Corpus de terrain, corpus théorique : pour quoi faire ?

Ce court billet servira à mettre au clair la différence entre un corpus de terrain et un corpus théorique. Un corpus est un ensemble de documents sélectionnés selon des critères cohérents en vue de réaliser un objectif spécifique.

Corpus de terrain : mener une analyse

Le terrain c’est le « lieu » dans lequel le chercheur ou la chercheuse (en herbe) va mener son analyse. C’est un moment important et formateur car il permet de quitter la construction théorique et se confronter au « monde ». Après avoir réfléchi à des hypothèses, il faut se rendre sur le terrain pour les tester, sinon on ne fait que spéculer, c’est-à-dire proposer des explications sans aller les vérifier – ce qui, en soi, n’est pas grave, mais correspond assez peu au modèle hypothético-déductif dominant dans la recherche et, par ailleurs, c’est toujours intéressant de mettre les mains dans le cambouis.

Le corpus de terrain sera cet ensemble de documents que l’on a sélectionné pour effectuer une analyse à l’aide d’une méthode : les plus courantes sont l’analyse de contenu et l’analyse de discours. Ce corpus n’a donc aucun autre objectif que celui de nous permettre de répondre à nos hypothèses, de trouver des éléments de réponse concrets, « factuels » pour les questions que l’on se pose – à commencer par la problématique. Pour savoir quels documents rentrent dans le corpus, il faut décider de critères – qui dépendent de votre problématique et de vos hypothèses – afin que la sélection soit cohérente. Voici des exemples de critère : date, langue, sujet, longueur, etc.

Concrètement donc, la constitution du corpus a lieu avant de mener l’analyse. Par exemple, je vais réunir un ensemble de photographies sur un sujet particulier puis je vais les analyser.

Corpus théorique : aider à la réflexion

Le corpus théorique n’a pas été baptisé ainsi au hasard ; il sert avant tout à rassembler un ensemble de documents sur un sujet précis afin d’amener des éléments de réflexion et aider à la construction théorique, à la problématisation. Ce corpus pourra aussi vous aider à mener des analyses car il peut très bien comporter de documents méthodologiques – comment effectuer un questionnaire par exemple. 

Il importe pour le corpus théorique de ne pas prendre des documents trop éloignés du sujet, surtout si le temps presse. Dans le cadre d’une thèse, c’est pas trop problématique (jeu de mot/20) ; en revanche dans le cadre d’un mémoire à faire en 2 mois voire moins, c’est plus intelligent d’éviter les dispersions.

crédit photo


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.