Quelques arguments pour (imposer) le vote et une réponse critique

Il y a quelques temps une personne m’a tenu un discours sur l’importance du vote auxquels je n’ai pas répondu, les circonstances ne s’y prêtant pas. Pourtant, ce discours, dont je reprendrai les idées essentielles, était extrêmement intéressant car il condensait en quelques minutes, les principaux arguments présentant, ou plutôt imposant le vote comme une nécessité indépassable de la vie politique. Je ne remettrai pas en cause l’importance du vote dans la démocratie représentative, mais je n’en ferai sûrement pas l’alpha et l’oméga de la participation et de l’engagement citoyen.Voici donc quelques réponses critiques à ces arguments.

Le vote devrait être une obligation

Ici le vote est conçu comme l’horizon indépassable de l’engagement citoyen. Ce n’est plus un droit, c’est un devoir absolu. Les citoyens et citoyennes sont mises devant le fait accompli suivant : le vote est le socle de la vie politique de la République française. Ainsi ne pas voter est une erreur, une faute grave, qui devrait presque être sanctionnée pénalement, d’où l’idée d’une obligation.

Pourquoi ça pose problème ?

Premièrement cette conception est bien entendue a-historique. Elle ignore complètement tout le travail de lutte autour de l’utilisation des élections dans la République naissante du XVIII ; d’un côté, je schématise, les aristocrates voulaient des élections sans mandat impératif pour gouverner sans être contrôlé par le « peuple » (Dupuis-Déri, 2013) ; de l’autre côté, le « peuple », dont certains bourgeois, voulaient une démocratie directe.

Deuxièmement, si nous vivons vraiment en démocratie, c’est le peuple qui dirige, le vote doit donc être une procédure subsidiaire mais pas principale (Dupuis-Déri, 2013 ; Manin, 1996). Le vote comme obligation est alors un contresens démocratique ; à moins que les personnes défendant cette idée souhaitent une aristocratie. Ici la réussite des aristocrates du XVIII est totale ; avoir réussi à associer la procédure électorale à la démocratie à tel point que des membres du « peuple » lui souhaitent un caractère obligatoire.

« Tais-toi si tu votes pas »

Cet argument sonne violemment – et la personne qui m’a tenu ce discours a eu l’honnêteté de le reconnaître. Il est simple en essence et lié au précédent ; si le vote devrait être une obligation, ne pas la respecter est fortement condamnable. C’est s’exclure de la communauté politique et, en conséquence, ne plus avoir la moindre possibilité de donner son avis sur la manière dont nous sommes gouverné-e-s.

Pourquoi ça pose problème ?

Premièrement, c’est phrase fait l’impasse sur toute la violence symbolique, celle de P. Bourdieu (2001), qui nous fait accepter les rapports de domination politique. L’argument du «&nbsp tais-oi si tu ne votes pas » est l’illustration des théories bourdieusiennes sur l’intériorisation des normes sociales, même si ces dernières jouent contre nous. Le vote est si important qu’on le veut obligatoire, même si dans les faits il nous prive de la possibilité de prendre des décisions politiques.Ainsi, cet argument ne se rend pas compte qu’il rend visible une violence symbolique invisible et qu’il redouble donc l’effet de celle-ci ; des normes nous incitent à voter mais en plus d’autres personnes nous jugent de ne pas le faire.

Deuxièmement, les individus reprenant cet argument jouent le rôle de la police. Non seulement ils jugent avec violence une personne avec laquelle ils ne sont pas d’accord mais en plus ils se permettent d’imposer une sanction. Ils se rendent tout à fait utiles pour l’organisation politique en sortant la matraque symbolique pour ramener les dissident-e-s à l’ordre. En bref, non seulement ils se tirent donc une balle dans le pied, en acceptant de se débarrasser de leur puissance politique en la déléguant par le vote, mais en plus ils tirent une balle dans le pied de leur voisin en leur déniant le droit de refuser cette situation politique.

Bibliographie

BOURDIEU Pierre, Langage et pouvoir symbolique. Paris : Éditions du Seuil, 2001, 423 p. (Points : essais)

DUPUIS-DERI Francis, Démocratie. Histoire politique d’un mot : aux Etats-Unis et en France. Québec : Lux éditeur, 2013, 452 p. politologue québécois

MANIN Bernard, Principes du gouvernement représentatif. Paris : Flammarion, 1996, 320 p.(Champs essais)

crédit photo


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.