Réfléchir sur les actions de l’État

L’État est une machine, une grande machine. Il fonctionne par une multitude d’acteurs, de pratiques, d’objets et de symboles, qui se mélangent avec une multitude d’acteurs, de pratiques, d’objets et de symboles. En fait, l’État apparaît comme une méta-institution, une institution au-dessus des autres qui sert de guide et d’arbitre. Pour cette raison, il peut être difficile de réfléchir ce que fait l’État. Dans ce court texte, nous proposerons une façon de conceptualiser l’État pour travailler sur ses actions.

L’erreur de l’anthropomorphisme

Tout d’abord, il importe de ne pas réfléchir sur l’État comme s’il était une entité unifiée, personnifiée, agissant comme un individu. Des critiques rapides comme « c’est la faute de l’État » ou « l’État est trop présent » tombent dans le piège de l’anthropomorphisme1 ; elles font de l’État un être vivant, grotesque mais gigantesque, capables de se comporter comme un être vivant. En réalité, cette conception ne sait pas vraiment ce qu’elles désignent. Elle a à la fois les forces et les faiblesses des évidences – oui l’État fait des erreurs, oui il est très présent dans notre société, mais pourquoi ? – et à la fois les forces et les faiblesses du flou – de qui et de quoi parle-t-on exactement dans ces critiques ? Une réflexion plus creusée doit cependant voir au-delà. P. Bourdieu2 en vient même à considérer qu’il ne serait pas juste de faire de l’État le sujet d’une phrase. L’État fait ceci ou cela, l’État pense ceci ou cela, serait sociologiquement (pour P. Bourdieu) faux car l’État, en tant qu’entité, n’existe pas vraiment ; il n’est pas un individu en chair et en os. Il n’existe qu’au travers des actions de ses représentants. Ce serait en fait une approche dérivée et erronée de la sociologie d’É. Durkheim (celui-ci considère bien que l’État agit par ses fonctionnaires3), où l’État s’imposerait aux individus, comme les faits sociaux qui ont une extériorité contraignante4.

L’État défini dans ses relations

Il existe une autre manière de comprendre les actions étatiques qui semble plus adaptée à des questionnements scientifiques et critiques (de mise en question et non pas polémiques)5. Il s’agit de voir que l’État se définit dans ses relations aux choses, aux individus et aux institutions. Autrement dit, par l’intermédiaire de ses représentants (représentants mandataires comme représentants incarnant6), l’État entretient des relations quand il agit dans tel ou tel domaine.

Pour l’exemple, parlons de l’État qui communique sur la santé des Français (tabac, alcoolémie, MST, etc.). Premièrement, les membres de l’exécutif français et/ou des membres de l’administration publique décident qu’une pratique est mauvaise et doit être corrigée. La relation concernée est donc une relation entre ceux qui dirigent la société et ceux qui doivent ou devraient obéir, les citoyens. Secondement, différents acteurs interviennent dans la « production » de cette communication ; des acteurs scéniques pour les spots publicitaires, des acteurs politiques pour la décision des enjeux, des acteurs administratifs pour la mise en œuvre et la gestion du « papiers », des acteurs législatifs pour l’aspect juridique, des acteurs médiatiques pour la diffusion, la reprise voire la discussion de cette action. La relation concernée est donc une relation entre acteurs appartenant à l’espace social rattaché à l’État et une relation entre des acteurs appartenant à différents champs.

L’État peut donc se penser dans les relations que ses représentants entretiennent quand ils agissent, et ainsi faisant agir l’État.

Un petit point sur l’action de la communication de l’État

La communication de l’État est une action de ses représentants, surtout de la part de ses représentants-incarnant ; à savoir les ministres et le Président de la République. L’État ne communique pas seul, comme s’il était un individu à part entière. Il a toujours besoin d’être manifesté et, dans le cas des membres de l’exécutif, incarné. Il est donc possible de travailler sur la communication de l’État en analysant la communication de l’exécutif. Et en conséquence, cette analyse de l’État et sa communication peut nous permettre de voir les relations qu’il entretient avec différents secteurs et catégorie d’individus.

1JOBERT Bruno, MULLER Pierre, L’État en action : politiques publiques et corporatisme. Paris : Presses universitaires de France, 1987, 242 p. (Recherches politiques)

2BOURDIEU Pierre, Sur l’État. Cours au Collège de France (1989-1992). Paris : Seuil : Raisons d’agir, 2011, 656 p. (Cours et travaux)

3DURKHEIM Émile, Leçons de sociologie. Paris : Presses Universitaires de France, 2015, 360 p. (Quadrige)

4DURKHEIM Émile, Les règles de la méthode sociologique. Paris : Presses Universitaires de France, 2007, 149 p. (Quadrige. Grands textes)

5https://ptvirgule.hypotheses.org/137

6https://ptvirgule.hypotheses.org/159

crédit photo


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.