Pourquoi l’absence de changement réel de Macron était prévisible ?

Manu Macron avait parlé du changement, de la réinvention, de la remise en question, en bref de la survenue d’un « monde d’après ». Les plus cyniques avaient pouffé de rire, les autres, celles et ceux qui voulaient y croire, ont désormais de quoi être déçu-e-s. Réforme des retraites relancée, réforme du chômage annoncée, lenteur de la prise de décision pour le « capitalisme vert », un remaniement de façade, une arrogance et une incapacité à reconnaître ses erreurs toujours aussi présentes dans ses discours, Macron n’a pas du tout changé. Au-delà, certain-e-s pourraient regretter aussi l’absence d’un discours réellement « nouveau », critiquant le néo-libéralisme et la mondialisation voire la construction européenne – bien trop orientée vers la libre concurrence. Pourtant, en dressant un parallèle entre deux événements de crise, le covid et les crises financières internationales, il est possible de comprendre que la critique des idéologies dominantes n’est pas le point fort des membres de l’exécutif français, et que cette absence ou presque de critique est révélatrice d’un engagement dans ces idéologies.

Le covid et la critique du « monde d’hier »

Le 14 juin, le président tenait un discours pour parler du monde d’après et souligner notre « force », c’est-à-dire « notre capacité de créer pour dire et changer le monde »1. Je ne ferai pas le travail de relever les incohérences, entre ce qu’il a pu faire et ce qu’il propose désormais, ni sur sa propre responsabilité – vous trouverez sur internet des tas d’analyse fort intéressante. Afin de relever l’importance de la critique dans un discours politique, je m’attacherai seulement à noter les expressions et le vocabulaire traduisant une critique chez Emmanuel Macron.

Avant tout, pourquoi insister sur la critique dans le discours politique du président ? Celle-ci est souvent associée à la dimension polémique, consistant seulement à une attaque de l’autre dans une optique antagoniste fixée par l’adversaire (de la Haye, 2005). Plus clairement, le registre polémique dans un discours s’attache à répondre à un opposant dans ce qui semble être un jeu à deux assez limité. Pour le dire vite, la polémique fait mauvaise impression chez les spectateurs et spectatrices du champ politique car elle semble le transformer en cour de récréation. Cependant, dans une situation de « crise », le registre polémique, comme je l’ai montré dans ma thèse (Fusi, 2018), est très peu présent ; sans doute parce que la « crise » occupe le centre de l’attention et que tenter de continuer le jeu politique pendant celle-ci serait très mal vu. Plus encore, la situation de crise peut entraîner une tentative de ralliement autour du drapeau, normalement utilisé pendant dans un contexte guerrier ou militaire. Ce ralliement consiste à appeler à l’arrêt des luttes partisanes afin de susciter une union autour de la présidence et du gouvernement (Gerstlé, Abel, 2011). Ce fut le cas pendant la crise des subprimes en 2008 quand François Fillon appela à l’unité nationale2.

On l’aura donc compris, la dimension critique/polémique pendant une situation de crise est diminuée voire explicitement rejetée. Il existe néanmoins une autre dimension critique, plus « profonde » dans la mesure où elle porte la réflexion de la professionnelle ou du professionnel de la politique au niveau de ce – idéologies, pratiques, processus sociaux généraux3 – qui compose la société. Ainsi, on peut s’interroger sur ce que le ou la professionnelle de la politique a à redire vis-à-vis de l’état du monde qui traverse une crise ; quels éléments identifient-elles comme problématiques ? Qu’est-ce qui mérite selon elle une correction, une suppression ou un maintien ? Désigne t-elle des responsables, des héros ou héroïnes, des victimes ?

Concernant le discours du 14 juin, je vais procéder à une analyse (de contenu) à la volée, relevant les expressions qui traduisent une critique « profonde », ou, pour le dire autrement, une remise en question radicale des éléments structurant une vision et une pratique de la société – néo-libéralisme, mondialisation, individualisme, oligarchie/aristocratie, etc. Pour ce faire je vais procéder comme pendant ma thèse, en relevant différents indicateurs pour différentes catégories : principalement il s’agit des catégories de cause et de responsable. La première catégorie correspondra au moment où Macron expliquera les raisons du covid et la seconde au moment où il évoquera les individus ou institutions à qui il impute cette crise. Les indicateurs pour ces deux catégories peuvent être des mots, des verbes ou des expressions qui traduisent une cause ou une imputabilité.

Roulement de tambour… les résultats ne sont pas concluants du tout ; rien que dalle, voilà le résultat. Aucune cause n’est clairement donnée à la crise, ni de responsable. La question suivante s’impose : comment construire le monde de demain sans interroger celui d’hier ? Pour reprendre des termes managériaux qui devraient parler à Macron et ses électeurs/électrices ; quel chef d’entreprise sensé se lancerait dans un projet sans effectuer un état des lieux ? Ou alors, doit-on, avec un effort de réflexion qui ressemble plus à une tentative d’arracher des cheveux, penser que les solutions que Macron propose sont une critique de l’état actuel de la société ? Il s’agirait là de ne pas confondre surinterprétation et vœux pieux.

Histoire de ne pas rester bloqué sur cet « échec », je vais lire tous les autres discours de Manu qu’il a prononcés pendant le confinement ; celui du 12 et 16 mars, et du 13 avril. A nouveau, rien n’est dit sur les causes et les responsables. En toute franchise je ne suis pas surpris car j’avais déjà été frappé par l’absence, on pourrait presque dire de logique, mais en tous cas de remise en question de lui-même par le président et des idéologies qu’il défend. Par ailleurs, il est à noter que dans ses discours, les causes sont décrites comme des conséquences ; la crise n’a pas été entraînée, accélérée par des manques de masques ou de respirateurs, ou un manque de préparation, elle a révélé les manques de masques, respirateurs et de préparation. Manu Macron a une incapacité marquante de remise en question ; comment peut-on espérer qu’une personne ayant ce problème (psychologique ?) puisse vraiment changer et changer le monde d’hier ? Comment croire à cette phrase, tirée du discours du 13 avril, « sachons, dans ce moment, sortir des sentiers battus, des idéologies, nous réinventer – et moi le premier » (c’est moi qui souligne) ? Ainsi, la rhétorique de la révélation a pris le pas sur celle du bilan critique, comme nous le verrons un peu plus présente (mais pas trop non plus) dans les crises financières internationales. L’intérêt de cette rhétorique est d’inverser l’ordre de causalité ; ce ne sont plus des dysfonctionnements et des mauvaises décisions qui ont causé cette crise mais l’inverse – et attention je ne signifie pas ici que le covid est seulement du aux politiques du gouvernement et de la présidence, mais que celles-ci ont approfondi les dangers posés par la crise sanitaire. En conséquence, nul besoin de trop se tirer les oreilles, ce sont les circonstances qui doivent porter le chapeau et on voit là tous les dégâts d’une pensée gouvernementale court-termiste, incapable de formuler une réflexion, traduite dans la communication, au-delà de l’instant.

Pour finir sur ce point, il faut souligner que j’ai juste analysé les discours de Macron, alors que pour les crises financières internationales ce sont toutes les activités de communication des membres de l’exécutif qui ont été analysées. Mais bon, aussi bien pendant la crise des subprimes que la crise asiatique de 1997-1998, Nicolas Sarkozy et Jacques Chirac ont discuté les causes de l’événement de crise. En revanche, ce n’est pas le cas de François Mitterrand pendant le krach boursier de 1987 ; Emmanuel Macron ressemble donc à son prédécesseur socialiste sur ce point.

Les crises financières et la critique du secteur et des acteurs financiers

Pendant ma thèse, j’ai analysé plus de 300 activités de communication des membres de l’exécutif (ministres et président), qui ont eu lieu pendant trois crises financières internationales : krach boursier de 1987, crise asiatique de 1997-1998 et crise des subprimes de 2007-2008. J’ai donc passé au peigne fin ces différentes activités pour en relever la dimension critique « profonde ». Voici les tableaux de résultats – je me suis pas embêté j’ai juste fait une capture d’écran :

Ces deux tableaux montrent que la dimension critique est peu présente. Les critiques formulées par les ministres et le président ne constituent pas un élément principal du « discours de crise » pendant une crise financière et elles ne sont pas toujours explicites. Toutefois, elles ont au moins le mérite d’exister. Plus précisément, parmi les causes données aux crises financières figurent les marchés et les acteurs financiers. Quand ceux-ci sont cités comme cause, les ministres et le président s’attardent sur des comportements qu’ils jugent nocifs. Quand les marchés financiers sont cités comme cause, les ministres et le président imputent la crise financière à leur organisation et/ou leur fonctionnement. Une évolution est intéressante à mentionner ; dans la crise des subprimes, les marchés financiers sont désignés comme la principale cause – il existe d’autres causes comme le manque de coopération internationale, la situation sociétale et l’état de l’économie. Quant aux acteurs financiers, ils sont rarement, dans les trois crises financières, évoqués comme responsables des crises financières.

Pour résumer : la désignation de responsable et les critiques profondes ne constituent pas l’élément principal du discours d’un ministre ou du président, loin de là. Ceux-ci se cantonnent à des temps forts de la communication de l’État, soit des moments où l’événement de crise se fait le plus dangereux, pour distribuer des remontrances, ni trop violentes, ni trop engageantes. Il était pourtant simple, et cette remarque vaut pour la crise du covid, pendant ces trois crises financières de mettre en lumière la dangerosité de laisser aux marchés financiers, déréglementés et dérégulés, le soin de décider de ce qui était juste et bon pour la société en général. Il serait peut-être temps que nos professionnel-le-s de la politique se rendent compte que la main invisible a plutôt tendance à nous pousser dans le mur – ce mythe est en outre sans cesse contredit par les interventions salvatrices de l’État et des finances publiques.

Ainsi, ces deux événements de crise – le covid et les crises financières internationales –, même s’ils ne sont pas exactement les mêmes, ont le mérite de souligner que la communication de l’État conservent la même dynamique depuis la fin des années 1980 ; une défense idéologique du néo-libéralisme et de la mondialisation économique et financière. C’est particulièrement visible dans les activités de communication des membres de l’exécutif pendant les trois crises financières évoquées. La solution souvent proposée dans celles-ci est celle de la coopération internationale à travers des institutions comme le FMI ou les sommets du G, qui ne sont sans doute pas les institutions les plus critiques qui soient. Autre exemple, pendant la crise asiatique de 1997-1998, le président Jacques Chirac appelait les pays d’Asie du sud-est à rejeter le protectionnisme, alors qu’une dose de celui-ci n’aurait pas fait de mal face à une libéralisation sauvage qui a mis ces pays à plat (Stiglitz, 2003). Enfin, cet engagement idéologique de l’État se perçoit avant tout dans la défense de l’Union européenne (UE). Pendant les trois crises financières et pendant le covid, les présidents français ont promu l’UE comme solution à la sortie de crise. Cette institution supra-nationale, même si elle n’adhère pas sans réserve, au moins au début, au néo-libéralisme, s’est servie du marché comme point de ralliement pour se construire (Jabko, 2009). C’est donc bien une stratégie politique volontaire, et non des contraintes extérieures (mondialisation par exemple), qui a abouti à l’UE que nous connaissons, si soucieuse de la libre concurrence, et ce dès le Traité de Rome de 1957 où il est écrit : « les États membres et l’Union agissent dans le respect du principe d’une économie de marché ouverte où la concurrence est libre »4. Pour certains auteurs, au hasard Lordon (2014), l’implication néo-libérale de l’UE est si forte qu’elle remet en question la souveraineté nationale. Tandis que pour d’autres, au hasard Habermas (2013), l’UE questionne les formes et les limites de l’État-nation actuel. La défense de l’UE n’est donc pas innocente ou à rejeter comme simple tactique politicienne pour se faire bien voir vis-à-vis des électeurs ou électrices pro-européennes.

Alors oui, on pourra reprocher à ce billet, outre une méthodo plus qu’expédiée pour les discours de Macron, un rapprochement trop hâtif entre les deux types d’événement de crise. Selon moi néanmoins, l’événement de crise financière et l’événement de crise sanitaire ont des points en commun. Dans les deux cas, ce sont des événements particulièrement dangereux et qui menacent la société dans sa globalité. Ces deux crises interrogent nécessairement l’idéologie néo-libérale – surtout la crise financière – et la mondialisation financière et économique telle qu’elle se déroule (sans réglementation et/ou régulation).

Pour conclure, je vais évoquer trois points centraux par rapport à la réflexion développée dans ce billet :

1° Dans les deux types d’événement de crise, une critique « profonde » du « monde d’hier » n’est pas l’élément principal du discours politique. C’est particulièrement le cas pour le président actuel. La communication politique montre alors un attachement des représentant-e-s de l’État envers ce « monde d’hier ». Plus précisément, c’est un attachement envers le néo-libéralisme et la mondialisation financière et économique. La communication de l’État, en particulier, participe dès lors au maintien de certaines idéologies et pratiques du monde en ne prenant pas part à leur remise en question. Et, je le répète, ce n’est pas innocent ou secondaire dans l’analyse de la communication de l’État ; en mobilisant le monopole du capital symbolique propre à l’Etat (Bourdieu, 2011), les membres de l’exécutif sont plus à même de construire une réalité dans laquelle le néo-libéralisme et la mondialisation économique et financière sont des composantes quasi-naturelles, inévitables, sans alternatives – et je nuancerais le propos de Bourdieu ici en précisant que les agents de l’Etat ne sont les seuls heureusement à pouvoir construire une réalité, mais qu’ils sont bien en revanche en mesure de construire une réalité la plus légitime et imposante.

2° Cette situation dans la communication illustre le paradoxe d’un État libéral mais pas trop, de la liberté que l’on veut guider pour qu’elle soit bonne, d’un interventionnisme, surtout quand il y a des pertes pour le « grand capital privé » et en même temps d’un rappel que le capitalisme dans sa forme néo-libéral, avec des marchés soit-disant libres et auto-régulé, est la meilleure forme d’organisation politique et économique. La communication étatique est vraiment partie prenante de ce paradoxe dans le sens où elle sert à exposer l’État, le faire agir. L’analyse de cette communication a de quoi laissé pantois, si on attend du bon sens, ou satisfait – car on trouve que l’on cherchait –, si on est cynique ; les membres de l’exécutif doivent à la fois justifier l’intervention de l’État et le promouvoir dans cette action – étant donné que ce faisant ils se promeuvent eux-mêmes – tout en défendant une idéologie qui critique ouvertement l’intervention de l’État.

3° J’aimerais finir en insistant sur le fait que nous ne sommes pas condamné-e-s à subir l’incohérence ou la malhonnêteté des membres de l’exécutif au travers de leurs activités de communication. Il existe des solutions pour confier à la communication politique un poids authentique et responsabiliser les professionnel-le-s de la politique. Sans aucun doute, il est impératif qu’ils comprennent que leur parole a des effets et – je me sens bien bête en écrivant cela mais je me demande parfois si les pros de la politique en ont conscience – a en particulier des conséquences politiques. C’est pourquoi la judiciarisation du discours politique mettrait les pros de la politique devant le fait accompli lorsqu’ils mentent ou lorsque leur discours a causé des dégâts importants. Ensuite, parce que nous ne pouvons pas toujours compter sur l’appareil institutionnel, dont le judiciaire, pour faire le travail, il nous appartient de rejeter explicitement et avec force tout discours qui est « rempli de vide », « que des mots », « du vent » selon les expressions populaires. Enfin, pourquoi ne pas imaginer un temps presque rituel pendant lequel les pros de la politique sont dans l’obligation de se livrer à un exercice de communication d’information, factuel, précis, sans détails superflus, sans analogie, sans mots-valises ; en clair un discours concis et compréhensible. J’évoque dans un autre billet des solutions pour changer effectivement la communication politique5.

Bibliographie

BOURDIEU Pierre, Sur l’État. Cours au Collège de France (1989-1992). Paris : Seuil : Raisons d’agir, 2011, 656 p. (Cours et travaux)

DE LA HAYE Yves, Journalisme, modes d’emploi : des manières d’écrire l’actualité. Paris : L’Harmattan, 2005, 232 p. (Logiques sociales)

FUSI Mathieu, Communication de l’État en contexte de crise financière internationale. Les cas des crises : krach boursier de 1987, crise asiatique de 1997-1998, subprimes en 2007-2008, Thèse de doctorat en science de la communication, sous la direction d’I. Pailliart, 2018. Disponible sur : http://www.theses.fr/2018GREAL009

GERSTLÉ Jacques, FRANÇOIS Abel, « Médiatisation de l’économie et fabrication de la popularité du président français (2007-2010) » [Document en ligne] Revue française de science politique, 2, 2011, volume 61, pp. 249-281. Disponible sur : http://www.cairn.info/revue-francaise-de-sciencepolitique-2011-2-page-249.htm (consulté en février 2014)

HABERMAS Jürgen, Après l’État-nation. Une nouvelle constellation politique. Paris : Pluriel, 2013, 154 p.

JABKO Nicolas, L’Europe par le marché : histoire d’une stratégie improbable. Paris : Presses de la fondation nationale des sciences politiques, 2009, 288 p. (Domaine Gouvernances)

LORDON Frédéric, La malfaçon. Monnaie européenne et souveraineté démocratique. Paris : Editions Les Liens qui Libèrent, 2014, 292 p

STIGLITZ Joseph E., La Grande Désillusion. Paris : Librairie générale française, 2003, 407 p. (Le livre de poche)

1https://www.elysee.fr/emmanuel-macron/2020/06/14/adresse-aux-francais-14-juin-2020

2https://www.leparisien.fr/politique/fillon-appelle-a-l-unite-nationale-13-10-2008-274923.php

3Pour plus de détails sur la notion de processus social général lire dans ma thèse la partie consacrée ; pp. 220-223 => https://www.theses.fr/2018GREAL009

4Dans l’article 120

5 https://ptvirgule.hypotheses.org/317 et https://ptvirgule.hypotheses.org/868

crédit photo


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.