision la plus rationnelle est bien d’abandonner cet élément inutile, prenant des ressources pour rien, mais je me suis entêté car « sait-on jamais ».

5° J’ai bâclé l’analyse de certains discours et c’est la culpabilité qui m’a fait revenir dessus.

6° J’ai bricolé, il n’y a pas d’autres termes, des justifications concernant un ou deux de mes choix et ce n’est donc, qu’ex post, que la logique est rentrée avant la pratique. Sur ce point, j’ai d’ailleurs constaté que la justification ex post de méthodologie était une activité plus que courante dans la recherche.

7° Pour l’analyse des résultats, j’ai fait « à la main » certains calculs qui pouvaient être automatisés, parce que je ne connaissais pas toutes les fonctionnalités du logiciel que j’utilisais.

8° Tous les entretiens que j’ai menés, je dis bien tous, ne sont pas passés comme prévu. Certains ont été affreux, d’autres agréablement surprenants, d’autres encore ont eu leurs lots de difficultés, techniques notamment.

9° J’ai inventé sur le tas des questions pendant les entretiens, ou oublié d’autres – fautant ainsi gravement par rapport à une méthode d’entretien semi-directif.

10° Certain-e-s de mes interrogé-e-s l’ont été dans des mauvaises conditions – heure tardive, situation pressée, manque de préparation de ma part.

11° Je n’ai pas toujours respecté les prescriptions classiques de la méthode d’entretien semi-directif. Par exemple en suivant scrupuleusement la grille ou en laissant une grande liberté à l’interrogé-e – j’ai expliqué ailleurs que la distinction entre semi-directif et libre n’était pas vraiment importante1.

12° Un ou deux de mes entretiens ont servi quasiment à rien du tout.

Ces exemples, tirés de mon expérience je le répète, mettent en lumière le joyeux bordel de la méthodologie, tout ce que la science a d’irrationnel, de hasardeux, de bricoleur, d’un je-ne-sais-quoi d’instinct, de pif, d’improvisation. Et avant que les puritains de la science me tombent dessus, comme on en trouve par milliers et qui sévissent avec joie et sadisme pendant les jurys de thèse, car pouvant s’exprimer dans un temps ritualisé qui leur donne toute l’autorité nécessaire à l’expression de leurs différents complexes (supériorité, narcissisme) et authentiques défauts (incapacité de résister à la tentation d’abuser d’une position temporelle de pouvoir, croyance en la justesse, quoi qu’il arrive, de leurs arguments) ; avant que les puritains de la science me tombent dessus donc, la méthodologie mise en œuvre pendant ma thèse a été faite de façon rigoureuse. Loin d’être parfaite, elle résisterait cependant à n’importe quelle évaluation – même si elle ne correspond pas aux canons de ma discipline, ce qui m’a été abondamment reproché pendant ma soutenance (pour un récit de celle-ci c’est dans ce billet).

En bref, ne vous embêtez pas trop avec la prétendue rationalité impeccable de la science, et son corollaire, une maîtrise totale de la méthodologie ; les erreurs, les difficultés, les facilités, les petits trucs font partie de la science !

Bibliographie

BECKER Howard S., Les ficelles du métier. Comment conduire sa recherche en sciences sociales. Paris : La Découverte, 2002, 352 p. (Grands Repères/Guides) *

CYRULNIK Boris, Mémoire de singe et paroles d’homme. Paris : hachette, 1997, 303 p. (Pluriel)

DEZALAY Yves, GARTH Bryant, « Le « Washington consensus ». Contribution à une sociologie de l’hégémonie du néolibéralisme ». Actes de la recherche en sciences sociale, volume 121-122, 1998, pp. 3-22.

ELIAS Norbert, La dynamique sociale de la conscience : sociologie de la connaissance et des sciences. Paris : Éditions La Découverte, 2016, 332 p. (Laboratoire des sciences sociales)

FEYERABEND Paul, Adieu la Raison. Paris : Éditions du Seuil, 1989, 373 p.

FEYERABEND Paul, La science en tant qu’art. Paris : Albin Michel, 2003, 19 p. (sciences d’aujourd’hui)

LATOUR Bruno, La science en action. Paris : Editions La Découverte, 1989, 450 p. (Textes à l’appui)

LATOUR Bruno, Le métier de chercheur regard d’un anthropologue. Paris : INRA, 2001, 103 p.

MILLS Charles Wright, The sociological imagination. Oxford : Oxford University Press, 1967, 234 p. (A Galaxy book)

1https://ptvirgule.hypotheses.org/2040

crédit


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.