C’est pas que de la com ! – c’est du foutage de gueule aussi

Un court billet pour parler de ce cher Alain Carignon (AC), candidat aux élections municipales de Grenoble 2020. Afin d’assurer sa promotion, AC a cru bon, dans un geste purement écolo, d’imprimer un petit bouquin intitulé « Alain Carignon est un homme libre ». Bien entendu je ne l’ai pas lu en entier, je ne peux pas supporter autant d’ironie et de discours, que d’aucun qualifieront de novlangue, d’autres de blabla ; pour moi c’est surtout un pur discours de campagne, où il importe de se construire l’image la plus séduisante possible tout en jouant avec les atouts et les défauts que l’on possède. Malgré tout on retiendra une chose, la communication politique c’est quand même bien du foutage de gueule parfois. Ce billet sera donc plus un message de ras-le-bol d’un citoyen qui aimerait bien qu’on le respecte au lieu de le prendre pour un idiot et qu’on poste dans sa boite aux lettres des documents tout juste bons à finir dans la poubelle (bleue) – je précise aussi que je ne soutiens aucun parti, ni ne vote, il ne s’agit donc pas d’une attaque politique déguisée.

C’est qui Alain Carignon ?

Si AC mérite un moment d’attention c’est parce que celui-ci a fait de la prison et c’est tellement rare de voir un professionnel de la politique condamné, que l’on peut imaginer, logiquement, qu’il se traîne cette image comme un boulet. Hé bien visiblement non, puisqu’il est passé au deuxième tour. Avant de discuter de la manière dont il justifie sa candidature dans son bouquin, un petit rappel ; AC a été condamné pour corruption en 1996 à quatre ans de prison, puis en juillet 1999 à 18 mois de prison avec sursis pour abus de biens sociaux et usage de faux. Y en a jamais assez avec AC ! Et c’est bien pour cette raison qu’il défend, dans un texte d’une quinzaine de ligne, sa candidature.

On trouve quoi dans ce texte ?

Je ne prendrai pas la peine de le retranscrire parce que je considère que le foutage de gueule, il n’y a pas d’autres mots, est trop élevé. Une petite précision toutefois, AC répond à la question suivante « Vous avez été condamné en 1996 pour corruption et emprisonné durant trente et un mois. Que répondez-vous à ceux qui disent que moralement vous n’avez pas le droit de vous présenter ? ». Je vais faire un commentaire au fil de ma pensée, donc veuillez m’excuser d’avance pour le manque de rigueur scientifique, mais je le redis, ce texte ne mérite pas qu’on s’y attarde trop ; il possède juste ce qu’il faut pour donner du poids à celles et ceux qui pensent que la communication politique, c’est vraiment (parfois) un acte sans gène, où les règles morales, ayant trait au respect de l’auditoire, sont balancées par la fenêtre.

1° Tout d’abord AC n’évoque qu’une seule de ses condamnations… Celle du 13 juillet 1999, prononcée par le tribunal correctionnel de Grenoble, a disparu. Que faire ? Hurler fake news comme un éditorialiste qui n’a pas encore bu son café ? Peut-être que c’était trop long d’évoquer ces différentes condamnations ? La technique ici est simple, il s’agit de cadrer cette histoire de prison sur une seule condamnation, quitte à mentir.

2° Ensuite, il est indiqué qu’il a fait 31 mois de prison dans ce court texte. Mais ailleurs (notamment dans l’intro de son bouquin) il est dit qu’il en a fait 29 mois. Pourquoi 31 ? C’est une bourde ou c’est pour la street cred t’as vu ! Si j’étais méchant je pointerais du doigt qu’il est normal à 70 ans de faire ce genre d’erreur. Peu importe la raison, j’ai la curiosité piquée et j’aimerais volontiers une explication – qui si ça se trouve est toute bête.

3° Rentrons dans le lard du texte et ça commence très gras par un « c’est c’ui qui dit qui y est ! ». En effet, AC accuse les personnes qui questionnent d’un point de vue morale sa candidature de, justement, ne pas avoir de morale. J’avais dit foutage de gueule, vous commencez à comprendre.

4° Ensuite c’est l’heure du fameux argument d’association, le plus souvent utilisé pour disqualifier, du genre « vous voulez sortir de l’Euro, comme le FN non ? ». Cet argument peut aussi servir pour se construire une belle image, un ethos tout propre. On apprendra, avec surprise ou pas – comprendre qu’on peut tout à fait ne pas être étonné-e de savoir que des personnes ont soutenu un délinquant en col blanc –, que des « hautes figures intellectuelles, religieuses, penseurs » ont témoigné leurs sympathies à AC. Mais lesquelles par ailleurs ? Un ou deux exemples n’aurait pas été de trop.

5° AC évoque dans la phrase suivante un « cynisme effrayant », avec une ironie horripilante ! Comment, vraiment ce n’est pas une question rhétorique, comment peut-il écrire une chose pareille, soutenir que les personnes qui parlent de morale vis-à-vis de sa candidature font preuve d’un cynisme effrayant ? Alors, bien entendu, sans doute des individus peu recommandables ont du le critiquer là-dessus. Malgré tout, comment ne pas noter – avec cynisme, il me pardonnera – que tout son bouquin repose sur une « raison politicienne » (c’est son terme), tout ce gaspillage de papier, 63 pages quand même (!), est là pour soutenir sa candidature, quitte à se prendre les pieds dans un tapi tissé dans une logique torturée (c’est pas moi le problème, c’est vous !) ?

Mais je comprends AC ici ; ce n’est pas le seul brigand dans l’histoire, il était certainement toute une bande, à fonctionner en quasi mafia, omerta et cooptation. AC doit avoir les boules de s’être fait choper sans que ces copains ne soient inquiétés. Mais quel comportement infantile ! C’est parce que le voisin le fait que j’ai eu le droit de le faire et, au moment où je me fais attraper, je pleure…

6° La suite est un mélange de YOLO !, de carpe diem (le yolo des hipsters), d’opération de blanchiment d’image, de philosophie aussi profonde qu’une flaque d’eau sur du goudron qui vient d’être posé, et je m’arrête là. AC est libre, AC a remboursé sa dette, non mieux encore il n’a « pas de dette à l’égard de la société », il est « vivant », il est « lucide »… mais surtout il se fout de notre gueule !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.