La méthode de l’entretien, libre ou semi-directif ?

Les entretiens sont très utiles pour récupérer des témoignages et des réflexions sur une population et sur un sujet qui nous intéressent. L’éternelle question se pose alors ; faut-il mieux faire des entretiens semi-directifs ou libres ? Je vais développer plus bas l’idée que la distinction entre ces deux types d’entretien importe assez peu au final, tant la personnalité de l’interviewé-e et la relation sociale qui se noue, durant l’entretien, sont déterminantes.

Rapides définitions

L’entretien semi-directif s’accompagne d’une grille comportant des éléments que l’on veut vérifier. Ainsi, la discussion est « dirigée » en partie par la grille car l’intervieweur ou l’intervieweuse veille au grain pour qu’aucun des éléments présents sur la grille ne soit pas abordée. Il évitera aussi les longues digression de manière à ne pas « grignoter » du temps d’entretien qui pourrait être passé sur des sujets importants pour sa recherche.

L’entretien libre ne s’appuie pas sur une grille mais sur un sujet global. Ainsi l’intervieweur ou l’intervieweuse n’a pas trop à se soucier des hors-sujets ou de l’ordre des sujets abordés. L’important est de faire en sorte que la personne interrogées se sente suffisamment à l’aise pour développer une réflexion

Pour quoi faire ?

Selon les définitions données plus haut, l’entretien semi-directifs et l’entretien libre n’auront pas la même utilité en fonction des objectifs de recherche. Par exemple, si vous cherchez des éléments factuels précis et que l’entretien a plus pour vous une valeur de témoignage, il vaut mieux privilégier l’utilisation d’une grille d’entretien. En revanche, si vous souhaitez plutôt des éléments généraux et des réflexions, des avis et des représentations, pour comprendre par exemple ce que pensent les citoyen-n-e-s de tel ou tel sujet, laisser une liberté d’expression est préférable. En effet, si vous êtes dans ce type de recherche et que vous utilisez une grille, il y a de fortes chances que vous mettiez des réflexions dans la tête des personnes interrogées.

Libre ou semi-directifs… peu d’importance face à la dimension sociale de l’entretien

En fait, la différence principale à garder en tête entre entretien libre ou semi-directif est l’utilisation d’une grille permettant de vérifier un ensemble d’éléments précis. Autrement dit, la différence se situe au niveau de votre volonté ou non de donner aux personnes interrogées des idées. Je le répète, ce n’est pas grave et c’est même tout à fait nécessaire si vous voulez avoir des réponses concrètes à propos d’éléments en particulier.

Au-delà de cette différence principale, il n’existe pas, selon moi, d’autre différence entre entretien libre et entretien semi-directif. En effet, il m’est arrivé d’interroger des personnes très bavardes qui supportaient mal la grille car les rappels à des questions les couper dans leur réflexion, ou des personnes peu loquaces qui étaient mal à l’aise avec l’exercice de la parole libre et réagissaient bien mieux en étant « guidées » dans leur réflexion par de nombreuses questions. Il est donc bête de s’arrêter à la lecture stricte de sa grille si on a en face de soi une pipelette ou au contraire, de laisser une liberté d’expression à une personne timide.

Ces éléments sont malheureusement peu abordés dans les ouvrages ou articles de méthodologie où les méthodes sont décrites de façon froide, sans leur dimension sociale, de toute manière évitable. Au final – et ce n’est pas N. Elias1 qui me contredirait sur ce point, lui qui a souvent insisté sur la nécessité pour l’épistémologie de prendre en compte l’aspect concret de la connaissance chez les êtres humains, c’est-à-dire invariablement social –, face au comportement et à la personnalité de l’interrogé-e, la préparation d’un entretien selon le plan et les conseils (parfois précieux) donnés dans les ouvrages de méthodo peut s’avérer insuffisant. En vérité, les entretiens, comme n’importe quelle activité, ont besoin d’être répétés pour être maîtrisés ; on peut voir les entretiens comme un sport, il est rare, sans entraînement, d’arriver à être performant.

Voici des exemples tirées de mon expérience pour illustrer tout cela :

Pour l’étude que je mène sur la conception citoyenne de la communication politique, j’ai interrogé une personne qui déclare, en toute honnêteté, ne pas s’intéresser à la politique ou la communication car, d’après ses dires, elle est trop jeune et ne se sent pas trop investie encore. La méthode que j’utilise est plutôt libre car je souhaite à tout prix éviter d’influencer mes interrogé-e-s dans leurs réponses. Malgré tout, le format libre ne correspond pas à cette personne dans la mesure où elle pense qu’elle a rien dire et coupe ses réflexions sans les développer. Ici, soit je considère que ma méthode est libre et que si la personne a rien à dire, c’est qu’elle a rien dire ; soit je la « dirige » pour lui donner la possibilité de s’exprimer le plus possible – sans pour autant étirer l’entretien inutilement.

Pendant ma thèse, j’ai interrogé un ancien conseiller en communication du gouvernement, une personne assurément bavarde et habituée à l’exercice de l’entretien. Dès la deuxième question de l’entretien, que je veux semi-directif, cette personne me fait un résumé assez long de ce qu’elle a vécu pendant son passage dans les cabinets du gouvernement. Ainsi elle aborde successivement de nombreux sujets que je compte interroger à l’aide de ma grille. Ici, soit je la coupe parce qu’il faut respecter l’ordre de ma grille ou pour lui demander des précisions sur chaque élément abordé ; soit, je la laisse s’exprimer, parce que c’est comme ça qu’elle fonctionne et que je ne veux pas « casser la dynamique » de l’entretien.

En bref, il importe de ne pas se focaliser sur un type en particulier, au risque de nuire au bon déroulement de l’entretien. La distinction à conserver entre semi-directif et libre concerne le fait de mettre ou non des idées dans la tête des interrogé-e-s. En conséquence, en tant que relation sociale, l’entretien nécessite une attention de votre part pour savoir quelle forme de discussion conviendrait le mieux à la personne interrogée.

1Par exemple, il souligne que les théories classiques de la connaissance se centrent sur l’individu isolé dans son acquisition des connaissances, alors qu’il dépend, bien sûr je suis tenté d’écrire, des autres qui lui ont transmis ces connaissances et de la langue utilisée pour les comprendre – langue étant ici à saisir dans ses dimensions sociales ; ELIAS Norbert, Théorie des symboles. Paris : Seuil, 2015, 245 p. (La Librairie du XXIe siècle)

crédit photo


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.