C’est pas que d’la com ! – l’acceptation de la communication de l’État

C’est un fait incontestable que l’activité intense de communication du gouvernement et de la présidence fait l’objet de beaucoup de critiques. La légitimité des ministres et du Président à pouvoir incarner l’État en communiquant n’est en revanche jamais remise en question. Pourtant, et nous l’avons souligné ailleurs, la communication est un rapport symbolique violent1, elle implique la domination étatique de l’ordre socio-politique français. La critique mériterait une nouvelle voie en soulignant autre chose que le recours, certes malsain, de techniques marketing pour la communication de l’État ; la domination de l’État qui se déploie dans la communication doit aussi être dénoncée si nous voulons une autre manière de gouverner.

La domination étatique de la société française

Pourquoi est-ce que nous acceptons la domination de l’État sans nous révolter ? Ou si peu car râler contre les impôts ou fustiger la politique économique du gouvernement ne fait pas de nous des révolutionnaires. Il existerait en France une affection des citoyens envers l’État, surtout quand celui-ci se fait tendre et protecteur, comme une figure paternelle ; on l’appelle dans ce cas l’État-providence. En même temps, cette figure de l’État est attaquée par des personnes, proches des idéaux libéraux notamment, considérant que le soin apporté aux populations en difficulté coûtent cher et que l’État devrait laisser les marchés se charger de la régulation de la société.

Une partie des citoyens peut alors éprouver de l’affection envers l’État, alors qu’une autre peut ne pas aimer cet État envahissant. Ces deux parties n’en demeurent pas moins dominées, qu’elles l’acceptent plus ou moins sans contestation. Nous pourrions ici développer le rôle de l’autorité et de la violence symbolique (définie par P. Bourdieu), mais, pour ne pas alourdir le texte, nous évoquerons seulement la première notion. L’autorité étatique découle à la fois de mécanismes psychologiques qui associent l’État à une figure parentale et à la fois d’une légitimité historique. En effet l’État, par l’intermédiaire de nombreux acteurs (hommes politiques, juristes, fonctionnaires, policiers, collecteurs d’impôts, etc.) s’est constitué en constituant les normes sociales (comme la fin de la violence physique dans les rapports entre citoyens) et pratiques (comme l’imposition du français comme langue principale) et les valeurs (comme l’égalité, la liberté, la propriété) de la nation française. L’État était là avant notre naissance et sera sans aucun doute encore là à notre mort, ce qui ne peut renforcer cette impression de légitimité à gouverner la société française.

La communication comme preuve de cette domination acceptée

Nous l’avons dit, la communication de l’État est critiquée. Ce qui ne l’est pas c’est la légitimité pour les membres de l’exécutif d’incarner l’État en communiquant. Dans un autre article, nous avons rappelé que les membres de l’exécutif étaient les représentants les plus hauts de l’État2. Le lien est faisable, voire logique dans notre système politique, entre les actions d’un ministre et celles de l’État. Les contestations de cette communication de l’État qui la désignent comme inutile, exubérante, coûteuse ou autre, s’arrêtent juste avant de reconnaître que la domination de l’État se joue aussi dans la communication.

En somme, d’un côté on exige que les ministres et le Président arrêtent de trop communiquer parce qu’on a compris que c’était que d’la com et que les mots ne remplacent pas les actions. D’un autre côté, la communication rencontre toujours autant de succès quand la personne qui parle nous plaît. C’est un problème humain ; on aime entendre des gens d’importance dire des choses que l’on pense ou nous promettre un avenir meilleur. La critique « c’est que d’la com » baigne dans le paradoxe des électeurs qui veulent autre chose en continuant cette autre chose. Autrement dit, pour rester très concret, ce sont les électeurs qui en ont marre des hommes politiques, des magouilles et de leurs discours bonimenteurs et qui choisissent de voter, en l’occurrence pour Marine Le Pen. De façon métaphorique, ce constat pourrait se traduire par un fumeur de cigarettes se plaignant des méfaits de son produit habituel, qui se mettrait à fumer la pipe en espérant prouver sa volonté contestatrice. Le tabac demeure présent néanmoins.

La communication de l’État en étant critiquée sur sa forme, marketing, et non sur son existence prouve l’acceptation de la domination de l’État. Cette critique cache également une attitude paradoxale de la part d’une envie de séduction que possèdent les électeur. Il importe donc d’exiger une autre critique de la communication.

La critique de la communication de l’État pour une autre manière de gouverner

La domination étatique sur la société française est un fait et il faut l’accepter. La communication de l’État est une preuve de cette domination et il faut l’accepter également. Cela ne signifie pas qu’il faut se résigner ou tomber dans le fatalisme. Il faut plutôt revendiquer une posture critique ouverte aux interrogations sur l’État, allant au-delà du plus ou moins d’État, du bon ou mauvais État, du pour ou contre en fonction des intérêts individuels. Il faut raisonner en partant du principe que nous sommes des êtres collectifs (que ceux qui mettent l’individu au centre de tout aillent vivre à la Robinson Crusoé et reviennent nous expliquer pourquoi ils sont devenus fous).

Dans un premier temps radical, la critique de la communication de l’État et de la domination qui en découle peut être mise au service de la séparation de l’État et de la société. Ce n’est pas une volonté nécessairement anarchique, car l’État n’est pas la seule forme politique d’organisation d’une collectivité. Une autre forme de contrôle et de direction de celle-ci peut se penser mais la barrière pratique est, elle, nécessairement élevé. L’État est présent de partout, de l’éducation à l’économie, de la politique à l’associatif, de la santé à l’armée. Se couper de lui invoque des difficultés énormes tant pratiques que symboliques, qui prendront de nombreuses années voire un ou deux siècles. Cependant, il reste possible de passer d’une remise en question de la communication de l’État à une remise en question de l’État lui-même.

Dans un deuxième temps, cette critique peut correspondre à l’exigence d’une autre forme de gouvernement étatique, représentatif ou pas. Ici se trouvent plusieurs possibilités que nous allons passer en revue. D’abord, la communication marketing est un aspect négatif du gouvernement représentatif. Les candidats à la présidentielle ont en face d’eux des citoyens-consommateurs et ils reprennent aux entreprises leurs techniques de séduction, qui ont faire leur preuve, pour arriver à être élus. On peut donc vouloir la fin de la représentativité sans la fin de l’État ; la domination étatique resterait mais plus celle des individus autorités et légitimés dans leur position de représentants de l’État. Ensuite, la représentativité peut être maintenue mais, soit avec la fin de l’usage de la communication ou soit avec une autre forme de communication. Le gouvernement de la France se ferait alors sans discours, sans tweets, sans campagnes publicitaires ou campagnes de communication publique, ou bien ces différentes communications abandonneraient les formes marketing. On peut très bien imaginer une communication destinée seulement à donner des informations, débarrassées de (presque) toute tentative de manipulation.

Par ailleurs, la plasticité humain du social étant infinie, rien n’empêche de mélanger toutes ces possibilités de critique pour penser la société. Il faut toutefois concentrer la critique sur la domination de l’État s’exprimant notamment dans la communication. Les questions sont les suivantes ; acceptons-nous cette domination en nous renfrognant sous de faux airs critiques avant de céder au premier discours qui saura nous parler comme il faut ? Ou interrogeons nous cette communication en la mettant en parallèle avec ce qui compose et structure notre société en exigeant une autre forme de gouvernement de la collectivité ?

1https://ptvirgule.hypotheses.org/79

2https://ptvirgule.hypotheses.org/159

Crédit photo : je ne trouve plus l’image source, veuillez m’excuser. N’hésitez pas à me signaler la source originale si vous la connaissez.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.